AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207030261X
Éditeur : Gallimard (15/09/2003)

Note moyenne : 2.9/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Un Américain épris de peinture impressionniste rêve de retrouver les lieux où Claude Monet peignit le Jardin à Sainte-Adresse ; un Français qui a passé son enfance au Havre, bercé par le départ des transatlantiques, rêve de découvrir l'Amérique. Leurs routes finiront inévitablement par se croiser au terme d'aventures rocambolesques et drôles. David l'Américain, tel le Persan de Montesquieu, va de surprise en surprise et tombe dans une banlieue-ghetto du Havre, la ZU... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
AquinER
  03 février 2013
David, un jeune Étasunien, part en France à la recherche de l'esprit début XXe siècle, celui traduit dans l'art de Monet. En chemin, il croise un Français dans la quarantaine (sans nom, mais également protagoniste et narrateur du roman), rédacteur de presse d'entreprise. Outre les péripéties amoureuses des deux protagonistes - métaphores qui renchérissent les conclusions du roman -, on prend part à la déception de David qui ne trouve pas la France recherchée qu'il accuse de prendre des "modèles dans un nouveau style, très banal, qui se répand comme un champignon sur les ruines". Quant au Français, en séjour à New York à la toute fin du roman, ses premières impressions de la ville qui "pousse dans tous les sens au hasard" sont positives, lui font tout de suite aimer "ce foutoir".
Véritable apologie de l'éclectisme américain, ce roman compare l'Amérique à la France avec un parti pris douteux. Ainsi le centre du monde étant passé de Paris à New York en un siècle, la France peut être heureuse d'évoquer une certaine nostalgie, de retrouver Monet dans un grand musée d'art moderne à New York comme si la France avait enfanter l'Amérique et que la modernité ne pouvait pas être du ressort de la France, cette malheureuse au passé trop lourd.
Benoît Duteurtre, dans sa simplicité et ses stéréotypes, a réussi à m'agacer, voire me provoquer en douceur et pour cette subtilité, voulue ou non par l'auteur, je lui donne deux étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
CVolland
  01 juillet 2019
David est Américain, pire que ça il est new-yorkais ! C'est dire si sa passion pour la France éternel, celle des Hemingway, des Renoir, de Montmartre et des impressionnistes est incongru dans le milieu dans lequel il vit. Est ce la faute à ce père qu'il n'as jamais connu, parti sans laisser d'adresse ? Un jour l'opportunité se présente et le voila parti outre atlantique direction le port du Havre.
Un ouvrage d'un intérêt assez inégal. Dans le premier tiers Benoit Duteurtre projette ses griefs à l'encontre de la France moderne dans les yeux de David. Une partie très bien amené pleines de promesses. Mais le récit s'essouffle avec l'arrivé de personnages trop Houllebecqiens pour être honnêtes, qui au lieu d'illustrer une époque tombent assez vite dans le cliché se qui fini par lasser assez rapidement. Dommage, j'aurai aimé que le livre soit plus offensive sur le rejet du modernisme ou alors plus explicite sur les bons et les mauvais points de la France moderne selon Duteurtre. Mais c'est avant tout un roman pas un essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yuean
  28 décembre 2016
Deuxième roman que je lis de Benoit Duteurtre et je ne suis pas déçu.
On suit les pérégrinations d'un jeune américain qui a bâti sa légende personnelle sur une certaine image de la France, pays d'origine d'un père qu'il n'a jamais connu. Fasciné par un Hexagone à l'ancienne, le héros choisi de traverser l'Atlantique en paquebot. Son premier contact avec la France est donc le Havre. Autant dire que la désillusion a tôt fait de commencer ! Il continue sur Paris où l'attend un de ses contacts haut en couleurs rencontré sur internet. Ici encore, le héros devra remettre sérieusement à jour son idée de la France.
Un point de vue rare et intéressant, un rythme enlevé et des personnages assez crédibles ont fait que j'ai bien apprécié de bout en bout la lecture de ce roman.
Commenter  J’apprécie          10
Serge079
  11 juin 2013
L'intrigue est à peu près inexistante, le roman semble servir de prétexte à une dénonciation de ce que serait devenue la France décadente... Il n'y a aucun humour, pas une once de second degré, les personnages sont totalement plats, c'est bourré de clichés... Bref je n'ai pas aimé, malgré quelques passages malins de temps en temps qui permettent juste d'éviter de reposer le livre sans l'avoir terminé. Les quatre dernières pages, sur New-York, sont encore les meilleures du livre: il aura fallu attendre la toute fin pour trouver une descriptions vaguement intéressante.
Commenter  J’apprécie          20
Florence94
  15 août 2012
L'herbe est toujours plus verte ailleurs. Partant de ce postulat l'auteur nous narre les aventures croisées de deux personnages, un Français et un Américain, tous deux rêvant du pays de l'autre. Malgré de bons passages humoristiques, ce livre n'échappe pas aux poncifs qui finissent par le rendre ennuyeux. Cependant il est à noter que la situation s'arrange un peu dans la seconde moitié du livre. Ça sonne creux, divertissant pour la plage.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SepoSepo   21 avril 2014
"On peut bien déplorer les outrages du baron Haussmann, éventrant l'ancienne cité pour édifier des quartiers bourgeois. Un siècle plus tard, son urbanisme se confond toujours avec l'image et le rêve de Paris. Un dédale ordonné relie les gares aux jardins, les jardins aux places, les places aux brasseries. Le promeneur reconnaît aisément l'allure de ce monde qui semble avoir poussé d'un seul jet avec ses boutiques aurez-de-chaussée, ses balcons au deuxième étage, ses théâtres de boulevard, ses toits de zinc, ses lignes de métro parallèles aux avenues. Le même style parisien relie les vieux porches de la restauration, les balustrades nouille et les façades Art Déco. Tout ce qui s'est construit entre 1800 et 1950 a façonné , pour l'essentiel, le caractère universel de cette ville. Tout ce qui s'est bâti dans la seconde moitié du XXe siècle paraît d'un autre ordre et comme superflu, incapable de raviver une singularité parisienne. Les nouveaux monuments poussent comme des anecdotes.Ils tentent de prendre place, mais chaque coin de rue rappelle aux habitants les vestiges d'un autre monde.
"L'Européen d'aujourd'hui vit dans cette espèce de schizophrénie. Il grandit dans un décor chargé de souvenirs. Il rêve d'être à la fois d'hier et d'aujourd'hui. Il piétine sous les ombres de son passé, tout en cherchant ses modèles dans un nouveau style mondial, très banal, qui se répand comme un champignon sur les ruines. L'Amérique provinciale se greffe sur l'Europe provincialisée. La vieille beauté perdure comme une spécificité culturelle..."p.251-252
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLETBVIALLET   02 avril 2012
D'après lui , les Français s'agitaient beaucoup . Ils brandissaient de pompeux messages culturels , lançaient de bruyants messages pour sauver l'humanité , mais ils semblaient aveugles à la disparition de leur propre monde .
Commenter  J’apprécie          40
Florence94Florence94   15 août 2012

Aujourd'hui, j'admire l'obstination de cet apprenti humain casqué qui a trafiqué son pot d'échappement et gâche la vie de tout le quartier, pour s'imaginer sur une moto."
Commenter  J’apprécie          30
graalgraal   15 avril 2017
situé au fond d'une cour, sous les murs noirs de l'hôpital, le service des urgences offre un accueil moderne qui se veut plus humain.La double porte vitrée s'ouvre spontanément pour m'inviter à entrer.Dans le hall plane une bonne odeur d'alcool médical.Pour la première fois depuis ce matin, je sens ma détresse en accord avec le monde.Dans cette antichambre médicale, il me faudra sans doute attendre longtemps, mais ici, le cri , l'appel, l'errance , l'angoisse constituent l'expression naturelle de tout un peuple.Ici , nulle obligation d'être efficace, brillant, séduisant.Désormais, on me demande simplement d'être malade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Florence94Florence94   15 août 2012
Ma vie commençait, pleine de promesses et d'imprévu. Elle s'est étriquée dans le devoir et la nécessité.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Benoît Duteurtre (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoît Duteurtre
Benoît Duteurtre - Livre pour adultes .Benoît Duteurtre vous présente son ouvrage "Livre pour adultes". Parution le 18 août 2016 aux éditions Gallimard. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/benoit-duteurtre-livre-pour-adultes-9782072548093.html Notes de Musique : When You Leave by Sergey Cheremisinov. Free Musique Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : belle epoqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15762 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre