AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080669508
Éditeur : Flammarion (01/11/1998)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
A l'annonce de la mort de sa mère, Brynjar, marin depuis son plus jeune âge, regagne la Norvège. Son père, soupçonné de l'avoir assassinée, a été incarcéré. Il reste depuis muré dans son silence, refusant de livrer le moindre indice qui pourrait le disculper. Rongé par le doute, voulant à tout prix savoir s'il est ou non le fils d'un assassin, Brynjar entreprend d'interroger les habitants de la petite communauté rurale. Mais son enquête prend bientôt une toute autre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
fanfanouche24
  24 mai 2016
Une surprise totale, en reclassant mes réserves d'"écureuil laborieux"... Cet auteur scandinave.Ecrivain qui publie ses premiers textes en 1905, appartenant à l'école des "néo-réalistes"...
Je choisis d'entrée cet extrait qui donne le ton de ce roman qui parle d'amour fou, dans les secrets , la joie mais aussi la douleur...
"Pour moi elle comptait tellement que je devais la tuer par mon silence rien qu'en lui pardonnant.Voilà donc ce que je me disais. Dans le mot pardonner, il y a un abîme de bien et de mal." (p. 167)
J'ai lu d'une traite ce texte , cette nuit... subjuguée par le suspens, mais aussi par une atmosphère mystérieuse et assez indicible !!
L'intrigue est presque "simple"... A l'annonce de la mort de sa mère, le héros, Brynjar, marin depuis son jeune âge (pour échapper à une mère trop aimante) regagne la Norvège. Il apprend que son père a été soupçonné de l'avoir assassinée.
Ce dernier a été acquitté mais les soupçons des villageois subsistent, d'autant que ce père reste fier, muré dans son silence...et ne fait absolument rien pour se disculper !
Rongé par tout cela, Brynjar veut savoir, comprendre et se refuse à imaginer son père, comme le meurtrier... S'ensuivent ses retrouvailles avec les gens de son enfance, de son village, qu'il se met à interroger avec obstination... Cette enquête déborde de son cadre et va soulever des tas de secrets... et de questions douloureuses. Au centre de tout cela: la quête du "vrai père" et la défense désespérée de la réputation , de l'honneur de sa mère, envers et contre tout...et tous, sauf contre ce "père", et "mari" hors normes !
Il est bien sûr question des rumeurs, des amplifications démesurées dans un cadre rural, campagnard âpre, constitué de paysans et de marins...et dans ce contexte, des rumeurs terribles grossies démesurément autour d'un couple atypique:
" Eh oui, ils ont trouvé qu'ici, à la campagne, ce n'était pas naturel un amour aussi fou entre mari et femme" (p. 30)
Ce texte fut écrit en 1932... ouvrage riche de suspens et de portraits hauts en couleurs....avec des émotions palpables, bouleversantes...
Une surprise et découverte exceptionnelles, avec une atmosphère unique, captivante, tour à tour, tendre, mystérieuse et terrifiante....
Je vais chercher "derechef" les autres écrits, et traductions possibles de cet écrivain norvégien...qui m'intrigue au plus haut point !!
P.S: 24 mai 2016... je viens de rechercher dans le catalogue de la BNF si il existait d'autres traductions de cet écrivain... et horrible déception...ainsi que frustration immense, présente : résultat néant !!!... je vais prospecter sur les sites de livres anciens....

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2016
(...) d'autres croient à des idées, à des visions célestes et quantité d'autres choses. Moi, je croyais en elle, uniquement en elle. Et maintenant je m'en aperçois, et maintenant je le dis: quelles que soient les choses auxquelles nous croyons, c'est en nous-mêmes que nous croyons. En ce qui devrait être nous -mêmes. (p. 83)
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2016
Eh oui, ils ont trouvé qu'ici, à la campagne, ce n'était pas naturel un amour aussi fou entre mari et femme. (p. 30)
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2016
Pour moi elle comptait tellement que je devais la tuer par mon silence rien qu'en lui pardonnant.
Voilà donc ce que je me disais. Dans le mot pardonner, il y a un abîme de bien et de mal. (p. 167)
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2016
La forêt était immobile, indifférente à tout, même à la soirée d'été qui l'entourait. Bien sûr, il y avait les fils téléphoniques. Les fils qui chantaient, les fils qui témoignaient, pour la nuit, pour rien du tout. Mais en fait, de quoi témoignaient-ils ? Du sens de l'existence, ne manquerait pas d'expliquer quelqu'un, un sens si profond que l'absurde en devenait quasiment impossible. et c'est donc l'absurde qui est suspendu là et chante. Du reste, c'est en nous qu'il est suspendu, ce qui n'empêche nullement le chant d'être le même. (p. 150)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2016
Non, jamais il n'avait aimé sa mère d'un amour semblable à celui des autres garçons. Peut-être parce qu'elle l'avait elle-même trop aimé ? A présent, il se rendait compte que s'il s'en était allé, s'il avait pris la mer, c'était à cause d'elle. Elle ne lui avait pas permis de vivre à sa guise; elle avait trop voulu s'immiscer dans son existence. (p. 9)
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : norvègeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
176 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre