AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jonathan Cott (Éditeur scientifique)Denis Griesmar (Traducteur)
EAN : 9782841004171
557 pages
Éditeur : Bartillat (17/11/2007)
4.25/5   16 notes
Résumé :
Fugueur, fou de folk et de rock'n'roll, Robert Zimmerman sublime sa rage de vivre en devenant Bob Dylan. Ces interviews essentielles, réunies pour la première fois, permettent à l'artiste de conter son parcours exceptionnel. Dylan se confie, esquive, plaisante, et délivre en une prose aussi mystérieuse que géniale les indispensables clés de son œuvre légendaire.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Allantvers
  26 novembre 2020
Sur la route des Nobel, arrêt sur la mystérieuse case Dylan.
J'avais un double mystère à percer, en me plongeant dans cette imposante compilation d'entretiens, faute d'avoir pu mettre la main sur les textes bruts de ses chansons : enfant dans les années 70, je n'ai saisi que la queue de la comète des fulgurantes années 60, et Dylan ne faisait pas partie de mes étoiles. Entouré à mes yeux d'un halo brumeux, Dylan était pour moi le premier mystère à lever avec un postulat mal posé : comment un artiste peut durer si longtemps sur la base de quelques vieilles protest song? Ainsi, deuxième mystère, je fais partie de ceux qui ont été interloqués par l'attribution de ce Nobel de littérature. A quel titre? l'écrivain? le poète? l'homme engagé? le témoin de son temps? le visionnaire?
Dire que l'image de Dylan s'est clarifiée après la lecture de ce livre serait mentir. Il faut dire que l'exercice de l'interview s'y prête mal, tant le bonhomme élude et esquive dès qu'on l'approche d'un peu trop près. Présentées en ordre chronologique, ces interviews font découvrir d'abord un jeune homme qui tourne un peu en boucle sur ses origines et ses inspirations premières, entre folk et poésie psychédélique. La faute aux journalistes qui posent toujours les mêmes questions?
Puis arrive un moment champignonesque dans les années 80 avec l'évocation du film abscons de quatre heures disons... bien dans l'air du temps qu'il a réalisé, puis un autre moment, assez gênant, sur sa période born again où là, il m'a complètement perdue.
Les interviews de la dernière décennie se recentrent heureusement sur la création musicale, la scène indispensable, le processus d'écriture d'un artiste que je découvre incroyablement prolixe, avec des hauts et des bas.
Bien évidemment, ma lecture a été ponctuée de nombreux temps d'arrêt à parcourir des albums pour en humer la tonalité, à écouter et essayer de décrypter un grand nombre de morceaux évoqués dans les interviews. Essayer car le sens est loin d'être évident, Dylan affirmant lui-même jeter ça et là quelques fulgurances, images et couleurs dans un vers sans nécessairement travailler à l'insérer dans un ensemble signifiant ; affirmant également que ses chansons sont un tout qui ne se limite pas au seul texte, comme de mini univers traversant plusieurs champs de perception. Pas étonnant donc que les adolescents de 62 – 66, suffocant dans une époque sans air ni pour la jeunesse, ni pour l'individu, et étant à l'âge où l'on capte d'autres ondes au-delà des mots et en particulier l'air du temps, aient ressenti avec autant d'incandescence l'électricité vivifiante de ses premiers albums.
Plus tard la plume et la musique murissent, la verve poétique est toujours là, plus ou moins inspirée, toujours délicate à saisir. C'est le trait d'union que je ressors à la fois de l'oeuvre et des paroles du barde au lunettes noires, mais au final je suis toujours aussi perplexe : qui est Dylan ? que voit-il, quelle est sa cohérence ? Pourquoi lui et pas Leonard Cohen, Neil Young, David Bowie ? Il s'est passé quelque chose dans la tête du jury du Nobel mais je ne sais pas ce que c'est. Do you, Mr Jones ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2511
polarjazz
  23 septembre 2020
Aussi longtemps que je remonte dans mon enfance, la musique m'a toujours accompagnée. Surtout par mon père qui faisait venir ses albums des Etats-Unis. J'ai rencontré le son de Bob Dylan par des chemins détournés en commençant mon éducation musicale avec Muddy Waters et son tube "Manish Boy", Harry Belafonte et surtout Johnny Cash.
Bob Dylan, c'est compliqué. Sa musique ne peut pas être enfermée dans des cases : folk, blues, rock'n roll. Même après 650 pages d'entretiens et d'interviews sur une période de 40 ans, je ne sais toujours pas qui est Bob Dylan. Il ne se définit ni comme un poète ni comme une icône de la musique contemporaine américaine. Bob Dylan est juste un homme sensible et créatif, un artiste. On découvre malgré tout ses fragilités, ses peurs et ses désirs. Il a une connaissance des auteurs classiques de la musique américaine. C'est un novateur.
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
polarjazzpolarjazz   17 septembre 2020
"Woody Guthrie m'a branché de manière romantique. Woody se servait de son époque comme personne ne l'a fait. Il était juste un petit peu meilleur... juste un peu plus malin, parce qu'il était de la campagne... J'ai fait la connaissance de Woody et j'ai discuté avec lui. Il m'a botté. Il me botterait, j'imagine, s'il était là aujourd'hui..." Trop simple son style ? "Non, pas du tout simple ! L'objection fondamentale, c'est que je vois bien pourquoi il a écrit ce qu'il a écrit. Je le vois bien s'asseoir pour écrire ce qu'il écrivait, d'une façon très calme. Je ne l'enfonce pas. Je ne me dédie pas de mon attirance vers lui ni de son influence sur moi. Son influence sur moi n'a jamais résidé dans l'inflexion ou dans la voix. Ce qui m'a attiré vers lui, c'était qu'en entendant sa voix je devinais qu'il était très solitaire, très seul, et très perdu au milieu de son époque. C'est pour ça qu'il m'a botté."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AllantversAllantvers   22 novembre 2020
Hé,on est seul partout. Les gens qui ne peuvent vivre avec, qui ne peuvent l'accepter... ils ne vont que faire sauter le monde et faire des choses mauvaises pour tous les autres, simplement parce qu'ils se sentent si peu à leur place. Tout le monde a ça en commun -- ils vont tous mourir.
Commenter  J’apprécie          60
SimonLarribaSimonLarriba   14 décembre 2018
Les gens parlent d'essayer de changer la société. Mais tout ce que je sais, c'est qu'aussi longtemps qu'ils se préoccuperont surtout de garder leur situation, de conserver leur bien, rien ne se fera. Oh, peut-être une légère redistribution à l'intérieur du même milieu, mais personne n'aura rien appris.
The New Yorker
24 Octobre 1964
Commenter  J’apprécie          40
polarjazzpolarjazz   17 septembre 2020
J'ai l'impression que vous ne savez pas du tout pourquoi vous êtes populaire, que vous n'avez pas réfléchi à la question.
Tout simplement, je ne me suis jamais battu pour ça. Ça m'est tombé dessus, hein. Comme n'importe quoi d'autre. Un phénomène. Du genre qu'on essaie pas d'imaginer. On les sent, les phénomènes, c'est tout. Donc je ne vais même pas en parler.
Commenter  J’apprécie          30
AllantversAllantvers   24 novembre 2020
Si j'ai jamais eu quelque chose à dire à quelqu'un, c'est cela : on peut réaliser l'impossible. Tout est possible. Et c'est tout. Rien de plus.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Bob Dylan (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bob Dylan
Olivia Ruiz et Mathias Malzieu chantent Bob Dylan
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Bob Dylan (Difficile)

Quel genre musical n'a-t-il jamais abordé dans ses albums au cours de sa longue carrière ?

Le folk
Le rock
La country
Le rap

11 questions
61 lecteurs ont répondu
Thème : Bob DylanCréer un quiz sur ce livre