AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782365770040
144 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (24/02/2012)
3.81/5   8 notes
Résumé :
Ouganda, 2002. Le Dr Moses Lwanga, médecin humanitaire américain, revient avec son épouse dans son pays natal afin d'y apporter une aide précieuse.
Rapidement, il est confronté aux différentes factions qui mettent la région à feu et à sang.
Piégé en pleine guerre civile, Moses, pacifiste dans l'âme, se découvre une force et une violence qu'il ne se connaissait pas. Mutilé, il est désormais prêt à mener sa propre guérilla.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Presence
  08 mai 2016
Il s'agit d'une série en 4 tomes, regroupant 25 épisodes parus de 2008 à 2010. "Maison hantée" est le premier de la série qui en compte 4, et comprend les épisodes 1 à 6. le tome suivant est (2) Un meurtre pieux (épisodes 7 à 12), (3) Saison sèche, et (4) "Un monde merveilleux".
Le récit s'ouvre sur une vision terrifiante en 2002 dans le nord de l'Ouganda, en pleine guerre entre la Force de défense du peuple ougandais et l'Armée de résistance du Seigneur (organisation rebelle) : un enfant de 12 ans se sert d'une arme automatique et tue un soldat adulte ; il menace le docteur Lwanga Moses du même sort s'il bouge. Ce dernier se souvient des événements qui l'ont amené dans cette situation. Il est ougandais de naissance, ses parents ont émigré pour les États-Unis quand il avait 7 ans contraints et forcés par le régime en place. Là bas il a bénéficié d'une enfance protégée et a pu effectuer des études de médecine, obtenir son diplôme et épouser Sera, elle-même médecin. Il a choisi d'exercer sa profession avec sa femme en Ouganda dans un camp pour déplacés internes. Il en effectue l'annonce lors d'un repas de charité, où Margaret Wells (une actrice célèbre) effectue également une apparition. Peu de temps avant son départ, il est la proie d'un terrible cauchemar dans lequel il assassine sauvagement sa femme. Arrivé en Ouganda, les époux sont accompagnés par Momolu Sengendo, un journaliste. Arrivés dans le camp de déplacés internes, les 2 médecins ne comptent pas leurs heures découvrant des blessures infligées avec une terrible cruauté (une fillette dont des soldats ont coupé les pieds, pour avoir osé faire de la bicyclette). Lorsqu'un enfant arrive ensanglanté dans le camp, Lwanga Moses s'élance dans la brousse pour trouver son agresseur.
Voilà un scénariste qui n'a pas froid aux yeux : il ose raconter une histoire de guerre sur la base d'un conflit réel, assez récent, avec une volonté évidente de plausibilité, à défaut de véracité. Il reprend un personnage assez mystérieux et à l'identité mal définie de l'univers partagé DC : Showcase presents: Unknown Soldier 01 (pour ses aventures des années 1970), Soldat inconnu pour une version plus moderne (1997) de Garth Ennis et Kilian Plunkett. Dès la première page, le lecteur est estomaqué par la présence de cet enfant muni d'un fusil automatique. La scène est saisissante parce que Ponticelli représente réellement un enfant de cet âge, étant la proie d'une rage intense et d'une peur hors de contrôle. Face à lui les adultes sont démunis et à sa merci. Les auteurs prennent à nouveau le lecteur par surprise avec cet assassinant sauvage et brutal de l'épouse. Dans le premier épisode, il y a une scène qui surprend encore plus : un musulman en train de prier, sans aucune connotation, sens-entendu ou jugement de valeur, du jamais vu dans un comics.
Dès le début, le lecteur peut constater que Dysart ne fait pas semblant, qu'il n'a pas choisi l'Ouganda comme un décor facile pour raconter une histoire de guerre de plus. Il ne se contente pas d'agiter quelques réfugiés, dans un vague décor de brousse. Sans donner de leçon d'histoire ou de géopolitique, les dialogues des personnages font référence à Yoweri Museveni, président de la République de l'Ouganda depuis 1986, à l'ancien Protectorat britannique, aux camps de déportés internes, à l'armée régulière et à celle des rebelles, à l'embrigadement des très jeunes adolescents, aux pratiques barbares réelles, etc. Avec une approche aussi documentée, le lecteur ne peut pas se repaître de la violence montrée, en bon voyeur. Dysart réussit un amalgame harmonieux entre des composantes hétérogènes et presqu'antinomiques. Il reprend le principe de ce soldat revenu de tout à la tête enrobée de bandages, qu'il mélange avec la découverte d'horreurs trop réelles par Moses, et leurs effets sur son psychisme, et le mélange de vulnérabilité et de résistance propre aux enfants. Il évite ainsi tous les stéréotypes et tous les lieux communs propres aux comics de guerre, pour une vision de crimes insupportables et insoutenables, rendus regardables par le truchement de l'histoire personnelle du personnage principal. le lecteur peut prendre plaisir à lire une histoire d'action et de vengeance (rassurante et cathartique), tout en acquérant une compréhension plus concrète de la barbarie de la situation pour les individus qui composent cette population, à commencer par les enfants.
Au fur et à mesure de la plongée dans cet enfer, les qualités de Ponticelli se révèlent. Il dessine des personnages à la morphologie normale et ordinaire, évitant ainsi le risque de transformer chaque affrontement en ballet, ou en prouesse physique. Il sait transcrire l'apparence d'un camp de réfugiés, sans jouer sur une dramatisation excessive. Il sait rester sobre en dessinant la fillette privée de ses pieds, ce qui rend son existence de papier encore plus plausible et plus insupportable pour le lecteur. Il représente les armes diverses et variés avec un degré de réalisme suffisant pour que le lecteur puisse les reconnaître et être convaincu de leur existence. Il dispose d'une capacité assez rare : dessiner des enfants qui ressemblent à des enfants de par leur morphologie, leur comportement et leurs expressions. du coup le lecteur voit réellement des adultes interagir de manière normale avec des enfants qui se comportent conformément à leur âge, en s'étant adaptés à leur environnement. Enfin Ponticelli réussit le tour de force de ne jamais rendre la violence séduisante. Elle reste brutale, inhumaine, détestable, abominable et écoeurante. Il rend chaque personnage unique, avec une réelle présence physique, sans pour autant les idéaliser qu'il s'agisse des époux Moses, de Margaret Wells l'actrice aux bonnes intentions, d'Anna Anyayo (une jeune fille réfugiée dans une communauté religieuse) et la soeur Sharon Cavanaugh, ou même de l'intermédiaire louche Jack Lee Howl.
Ouvrir ce premier tome, c'est plonger dans une région du monde en souffrance à cause de la guerre, c'est découvrir les horreurs vécues par des individus de cette population, c'est ne plus pouvoir fermer les yeux sur le traitement abject réservé aux enfants. C'est également ressentir une forte empathie pour le personnage principal qui subit de plein fouet ces découvertes, mais aussi pour le Soldat Inconnu qui assouvit une vengeance permettant au lecteur de supporter ce qu'il découvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yvan_T
  22 novembre 2020
Nord de l'Ouganda, 2002. le Dr Moses Lwanga, médecin ayant grandi et fait ses études aux États-Unis, décide d'aller aider son pays d'origine. Accompagné de son épouse, il travaille pour la population locale et se retrouve coincé au milieu d'une guerre civile qui met la région à feu et à sang. Pacifiste dans l'âme, il voit ses beaux principes s'effriter au contact de la réalité, exacerbant une haine à laquelle il finira par céder. Ayant libéré sa rage, sombrant lentement dans la folie, il applique dorénavant sa propre justice…
Ayant récupéré les droits des titres DC, Urban Comics lance une première salve d'albums issus d'outre-Atlantique, dont cette saga de l'excellente collection Vertigo, écrite par Joshua Dysart et dessinée par Alberto Ponticelli. Ce volume reprend les six premiers épisodes de la série US Unknown soldier, arrêtée après vingt-cinq numéros et nominée au Eisner Award dans la catégorie Best New Series en 2009.
Reprenant le concept du soldat inconnu, créé par Joe Kubert et Robert Kanigher en 1966 et ayant pour terrain d'action la Seconde Guerre mondiale, Joshua Dysart propose une nouvelle version du personnage afin d'aborder un conflit plus récent, mais tout aussi sanglant. Si le héros n'a rien d'un anonyme (son nom étant connu dès les premières pages) et que sa transformation impliquant une auto-mutilation du visage peut sembler légèrement capillo-tractée, l'histoire fictive de ce médecin humanitaire permet néanmoins de dénoncer des violences bien réelles. Des conflits inter-ethniques aux enfants soldats, en passant par la corruption, les enlèvements, les mutilations et l'esclavage sexuel, ce périple africain ouvre les yeux sur un conflit particulièrement meurtrier, encore récemment exposé par une vidéo de trente minutes mise en ligne sur YouTube le 5 mars 2012. Ce film qui atteignit rapidement plusieurs dizaines de millions de visionnages pointe principalement du doigt les méfaits de Joseph Kony, protagoniste de ce comics et chef des rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) faisant l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale depuis 2005 pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Si l'objectivité de cette vidéo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux peut être mis en doute, le travail éditorial d'Urban Comics, qui agrémente cet album d'un glossaire et d'une postface qui permettent de saisir toute la complexité et le contexte du drame qui frappe l'Ouganda, est par contre irréprochable.
Visuellement, Alberto Ponticelli livre un grand nombre d'images chocs, qui contribuent à faire ressortir toute l'horreur du conflit et augmentent la crédibilité du récit. Un graphisme rude, violent et dérangeant, à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui se rapproche au maximum de la réalité.
Une mise en bouche prometteuse, qui invite à suivre l'évolution psychologique et la descente aux enfers d'un héros atypique, tout en immergeant le lecteur au sein d'une guerre civile qu'il est toujours bon de dénoncer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LibraireTemeraire
  27 juin 2012
Quand le docteur Moses Lwanga retourne en Ouganda, son pays natal, et y découvre un pays ravagé par les maladies, les conflits et la sauvagerie des hommes, c'est un peu de lui-même qui va se révéler. Une bande-dessinée brutale à déconseiller aux âmes sensibles.
Médecin de profession, Moses Lwanga est un américain d'origine ougandaise. Attaché à ses racines, il revient sur la terre qui l'a vu naître afin d'y apporter une aide humanitaire. Cependant, ce médecin, alors accompagné de sa bien aimée va vite réaliser qu'effectuer son devoir dans un pays ravagé par les conflits et où les enfants soldats sont légion, ne relève pas de la tâche la plus anodine. Sans compter que Moses est sujet à d'étranges vision, des rêves brutaux le mettant en scène, débordant d'une rage qu'il ne se connaît pas. le contexte de barbarie ne va pas aider notre cher médecin qui va rapidement perdre pied et laisser place à une entité bien plus violente et intransigeante que lui.
Soldat inconnu est une bande-dessinée audacieuse mettant en scène certains pans des blessures africaines et faisant de l'Ouganda un lieu d'action atypique dans laquelle un homme de conviction initialement sain va virer dans une soif de justice confinant à une brutalité des plus démentes. Bientôt le visage recouvert de bandages disgracieux, Moses fond littéralement sous les traits d'une sorte de héros moderne et violent qui sait que pour survivre, dans ce pays, il faut savoir faire fi de tout ce que l'on sait, ou croit savoir. Car quand les enfants meurent, s'entretuent ou violent les leurs, il n'y a peut-être plus vraiment de place pour les beaux discours conformistes. La déraison trône, et il faut composer avec.
A noter que cet ouvrage possède une postface de l'auteur, une brève histoire de l'Ouganda ainsi qu'un glossaire, visant à familiariser de façon pertinente le lecteur avec un pays dont il ne connaît peut-être que le nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik_
  01 novembre 2020
La colonisation a fait beaucoup de mal à l'Afrique de manière générale. C'est un fait certain. On peut imputer tous les maux actuel de ce continent à cette histoire. Cependant, on a déjà assisté dans l'histoire à des pays totalement détruits et qui se sont relevés à force de travail, de courage et de détermination. Ces pays ont toujours eu toute mon admiration.
Le sujet est celui de ces enfants soldats qui n'ont plus aucune humanité et qui tuent comme des bêtes assoiffées de sang. C'est terrible et moralement très choquant. Est-ce encore lié à la colonisation ? Je ne saurais répondre à cette question mais il m'est permit d'en douter. Un dictateur chasse l'autre sous l'utilisation d'armée révolutionnaire ou de libération. le cadre utilisé sera celui de l'Ouganda avant son terrible génocide à la machette.
Ce comics a réussi à disséquer toute la complexité de la situation en ne jouant pas sur une certaine facilité. Il y a un propos et une analyse assez intéressante sur la colonisation qui n'est pas à l'origine de tous les problèmes actuels.
Au niveau des images, cela sera assez sanglant et même très choquant s'agissant d'enfant à la base innocent. Il y a détournement de finalité assez manifeste. On se sert des enfants comme une ressource guerrière pour assoir le pouvoir d'une clique. On ne pourra qu'admirer également le travail des organisations humanitaires ou religieuses qui essaient simplement encore une fois de les aider à trouver leur part d'humanité. Il est vrai qu'il y a encore du boulot. Fort heureusement, il y a ce soldat inconnu au visage bandé qui joue les bourreaux pour le plus grand bien de l'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MrPoivre
  01 janvier 2019
[extrait] « Le Soldat inconnu (Unknown Soldier en VO) est un vieux personnage imaginé en 1966 par 2 maîtres des récits de guerre, Robert Kanigher et Joe Kubert. Son nom est bien évidemment symbolique et fait référence à tous les soldats anonymes tués lors des grandes guerres. Située durant la Deuxième Guerre mondiale, le Soldat inconnu, la série originelle, raconte les aventures d'un agent secret dont le visage a été tellement défiguré qu'il est tout le temps caché par des bandages. Passé maitre dans l'art du déguisement, il affronte les forces de l'Axe. le Soldat Inconnu a été la tête de gondole de plusieurs revues de guerre durant près de 10 ans. En 1988, la série est relancée le temps de 12 épisodes signés Jim Owsley (nom d'emprunt de Christopher Priest). Cette nouvelle version donne une image du soldat beaucoup moins patriotique et nettement plus cynique envers la politique de son pays. le Soldat inconnu connait ensuite une mini-série Vertigo en 1997. Puis c'est en 2008 que l'on donne carte blanche au scénariste Joshua Dysart et au dessinateur Alberto Ponticelli pour relancer le titre. Et les 2 artistes prennent une direction complètement différente de ce qui avait été fait jusqu'alors. Ils situent leur récit en Ouganda et transforment totalement le concept de départ, même si les services secrets américains sont toujours au centre de l'histoire. Cette version du Soldat Inconnu nous permet donc de découvrir la triste réalité d'un pays ruiné par ses guerres intestines et l'avarice des pays plus développés. C'est un comics engagé et très référencé, qui nous permet d'en apprendre beaucoup plus sur les conflits en Afrique. Mais si ce reboot nous propose une version totalement différente de celle de Robert Kanigher et Joe Kubert, les auteurs réussissent toutefois à créer un lien en fin de série, assez facile mais qui fonctionne. »
Lien : https://topcomics.fr/soldat-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
BDGest   18 avril 2012
Une mise en bouche prometteuse, qui invite à suivre l’évolution psychologique et la descente aux enfers d’un héros atypique, tout en immergeant le lecteur au sein d’une guerre civile qu’il est toujours bon de dénoncer.
Lire la critique sur le site : BDGest
Culturebox   09 mars 2012
« Soldat Inconnu » reste certes un ouvrage de "divertissement", mais il est aussi un moyen de prendre conscience de ce qui se passe MAINTENANT.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Sceneario   27 février 2012
Soldat Inconnu : Possédé (qui reprend donc les épisodes #1 à 6 de la série Unknown soldier) est une œuvre forte, immanquable, à lire absolument. C'est un titre qui marquera vos esprits et vous fera prendre conscience du désastre que vit l'Afrique de nos jours.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Erik_Erik_   01 novembre 2020
Colonisation, cet esclavage déguisé qui dépossède des terres, coupe des racines, et prive de sa sève.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Joshua Dysart (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joshua Dysart
Vidéo de Joshua Dysart
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Bande-dessinée (niveau moyen)

Si Frederik Peeters est surtout connu pour "Pilules Bleues" et son réalisme glacial, dans quel domaine situe-t-il l'action de sa tétralogie "Lupus" ?

Heroic-Fantasy
Polar
Science-Fiction

14 questions
92 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinéeCréer un quiz sur ce livre