AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028107666
Éditeur : Bragelonne (16/10/2019)

Note moyenne : 4.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
La dernière tournée.
Clay Cooper et ses hommes étaient jadis les meilleurs des meilleurs, la bande de mercenaires la plus crainte et la plus renommée de ce côté-ci des Terres du Wyld – de véritables stars adulées de leurs fans. Pourtant leurs jours de gloire sont loin. Les redoutables guerriers se sont perdus de vue. Ils ont vieilli, se sont épaissis et ont abusé de la bouteille – pas forcément dans cet ordre, d’ailleurs.
Mais un jour, un ancien compag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
lianne
  08 octobre 2019
Un bon concept, un livre fun et prenant que j'avais du mal à lâcher à la fin, même si il m'a fallu un peu de temps au tout début pour vraiment rentrer dans l'histoire.
D'après un bon nombre de lecteur ce livre est la révélation 2017 en fantasy niveau nouveauté, il est plein d'humour et en plus il mélange le vocabulaire et l'image "groupe de rock/metal" avec la fantasy. Je l'ai lu en VO donc je n'utiliserais surement pas exactement le même vocabulaire que dans la traduction.
Ainsi les aventuriers, ou mercenaires en fait plutôt, se regroupent en Bands (groupes"). Ils font des "gig" (le mot anglais pour dire concert ou spectacle) et des "tournées" quand ils rentrent de mission pour montrer leur gloire dans toutes les grands villes, en faisant défiler les ennemis qu'ils ont capturés et en paradant en armure pour les yeux du public qui la adule. Se faire voir est le nerf de la guerre, du grand spectacle son et couleur.
Les plus célèbres sont vraiment des héros pour le peuple. Les gens se pressent lors des tournées pour avoir la chance de les voir, ou d'avoir un autographe en hurlant sur leur passage pendant que les bardes composent des chansons et des poèmes à leur gloire.
*****
Je trouve le principe très sympa et frai, et je me demande pourquoi personne n'a eu l'idée avant !
Dans ce premier tome nous suivons Clay Cooper. Ancien mercenaire du groupe Saga, le plus grand groupe de tout les temps, surnommés Kings of the Wyld dont les légendes courent encore des années après. Plus que ça, il était le leader du groupe.
Mais Clay est maintenant un vieil homme, fini le temps de la gloire. Plus personne ne le reconnait et son mal de dos l'empêcherait de toute façon de faire ce qu'il faisait avant. Ce qu'il veut c'est acheter une auberge et y rester tranquillement avec sa femme et sa fille jusqu'à la fin de ses jours.
Lors un de ses anciens comparses réapparaît et lui annonce que sa fille à lui, qui fait carrière dans le même métier, est en danger car prise au piège dans une cité en siège par une énorme armée (et même probablement déjà morte car seuls les quelques survivant de la grosse batailles se sont réfugiés dans la ville).
Il décide de lui donner un dernier coup de main, de remonter Saga pour traverser une dernière fois le "Wyld" cette région très dangereuse car remplie de pièges et de monstres, pour essayer de la sauver.
Mais voila, les membres de Saga sont loin de se lancer dans un come-back triomphal, ils sont tous vieux, alcooliques ou rongés par la maladie ou l'arthrite, et ce n'est pas gagnants qu'ils se lancent dans leur dernière aventure ...
*****
le monde est hyper classique en fantasy. Mais ce n'est que la base, le parallèle musique et Rock 'n Roll donne vraiment une touche de modernité à l'ensemble. L'auteur se permet d'aborder des thèmes intéressants et actuels du point de vue de quelqu'un de l'ancienne génération qui voit d'un mauvais oeil arriver toutes les nouveautés de la jeunesse. "C'était mieux avant" et ceux ci ne sont "qu'un bande de guignols".
Puis petit à petit alors qu'il les côtoie il ouvre les yeux et il s'aperçoit que finalement ce n'est pas si mal et qu'il a peut être eu tord.

J'avoue que j'ai mis un peu de temps a vraiment adhérer au livre. Je trouvais ça bien et je souriait mais rien de plus sur les cent premières pages. Puis petit à petit la sauce à pris et plus j'avançais, plus j'avais du mal à le fermer.
J'avais limite la larme à l'oeil à l'idée de quitter nos papy du rock à la fin du roman.
On peut vraiment dire que les personnages sont attachants dans leurs défauts pour certains. Malgré le coté tragique de leur quête, on est sur de la fantasy bonne humeur au final. C'est vrai que l'humour ne sera surement pas pour tout le monde, c'est toujours difficile de savoir à l'avance si il est calibré pour nous ou pas. D'ailleurs c'est pour ça que j'ai mis tant de temps à le commencer alors qu'il est dans ma PAL Vo depuis qu'il est sorti. Mais je suis vraiment contente d'avoir finalement adhéré.
Au final on a un livre qui a trouvé une nouvelle façon de faire de l'ancienne fantasy classique, tout en revisitant les thèmes important actuels dans un point de vue inédit dans le genre. le tout est une réussite. En tout cas j'en garderais un très bon souvenir.
Ce tome ci même si il fait parti d'une série est vraiment terminé à la fin, il peut se lire indépendamment. le tome suivant suivra d'autres personnages.
16.5/20
Lien : https://delivreenlivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Igguk
  03 octobre 2019
Lu en VO
Kings of the wyld, le premier roman de Nicholas Eames, nous propose un monde de fantasy très archétypal à première vue : Des dragons, des rois, des mages, une quête impossible qui nous fera traverser tout un continent… Mais ne partez pas tout de suite : le premier tome de la série The Band a quelques tours dans son sac (ou des poulets dans son chapeau) pour se transformer en quelque chose d'unique.
Nous suivons Clay « Slow-Hand » Cooper, ancien mercenaire maintenant rangé, qui coule des jours paisibles en compagnie de sa femme et de sa fille. Un jour, il reçoit la visite de Gabe, ancien « frontman » de leur groupe « Saga » qui lui demande de reprendre les armes presque 20 ans après les avoir mises au placard. Pourquoi donc ? Parce que la fille de Gabe, Rose, est coincée dans une cité assiégée par des milliers de créatures. Ils doivent reformer Saga et redevenir les légendes qu'ils étaient pour sauver la demoiselle. C'est le début d'une épopée unique où ils devront retrouver leurs anciens camarades et partir pour une mission désespérée, une histoire d'amitié, de famille, et de bourre-pifs.
Vous aurez peut-être remarqué l'utilisation de quelques mots bizarres dans le contexte, comme « frontman », groupe (« band »), etc… Ça m'était un peu passé au-dessus au tout début (surtout parce que je m'étais pas du tout renseigné sur le livre avant d'attaquer), mais grâce à Apophis (qui détaille tout ça bien plus précisément que moi) ou à l'auteur lui-même, c'est plus clair : Les groupes de mercenaires chez Nicholas Eames sont des transpositions de nos groupes de rock. Ils sont en général 4 ou 5, ils bossent au contrat sur des « gigs », déplacent les foules quand ils sont connus, etc… Cette manière de traiter les mercenaires leur donne une dimension de rock-star vraiment fun, et quand on a percuté ça on peut s'amuser à trouver tous les clins d'oeil et les « schémas » qui passent d'un univers à l'autre, y'en a un bon paquet, j'vous laisse explorer tout ça. Ça donne un côté très ludique à la lecture, mais cette idée brillante ne suffirait pas à faire d'un livre quelque chose d'exceptionnel. Il y a plus, beaucoup plus.
Nicholas Eames nous propose effectivement un monde d'heroic-fantasy archi-classique, y'a tout ce qui peut passer par la tête d'un MJ de Donjons & Dragons. Mais il utilise ce classicisme comme base culturelle commune pour faire de son aventure quelque chose d'unique en retournant des situations et en y mettant une ou deux couches de modernité bienvenue. Pour accompagner ce côté « rock n'roll », la narration et les dialogues sont vraiment drôles et percutants. Il va poser des twists par-ci par-là pour donner beaucoup de fraicheur à ses héros et leur univers. le ton du livre est bluffant, ça envoie de la vanne, c'est rythmé et c'est incisif. On enchaine les situations drôles, les moments poignants et les scènes épiques sans transition et parfois tout en même temps, le mélange est un pur régal et très bien équilibré.
C'est surtout l'attachement aux héros qui va permettre à Kings of the wyld de devenir génial. Cette troupe de vieillards archétypaux (le mage, le bourrin au bouclier, le voleur avec des dagues, le leader et le vicieux à la hache) prend très vite de l'épaisseur, du caractère et de la force dans l'esprit du lecteur. Ils ont une vie, un background, des personnalités et des préoccupations propres. Et aussi, ils ont la classe. Malgré le bide, les cheveux blancs et le mal de dos, ils ont la classe ! Clay est un guerrier massif mais fatigué qui balance des remarques désabusées, Moog est l'archétype du magicien loufoque mais qui a une histoire tragique et très touchante, Matrick est un ancien voleur devenu roi, mais qui supporte plus la vie de château. Avec Gabe et le bad-boy de service Ganelon, ils forment un des groupes de héros les plus attachants que j'ai jamais croisés.
Ils sont bien rares ces livres de fantasy épique qui allient la profondeur et le fun avec autant de talent. Dans Kings of the wyld on est emporté dans une aventure extraordinaire avec une bande de héros qui deviendront vite chers à nos coeurs… Et on rigole beaucoup. C'est parfait.
Lien : http://ours-inculte.fr/kings..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
PepinPomme
  16 octobre 2019
Ce livre est pour moi une grande réussite !
On commence de manière très fun, avec le ton gentiment bourru du vétéran qui regarde les jeunes soldats s'enthousiasmer pour les histoires de batailles, avec juste assez de questions pour qu'on soit aussi curieux qu'eux de savoir ce qu'il s'est passé.
L'attachement au personnage principal, Clay Cooper, est quasi immédiat, il a de l'humour, une personnalité très sympathique qui ressort clairement, et des démons et inquiétudes compréhensibles. Mais surtout, on compatit à son sort. Personne à peu près compétente, il regarde le bazar qui se déroule devant lui avec une résignation bienveillante. Il aime ses potes de tout son coeur, mais il est conscient qu'ils sont parfois très con, et honnêtement, on pense tous ça de nos amis.
Chaque personnage est attachant à sa manière. En plus de Clay, le narrateur, on a Moog, un sorcier extrêmement drôle malgré une histoire tragique, Matty, un roi cocu alcoolique étrangement bienveillant, Gabriel, le père un peu paumé anciennement charismatique, Ganelon, le grand brun ténébreux pince-sans-rire, mais aussi une voleuse de chaussettes, une harpie, un monstre a deux têtes terriblement touchant...
Wyld, c'est cette partie de DnD que vous faites un peu trop tard le soir avec ses potes, qui part en live, mais que vous finissez quand même par remporter grâce à un maître du jeu bienveillant.
Si l'intrigue, soyons honnête, ne révolutionne pas la fantasy, on y trouve plein de référence, de traits d'humour, et des créatures intrigantes pour que, combinés avec les personnages, on sorte tout à fait satisfait de cette lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Xapur
  10 octobre 2019
Lecture de la VO
Que deviennent les héros une fois rattrapés par la limite d'âge ? Deviennent-ils gardes d'un petit village, comme Clay ? Magicien effectuant des recherches sur une maladie mortelle, comme Moog ? Souverain obèse (et cocu) d'un petit royaume comme Matrick ?
Telles sont les destinées de certains des membres du groupe Saga, anciennes « stars » ayant affronté moult dangers mortels en leur jeunesse. Un temps béni qui les a vu tuer des monstres fabuleux et gagner gloire et richesse. Mais cette époque révolue est derrière eux et le groupe s'est séparé.
jusqu'à ce que Rose, la fille de Gabriel, se retrouve en danger mortel en voulant marcher sur les traces de son père en tant qu'aventurière. L'équipe vieillissante va donc se reformer afin de lui venir en aide, enfin, s'ils ne meurent pas en route…
Chaudement recommandé par deux « monstres » sacrés de la blogosphère, Apophis et l'Ours Inculte, j'ai donc franchi une fois de plus l'écueil de la V.O. pour me lancer dans cette lecture qui parle à la fois à mes goûts musicaux (les aventuriers faisant furieusement penser à un groupe de hard rock) et à mon lointain passé rôliste puisque l'ambiance et les monstres ne détonneraient pas dans une partie de Dungeons & Dragons !
Je ne suis habituellement pas très fan de romans qui mêlent action et humour mais ici, le mélange est bien dosé, les clins d'oeil nombreux, et surtout… les personnages sont attachants. Clay, le guerrier dont l'arme principale est un bouclier en bois d'ent, rappelle le bassiste du groupe et en est le ciment, même s'il n'est pas le plus charismatique. Gabriel, alias Golden Gabe, rappelle le chanteur/guitariste. Ganelon, le guerrier sanguinaire, le guitariste solo. Moog, le magicien… ne rappelle personne et fait souvent n'importe quoi ! Enfin, Matrick, le roi déçu et déchu, préfère partir que les routes que de subir sa femme.
Surclassés par les héros plus jeunes, rackettés (plusieurs fois !) par un groupe de filles (la honte !), humiliés par un grand méchant sorcier (presque-elfe) à oreilles de lapin (si, si !), les vieux croulants vont montrer qu'ils ne sont pas encore finis en dérobant une épée magique à leur ancien manager peu scrupuleux, en s'aventurant dans une forêt maudite, en volant un navire volant, en combattant un dragon ou encore une horde de milliers de monstres. Et bien d'autres choses !
Une grande « saga » tragi-comique savamment dosée, sans excès de pitreries, avec des personnages intéressants ayant chacun leur personnalité propre et un côté attachant. Avec en filigrane un côté nostalgique et des tonnes de références au jeu de rôle, bref une bonne lecture de fantasy détente.
Et la suite, Bloody Rose, est encore meilleure !
Lien : https://bibliosff.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Eddykines
  17 octobre 2019
J'ai pris un immense plaisir à lire ce livre. Evidemment, les "critiques" vont lui trouver pleins de défauts, "trop mâle", "trop jdr", "trop... plaisant (traduire "facile") à lire..." C'est un bouquin qu'on commence et qu'on ne lâche plus. Je n'avais qu'un regret : je savais qu'à un moment j'arriverai à la fin. Je le conseille à toutes et tous car c'est de la fantasy accessible, dynamique avec des personnages hyper attachants, des situations passant du tragique à l'épique, bref, de la VRAIE héroic-fantasy. Enfin l'humour y est omniprésent et permet de prendre du recul par rapport à la tension narrative. Bref, cela faisait longtemps que je n'avais pas pris un tel pied à lire de la fantasy.
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Elbakin.net   15 octobre 2019
Le roman a pour lui d’être plutôt bien écrit, avec un style assez enlevé qui permet de tourner les pages rapidement. La galerie de personnages, essentiellement masculins, est sympathique à défaut d’être très originale. Mais au bout du compte, il ne s’agit finalement que d’une simple variation sur le thème d’une partie de jeu de rôle racontée.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Nicholas Eames (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1382 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre