AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Knapy


Knapy
  08 avril 2016
J'ai refermé ce roman il y a seulement quelques minutes et j'ai vraiment eu envie de le partager avec vous, car il s'agit l'un d'une petite perle, un truc assez rare que pour qu'on ait envie de le montrer au monde entier, et comme je me vois mal porter le bouquin de 370 pages autour du cou, je préfère vous en parler ici.

Einar Wegener est un peintre danois qui a épousé une de ses étudiantes, Greta Wauld héritière californienne passionnée par la peinture. Ce couple atypique fait son petit bout de chemin, sans enfant, et sans encombre. Un jour alors qu'une de ses modèles lui pose un lapin, Greta demande à Einar d'enfiler des bas et des hauts talons afin que son épouse puisse terminer le portait en cours. Mal à l'aise dans les premières minutes, Einar fini par se prendre au jeu et ne s'offusque pas lorsque sa compagne l'appelle Lili. A partir de ce jour-là, tout bascule dans la vie du jeune peintre, et les questions sur son identité profonde voient le jour.

Lili et Einar partagent un seul corps, l'auteur présente cette relation intérieure très conflictuelle par le biais d'une schizophrénie mal assumée. On suit le parcours de ces deux moitiés d'identité perdues au milieu de ce corps parfois encombrant. Mais le lecteur, lui, ne s'y perd pas, on sait toujours très exactement à qui on a à faire, Einar ne s'exprime pas comme Lili, qui elle n'adopte pas le même comportement ni la même gestuelle que son pendant masculin. Je ne rentrerai pas dans les détails de l'histoire, je pense que chaque lecteur aura une lecture très particulière, très personnelle de « Danish Girl ».

Ce roman est très bien écrit (traduit ?) l'auteur trouve les bonne descriptions, les bons termes pour nous emmener à travers une histoire délicate, et un petit peu parfumée. Je me suis sentie comme dans un musée, à observer un tableau sur la complexité de l'être humain, ses relations, et les moeurs d'une époque que je n'ai pas connue. L'écriture m'a permis de visualiser les lieux, sentir l'étoffe des vêtements et l'ambiance des rues de villes que je n'ai jamais vues, et tout cela était sacrément joli.
J'ai refermé ce roman il y a quelques minutes et je l'ai tenu simplement dans mes mains parce que je savourais l'instant présent.
Commenter  J’apprécie          110



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (5)voir plus