AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072558883
Éditeur : Gallimard (02/10/2014)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
"... J'ai donc voulu voir Souveraine Magnifique, cette rescapée des vastes massacres qui se sont abattus sur le Rwanda en 1994 avec la fureur de cyclones sanglants. C'est le pouls battant, mais la tête froide, que j'ai frappé à la porte de la jeune femme. On ne sait jamais qui vous scrute derrière des rideaux à peine frémissants. On ignore ensuite quel être, surgissant des fumeroles d'une épouvantable histoire, vous invitera à découvrir sur les marches du soir les f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Annette55
  20 septembre 2015
" je n'ai pas honte de ma vie, mais j'ai quelque chose de pourri au fond de la gorge, un dépôt sans âge...."
Ainsi s'exprime " Souveraine Magnifique", cette rescapée des vastes massacres qui se sont abattus sur le Rwanda, la saison des coupe- coupe qui a ensanglanté le pays des mille collines en1994....Elle répond au narrateur qui, le pouls battant mais la tête froide, la retrouve vingt ans après...
Employé des Eaux et Forêts au Cameroun, le pays des Crevettes, il est parti au Rwanda à la suite d' un cauchemar pour comprendre ce qui s'est passé dans ce pays depuis les brumes bleutées des collines Rwandaises jusqu'aux eaux rougeoyantes du Rizizi, la rivière qui sépare plusieurs pays de la région des Grands Lacs Africains. Son parcours l'amène à rencontrer cette survivante Tutsi. Elle avait 8 ans lorsque toute sa famille a été massacrée sous ses yeux par Modeste, le voisin Hutu, avec lequel les relations étaient pourtant cordiales...
Son épouse Mélancolie était l'institutrice de Souveraine et il la chérissait...Elle ne s'en remettra pas et finira sa vie dans un hôpital psychiatrique...
Le ton du narrateur est celui d'un simple citoyen, un curieux. Le témoignage est vivant, humain, trés proche tout en étant documenté.
Le Camerounais observe avec humour et sans langue de bois les différences culturelles.Souveraine dresse le portrait d'un couple de musulmans Sara et Souleymane Babazimpa auquel elle doit d'avoir réchappé au pire en fuyant la menace de Kulto pour se réfugier chez un de ses protecteurs à Bukavu.
Tout au long des conversations, souvenirs, confessions, on ressent douloureusement la trace symbolique des râles, des cris, des coups , du sang et des chuchotements des victimes de cette épouvantable histoire, la colère et la rage intactes de cette jeune femme , vingt ans aprés la tragédie...Elle porte en elle pour toujours les stygmates des fantômes qui peuplent et crucifient sa mémoire ...
Le récit est entrecoupé des questions du narrateur qui essaie de comprendre comment le jugement amenant Souveraine et Modeste le bourreau des siens à s'occuper d'une même vache: Doliba est mis en pratique.
C'est cette réponse tant attendue qui sert de fil conducteur et même de suspense symbolique à cet ouvrage.
L'auteur entend la voix de Souveraine Magnifique, sonde son cœur, son âme avec force et justesse. Il restitue avec compassion verve et couleur la chronique de cette nation aprés un génocide apocalyptique qui résonne d'une manière universelle.
C'est un très beau témoignage teinté d'humour et de sagesse qui tente d'expliquer la sauvagerie des Longs :les Tutsi, des Courts: les Hutus, les racines de ce cauchemar inhumain, les réconciliations et les cohabitations, et aussi l'humanité de certains malgré le pessimisme et la barbarie! Pas facile à commenter un tel livre ! Beaucoup d'émotions et de révolte à la lecture !!
Ouvrage lu dans le cadre "du prix Historique Jeand'heurs."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
nanek
  08 juin 2019
Souveraine dialogue avec le narrateur camerounais, du pays des crevettes, venu au Rwanda pour tenter de comprendre ce qui s'est déroulé pendant trois mois lors de « la saison des raccourcissements ». Ce qui se joue encore aujourd'hui, deux décennies après entre « courts, longs et très court », une division ethnique instaurée par les colons, premier traumatisme de cette société.
Son histoire pourrait être celle de nombreux orphelins parmi « les longs » au sortir du génocide Tutsis. Mais il y a tout de même cette incongruité de savoir pourquoi, aujourd'hui de retour dans sa région natale après quinze ans d'exil à Bukavu au Zaïre, elle se voit partager cette vache Doliba avec le bourreau de sa famille.
Ses deux parents sont exterminés devant ses yeux. Elle ne doit sa survie qu'au reflex paternel de la cacher au-dessus de l'armoire familiale. Paralysée par la peur, elle ne peut du haut de ses huit années, s'interposer lorsque Modeste Constellation, le proche voisin, déboule dans leur maison, décapite le père, tente de violer sa mère Beauté Magnifique, enceinte, avant de l'éventrer et de tuer le petit frère qui grandissait dans son ventre.
Cette barbarie la fait s'enfuir et prendre refuge chez les Bazimpa, Souleymane et Sara, un couple d'avoisinants « court », des justes de confession musulmane. Communauté religieuse qui a permis de sauver un certain nombre de Tutsis en 1994.
S'en suit un « voyage » périlleux, irréel car la menace s'intensifie sur les collines de Kuito.
Souveraine ne veut pas abandonner la vie comme Dorlothée, une autre avoisinante longue qui attend que la mort la frappe, pleurant son homme, Epileptique Melchior, un très courts, machetté par jalousie d'un amour jugé inapte, anormal.
Déjà, durant son périple vers Bukavu au Zaïre, vache et lait deviennent objet de convoitise, souvenirs et fantasmes pour la jeune fille qui s'accroche à des plaisirs passés pour surmonter l'insupportable.
Les sauveurs se succèdent dans la fuite tel Polycarpe Logambuga, le passeur du lac Kivu.
La reconstruction passe par le camp de réfugié de Panzi ou se mélangent toutes les horreurs perpétrées sur les milles collines voisines. Puis elle est accueillie par d'autres courts bienfaisants Ibrahima, le frère de Souleyman le juste de Kuito, et Aminata sa femme.
Reprendre goût à la vie, se réparer physiquement et psychologiquement prend du temps et l'esprit de justice passe par un retour au pays.
La terre ancestrale, 15 ans après, questionne Souveraine. Elle y a retrouvé une société secouée par de nouveaux démons, mort omniprésente, ordre quasi dictatorial de l'état, système éducatif en métamorphose laissant beaucoup à la traine. La langue française devenue suspecte et délaissée au profit de l'anglais y participe bien entendu.
La négation, la minimisation des atrocités sont argumentées par les bourreaux malgré la voies prise vers la réconciliation au travers des Gacacas. L'horreur se raconte dans ces tribunaux populaires, apportant son lot de ressentiments, de haines encore latentes.
Souveraine ne pardonne pas, la colère la fait survivre et la mélancolie fait écho à son âme morte.
Une forme de dialogue intéressante pour mettre en mots ces maux passés, présents et bien évidemment construisant un futur incertain dans ce royaume déchu où le démon Shaytan volette encore à ce jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
frconstant
  02 février 2017
« Souveraine Magnifique » est un roman de l'écrivain Camerounais Eugène Ébodé. Publié chez Gallimard en 2014, l'auteur se met en scène comme étant celui venu du pays des crevettes (Cameroun vient du portugais Camerões signifiant crevette.) désireux de comprendre ce qui s'est passé en 1994 au Rwanda, pays des mille collines.
Souveraine Magnifique, c'est le récit d'une rescapée des massacres rwandais d'il y a à peine vingt ans et le récit de cette lente quête de justice qui débouche sur l'accompagnement d'une vache, Doliba, cogérée par le bourreau et sa victime ! Plus qu'un « conte africain », une tranche d'humanité à ne pas laisser filer !
Dans un langage tout africain, gonflé de sagesses ancestrales, de métaphores, de palabres, de silences et de temps consacrés à conter pour faire mémoire, l'auteur nous introduit à une double question :
Que s'est-il vraiment passé lors de cette saison des machettes durant laquelle des massacres ethniques ont été perpétrés sans que nos consciences européennes ne s'en offusquent immédiatement ? Pourquoi ce « laisser-faire » … même si, après coups, le tribunal international (TPI) s'est saisi de quelques procès exemplaires, à tout le moins se voulant exemplatifs ?
Un chemin de conciliation, de reconstruction d'un avenir commun est-il possible entre les victimes et les génocidaires ? Comment rendre compte de ce qui s'est passé en ouvrant un avenir ?
Avec verve et empathie, dans un maniement simple, chaleureux et imagé de cette langue française que l'auteur maîtrise parfaitement, le lecteur est pris par la main et invité à ouvrir les yeux. Il existe un devoir de mémoire qui doit nous pousser à dénoncer les thèses négationnistes et à nous souvenir des faits, sans juger les personnes, mais sans aucune complaisance pour les forces sataniques qui poussent l'Homme à accepter de détruire son semblable plutôt que de lui porter assistance.
Extrait (page 112): Comment toutes ces équations vont-elles se résoudre ? Par la raison du plus fort ? Par la médiation des sages assis sur l'herbe ? Par la colère et de nouvelles tueries ? Ah non ! Si la tuerie était une solution, on le saurait. … En revanche, le point de vue des survivants est une chose qui ne se discute pas. Heureux soit qui recueille leurs paroles comme on extrait une pierre précieuse de la roche ou de la boue. Et leurs propos doivent pénétrer les esprits pour devenir des passerelles de prévention et de mémoire…
« Heureux soit qui recueille leurs paroles comme on extrait une pierre précieuse de la roche ou de la boue. Et leurs propos doivent pénétrer les esprits pour devenir des passerelles de prévention et de mémoire… » Voilà bien le fondement même de ce livre… À lire, absolument, en gage de volonté d'engagement contre toute barbarie à venir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
michelekastner
  20 novembre 2014
L'auteur, Camerounais (du pays des crevettes), donne la voix à une femme, rescapée du génocide, qui réussit à se cacher et à prendre la fuite après le massacre de sa famille, dont elle a été le témoin à l'âge de huit ans. Avec pudeur et précaution, pour ne pas la brusquer et laisser couler ses paroles, il l'interroge. Il a été frappé par cet étrange jugement tribunal pénal populaire : le partage des soins et de la traite de la vache Doliba entre le bourreau et sa victime. de cette tragédie, il a su composer un très beau texte, non dénué d'humour et de sagesse pour tenter d'expliquer la sauvagerie des longs envers les courts et les très courts, les racines de ce cauchemar et aussi l'humanité de ceux qui ont su garder raison et protéger, malgré la peur et les pressions.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
naneknanek   23 mai 2019
En revanche, le point de vue des survivants est une chose qui ne se discute pas. Heureux soit qui recueille leurs paroles comme on extrait une pierre précieuse de la roche ou de la boue. Et leurs propos doivent pénétrer les esprits pour devenir des passerelles de prévention et de mémoire...
Commenter  J’apprécie          70
Annette55Annette55   20 septembre 2015
"Le meurtre à tes côtés suit l'office divin.
Criant : Feu sur qui bouge !
Satan tient la burette, et ce n'est pas de vin
Que ton ciboire est rouge."

VICTOR HUGO.
Les Châtiments .
Commenter  J’apprécie          90
naneknanek   22 mai 2019
"- Peut-être faut il croire que c'est l'homme qui est fini. L'histoire ne s'écrit plus. Elle bégaie. "
Commenter  J’apprécie          100
michelekastnermichelekastner   12 novembre 2014
Nous sommes fragiles, nous sommes des brindilles chancelantes au milieu des ruines. Je pense enfin que tout ce qui nous reste à vivre n'est qu'une brindille au bout de laquelle brille un petit feu qu'un vent léger peut éteindre. Voulons-nous être la brindille ou le vent ? C'est cette question-là que je voulais vous proposer d'examiner. J'en ai assez dit, chers Inyangamugayo, chers habitants de Kuito !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Eugène Ebodé (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Ebodé
Reconnaissable au premier coup d??il grâce à son immense baobab coloré, le salon africain vous fait découvrir la richesse de la littérature du continent noir en mêlant des auteurs encore méconnus à des écrivains réputés. Et c?est également au salon africain qu?a lieu chaque année la remise du prix Ahmadou Kourouma.
Autour du thème « Les chercheurs d?Afriques », les romanciers et essayistes invités reviennent sur les blessures du continent, mais aussi sur ses gloires, sa grandeur et ses aspirations.
Outre les hôtes vedettes de cette édition 2019, Maryse Condé, Prix Nobel « alternatif » 2018 et le rappeur Abd al Malik qui présente son livre/album le jeune Noir à l?épée (Présence africaine/Musée d?Orsay/Flammarion) inspiré de l?exposition du Musée d?Orsay « le modèle noir de Géricault à Matisse », sont annoncés Abubakar Adam Ibrahim, Eugène Ebodé, Mia Couto, Françoise Vergès, Adame Ba Konaré, Elizabeth Tchoungui, Boualem Sansal, Beyrouk, Clemente Bicocchi, Jean Bofane, Tania de Montaigne, Armand Gauz, Ndèye Fatou Kane, Henri Lopes ou Bessora.
Plus d'infos sur https://salondulivre.ch
+ Lire la suite
autres livres classés : rwandaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr