AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gwendoline Jarczyk (Éditeur scientifique)Pierre-Jean Labarrière (Éditeur scientifique)
ISBN : 222619102X
Éditeur : Albin Michel (18/03/2009)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Après des siècles de relatif oubli, Maître Eckhart, dominicain philosophe autant que mystique, est enfin reconnu aujourd'hui comme l'une des plus grandes figures du christianisme. En marge de ses traités savants écrits en latin, il a délivré de nombreux sermons en allemand lors de ses tournées pastorales. Suspecté d'hérésie, il se défendit en expliquant que " s'il faisait fréquemment usage d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   08 janvier 2016
Ce qui a être, temps ou lieu, cela ne touche pas Dieu, il est au-delà. Dieu est dans toutes les créatures dans la mesure où elles ont l’être, et pourtant il est au-delà. Cela même qu’il est dans toutes les créatures, il l’est pourtant au-delà ; ce qui est un en beaucoup de choses, il faut de nécessité qu’il soit au-delà de ces choses. Certains maîtres voulurent que l’âme soit seulement dans le cœur. Il n’en est pas ainsi, et là de grands maîtres ont erré. L’âme est tout entière et indivisée pleinement dans le pied et pleinement dans l’œil et dans chaque membre. Si je prends un morceau de temps, ce n’est alors ni le jour d’aujourd’hui ni le jour d’hier. Mais si je prends [le] maintenant, il comprend en lui tout le temps. Le maintenant dans lequel Dieu fit le monde est aussi proche de ce temps que le maintenant dans lequel je parle à présent, et le dernier jour est aussi proche de ce maintenant que le jour qui fut hier (...) lorsque nous prenons Dieu dans l’être, nous le prenons dans son parvis, car l’être est son parvis dans lequel il demeure. Où est-il donc dans son temple, où il brille saintement ?

L’intellect est le temple de Dieu. Nulle part Dieu ne demeure de façon plus propre que dans son temple, dans l’intellect, selon qu’un autre maître dit que Dieu est un intellect qui là vit dans la connaissance de soi seul, demeurant seul en lui-même, là où rien jamais ne le toucha, car là il est seul dans son silence. Dieu, dans la connaissance de soi-même, connaît soi-même dans soi-même. (sermon 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gaillard1gaillard1   26 septembre 2010
Dieu peut aussi peu se passer de nous que nous de lui, car serait-ce que nous puissions nous détourner de Dieu, Dieu pourtant ne pourrait jamais se détourner de nous.
Commenter  J’apprécie          210
enkidu_enkidu_   08 janvier 2016
Comment doit être l’homme qui doit contempler Dieu ? Il doit être mort. Notre Seigneur dit : « Personne ne peut me voir et vivre ». Or saint Grégoire dit : Il est mort celui qui est mort au monde. Or éprouvez vous-mêmes comment est un mort et combien peu il est touché par tout ce qui est dans le monde. Meurt-on à ce monde, on ne meurt pas à Dieu. Saint Augustin se livrait à des prières de toutes sortes. Il disait : Seigneur, donne-moi de te connaître et de me connaître. « Seigneur, aie pitié de moi et montre-moi ta face et donne-moi de mourir et donne-moi de ne pas mourir afin que je te contemple éternellement ». C’est la première chose : que l’on soit mort si l’on veut contempler Dieu. C’est là le premier nom : « Petrus ». (sermon 45)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gaillard1gaillard1   26 septembre 2010
L'instant où Dieu créa le premier homme, et l'instant où le dernier doit disparaître, et l'instant où je parle, sont égaux en Dieu et ne sont qu'un instant.
Commenter  J’apprécie          170
enkidu_enkidu_   14 janvier 2016
Lorsque l’on discourt à propos de l’homme, on discourt à propos de toutes créatures, car Christ a dit lui-même à ses disciples : « Allez et prêchez l’évangile à toutes créatures », car toutes créatures sont rassemblées en l’homme. Mais Dieu se répand pourtant de façon essentielle dans toutes les créatures, en chacune autant qu’elle peut recevoir. C’est là pour nous une doctrine bonne, à quel point nous devons aimer également toutes créatures avec tout ce que nous avons reçu de Dieu ; si pourtant l’une nous est plus proche de parenté ou d’amitié selon la nature, que pourtant de par l’amour divin nous portions faveur égale en ce qui regarde le même bien. Il me semble parfois que j’aime davantage un homme que l’autre ; mais j’ai la même faveur à l’égard d’un autre que je n’ai jamais vu, cependant que celui-là se présente à moi plus souvent ; et c’est pourquoi je puis me déverser en lui davantage. C’est ainsi que Dieu aime toutes créatures de façon égale et les emplit de son être. Et nous aussi devons fluer avec amour sur toutes créatures. L’on trouve cela souvent chez les païens, qu’ils en vinrent par connaissance naturelle à cette paix riche en amour, car voici ce que dit un maître païen : « L’homme est un animal qui est doux par nature. » (sermon 75)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : Textes des sermonsVoir plus
>Religion>Eglise locale at ordre religieux>Textes des sermons (12)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1168 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre