AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Myriem Bouzaher (Traducteur)
ISBN : 2253147923
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 451 notes)
Résumé :
Avez-vous déjà eu besoin de mettre un saumon fumé dans le mini-frigo de votre chambre d'hôtel ? Tenté d'installer un logiciel en lisant les trois volumes d'explications fournis par le fabricant. Renoncé à prendre un médicament anodin en raison des risques terribles que sa notice fait peser sur " certains sujets " ? Entrepris de chercher du sexe sur Internet ? Si vous répondez oui à l'une de ces questions, alors vous vous reconnaîtrez dans les pages de ce livre, qui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
emi13
  06 avril 2014
Entre le rire et le savoir scientifique moderne, dans ce livre l'auteur nous relate les aventures du voyage hallucinant de l'homme moderne dans ce monde où le luxe et la folie sont théoriques ……..

Commenter  J’apprécie          370
Herve-Lionel
  06 mars 2016
La Feuille Volante n°1021– Mars 2016
Comment voyager avec un saumon – Umberto Eco – Grasset.
Traduit de l'italien par Myriam Bouzaher.
C'est un peu un voyage en « absurdie » auquel nous convie l'auteur à travers ces nombreux récits publiés tout au long de sa carrière. Il le fait sur le mode de la parodie dont il dit lui-même « qu'elle ne doit jamais craindre d'exagérer » mais qui doit rester un divertissement. Mais il ne convient pas de s'arrêter là et le lecteur se doit de lire ces textes comme ils ont été écrits, c'est à dire sous le coup de l'indignation surtout quand celle-ci dénonce la bêtise dont Eco nous rappelle « qu'elle est la chose du monde la mieux partagée ». Il pense en effet (et n'a sûrement pas tort) que la bêtise nous submerge jusque dans notre quotidien. Ainsi prend-il un malin plaisir à la décrire pour mieux l'analyser jusqu'à en goûter la subtilité, et de noter « La stupidité des autres nous indigne et le seul moyen de ne pas y réagir stupidement est de la décrire en savourant la subtilité de sa trame » . Tout cela bien sûr passe sous les fourches caudines de la traduction dont nous savons qu'elle est aussi parfois une trahison. Passer d'une langue et d'une culture à l'autre est aussi un divertissement en ce sens qu'il faut parfois réinventer un nouveau texte, faire quasiment une recréation, tout en respectant l'esprit du texte initial, le diable se cachant comme toujours dans le détail.
C'est donc un regard à la fois aiguisé mais aussi un peu facétieux que l'auteur porte sur le monde contemporain, montrant que son côté irrationnel n'est pas réservé à la fiction où l'imagination de l'auteur s'en donne à coeur-joie. le quotidien nous réserve aussi pas mal de surprises et pas seulement quand on déjeune dans un avion ou qu'on traîne une valise à roulettes. Il donne libre court à son style jubilatoire où le lecteur verra sans doute un peu de malice voire une once de mauvaise foi, mais peu importe, on lui pardonne volontiers car il nous invite à rire de cela, voire de tout, et qu'en ce bas-monde et surtout dans notre société déboussolée, le rire est plutôt salutaire.
Il ne peut s'empêcher de collationner en un catalogue un peu surréaliste tout ce que notre sacro-sainte société de consommation nous offre pour un prix dépassant souvent le raisonnable… et qui ne sert à rien. Il n'oublie pas non plus ces inventions qui sont censées nous simplifier la vie mais qui bien souvent nous la compliquent. On en vient à se poser des questions sur leurs concepteurs en s'interrogeant sur le fait qu'ils n'ont pas dû les tester eux-mêmes, où alors c'est grave ! Rassurons-nous, nous avons les mêmes en France, ce n'est pas le privilège de l'Italie. Il passe rapidement sur la lecture des rubriques de « contre-indications » qui accompagnent les médicaments. de quoi vous faire préférer de supporter votre maladie, même si vous devez en mourir.
En général, j'aime lire Umberto Eco, malheureusement ici, au fil des pages, je me suis lassé et si le début m'a paru intéressant, j'ai continué à lire la suite parce qu'il m'a semblé que refermer le livre serait faire insulte à l'auteur (en règle générale je pratique ce genre de respect). Il m'a en effet paru fort inégal. Quand il choisit de nous livrer des épisodes de sa vie, cela peut être passionnant surtout s'il le fait avec sa verve habituelle, mais quand même ! Je ne parle pas des histoires qu'il invente autour des ordinateurs et de leur supposée parenté avec une religion ou de ses recherches sexuelles vaines sur le web ainsi que toutes les arnaques dont notre belle société à le secret. de même ses ratiocinations sur la transmission des virus et des bactéries ou sa version revisitée du « Petit chaperon rouge ». Quant à pénétrer les arcanes de la « Cacopédie », sauf à être malencontreusement passé à côte d'un chef-d'oeuvre, j'avoue que je n'ai pas compris grand-chose.
Franchement je m'attendais à autre chose et je suis donc un peu déçu.

© Hervé GAUTIER – Mars 2016. [http://hervegautier.e-monsite.com ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Dosamuse
  09 septembre 2013
Des billets drôles, cyniques, absurdes.
L'inconvénient quand on fait un recueil de parutions hebdomadaires à succès, c'est vite lassant de les lire à la file. J'ai complètement décroché quand il utilisait des raisonnements mathématiques pour démontrer des choses au summum de l'absurdité. Généralement je lis avant de me coucher, là même avec un papier et un crayon je ne m'en serai pas sortie.
Et le premier billet est à éviter absolument, une horreur qui ne ressemble en rien à ce qui suit.
En fait c'est un livre plaisant mais de ceux qu'on laisse à portée de main et dans lequel on pioche de temps en temps.
Commenter  J’apprécie          194
kuroineko
  23 novembre 2012
Avec beaucoup de verve et d'humour, Umberto Ecco expose quelques anecdotes particulièrement savoureuse. le titre du recueil lui-même en dit long puisqu'on ne s'imagine guère, de prime abord, voyager avec un saumon!
Ces courtes hsitoires mettent surtout en avant les tracasseries imbéciles que nous endurons tous au moins une fois dans sa vie (pour les plus chanceux!). Il évoque ainsi les difficulté pour renouveler son permis de conduire. Ou encore s'interroge sur la persistance des compagnies aériennes de servir des petits pois plutôt que des masses plus consistantes telles que la purée.
Si la partie traitant de recherches en pataphysique m'a peu emballée, je garde néanmoins un excellent souvenir de cette lecture.
Commenter  J’apprécie          160
sabine59
  22 février 2016

Voilà ma manière d'honorer la mémoire du génial Umberto Eco, récemment disparu.
En célébrant son sens de l'humour, son auto-dérision, à travers ses pastiches et postiches, qui m'ont bien fait rire.D'ailleurs, j'aime proposer aux élèves de 3ème le désopilant " Comment voyager avec un saumon" , tellement vrai et où l'auteur se révèle fin observateur des vicissitudes du monde moderne. Ordinateur et frigo de chambre d'hôtel, une partition vouée à l'échec et aux dépenses imprévues ! Tout ça pour un saumon encombrant !
Cette anecdote fait partie d'une première série dans " Modes d'emploi" sous la rubrique " voyager" .Viennent ensuite d'autres rubriques tout aussi amusantes comme " se comprendre", " affronter le futur".
J'ai aimé en particulier le délirant " Comment répondre à la question " comment ça va ? ". Quelques exemples de réponses, finement drôles et érudites: Lucifer:" ça va Dieu sait comment."Descartes: " Bien, je pense."De Gaulle: " Excusez-moi, j'ai un appel."Dickens: " Les temps sont difficiles mais j'ai de grandes espérances."
Je ne désire pas en dire trop , découvrez par vous-mêmes ce petit chef d'oeuvre de subtilité et de moquerie !
Umberto Eco expliquait dans la préface que ces pastiches " ne sont pas de simples parodies, pas plus qu'ils ne sont des actes de pur divertissement.Ils ont presque tous été écrits sous le coup de l'indignation.(...) Ils doivent être lus comme une contribution à l'analyse de la bêtise qui nous submerge,dans la culture et la vie quotidienne."
Cette dénonciation de la stupidité de certains aspects du monde actuel est en tout cas faite avec beaucoup d'élégance, de panache, d'intelligence. Merci à l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
EgoBluesEgoBlues   20 février 2016
J'ai vécu un drame dans ma vie. J'ai fait mes études supérieures comme pensionnaire au Collège Universitaire de Turin dont j'avais reçu une bourse. Je garde de cette époque une foule de souvenirs pleins de gratitude et une profonde répugnance pour le thon. En effet, la cantine n'ouvrait que pendant une heure et demie. La première demi-heure, on avait droit au plat du jour, après il ne restait que du thon. Moi, j'arrivais toujours après, si bien que, exception faite des mois d'été et des dimanches, je me suis farci 1 920 repas à base de thon durant ces quatre années. Mais là n'est pas mon drame.
Nous étions fauchés mais affamés de cinéma, de musique et de théâtre. Pour le théâtre Carignano, on avait trouvé une solution épatante. On se pointait dix minutes avant le début, on s'approchait de monsieur — comment s'appelait-il déjà ? —, bref, du claqueur en chef, on lui serrait la main en y glissant cent lires, et il nous laissait entrer. Nous étions une claque payante.
Hélas, le Collège fermait inexorablement ses portes à minuit. Passé cette heure, si on n'était pas rentré, on couchait dehors, car il n'y avait ni appel ni obligation de présence, un étudiant qui le désirait pouvant même ne pas mettre les pieds en fac pendant un mois. C'est pourquoi, à minuit moins dix, il nous fallait quitter le théâtre et foncer à perdre haleine vers notre objectif. Or, à minuit moins dix la pièce n'était pas finie. Et c'est ainsi qu'en quatre ans, j'ai vu tous les chefs- d'œuvre du théâtre de tous les siècles, mais tous amputés des dix dernières minutes.
J'ai donc vécu sans savoir comment Œdipe s'en tirait face à l'horrible révélation, ce qu'étaient devenus les six personnages en quête d'auteur, si Oswald Alving avait guéri grâce à la pénicilline, si Hamlet avait enfin découvert que ça valait la peine d'être. J'ignore qui est madame Ponza, si Socrate a bu la ciguë, si Othello a giflé Iago avant de partir pour un second voyage de noces, si le malade imaginaire a guéri, si tout le monde a bu avec Giannettaccio, comment a fini Mila de Codros. Je croyais être le seul mortel affligé de tant d'ignorance quand, par hasard, en bavardant avec mon ami Paolo Fabbri, j'ai découvert que lui, depuis des années, souffre de l'angoisse inverse. Durant ses études, il collaborait à je ne sais quel théâtre universitaire de la ville, et se tenait à la porte pour déchirer les billets. À cause des nombreux retardataires, il n'entrait qu'au deuxième acte. Il voyait Lear errer aveugle et déguenillé, le cadavre de Cordelia dans les bras, et il ignorait ce qui les avait amenés tous deux à une condition si misérable. Il entendait Mila hurler que la flamme est belle et il se creusait la cervelle pour essayer de comprendre pourquoi on passait au gril une jeune fille aux sentiments si élevés. Il n'a jamais su pourquoi Hamlet en voulait à son oncle, lequel semblait être un si brave type. Il voyait Othello agir, et se demandait pourquoi une épouse si mignonne était à mettre sous et non sur l'oreiller.
Bref, nous nous sommes fait nos confidences et nous avons découvert qu'une merveilleuse vieillesse nous attend. Assis sur les marches d'une maison de campagne ou sur un banc public, nous passerons des années à nous raconter l'un les débuts, l'autre les fins, en poussant des cris de stupeur à chaque découverte d'antécédents ou de catharsis.
« C'est pas vrai ! Et qu'est-ce qu'il a dit ?
— "Mère donne-moi le soleil !"
— Alors, c'est qu'il était foutu.
— D'accord, mais qu'est-ce qu'il avait ? »
Je lui susurrerais quelque chose à l'oreille.
« Mon dieu, quelle famille, je comprends maintenant...
— Raconte-moi Œdipe...
— Y a pas grand-chose à dire. Sa mère se pend et lui se crève les yeux.
— Le pauvre. Mais après tout, c'est de sa faute : on l'avait averti sur tous les tons.
— Exact. D'ailleurs, c'est une question qui m'a toujours obsédé : pourquoi ne comprend-il pas ?
— Mets-toi à sa place. Quand la peste éclate, lui, il est déjà roi et heureux en ménage...
— Alors, quand il a épousé sa mère, il ne...
— Eh non, et c'est ça le plus beau.
— Bonjour, Sigmund. Si on te le racontait, tu n'y croirais pas. »
Serons-nous alors comblés ? Ou bien aurons-nous perdu la fraîcheur de celui qui a le privilège de vivre l'art comme la vie, dans laquelle nous entrons quand les jeux sont déjà faits et d'où nous sortons sans savoir ce que deviendront les autres ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
HarmonideHarmonide   03 mars 2018
Comment passer la douane

La nuit dernière, à l'issue d'un de mes innombrables rendez-vous galants, j'ai trucidé ma dernière maîtresse en date en lui fracassant la tête avec une précieuse salière signée Cellini. D'abord au nom de l'éducation morale très stricte reçue dans mon enfance – une femme encline au plaisir est indigne de pitié –, ensuite pour des raisons esthétiques, afin d'éprouver le frisson du crime parfait.
Au son pur d'un CD diffusant une musique pour eaux du Baroque anglais, j'ai attendu que le cadavre refroidisse, que le sang coagule, puis avec une scie électrique j'ai découpé le corps, en m'efforçant de respecter les principes anatomiques fondamentaux, en hommage à la culture sans laquelle il n'existerait ni courtoisie ni contrat social. Ensuite, j'ai placé les morceaux dans deux valises en peau d'ornithorynque, j'ai passé un complet gris et j'ai pris un wagon-lit pour Paris.
Après avoir remis au conducteur mon passeport et un formulaire où je déclarais avec exactitude la centaine de milliers de francs en ma possession, j'ai dormi du sommeil du juste, car rien ne favorise davantage l'endormissement que le sentiment du devoir accompli. Quant aux douaniers, ils ne se seraient jamais permis de déranger un citoyen qui, en voyageant en première et en single, déclarait ipso facto son appartenance à une classe hégémonique, se plaçant par-là même au-dessus de tout soupçon. Situation d'autant plus appréciable que, afin d'éviter les crises de manque, j'avais emporté un peu de morphine, huit ou neuf cents grammes de cocaïne et une toile du Titien.
Je ne dirai rien de la façon dont, à Paris, je me suis débarrassé des misérables restes. Je me fie à votre imagination. On peut aller à Beaubourg et déposer les valises sur l'un des escaliers roulants, personne ne s'en apercevra avant longtemps. On peut aussi les enfermer à la consigne automatique de la Gare de Lyon. Le mécanisme de réouverture à l'aide d'un mot de passe est si compliqué que des milliers de colis y sont en souffrance sans que personne se hasarde à venir vérifier. Plus simplement, il suffit de s'attabler à la terrasse des Deux Magots après avoir abandonné les valises devant la librairie La Hune. En moins de deux, on vous les fauchera et c'est votre voleur qui les aura sur les bras. Cela dit, il me serait difficile de nier que l'événement a fait naître en moi cette énorme tension qui accompagne toujours la réalisation d'une œuvre artistique parfaite et complexe.
De retour en Italie, me sentant nerveux, je résolus de m'accorder quelques jours de vacances à Locarno. Par un inexplicable sentiment de culpabilité, habité de l'impalpable crainte que quelqu'un me reconnût, je décidai de voyager en seconde classe, vêtu d'un jeans et d'un polo au crocodile.
A la frontière, je fus assailli par des fonctionnaires des douanes débordant de zèle. Ils fouillèrent mon bagage jusqu'au plus intime et me dressèrent un procès-verbal pour avoir importé en Suisse une cartouche de cigarettes italiennes. Ensuite, ils me firent remarquer que la validité de mon passeport était échue depuis quinze jours. Enfin, ils découvrirent au creux de mes sphincters 50 francs suisses d'une provenance incertaine, pour lesquels je n'étais pas en mesure de produire un document officiel d'achat régulier auprès d'un organisme de crédit.
On m'a interrogé sous une lampe de 1 000 watts, frappé avec un drap de bain mouillé et interné provisoirement dans une cellule d'isolement sur un lit de contention.
Par bonheur, j'ai eu la présence d'esprit de dire que j'appartenais à la loge P2 depuis sa fondation, que j'avais posé deux ou trois bombes dans les trains express à des fins idéologiques, et que je me considérais comme un prisonnier politique. Aussitôt, on m'a attribué une chambre individuelle au Centre de Bien-Être du Grand Hôtel des Îles Borromées. Un diététicien m'a conseillé de sauter quelques repas afin de retrouver mon poids de forme, tandis qu'un psychiatre a ouvert un dossier afin d'obtenir une détention à domicile pour anorexie avérée. En attendant, j'écris des lettres anonymes aux juges des Tribunaux de ma juridiction, insinuant qu'ils se les adressent réciproquement, et j'ai accusé Mère Teresa d'avoir eu des rapports actifs avec les Troupes Communistes Combattantes.
Si tout se passe bien, dans une semaine je suis chez moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23
Nastie92Nastie92   30 mai 2013
Les anciens fabulistes nous l'ont appris, pour empêcher un renard de boire dans un verre, il suffit que ledit verre soit étroit et haut. Les verres des avions sont bas, évasés, de véritables cuvettes. Et bien évidemment, par une loi physique, tout liquide ne peut qu'en déborder, même sans l'aide des turbulences. Le pain n'a rien de la baguette française, dans laquelle il faut mordre et tirer fort même quand elle est fraîche, c'est un type particulier d'agglomérat de semoule qui, dès qu'on le saisit, explose en un nuage de poudre très fine. En vertu du principe de Lavoisier, cette poudre ne disparaît qu'en apparence : à l'arrivée, vous découvrez qu’elle est allée s'accumuler sous votre séant, emplâtrant tout l'arrière de vos pantalons. Quant au gâteau, soit il ressemble vaguement à une meringue et il va faire pâte avec le pain, soit il vous dégouline sur les doigts, quand votre serviette en papier est désormais imbibée de sauce tomate, et donc inutilisable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
DravotDravot   01 novembre 2011
Je n'ai rien contre le foot. Je ne vais pas au stade pour les mêmes raisons qui font
que je n'irais jamais dormir la nuit dans les passages souterrains de la Gare Centrale de Milan (ou me balader à Central Park à New York après six heures du soir), mais il m'arrive de regarder un beau match à la télé, avec intérêt et plaisir car je reconnais et apprécie tous les mérites de ce noble jeu. Je ne hais pas le foot. Je hais les passionnés de foot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
DosamuseDosamuse   03 septembre 2013
Le parvenu aura beau gagner un fric fou, d'ataviques stigmates de prolétaires lui feront ignorer le maniement des couverts à poisson, accrocher un Kiki à la lunette arrière de sa Ferrari, un saint Christophe au tableau de bord de son jet privé, et dire qu'il va "au coiffeur" ; aussi n'est-il jamais reçu par la duchesse de Guermantes (et il rumine, se demandant bien pourquoi, vu qu'il a un bateau long comme un pont).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Umberto Eco (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
Le choix des libraires. Direction la Normandie ! À la rencontre de Michaël Féron, propriétaire de la librairie « le rêve de l'escalier », à l'univers singulier puisqu'elle est dédiée aux livres d'occasions. Avec lui partagez ses coups de c?ur à petit prix comme « le Songe d'une nuit » de William Shakespeare, « le Nom de la rose » d'Umberto Eco ou encore « Les mots croisés » de George Perec.
Dans la catégorie : Essais, témoignagesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Essais, témoignages (27)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
579 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre
.. ..