AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Eliane Deschamps-Pria (Autre)
EAN : 9782905657091
30 pages
Éditeur : L' Echoppe (20/03/2000)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Texte d'une conférence prononcée le 10 mars 1981 à Milan. Du bon et du mauvais usage de la bibliothèque
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
sylvieh11
  04 septembre 2014
Ouvrant sur un passage de "La bibliothèque de Babel" écrit par Jorge Luis Borges, cette conférence donnée par Umberto Eco est une reflexion sur le rôle des bibliothèques et leur fonctionnement.
Il commence par annoncer en 21 points ce que serait une bonne "mauvaise bibliothèque".
Il donne ensuite le descrptif de deux bibliothèques (Yale et Toronto) qu'il a eut l'occasion de fréquenter et d'apprécier.
Il pose enfin sa problèmatique finale : la bibliothèque doit-elle être d'abord un lieu de protection (conservation), ou avant tout un lieu de diffusion ouvert au public ?
Commenter  J’apprécie          70
Palimpseste
  28 septembre 2012
« De Bibliotheca » est le texte écrit par Umberto Eco en mars 1981 lors des festivités du vingt-cinquième anniversaire de l'installation de la Bibliothèque communale de Milan dans le Palais Sormani. Pour ce discours, l'auteur s'est penché sur « les finalités certaines et incertaines d'une bibliothèque ». Il va notamment élaborer le modèle négatif de la mauvaise bibliothèque et lister, en vingt et un points, tout ce qui peut transformer un tel lieu de culture en un véritable « cauchemar » (cotes sur les ouvrages, interminables, usage du photocopieur limité, lecteur considéré comme un ennemis par le bibliothécaire, vols d'ouvrages très faciles, horaires inadaptés, etc.) Bref, toutes les questions que se posent souvent les bibliothécaires et documentalistes face à l'évolution des besoins des utilisateurs.
Pour Umberto Eco, il ne serait pas non plus inutile « d'apprendre à respecter le livre, à le consulter », d'informer les utilisateurs sur l'existence des bibliothèques dans leur ville, de leur apprendre à utiliser « l'instrument-bibliothèque ». C'est une question d'éducation.
Umberto Eco termine son discours en posant cette dernière question : « Parviendrons-nous à transformer l'utopie en réalité ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
cicou45
  22 juillet 2011
Comment le livre a -t-il pu passer d'un objet rare et précieux à une simple objet qui a perdu toute sa valeur ? (enfin, du moins pour certains, ce qui n'est pas notre cas car sinon, nous ne serions pas présents sur ce site). Umberto Eco nous propose, dans ce court essai, de rendre la lecture à tous en rendant l'accès aux bibliothèques libre, donc dans un certain sens, en vulgarisant l'accès à la lecture qui, dans des temps reculés, n'étaient réservée qu'à un certain nombre de bourgeois et d'érudits qui avaient accès aux salons de lecture, mais sans pour autant que l'objet livre perde toute sa valeur.
Magnifique texte qui nous rappelle que le livre doit être considéré avec respect et qu'il mérite d'être accessible à tous et à toutes, du moment que ces derniers prennent un tant soit peu conscience de sa valeur !
Commenter  J’apprécie          50
foxofthelibrary
  09 septembre 2010
De Biblioheca pose le problème suivant: Comment préserver le livre sans le vulariser? Comment rendre une bibiothèque accessible tout en la faisant respecter?
Approche très spirituelle du monde du livre, en particulier de la bibliothèque. Elle a pour but d'ouvrir les gns à la culture, de faire découvrir, de partager, de vivre une aventure culturelle et spirituelle. La Recherche, la découverte.
Seulement à cause du non respect général, certaines bibliothèques deviennent exclusivement conservatrices et oublient leur rôle social.
Vouloir à tout prix conserver le patrimoine culturel, le livre plus généralement, le protéger, éloigne le public de ce monde pourtant indispensable.
Comment allier accessibilité, respect et conservation? Tel est le problème du bibliothécaire engagé.
Commenter  J’apprécie          50
blandine5674
  23 juillet 2014
De Bibliotheca est le texte prononcé par Umberto Eco en mars 1981 pour célébrer le 25ème anniversaire de l'installation de la bibliothèque communale de Milan dans le Palais Sormani.
Le plus : C'est avec humour, qu'est décrit un modèle négatif, celui de la mauvaise bibliothèque, en vingt et un points. Est décrit également les points positifs des bibliothèques que Eco a fréquenté toute sa vie. le moins : un peu long sur les photocopies.
Que vous soyez usager ou professionnel d'une bibliothèque, n'hésitez pas à lire ce discours. 31 pages, entre 4 et 5 euros.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PalimpsestePalimpseste   28 septembre 2012
[…] La notion de bibliothèque est fondée sur un malentendu, à savoir qu'on irait à la bibliothèque pour chercher un livre dont on connaît le titre. C'est vrai que cela arrive souvent mais la fonction essentielle de la bibliothèque, de la mienne et de celle des amis à qui je rends visite, c'est de découvrir des livres dont on ne soupçonnait pas l'existence et dont on découvre qu'ils sont pour nous de la plus grande importance. Bien sûr on peut faire cette découverte en feuilletant le catalogue mais il n'y a rien de plus révélateur et de plus passionnant que l'explorer des rayons où se trouvent par exemple rassemblés tous les livres sur un sujet donné, chose que le catalogue auteurs ne donnera pas, et de trouver à côté du livre qu'on était allé chercher un autre livre qu'on ne cherchait pas et qui se révèle être fondamental. La fonction idéale d'une bibliothèque est donc un peu semblable à celle du bouquiniste chez qui on fait des trouvailles et seul le libre accès aux rayons le permet […]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
fanfanouche24fanfanouche24   14 novembre 2013
Je sais que l'UNESCO est d'accord avec moi : - La bibliothèque...doit être d'accès facile et ses portes doivent être largement ouvertes à tous les membres de la communauté qui pourront l'utiliser librement sans distinction de race, de couleur, de nationalité, d'âge, de sexe, de religion, de langue, d'état civil et de niveau culturel-
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24fanfanouche24   11 novembre 2013
Si la bibliothèque est comme le veut Borges un modèle de l'univers essayons de le transformer en un univers à la mesure de l'homme ce qui veut dire aussi, je le rappelle, un univers gai...
Commenter  J’apprécie          180
blandine5674blandine5674   23 juillet 2014
Une bonne bibliothèque, ...... doit être avant tout un immense cauchemar, elle doit être parfaitement cauchemardesque et dans ce sens la description de Borges est un bon point de départ.
....
H) Le bibliothécaire devra considérer le lecteur comme un ennemi, un désoeuvré (sinon il serait au travail), un voleur potentiel.
....
P) Les horaires doivent coïncider exactement avec les horaires de travail, décidés par accord préalable avec les syndicats : fermeture absolue le samedi, le dimanche, le soir et à l'heure des repas. Le pire ennemi de la bibliothèque est l'étudiant qui travaille ; son meilleur ami est l'érudit local, celui qui a une bibliothèque personnelle, qui n'a donc pas besoin de venir à la bibliothèque et qui, à sa mort, lègue tous ses livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   11 novembre 2013
Enfin le problème final, il faut choisir si l'on veut protéger les livres ou les faire lire. Je ne dis pas qu'il faut choisir de les faire lire sans les protéger mais il ne faut pas non plus choisir de les protéger sans les faire lire...
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Umberto Eco (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
1er octobre 2013
Le roman de Raphaël Jerusalmy commence là où calent les livres d'histoire. François Villon, premier poète des temps modernes et brigand notoire, croupit dans les geôles de Louis XI en attendant son exécution. Quand il reçoit la visite d'un émissaire du roi, il est loin d'en espérer plus qu'un dernier repas. Rebelle, méfiant, il passe pourtant un marché avec l'évêque de Paris et accepte une mission secrète qui consiste d'abord à convaincre un libraire et imprimeur de Mayence de venir s'installer à Paris pour mieux combattre la censure et faciliter la circulation des idées progressistes réprouvées par Rome. Un premier pas sur un chemin escarpé qui mènera notre poète, flanqué de son fidèle acolyte coquillard maître Colin, jusqu'aux entrailles les plus fantasmatiques de la Jérusalem d'en bas, dans un vaste jeu d'alliances, de complots et de contre-complots qui met en marche les forces de l'esprit contre la toute-puissance des dogmes et des armes, pour faire triompher l'humanisme et la liberté. Palpitant comme un roman d'aventures, vif et malicieux comme une farce faite à l'histoire des idées, regorgeant de trouvailles et de rebondissements, La Confrérie des chasseurs de livres cumule le charme et l'énergie de Fanfan la Tulipe, l'engagement et la dérision de Don Quichotte et le sens du suspense d'un Umberto Eco.
+ Lire la suite
>Généralités>Bibliothéconomie et sciences de l'information>Bibliothèques, archives, centres de documentation généraux (56)
autres livres classés : histoire des bibliothèquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
633 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre