AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Myriem Bouzaher (Traducteur)
ISBN : 2253048798
Éditeur : Le Livre de Poche (18/01/1989)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 48 notes)
Résumé :
in12 souple, bon etat, Biblio essais, Le Livre de Poche, 1993, 313p
Lire n’est pas un acte neutre : il se noue entre le lecteur et le texte une série de relations complexes, de stratégies singulières qui, le plus souvent, modifient sensiblement la nature même de l’écrit originaire. Lector in fabula se veut ainsi le répertoire des diverses modalités de la lecture et une exploration raisonnée de l’art d’écrire. Pour comprendre le rôle du lecteur, mais aussi cel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Enroute
  08 décembre 2017
Lors de l'écriture de son texte, l'auteur postulerait les connaissances de son Lecteur Modèle qui comprennent ses connaissances sémantiques (qu'est-ce qu'un chat, un hibou), idéologiques (ce qui se fait en société, ce qui convient, ce qui est bien ou mal), mais aussi d'"hypercodage rhétorique" (quand on dit "ils sont mariés" c'est l'un à l'autre et non chacun de son côté) et de "frame" (les scénarios classiques de la fiction, ex : quand une victime est attachée à des rails, quelqu'un vient la délivrer (à cheval)).
Toutes ces informations seraient consignées dans une encycopédie qui serait propre à chaque lecteur. Les lecteurs cultivés peuvent, le cas échéant, constituer plusieurs encyclopédies et mobiliser le contenu de celle de leur choix selon l'angle de lecture qu'ils se donnent (l'Encyclopédie historique pour lire les Misérables ou l'Encyclopédie romantique ; l'Encyclopédie du Moyen-Age pour lire la Divine Comédie ou l'Encyclopédie Contemporaine). L'encyclopédie contient des entrées par mot et des propriétés pour chaque mot (père = adulte, masculin, humain, deux bras, deux oreilles, mortel, etc.). Ces propriétés sont illimitées mais convoquées seulement à mesure des besoins du texte (père = éducateur de x et on verra plus tard pour l'aspect mortel). Les propriétés non nécessaires sont "narcotisées" ou mises en attente.
Grâce à son encyclopédie, le lecteur interpète le texte au cours de sa lecture. Quand des hypothèses sont formulées ou des attentes créées (que va faire le personnage x), naît un monde possible. Il s'actualise si les événements supputés se réalisent ou est oublié. La totalité de la fabula représente une suite d'états d'un même monde, celui de la fabula, dans lequel, éventuellement, les personnages ont leur propre monde (x croit que et rêve que, y a l'intention de). Ce qui relie le monde réel du monde possible s'obtient par recensement des individus (personnages, choses, villes, etc) et des propriétés (lois, règles, conventions, etc.) du monde "réel" et du monde de la fabula. La lecture est donc une opération hautement intellectuelle et logique qui requiert une très grande lucidité sur l'état de ses connaissances propres et une analyse de véridicité constante des assertions du texte littéraire (en conformité avec les postulats de la logique modale).
On se demande où passe l'aspect esthétique et émotionnel de la lecture (et de l'écriture) dans cette conception exclusivement raisonnée de la lecture qui place le processus d'interprétation dans la véridicité des assertions proposées. Les explications postulées semblent davantage devoir cadrer avec des textes scientifiques qui ne visent en effet qu'à dire le vrai qu'à des textes de fiction qui précisément en jouent en activant d'autres mécanismes en complément de ceux de la raison pure. Il semble que réduire le langage à des formules mathématiques appauvrit sensiblement la capacité à produire et interpréter un contenu textuel, apparentée à une opération statique plutôt que dynamique, et le referme dans des codes objectivés qui nient l'expérience identitaire, existentielle et sensitive de la réalité. Si le langage était une mathématique, on ferait des sciences avec des mots et on ferait des romans avec des parenthèses, des intégrales et des fractions... et les ponts s'écrouleraient (mais ils seraient très interprétables) et la littérature serait d'un ch... (mais sans ambiguïté !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
agenet
  07 juillet 2014
Une thèse intéressante quant au rôle actif du lecteur, devenant en partie "créateur" du texte par son interprétation et ses connaissances propres.
Cet ouvrage nécessite tout de même un minimum de connaissances en termes linguistiques pour être bien compris ou présenter de l'intérêt.
Commenter  J’apprécie          150
Cielvariable
  30 mars 2014
Lecture tout indiquée pour les étudiants en littérature ou pour les gens désireux de comprendre le lien implicite entre un auteur et son lecteur. Eco rappelle brièvement les conditions historiques et les objectifs de son texte. Sinon, seuls les textes narratifs l'intéressent. Toute la réflexion développée dans Lector in Fabula repose sur la conception particulière du texte narratif comme une coopération entre l'auteur et le lecteur "Modèle" comme participant actif et non comme consommateur d'un produit fini.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
PilingPiling   10 août 2010
Il est exact que d'habitude nous jugeons le monde d'une narration à partir de notre monde de référence et que nous faisons rarement l'inverse. Mais que signifie alors affirmer avec Aristote (Poétique, 1451b et 1542a) que la poésie est plus philosophique que l'histoire parce que dans la poésie les choses arrivent nécessairement tandis que dans l'histoire elles arrivent accidentellement ? Que signifie reconnaître, à la lecture d'un roman, que ce qui s'y passe est plus "vrai" que ce qui se passe dans la vie réelle ? Que signifie dire que le Napoléon pris pour cible par Pierre Besuchov est plus vrai que celui qui est mort à Sainte-Hélène, que les caractères d'une œuvre d'art sont plus "typiques" et "universels" que leurs prototypes réels, plus effectifs et plus probables ? Il nous semble que le drame d'Athos, qui ne pourra jamais abolir, en aucun monde possible, sa rencontre avec Milady, est le témoin de la vérité et de la grandeur de l'œuvre d'art, au-delà de toute métaphore, par la force des matrices structurales de mondes, nous faisant entrevoir ce que signifie la "nécessité poétique".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lolo13lolo13   05 avril 2016

« Le texte est un tissu d’espaces blancs, d’interstices à remplir, et celui qui l’a émis prévoyait qu’ils seraient remplis et les a laissés en blanc pour deux raisons.
D’abord parce qu’un texte est un mécanisme paresseux (ou économique) qui vit sur la plus-value de sens qui y est introduite par le destinataire [...].
Ensuite, au fur et à mesure qu’il passe de la fonction didactique à la fonction esthétique, un texte veut laisser
au lecteur l’initiative interprétative [...].
Un texte veut que quelqu’un l’aide à fonctionner. »
Umberto Eco, Lector in fabula Grasset, 1979,p. 66
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CielvariableCielvariable   02 mars 2016
Borges suggéra un jour que l'on pourrait et devrait lire le De imitatione Christi comme s'il avait été écrit par Céline. Splendide invitation à un jeu incitant à l'utilisation fantaisiste et fantastique des textes mais hypothèse indéfendable pour l'intentio operis.
Commenter  J’apprécie          50
CielvariableCielvariable   02 mars 2016
La compétence de lecture est généralement conçue comme une capacité à discerner ce qui est là, mais si l'exemple de mes étudiants peut être généralisé, c'est une capacité à savoir comment produire ce dont on peut dire, après coup, qu'il est là. L'interprétation n'est pas l'art d'analyser mais l'art de construire. Les interprètes ne décodent pas les poèmes: ils les font.
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   02 mars 2016
Nous devons donc faire une distinction entre l'utilisation libre d'un texte conçu comme stimulus de l'imagination et l'interprétation d'un texte ouvert. C'est sur cette frontière que se fonde, sans ambiguïté théorique, la possibilité de ce que Barthes appelle texte de jouissance.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Umberto Eco (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
Le choix des libraires. Direction la Normandie ! À la rencontre de Michaël Féron, propriétaire de la librairie « le rêve de l'escalier », à l'univers singulier puisqu'elle est dédiée aux livres d'occasions. Avec lui partagez ses coups de c?ur à petit prix comme « le Songe d'une nuit » de William Shakespeare, « le Nom de la rose » d'Umberto Eco ou encore « Les mots croisés » de George Perec.
autres livres classés : Esthétique de la réceptionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
585 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre