AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246857708
Éditeur : Grasset (13/05/2015)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.01/5 (sur 193 notes)
Résumé :
[LIVRE AUDIO]

En 1992, à Milan, un groupe de journalistes, cinq hommes et une jeune femme, sont embauchés pour créer un nouveau quotidien qu’on leur promet dédié à la recherche de la vérité, mais qui se révèle un pur instrument de calomnie et de chantage.
Ils fouillent dans le passé pour mettre en page leur « numéro zéro », et c’est le présent qui leur saute au visage…
« L’ombre de Mussolini, donné pour mort, domine tous les événements i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  23 juillet 2015
Un pamphlet sur la presse écrite italienne (mais qui aurait pu etre mondiale puisque les meme manipulations doivent etre faite partout).
Le but est d'accrocher le lecteur du journal, que l'infos soit vraie ou édulcorrée peut importe. Il ne faut pas non plus déplaire aux "patrons" du journal. le politiquement correct plutot que la vérité.
J'ai assez aimé ce livre qui m'a fait sourire plusieurs fois, par l'humour et parfois le cynisme de umberto Eco. Je me suis régalée avec les retranscriptions des annonces matrimoniales.....
Mais si la presse "sérieuse" en prend pour son grade , elle n'est pas la seule, la presse people et la télé réalité ne sont pas épargnées (et heureusement !!)
Par contre, mes connaissances en histoire et politique Italienne étant assez limitées, je pense ne pas avoir pu apprécier ce livre a sa jute valeur.
Je suis aussi de l'avis de nombreux lecteurs, Umberto Eco n'a fait qu'effleurer le sujet , il aurait pu pousser son idée plus loin.
Un livre un peu court à mon gout, mais l'écriture d'Umberto eco fait toujours merveille chez moi .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          426
torpedo
  19 janvier 2018
1992. Colonna est recruté avec quatre autres hommes et une femme par un journal. Ils doivent travailler ensemble à la rédaction d'un nouveau quotidien au tirage très limité supervisé par le Commandeur Vimercate, un homme que personne ne rencontre jamais. En parallèle, son collègue Braggadocio est obsédé par une thèse complotiste sur la mort de Mussolini (conduisant probablement à son assassinat).
Pour son dernier roman, Umberto Eco s'attaque au journalisme, un milieu pour lequel il a travaillé. Il nous dépeint une société de désinformation et de manipulation où tous les coups sont permis. Avoir choisi la date de 1992 pour situer ce roman n'est pas anodin. Mais n'étant pas férue d'histoire intérieure italienne, les références m'ont malheureusement souvent fait défaut.
Commenter  J’apprécie          424
Krout
  29 juin 2015
Sommes-nous manipulés, n'est même plus une question. La presse un contre pouvoir ? Voyez ses actionnaires de référence ! L'art de la mystification des foules n'a rien de nouveau : les pharaons fils de Amon-Ra, le récit de la guerre des gaules par Jules César, la chanson de Roland et Charlemagne à la barbe fleurie, l'affaire Dreyfus, les armes de destruction massives ne sont que quelques pâles exemples de ce qui n'est pas repris dans le Numéro zéro.
Umberto Eco, non comptant de démonter les tours de passe-passe de la presse (principalement la presse écrite), a pris un très malin (et à mon avis un très grand) plaisir à les utiliser sans vergogne dans ce court roman. Exemple parmi bien d'autres p. 197 "Et si, hier encore, je pensais que c'était un mythomane, sa mort lui conférait à présent une certaine crédibilité." L'écriture volontairement et inhabituellement simple est un signe discret au lecteur attentif pour le mettre en garde.
Pour ceux qui ne seraient pas convaincus par ce trop court exemple, en voici un second p 200 qui à lui seul résume magnifiquement ce roman :
"- Et le Vatican ? Même si l'histoire n'était pas vraie, que l'Eglise n'a pas protégé la fuite du Duce presque cinquante ans, elle finira dans les journaux. Ajouté à tous les ennuis qu'ils ont avec Sindona, Calvi, Marcinkus et compagnie, avant qu'ils aient pu démontrer que l'affaire Mussolini est de l'intox, le scandale aura éclaté dans toute la presse internationale. Ne vous fiez à personne, ..."
C'est extrêmement subtil ! Bonne lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Cacha
  26 septembre 2017
Cinq journalistes ratés ou besogneux, dont une femme, sont contactés pour lancer le premier numéro d'un vrai-faux journal qui en fait ne paraîtra jamais. .
Ou comment distinguer le vrai du faux lorsqu'il s'agit de complots.
L'auteur connaissait bien l'atmosphère italienne, et celle de ce milieu journalistique avide de commérages, qu'il décrit à la perfection. Il nous entraîne aussi vers des pans cachés de l'histoire contemporaine de son pays, qui mêle Mussolini à l'opération Gladio et aux années de plomb. Et nous découvrons la ville de Milan sous un jour différent, avec ses bas-fonds.
Ce roman, pour être apprécié a besoin à mon avis d'être lu jusqu'au bout : sa profondeur ne se révèle qu'à la fin du livre.
Commenter  J’apprécie          240
Corboland78
  19 mai 2015
Umberto Eco, né en 1932 à Alexandrie dans le Piémont (Italie), est un universitaire, érudit et romancier italien. Reconnu pour ses nombreux essais universitaires sur la sémiotique, l'esthétique médiévale, la communication de masse, la linguistique et la philosophie, il est surtout connu du grand public pour son roman le Nom de la Rose paru en 1982. Titulaire de la chaire de sémiotique et directeur de l'École supérieure des sciences humaines à l'université de Bologne, il en est professeur émérite depuis 2008. Son septième roman, Numéro zéro, vient de paraître.
A Milan en 1992, Simei, directeur d'un journal à créer, engage une poignée de journalistes. le projet est financé par le Commandeur Vimercate qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Berlusconi. Partant du principe que la presse quotidienne est battue d'avance dans la diffusion des nouvelles par les nouveaux médias, de la télévision à Internet, Simei propose d'écrire un quotidien qui « parlera de ce qui peut advenir demain » en utilisant des « anticipations inattendues. » La rédaction s'attelle à pondre son premier numéro test, le numéro zéro. L'un des journalistes, après enquête, semble avoir soulevé un lièvre de taille, Mussolini ne serait pas mort en 1945, diverses complicités internationales aux plus hauts niveaux auraient permis de différer de vingt ans sa mort, ce qui induit un autre regard sur la vie politique en Italie depuis la dernière guerre… et n'est pas sans danger pour celui qui révélera ce secret.
Umberto Eco s'en donne à coeur joie, théorie du complot, vérités cachées connues des seuls puissants de ce monde, désinformation du peuple par les journaux et les médias en général, mensonges d'Etat etc. du Gladio (une structure créée dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour parer à une menace d'invasion soviétique. On désigne couramment par ce nom l'ensemble des armées secrètes européennes, dont l'existence a été révélée publiquement en 1990 par le Premier ministre italien Giulio Andreotti) à la loge P2, des services secrets américains exfiltrant d'anciens nazis après guerre aux magouilles du Vatican, des Brigades Rouges à l'attentat de Bologne en 1980, tout est lié et trouve ses racines dans la fausse mort de Mussolini. Glups !
L'écrivain italien met en roman des thèmes déjà abordés dans son essai La Guerre du faux (Grasset, 1985). Une savoureuse dissection des informations diffusées par la presse quand on utilise les bonnes lunettes pour les lire, ce qui lui permet de disserter sur le pouvoir des journaux sur l'esprit de leurs lecteurs.
Le roman est agréable à lire, l'humour et l'ironie sont au rendez-vous, très court (le plus mince de son oeuvre romanesque je crois). Un peu déroutant aussi, car écrit dans un style plus simple que d'habitude (Eco s'attache à écrire ses romans dans le style de leur contenu, ici le monde de la presse, donc une écriture sans fioritures) avec très peu de mots rares, ces pépites qui m'enchantent dans ses autres romans, à peine ce « il suffisait de consulter les archives des hémérothèques pour réunir les tesselles de la mosaïque. » Par contre, les jeunes lecteurs seront peut-être largués par les références liées à l'histoire pas si ancienne de l'Italie, citées ci-dessus et dont la presse française (ou une certaine presse, Canard Enchaîné…) se faisait l'écho alors.
Un bon roman certes, mais personnellement, je n'y vois pas là l'un de ses meilleurs comme le disent certains. Je le trouve un peu court/léger pour un écrivain de l'envergure d'Umberto Eco.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

critiques presse (7)
LaPresse   29 juillet 2015
Non, ce n'est pas le roman le plus érudit d'Umberto Eco. Mais c'est sans doute l'un de ses plus cruels, éclairants et pertinents.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   29 juin 2015
En dénonçant les mauvaises pratiques journalistiques, cette satire sociale nous incite à réfléchir sur l’influence des médias, qui formatent hélas beaucoup trop souvent la plupart de nos idées.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaLibreBelgique   02 juin 2015
Umberto Eco décortique l’évolution inquiétante des médias dans une caricature ironique.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LesEchos   27 mai 2015
Au début, on redoute l'exercice convenu. Mais l'écrivain sémiologue a l'art de s'emparer d'un genre populaire - le thriller politique - pour le détourner et faire passer un propos fort et dérangeant.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LeFigaro   22 mai 2015
Le sémiologue et romancier italien s'attaque avec vigueur et humour aux tares du journalisme à scandale.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Liberation   18 mai 2015
Journalisme à scandale, complot et meurtre dans le nouveau roman du sémiologue italien.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeSoir   02 avril 2015
Avec «Numéro Zéro» le romancier italien traite de la mutation du journalisme à l’ère d’internet.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
jmlire92jmlire92   19 décembre 2016
Bonjour, présentons nous à tour de rôle. Voici le dottor Colonna, homme de grande expérience journalistique. Il travaillera à mes côtés - ce pour quoi nous le qualifierons d'assistant de direction ; sa tâche principale consistera à revoir tous vos articles. Chacun arrive avec ses propres expériences, c'est une chose d'avoir travaillé pour un journal d'extrême gauche et une autre d'avoir collaboré, disons, à La voix de l'égout, et comme (vous le voyez) nous sommes spartiatement peu nombreux, celui qui a toujours travaillé à la nécro devra peut-être écrire un article de fond sur la crise du gouvernement. il s'agit donc d'uniformiser le style et, si quelqu'un avait la faiblesse d'écrire palingénésie, Colonna vous dirait qu'il ne faut pas et il vous proposerait une alternative.

- Une profonde renaissance morale, avais-je dit.

- Voilà. Et si quelqu'un, pour qualifier une situation dramatique, écrit que nous sommes dans "l'œil du cyclone", j'imagine que le dottor Colonna sera assez avisé pour vous rappeler que, d'après tous les manuels scientifiques, l'œil du cyclone est le seul endroit où règne le calme, alors que le cyclone se développe tout autour de lui.

- Non, dottor Simei, suis-je intervenu, en ce cas je dirais qu'il faut précisément employer œil du cyclone car peu importe ce que dit la science, le lecteur l'ignore, et c'est précisément l'œil du cyclone qui lui donne l'idée qu'on se trouve en pleine tempête. C'est ce qu'il a appris par la presse et la télévision...

- Excellente idée, dottor Colonna, il faut parler le langage du lecteur, pas celui des intellectuels qui disent "oblitérer" le titre de transport. D'ailleurs, il paraît que notre éditeur a proclamé une fois que les spectateurs de ses chaînes de télévision ont une moyenne d'âge (je parle de l'âge mental) de douze ans. Les nôtres, non, mais il est toujours utile d'assigner un âge à ses propres lecteurs : les nôtres devraient avoir plus de cinquante ans, être de bons et honnêtes bourgeois partisans de la loi et de l'ordre, mais friands de cancans et de révélations sur les désordres en tout genre. Nous partirons du principe qu'ils ne sont pas ce qu'on appelle des lecteurs assidus, la plupart d'entre eux ne doivent pas avoir un seul livre chez eux, même si, à l'occasion, on parlera du grand roman qui se vend à des millions d'exemplaires à travers le monde. Nôtre lecteur ne lit pas de livres mais le fait qu'il existe de grands artistes bizarres et milliardaires lui plaît, de même qu'il ne verra jamais de près la diva à longues cuisses et pourtant il voudra tout savoir de ses amours secrètes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marc21Marc21   06 septembre 2015
Pour le moment, les téléphones portables ne sont utiles qu'aux adultes qui souhaitent éviter d'utiliser le téléphone de la maison, et peut-être aux plombiers, qui sont susceptibles d'être appelés à tout instant quand ils sont en déplacement. Qui d'autre ? Pour nos lecteurs, qui en majorité n'en possèdent pas, le sujet n'a aucun intérêt, et pour ceux qui en ont un, peu nombreux, ça ne leur ferait ni chaud ni froid, pire : ils nous prendraient pour des snobs, des radicaux chics.
— Pas seulement, étais-je intervenu, prenez Rockefeller, Agnelli, ou le président des États-Unis, ils n'en ont pas besoin, ils ont une armée de secrétaires, hommes et femmes, qui s'occupent d'eux. D'ici peu, on s'apercevra que seuls les minables l'utilisent, les pauvres types qui doivent être joignables par leur banquier pour s'entendre signifier qu'ils sont dans le rouge, ou par leur chef qui contrôle ce qu'ils sont en train de faire. Ainsi, le téléphone portable deviendra un symbole d'infériorité sociale, et personne n'en voudra plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
paestumpaestum   12 juillet 2015
Regardez les grands journaux anglo-saxons. S’ils décrivent, que sais-je, un incendie ou un accident d’automobile, ils ne peuvent évidemment pas dire ce qu’ils en pensent, eux. Et alors ils insèrent dans l’article, entre guillemets, les déclarations d’un témoin, un homme de la rue, un représentant de l’opinion publique. Une fois les guillemets mis, ces affirmations deviennent des faits, car c’est un fait qu’un tel a exprimé telle opinion. On pourrait cependant supposer que le journalisme n’a donné la parole qu’à quelqu’un qui pense comme lui. C’est pourquoi il faudra deux déclarations, contradictoires, pour démontrer qu’il y a sur une même affaire des opinions divergentes – et le journal rend compte de ce fait incontestable. L’astuce, c’est de mettre entre guillemets d’abord une opinion banale, puis une autre opinion, plus raisonnée, qui reflète celle du journalisme. Ainsi le lecteur a l’impression d’avoir été informé sur deux faits, mais il est amené à accepter une seule opinion comme la plus convaincante.

Le lecteur ne comprend ce qui se passe que si on dit stratégie de la corde raide, le gouvernement annonce des larmes et du sang, le chemin n’est qu’une aride montée, le Quirinal est prêt à la guerre(…) nous avons le couteau sous la gorge, autrement dit nous sommes dans l’œil du cyclone. (…) Et les forces de l’ordre ont agi avec professionnalisme.
(...)
Une coupure dit qu’untel a écopé d’une amende il y a des années pour excès de vitesse, une autre que le mois passé il a visité un camp de scouts, que la veille il a été vu dans une discothèque. On peut très bien partir de là pour suggérer qu’il s’agit d’un casse-cou qui viole le code de la route pour se rendre dans un lieu où on boit, et que, peut-être, je dis bien peut-être, mais c’est clair, il aime les petits garçons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Corboland78Corboland78   19 mai 2015
- Excellent les rumeurs, avec quelques détails piquants, comme si ce n’était qu’un billet d’humeur, exotique. Mais il y a aussi une manière de suggérer des noms. Vous pouvez dire, par exemple, que l’endroit est tout à fait respectable parce qu’il est fréquenté par des personnages très comme il faut, et ici vous balancez sept ou huit noms d’écrivains, journalistes et sénateurs au-dessus de tout soupçon. Sauf que, parmi les noms, vous en glissez un ou deux qui sont bel et bien des pédés. On ne pourra pas dire que nous calomnions quelqu’un, parce que ces noms apparaissent précisément comme des exemples de personnes fiables. Mieux, ajoutez quelqu’un qui est connu comme queutard à temps plein et dont on sait même le prénom de la maîtresse. Et, mine de rien, nous avons fait parvenir un message subliminal, comprend qui veut, avec nos informations nous pourrions en écrire bien d’avantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ann_Ann_   10 mars 2017
"Colonna, expliquez un peu à nos amis comment on peut observer, ou faire semblant d'observer, un principe fondamental du journalisme démocratique: séparer les faits des opinions. (…)"
"Très simple, avais-je répondu. Regardez les grands journaux anglo-saxons. S'ils décrivent, que sais-je, un incendie ou un accident d'automobile, ils ne peuvent évidemment pas dire ce qu'ils en pensent, eux. Et alors ils insèrent dans l'article, entre guillemets, les déclarations d'un témoin, un homme de la rue, un représentant de l'opinion publique. Une fois les guillemets mis, ces affirmations deviennent des faits, car c'est un fait qu'untel a exprimé telle opinion. On pourrait cependant supposer que le journaliste n'a donné la parole qu'à quelqu'un qui pense comme lui. C'est pourquoi il faudra deux déclarations, contradictoires, pour démontrer qu'il y a sur une même affaire des opinions divergentes -et le journal rend compte de ce fait incontestable. L'astuce, c'est de mettre entre guillemets d'abord une opinion banale, puis une autre opinion, plus raisonnée, qui reflète celle du journaliste. Ainsi le lecteur a l'impression d'avoir été informé sur deux faits, mais il est amené à accepter une seule opinion comme la plus convaincante. Donnons un exemple: un viaduc s'est effondré, un camion a basculé dans le vide et le chauffeur est mort. Le texte, après avoir relaté rigoureusement les faits, dira: nous avons entendu monsieur Rossi, 42 ans, qui tient un kiosque à journaux au coin de la rue. Que voulez-vous, c'est la fatalité, a-t-il dit, je regrette pour ce pauvre homme, mais le destin, c'est le destin. Sitôt après, un monsieur Bianchi, 34 ans, maçon qui travaille sur un chantier tout à côté, dira: C'est la faute de la mairie, on le savait depuis longtemps que ce viaduc avait des problèmes. A qui s'identifiera le lecteur? Qui incrimine-t-il? Qui pointe-t-il du doigt? C'est clair? Le problème ce sont les guillemets -où et quand les mettre."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Umberto Eco (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
Le choix des libraires. Direction la Normandie ! À la rencontre de Michaël Féron, propriétaire de la librairie « le rêve de l'escalier », à l'univers singulier puisqu'elle est dédiée aux livres d'occasions. Avec lui partagez ses coups de c?ur à petit prix comme « le Songe d'une nuit » de William Shakespeare, « le Nom de la rose » d'Umberto Eco ou encore « Les mots croisés » de George Perec.
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
604 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre
.. ..