AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081228849
407 pages
Flammarion (28/10/2009)
4.19/5   21 notes
Résumé :
Dans l'Iliade, Homère nous offre deux modes de représentation : le premier, c'est le bouclier d'Achille, une forme achevée et circonscrite où Vulcain représente tout ce qu'il sait sur une ville, sa campagne alentour, ses guerres et ses rites en temps de paix. Le second, c'est le fameux catalogue des navires, démesuré, que dresse le poète, impuissant à dire le nom et le nombre des guerriers achéens, et qui se conclut idéalement par un «et caetera». On appelle ce seco... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

Vertige de la liste est une authentique épopée de lecture, une fête pour les yeux et une célébration de la littérature et des arts, de la peinture en particulier. Anthologie de la liste, construite chronologiquement en vingt et un chapitres - genèse, évolution et fortune de la liste - dont les thèmes finalement peuvent constituer autant d'entrées possibles dans le livre ; intriguée par la préface je l'ai ensuite ouvert aux environs du chapitre 13 pour revenir ensuite au début avant de m'y risquer jusqu'à la fin.

La liste, un sujet de prédilection pour Umberto Eco qui s'abandonne en 2009, avec la complicité du Louvre, à son goût prononcé pour l'énumération, tenant son origine pour partie dans la fréquentation des textes médiévaux, et dans celle des oeuvres de Joyce. Ses investigations époustouflantes, multiples et jubilatoires, tant littéraires que picturales ou graphiques, ont produit ce livre splendide où le lecteur, convié à s'abandonner à la fascination de la liste, peut déambuler et s'égarer à sa guise au milieu d'oeuvres innombrables.

Cette chasse à la liste est le récit documenté et iconographié des relations que l'homme entretient avec la connaissance depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours ; la curiosité de connaître et définir toute chose qui taraude l'humanité depuis ses origines parcourt les pages de ce livre passionnant. Explorations du champ littéraire autant que celui des arts figuratifs. Citations et références nombreuses empruntées aux grands textes de la littérature commentés avec érudition ; les arts figuratifs sont présentés somptueusement. La mise en regard texte/iconographie atteint indubitablement son but : suggérer une conversation entre les arts. Voilà pour la forme et sur le fonds il n'y a qu'à s'en remettre à l'érudition de l'auteur. Une lecture très riche qui ne fait que commencer et dont je chronique modestement les premiers agréments.

C'est la description du bouclier d'Achille, donnée par Homère dans l'Iliade, qui introduit le livre. Elle illustre à quel point une forme sculptée, close, peut figurer une énumération et servir de référence pour suggérer l'infini. De même, l'énumération verbale, utilisée très tôt dans les textes anciens, est une façon d'évaluer l'indicible : au chant II de L'Iliade, Homère, encore lui, recourt à la liste pour décrire l'immensité de l'armée grecque, en nommant les capitaines et les navires ; la littérature et la peinture reprennent plus tard le modèle homérique, et suggèrent par des artifices narratifs ou plastiques, l'immensité, l'abondance, la profusion, la variété, le pullulement, au-delà des limites du texte ou du tableau. Les contours d'une liste, ne nous y trompons pas, ne sont jamais aussi définis que ceux que semblent lui assigner sa forme, voilà le point de départ donné à la genèse de la liste qui préfigure le vertige annoncé.

Alors qu'il pourrait s'y perdre facilement, un fil d'Ariane conduit pourtant le lecteur dans cette toile finement tissée qui oscille sans cesse, comme il est dit dans la préface, entre une quête du « tout est là » et une autre du « etc.». Il semble bien, tel qu'Umberto Eco nous le raconte, qu'il y ait un avant et un après Moyen Age, pour ce qui concerne la liste en littérature comme dans les arts figuratifs. C'est du goût de déformer né d'une prise de distance avec la logique médiévale, qui perdura jusqu'à la fin de la renaissance, que s'étend à l'âge baroque une nouvelle propension pour l'excès conduisant aux listes par énumération cohérente ou chaotique, dont la littérature moderne et post moderne font depuis si bon usage (Joyce, Borgès, Neruda, Prévert, Calvino, etc.).

L'initiateur de cette poésie de la liste n'est autre que Rabelais, comme le démontre si bien l'auteur se réfèrant et citant largement ses oeuvres les plus connues : "Gargantua" (1532-1534), "Pantagruel" (1532-1534) , "Le Tiers livre" (1546), "Le "Quart Livre" (1552) auxquels font écho les tablées festives de Peter ou Jan Brueghel ou les représentations de "grotesques" du XVIe siècle. le désir de mélanger le monde pour y déceler des rapports inconnus se substitue à celui de vouloir l'ordonner aux fins de le délimiter. L'imagination devient ainsi un nouveau moyen de connaissance qui se poursuit jusqu'à nos jours.

Mais les échanges entre les divers types de listes sont eux-mêmes si inextricables, le contraire serait bien triste et c'est là que l'image du rhizome s' impose par l'idée de prolifération suggèrée, qu'il y a moyen de prendre une liste pour une autre. Dans toute connaissance l'enchevêtrement est de mise. Les listes d'autrefois sont regardées aujourd'hui comme des formes poétiques. On peut sonder la cohérence d'une liste et sombrer dans le chaos ou passer de l'excès du fatras à l'arborescence la plus rigoureuse. Une banale liste de courses, liste fonctionnelle par excellence, prend un tour vertigineux si l'on n'y prend pas garde.

L'inspiration débordante d'Umberto Eco était sans doute nécessaire pour faire ressortir de manière aussi éclatante la capacité des arts figuratifs à entrer dans cette thématique de la liste, loin des sentiers battus de l'esthétique. Là réside, à mon avis, la grande originalité et la grande beauté d'un livre qui peut être lu sans fin. L'iconographie n'apparaît pas ici comme la simple supplétive du texte qu'elle illustre, ou son accessoire secondaire ; elle parle son propre langage et par la place essentielle qu'elle tient, occupant des pages entières à fonds perdu, invite le regard et l'esprit à participer intensément à ce vertige artistique de très haute qualité.

Commenter  J’apprécie          191

Un grand moment d'art, d'érudition et de réflexion...

Réalisé par Umberto Eco à l'occasion de la manifestation "Vertige de la liste" au Louvre en novembre 2009, ces 21 chapitres à la très abondante (et magnifique) iconographie composent un ensemble fascinant.

Partant des formes les plus anciennes, "nécessaires", de l'énumération avec Homère ou Hésiode, il nous conduit peu à peu vers les formes les plus modernes et les plus ludiques, qui sont aussi les plus vertigineuses, symbolisées par exemple par la célèbre "liste d'animaux fabuleux" de Borges, ou le contenu du tiroir de la cuisine de Leopold Bloom (dans l'Ulysse de Joyce).

Quelques brefs extraits pour donner une idée de certains des propos de l'ouvrage :

"On a du mal à classer ce type de liste (la liste de cours d'eau dans Finnegan's Wake de Joyce). Il s'agit d'une liste par gloutonnerie, par topos de l'ineffabilité (on ne peut dire combien de fleuves et de rivières existent au monde), par pur amour de la liste. Joyce a travaillé des années pour recenser tous les noms de fleuves et de rivières, avec la collaboration de plusieurs personnes, sans poursuivre de but géographique. Sans doute ne désirait-il pas que la liste ait un terme."

"Ces encyclopédies (médiévales) présupposaient donc (ou cherchaient encore) une forme, car leur organisation avait aussi une fonction mnémonique : un ordre donné des choses servait à s'en souvenir, à se rappeler la place qu'elles occupaient dans l'image du monde. Toutefois, cela ne fonctionnait, dans le meilleur des cas, que pour des lecteurs très spécialisés. Quant aux autres, sans doute étaient-ils fascinés (comme nous le sommes toujours) par l'énumération de ces mirabilia qui apparaissaient dans maints recueils."

"Dans son éclectisme forcené, la Wunderkammer voulait en effet symboliser un rêve de connaissance scientifique totale, décrit par Francis Bacon dans son utopie "La Nouvelle Atlantide" : à ceci près que sa maison des merveilles ne réunit pas des vestiges de la nature, mais les produits d'un esprit humain que la nature a désormais soumis et modifié."

"Avec la classification de Borges, la poétique de la liste atteint son plus haut degré d'hérésie et bafoue tout ordre logique préconstitué".

En grande partie anthologie, l'ouvrage d'Eco permet aussi de découvrir ou redécouvrir de petits bijoux d'énumération tels que les instruments de musique du "Docteur Faustus" (Thomas Mann), les villes de l'atlas du Grand Khan dans "Les villes invisibles" (Italo Calvino), les députés de la Convention dans "93" (Victor Hugo) ou encore la description des abattoirs dans "Berlin Alexanderplatz" (Alfred Döblin).

Au total, un très beau moment d'art, d'érudition et de réflexion.

Commenter  J’apprécie          20

Cela prenait la curiosité et l'érudition d'Umberto Eco pour créer un répertoire aussi hétéroclite qu'intéressant que ce Vertige de la liste.

On ne peut que s'extasier devant l'étalage d'énumérations, d'index, de catalogues, de répertoires, d'inventaires, de registres qui prennent bien sûr la forme écrite, mais qui se traduisent en une heureuse sélection d'oeuvres picturales de toutes les époques. le vertige s'exprime alors au travers des représentations du Bouclier d'Achille, du Jardin des délices de Bosch, de cabinets de curiosités, de mappemondes éclatées, de bibliothèques étalées. C'est également la poétique de la liste que veut révéler Eco par des oeuvres littéraires tout aussi éclectiques et disparates. Entre des incontournables comme Perec, Borges ou Calvino, qu'on ne se surprend pas d'être de la fête, on trouve des litanies, des listes de lieux, des recensions, des revues, des inventaires de choses, des prières, des collections et des compilations, qu'elles soient chaotiques ou pratiques. On croisera des vociférations du capitaine Haddock, la tirade du nez d'Edmond Rostand, des récits merveilleux, des balades et des chants, et, comble de tout, cette liste, car c'en est une, se contiendra elle-même.

Devant cette exaltation de déclinaisons de la liste, je ne peux que repenser à une citation, une liste incongrue par excellence, l'énumération des animaux de l'encyclopédie chinoise L'Emporium céleste du savoir bienveillant, inventée par Borges lui-même. Elle m'a notamment été remise en mémoire à l'occasion d'une intéressante série de France-Culture reprenant les cours du collège de France : Les bibliothèques invisibles par le philologue William Marx.

Les animaux sont classés comme suit : (a) ceux qui appartiennent à l'Empereur ; (b) ceux qui sont embaumés ; (c) ceux qui sont dressés ; (d) les cochons de lait ; (e) les sirènes ; (f) les animaux fabuleux ; (g) les chiens errants ; (h) les animaux inclus dans cette classification ; (i) ceux qui tremblent comme s'ils étaient fous ; (j) les animaux indénombrables ; (k) ceux qu'on dessine avec un pinceau très fin en poil de chameau ; (l) et cetera ; (m) ceux qui viennent de casser le vase de fleurs ; (n) ceux qui, vus de loin, ressemblent à des mouches. [L'Emporium céleste du savoir bienveillant — Jorge Luis Borges]


Lien : https://rivesderives.blogspo..
Commenter  J’apprécie          71

Dans cet ouvrage Umberto Eco propose de réfléchir à l'histoire de la liste , il en retrace les formes d'énumération , leurs évolutions , leurs interprétations au cours du temps. Superbement illustré d'oeuvres artistiques diverses et nombreuses, le livre s'enrichit également de larges extraits de textes d'Homère (bien entendu) à Borges en passant par Rabelais .C'est très beau , c'est érudit sans être abscons ,j'ai adoré.

Commenter  J’apprécie          60

toujours aussi prenant !

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation

Donc, tu as lu dans un journal que venait de paraître Si par une nuit d'hiver un voyageur, d'Italo Calvino, qui n'avait rien publié depuis quelques années. Tu es passé dans une librairie, et tu as acheté le volume. Tu as bien fait. Dans la vitrine de la librairie, tu as aussitôt repéré la couverture et le titre que tu cherchais. Sur la trace de ce repère visuel, tu t'es aussitôt frayé chemin dans la boutique, sous le tir de barrage nourri des livres-que-tu-n'as-pas-lu, qui, sur les tables et les rayons, te jetaient des regards noirs pour t'intimider. Mais tu sais que tu ne dois pas te laisser impressionner. Que sur des hectares et des hectares, s'étendent les livres-que-tu-peux-te-passer-de-lire, les livres-faits-pour-d'autres-usages-que-la-lecture, les livres-qu'on-a-déjà-lus-sans-avoir-besoin-de-les-ouvrir-parce-qu'ils-appartiennent-à-la-catégorie-du-déjà-lu-avant-même-d'avoir-été-écrits. Tu franchis donc la première rangée de muraille : mais voilà que te tombe dessus l'infanterie des livres-que-tu-lirais-volontiers-si-tu-avais-plusieurs-vies-à-vivre-malheureusement-les-jours-qui-te-restent-à-vivre-sont-ce-qu'ils-sont. Tu les escalades rapidement, et tu fends la phalange des livres-que-tu-as-l'intention-de-lire-mais-il-faudrait-d'abord-en-lire-d'autres, des livres-trop-chers-que-tu-achèteras-quand-ils-seront-revendus-à-moitié-prix, des livres-idem-voir-ci-dessus-quand-ils-seront-repris-en-poche, des livres-que-tu-pourrais-demander-à-quelqu'un-de-te-prêter, des livres-que-tout-le-monde-a-lus-et-c'est-donc-comme-si-tu-les-avais-lus-toi-même. Esquivant leurs assauts, tu te retrouves sous les tours du fortin, face aux efforts d'interception des livres-que-depuis-longtemps-tu-as-l'intention-de-lire, des livres-que-tu-as-cherché-des-années-sans-les-trouver, des livres-qui-concernent-justement-un-sujet-qui-t'intéresse-en-ce-moment, des livres-que-tu-veux-avoir-à-ta-portée-en-toute-circonstance, des livres-que-tu-pourrais-mettre-de-côté-pour-les-lire-peut-être-cet-été, des livres-dont-tu-as-besoin-pour-les-aligner-avec-d'autres-sur-un-rayonnage, des livres-qui-t'inspirent-une-curiosité-soudaine-frénétique-et-peu-justifiable (p.392).

Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur

20. Echanges entre liste pratique et liste poétique

Commenter  J’apprécie          80

Rudyard Kipling

Tu seras un homme, mon fils (1907) - (p.276)

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie,

Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,

Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties

Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,

Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,

Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,

Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles

Travesties par des gueux pour exciter des sots,

Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,

Sans mentir toi-même d'un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,

Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,

Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,

Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,

Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,

Penser sans n'être qu'un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,

Si tu peux être brave et jamais imprudent,

Si tu sais être bon, si tu sais être sage,

Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite

Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,

Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Quand tous les autres les perdront ;

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire

Seront à tout jamais tes esclaves soumis,

Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un homme, mon fils.

15. L'excès à partir de Rabelais

Commenter  J’apprécie          80

Enfin, voici pour finir la "Mère suprême de toutes les listes", infinie par définition car en continuelle évolution, le Word Wide Web, toile d'araignée et labyrinthe, et non pas arbre ordonné, qui, de tous les vertiges nous promet le plus mystique, le plus totalement virtuel, et nous offre un catalogue d'informations qui nous fait nous sentir riches et tout-puissants, au prix de ne plus savoir lequel de ses éléments se réfèrent à des données du monde réel et lequel non, sans aucune distinction désormais entre vérité et erreur. (p. 360)

18. Les énumérations des mass media

Commenter  J’apprécie          120

Un passionné de livres anciens comme Mario Praz, dans un texte pour le Catalogue 15 de la Librairie du Salon du Livre de 1931, disait que le bibliophile, à la lecture des catalogues de livres anciens, éprouvait un plaisir aussi immense qu'à celle de romans policiers. "Soyez certains - disait-il - qu'aucune lecture n'a jamais engendré d'action aussi rapide, aussi émue, que la lecture d'un catalogue intéressant." Mais aussitôt après, il laissait entrevoir que l'on pouvait même faire des lectures rapides et émues de catalogues inintéressants. (p. 377)

20. Echanges entre liste pratique et liste poétique

Commenter  J’apprécie          60

Le chroniques anciennes rapportent qu'au XIIème siècle , une cathédrale allemande le crâne de Saint Jean Baptiste à l'âge de douze ans , et ,même sans l'avoir jamais vu , nous pourrions en savourer les veinures rosées, la couleur gris cendré du fond, l'arabesque des jointures émiettées et corrodées, le réceptacle qui le contenait , des émaux bleus comme l'autel de Verdun, et le coussinet de satin jauni , couvert de petites roses fanées ,sans air depuis deux mille ans , immobilisé sous vide , avant que Baptiste grandisse et perde sous l'épée du bourreau son autre crâne , aujourd'hui conservé dans l'église de St Sylvestre -in-Capite , à Rome...

Commenter  J’apprécie          50

Videos de Umberto Eco (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
Leçon inaugurale d'Umberto Eco prononcée le 2 octobre 1992. Umberto Eco est professeur du Collège de France et titulaire de la Chaire Européenne (1989-2008).
Une coproduction Collège de France – Doriane Films
Consultez la page de sa chaire : https://www.college-de-france.fr/chaire/umberto-eco-chaire-europeenne-1989-2008-chaire-annuelle
Le Collège de France est une institution de recherche fondamentale dans tous les domaines de la connaissance et un lieu de diffusion du « savoir en train de se faire » ouvert à tous. Les cours, séminaires, colloques sont enregistrés puis mis à disposition du public sur le site internet du Collège de France.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/College.de.France Instagram : https://www.instagram.com/collegedefrance Twitter : https://twitter.com/cdf1530 LinkedIn : https://fr.linkedin.com/company/collègedefrance
+ Lire la suite
autres livres classés : listesVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
703 lecteurs ont répondu
Thème : Le nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre