AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Haas (Traducteur)
ISBN : 2266041533
Éditeur : Pocket (24/08/2005)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 551 notes)
Résumé :
Puis le soleil sombra dans les bancs de nuages, le long de l'horizon déchiqueté, et baigna d'une lueur malsaine la sinistre forteresse. Ce fut comme si les murs saignaient, comme si tout le sang versé sur les autels de Torak depuis le commencement des âges éclaboussait d'un coup la cité de la peur. Tous les océans du monde n'auraient pas suffi à la laver. Un cri d'agonie emplit l'espace. Garion épouvanté leva la tête. "C'est la saison de la blessure, dit Belgarath. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Coeurdechene
  11 octobre 2011
Dans le milieu des mondes imaginaires, on ne présente plus le couple Eddings, auteurs de nombreux romans qui ont façonné tout un pan de l'Héroïc-Fantasy et dont l'influence sur les générations futures n'est sans doute pas moindre que celle de leurs aînés. Longtemps annoncé comme le seul auteur de ses histoires, David Eddings reconnaît en 1995 la participation essentielle de sa femme dans son écriture. Il s'agissait de toute façon de "l'un des secrets les moins bien gardés de la fiction contemporaine". Et si lui est à l'origine des histoires, le lecteur doit à Leigh la cohérence des décors et du cadre des histoires, la majorité des personnages féminins et les chutes incisives. Ce qui n'est pas anodin et contribue énormément au plaisir de lecture de leurs ouvrage.
Mais qu'est-ce que La Belgariade ?
Il s'agit d'un cycle de romans en cinq "Chants" narrant les aventures de Garion, simple valet de ferme appelé à une grande destinée. le pitch est extrêmement simple, et pour être honnête, le cycle n'est pas tant apprécié pour la profondeur de l'histoire que pour le talent de conteur des auteurs et leur humour. A cause du jeu du destin et de Prophéties nébuleuses quant à l'avenir du monde, Garion et son petit groupe va parcourir tout le continent dans une sorte de gigantesque voyage initiatique. Les rencontres seront nombreuses et les occasions d'apprendre innombrables.
L'un des talents des auteurs est d'arriver à gérer une énorme distribution de personnages sans jamais réussir à ennuyer le lecteur, ni même à le perdre (ce qui en soit est une gageure). Les cartes parsemant les ouvrages sont pour beaucoup dans le suivi des aventures et le réalisme des peuples inventés relève presque du travail d'ethnologue.
Le monde de la Belgariade est coupé en deux continents aux proportions titanesques et aux reliefs accidentés.
Le cycle de la Belgariade est un prétexte à l'exploration du premier continent, constitué des Royaumes du Ponant et des Territoires Angaraks.
Chaque territoire est marqué par une géographie spécifique, des noms identifiables immédiatement et un trait de caractère fortement poussé. Ce qui permet d'une part de ne pas perdre tout de suite le lecteur, et dans un deuxième temps de grossir les traits et de faire une légère critique de certains contemporains l'air de pas y toucher... Ainsi les Cherek sont de grandes brutes dans le plus pur style viking alors que les Arendais sont de simples fermiers au pragmatisme exacerbé. Les Drasniens sont de redoutables marchands et les meilleurs espions du monde alors que les Asturiens sont de dangereux écervelés, aussi prompts à se fourrer dans les ennuis jusqu'au cou qu'à jurer une amitié indéfectible.
Le groupe accompagnant Garion dans sa quête est constitué d'un assemblage hétéroclites d'individus provenant des ces différents pays, aux traits si possible encore plus poussé que leurs congénères, histoire d'amener quelques situations cocasses et de compliquer les choses dans les relations du groupe.
L'humour est l'un des facteurs dominants de l'écriture du couple Eddings. Leurs textes sont truffés d'expressions très imagées et évocatrices, de jeux de sonorités, de situations emberlificotées et de répliques satiriques. Les dialogues sont des petits bijoux de réparties cinglantes et de mauvaise foi éhontée. Combien de fois ai-je dû fermer le livre quelques instants, incapable de réprimer un fou rire en imaginant certaines scènes ou lorsque l'image de l'une de ces expressions s'imposait à moi durant la lecture. C'est tout simplement jouissif...
Il est à souligner que les auteurs adorent les intrigues politiques et les états de siège. Ils sont d'ailleurs maîtres dans ce genre de description et n'ont pas leur pareil pour échafauder des théories fumeuses dont leurs personnages font bien évidemment les frais pour notre plus grand plaisir. de ce point de vue, ils se rapprochent de l'écriture de David Gemmell, même s'ils sont loin d'égaler son souffle épique dans la description des combats.
Certains lecteurs chagrins relèveront en point faible le personnage même de Garion, un peu long à la comprenette et qu'ils trouvent relativement agaçant dans son obstination à remettre en cause l'état qui est le sien : être le jouet d'une prophétie qui a scellé sa vie bien avant sa naissance... Honnêtement, si l'on se mettait à la place du garçon, élevé en Arendie, donc né pour être fermier, avec une conception très pragmatique de la vie et une ouverture d'esprit relativement étroite (assez large pour écouter des contes à la veillée, mais pas assez pour y croire), il paraît normal de passer un petit moment à se plaindre, non ? Et peut-être de se poser quelques question existentielles...
Et soit dit en passant, le tout est traité avec suffisamment d'humour pour ça passe tout seul, et ça se transforme même en running gag. Bon, je sais, je suis un public définitivement acquis à ce cycle, et aux autres grands cycles du couple que j'espère présenter plus tard.
Malgré tout, il s'agit d'un monument incontournable de la fantasy "classique" et il serait dommage de passer à côté. Pour un lecteur averti, c'est une lecture de distraction entre deux ouvrages plus conséquents.
Pour un néophyte, il s'agit d'un très bon cycle pour entrer dans les mondes imaginaires dont la lecture marque profondément. Je l'ai lu plusieurs fois et c'est toujours aussi jouissif, malgré quelques longueurs lorsque l'on connaît la fin de l'histoire. Mais ça reste une lecture très distrayante.
À découvrir ou à redécouvrir, juste pour le plaisir de s'esclaffer et de récupérer des expressions bizarre à placer ensuite dans une conversation...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bislys
  30 mars 2016
Pour Garion, Belgarath et leurs compagnons, la quête pour retrouver l'orbe d'Aldur et empêcher le retour du terrible Torak se poursuit. Après avoir traversé de nombreux royaumes du Ponant, ils vont entrer en Ulgolande et recruter le dernier membre manquant à leur équipe, un obscur prêtre au caractère pour le moins original. Après cela, direction Cthol Murgos et les terres ennemies. La suite de la quête de Garion et Belgarath s'annonce pleine de dangers.
Ce tome 3 de la Belgariade est plein de surprises et de rebondissements. Garion prend enfin conscience de ses pouvoirs et va apprendre à s'en servir, ce qui ne va pas aller sans quelques loupés entrainant situations cocasses et moqueries de Barak et Silk. Entre les disputes Garion/Ce'Nedra et l'humour de Silk, les dialogues ne manquent pas de piquants. L'intrigue avance rapidement et est toujours aussi prenante. Difficile de lâcher ce livre avant de l'avoir terminé. La suite s'annonce passionnante. J'ai longtemps repoussé cette lecture pensant être déçue et j'ai finalement replongé avec plaisir dans cette quête. Un vrai bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Skarn-sha
  25 avril 2012
Commentaire sur le cycle complet :
Le chant de la Belgariade (ou simplement La Belgariade) fait partie de la grande fresque La Grande Guerre des Dieux, composée de dix tomes (elle même composée de cinq tomes) et quatre préquelles.
Ce n'est pas un secret, même si son nom ne figure pas sur les livres, que la femme de l'auteur à grandement participé à l'élaboration de ses livres. Derrière chaque personnage féminin, chaque réplique, chaque décor, se cache sa patte (Cela me fait penser au personnage de Poledra, du chant de la Mallorée, invisible aux yeux de tous mais pourtant bien présente).
Les auteurs ont réussi à créer tout un monde cohérent avec sa géographie, ses différents peuples, leurs religions, politiques et origines propres.
Les cartes, nombreuses et détaillées, permettent de se représenter le périple des protagonistes.
Tout ce vaste univers est présenté par le biais de Garion, héros de l'histoire, qui, ayant passé son enfance dans une ferme, le découvre en même temps que nous.
Bien que je connaisse évidemment l'histoire sur le bout des doigts, je me surprend toujours à découvrir de petits détails à chaque lecture.
Évidement, ce n'est pas la raison qui me fait régulièrement replonger dans cette décalogie malgré la hauteur everestique de ma PAL.
La véritable raison se situe dans la panoplie de personnages aussi variés que fouillés.
A chaque réouverture de cette série, je prend un grand plaisir, presque réconfortant à retrouver chaque personnage, comme si je retrouvais des amis de longue date.
J'ai évidemment des préférences pour Silk et Polgara avec leurs répliques cinglantes, Belgarath le grand sorcier bourré de défauts et Durnik, au sens pratique désarmant.
En effet, l'humour est fortement présent dans cette série.
Les interactions entre les personnages, les diverses scènes cocasses et surprenantes et les dialogues et répliques cinglantes sont de petites merveille d'humours.
On s'imagine aussi facilement les scènes que si l'on était au coté des personnages et souvent on rit de bon coeur.
Bon, je remarque que je ne parle pas trop de l'histoire de ce cycle.
La trame est en soit assez classique et se met doucement en place dans le premier tome.
Garion et sa tante Pol vivent paisiblement à la ferme de Faldor où la dame est la cuisinière en chef. Ils reçoivent parfois la visite du Sire Loup, le vieux conteur.
Rien ne présageait pour Garion autre chose qu'une vie de fermier, quand un événement mystérieux mit me feu au poudres, obligeant Sire Loup et Tante Pol, à partir en catimini avec le garçon sous le bras et le Durnik, le brave forgeron à la traine.
Car en réalité, tous sont beaucoup plus que ce qu'il ne laissent paraitre.
Le vieux conteur qui pillait les cuisines se révèle être Belgarath l'éternel, sorcier de sept-mille ans et véritable légende. Et Pol, malgré son talent dans les cuisines est en fait sa fille, Polgara la sorcière, aussi célèbre et presque aussi chargée d'ans que lui.
D'autre personnages les rejoignent rapidement dans leur quête dont le héros ignore tout : Silk, l'acrobate-marchand-voleur-espion, Barak le guerrier, Ce'Nedra la princesse mi dryade au caractère épicé, Lelldorin, l'archer dont le coeur est proportionnel à son absence de bon sens, Mandorallen, le chevalier persuadé (et presque à juste titre) d'être invincible, Relg, l'Ulgo, fanatique religieux capable de traverser la roche, Hettar, l'Algarois, capable de communiquer avec les chevaux, Mission, un garçon innocent et mystérieux et Taïba, la dernière des Maragues.

Au final, bien que cette série soit un peu lente à démarrer sur le début du premier tome (comme tout les premiers tomes, j'ai l'impression), elle fait partit de celle que j'ai relue (et que je relirais) un grand nombre de fois et que je conseillerai volontiers au même titre qu'un Gemmell ou un Bottero.
Mes seules réelles déceptions sont que le couple nous ai quittés et de ne pas avoir pu me procurer le seul de leurs livres que je n'ai pas lu : le codex de Riva.
Lien : http://lombredeskarnsha.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lefso
  19 janvier 2012
J'ai eu grand plaisir à retrouver la plume de ces deux auteurs. le style de David Eddings et de sa femme est toujours aussi fluide et plein d'humour, les dialogues sont toujours aussi savoureux. Les pages semblent défiler plus vite que l'on ne les lit. D'ailleurs j'ai eu beaucoup de mal à me retenir et je suis, en fait, déjà arrivée au cinquième tome au moment où je vous écris, repoussant encore et encore le temps d'écrire cette chronique (ainsi que celle du tome 4 !). J'ai beaucoup aimé le passage que je vous ai mis en extrait, mais certaines réparties de Silk m'ont fait me bidonner toute seule, surtout celle où il s'agit de vol et de rebond !
L'histoire est à mon goût toujours aussi prenante, d'autant que nos héros arrivent en territoire ennemi. Ce tome marque bien le milieu du cycle et annonce le changement de cap de l'aventure. L'action est bien entendu au rendez-vous : on s'accoquine de certaines bestioles pas très charmantes, avec des méchants vraiment pas charmants ou encore avec des monarques vraiment pas drôles.
Les personnages sont toujours autant soignés, le lecteur apprend à mieux les connaître et s'y attache, si ce n'est pas déjà fait. Ils ont tous un petit moment de gloire qui permet au lecteur de les apprécier tous. On en découvre d'ailleurs encore de nouveaux. Mes préférés sont toujours Ce'Nedra et Polgara qui ont toujours été un modèle pour moi (pauvre de mon Homme), sans oublier notre très savoureux Silk qui a la part belle avec sa part de dialogue. Garion devient moins pénible maintenant qu'il a plus ou moins accepté d'être ce qu'il est ... Cependant il est loin de se douter de ce qui l'attend...
Bref, un troisième tome toujours aussi bien avec de l'action, des dialogues exquis et des personnages soignés qui se développent au fil des pages. D'ailleurs, je vous laisse, il faut que j'y retourne ^^
Lien : http://lefso.blogspot.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
meygisan
  12 septembre 2012
un tome un peu plus intéressant que les 2 premiers et pour cause...Garion est un peu plus en retrait et ses pérégrinations infantiles ainsi que l'attitude puérile et exagérément protectrice de la part de Pol envers lui sont beaucoup moins présents, voire même quasiment absents....ce qui contribue grandement à alléger le récit et à me réconcilier avec l'auteur...l'histoire poursuit son cours avec l'entrée en scène de nouveaux personnages, bien mieux décrits et plus fouillés (les crises de conscience du fanatique ulgo sont ici bien retranscrites et l'on se prend d'attachement avec ce personnage), des complicités qui s'installent de plus en plus entre les personnages déjà existants, notamment les 3 "actioners" de la bande....tout contribue à retenir le lecteur jusqu'à la fin qui, elle, en revanche est un peu trop bâclée à mon goût...l'affrontement final est réglé en l'espace de 3 pages alors qu'il concerne 2 des plus puissants personnages de l'histoire....malgré cela, comme pour le précédent, je me suis plongé derechef dans le suivant....et je n'en démords pas.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
LefsoLefso   19 janvier 2012
Son pouvoir était associé à une sensation précise, il s’en souvenait maintenant : une lourdeur derrière la tête, une sorte de pression sur le front. Il ferma les yeux et il lui sembla que ça allait un peu mieux. Ça venait. Pas fort, mais ça venait ; c’était comme si une vague montait en lui. Il se rappela quelque chose et glissa une main sous sa tunique pour poser la marque de sa paume sur son amulette. Amplifiée par ce contact, son énergie mentale devint un puissant rugissement qui allait crescendo. Il se releva sans ouvrir les yeux, puis les ouvrit et braqua un regard implacable sur la roche récalcitrante.
- Tu vas bouger ! marmonna-t-il.
Sans lâcher son amulette, il tendit la main gauche, la paume vers le haut.
- Maintenant ! déclara-t-il d’un ton farouche, en levant lentement la main.
La force qui était en lui se mit à monter en puissance, et le rugissement qui lui emplissait la tête devint assourdissant.
Tout doucement, le bord de la roche sortit de l’herbe. Des vers, des larves qui vivaient tranquillement terrés dans le noir prirent la fuite, paniqués par la lumière du soleil. La roche s’éleva de toute sa masse, obéissant à la main inexorablement levée de Garion. Elle hésita une seconde à l’angle de sa partie aplatie et bascula lentement sur le côté.
Il s’était senti vidé après avoir tenté de soulever la roche avec ses muscles, mais ce n’était rien par rapport à la lassitude mortelle qui l’emplit jusqu’au tréfonds des moelles au moment où il relâcha sa volonté. Il replia ses bras sur l’herbe et posa sa tête dessus.
Au bout d’un instant, ce fait commença à lui paraître étrange. Il était toujours debout, et pourtant, ses bras étaient confortablement croisés devant lui, sur l’herbe. Il releva précipitamment la tête et regarda autour de lui avec confusion. Il avait bel et bien déplacé la roche. Cela au moins était évident : la pierre était maintenant posée sur son sommet arrondi, le dessous humide tourné vers le haut. Seulement il s’était passé autre chose. Il ne l’avait pas touchée, mais elle reposait malgré tout sur lui de tout son poids lorsqu’elle s’était élevée au-dessus du sol, et la force qu’il avait dirigée vers elle ne s’y était pas engagée en entier.
Garion se rendit compte avec désespoir qu’il était enfoui jusqu’aux aisselles dans la terre de la prairie.
- Comment je vais me tirer de là, moi ? s’interrogea-il t-il, atterré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SoleneySoleney   11 février 2015
— Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda Belgarath en revenant de l'autre côté de la tour.
— Brill, lâcha simplement Silk en remettant sa robe murgo.
— Encore ? fit Belgarath, exaspéré. Qu'est-ce qu'il fabriquait, cette fois ?
— Eh bien, la dernière fois que je l'ai vu, il essayait d'apprendre à voler, gouailla Silk.
Le vieil homme le regarda avec stupeur.
— Il n'était pas très doué, ajouta Silk.
Belgarath haussa les épaules.
— Ça lui viendra peut-être avec le temps.
— Je ne crois pas qu'il ait beaucoup de temps devant lui, reprit Silk en jetant un coup d'œil vers le parapet.
D'en bas, très loin, terriblement loin, leur parvint un choc sourd, amorti ; puis, au bout de plusieurs secondes, un autre.
— Ça compte quand on rebondit ? s'informa Silk.
— Pas vraiment, répondit Belgarath avec une affreuse grimace.
— Alors je dirais qu'il n'a pas eu le temps d'apprendre, conclut allègrement Silk.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SoleneySoleney   11 février 2015
— Taur Urgas a envoyé des soldats pour m’arrêter. Je n’avais pas tellement apprécié, alors je me suis un peu expliqué avec les soldats. Plusieurs sont morts au cours de la discussion – ce sont des choses qui arrivent. Sauf que – manque de bol – le fils aîné de Taur Urgas se trouvait au nombre des victimes, et le roi des Murgos en a fait une affaire personnelle. Il est parfois un peu étroit d’esprit.
Barak esquissa un grand sourire.
— Il sera très déçu de ne pas te revoir demain matin.
— Ça, j’imagine. Il est probable qu’il va tout retourner dans ce coin de Cthol Murgos et qu’il regardera sous chaque pierre pour me retrouver.
— Nous ferions mieux de ne pas nous éterniser ici, ajouta Belgarath.
— Je me demandais combien de temps vous alliez mettre à en arriver à cette conclusion, déclara Silk.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BloodyMondayBloodyMonday   22 février 2014
— Pourquoi ne l'avez-vous pas coupé en deux avec votre hache?
— Je n'aime pas tellement taper sur les gens, déclara le forgeron.
Silk regardait Durnik, le visage de cendre.
— Alors vous avez préféré le pourchasser dans les sables mouvants et vous êtes resté à le regarder s'engloutir dedans? Mais Durnik, c'est monstrueux!
— La mort c'est la mort, rétorqua Durnik avec une brutalité inhabituelle chez lui. Quand elle vient, peu importe comment, non? Bon je suis tout de même désolé pour le cheval, conclut-il, un peu songeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lasourisgalaklasourisgalak   01 août 2015
L'univers t'attends depuis des millions d'années, plus que tu pourrais en imaginer.Tu te précipitais vers cet évènement avant même le commencement des temps. Il n'y a que toi qui puisse faire ce qui doit être fait. Toi seul peux jouer ce rôle. C'est la chose la plus importante de tous les temps, et pas seulement pour ce monde : pour l'univers entier. Des races entières d'êtres vivantes, si lointains que la lumière de leurs soleils n'atteindra jamais ce sol, disparaîtront si tu échoues. Ils ignoreront éternellement ton existence et il n'y a aucune chance qu'ils viennent te remercier un jour, mais leur sort dépend de toi. Le second champ mène au chaos absolu et à la destruction intégrale de l'univers, mais nous conduisons à autre chose, toi et moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
974 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
. .