AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Silène Edgar (Autre)
EAN : 9782203064317
384 pages
Casterman (10/06/2020)
3.97/5   130 notes
Résumé :
L’ascension du mont Everest, c’est le défi de Mallory. Du haut de ses quinze ans, elle ne craint ni le vide, ni le manque d’oxygène. Elle sait dans quoi elle s’est embarquée. Ou croit le savoir.
8848 mètres. Le toit du monde. Deux mois de préparation sur les flancs de Qomolangma, la « déesse des neiges », pour cinq minutes au sommet, dans la « zone de la mort ». Au pied de la montagne, Mallory est loin d’imaginer tout ce qui l’attend. Un peuple à la culture f... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 130 notes
5
16 avis
4
30 avis
3
10 avis
2
0 avis
1
0 avis

Mallory, 15 ans, ne porte pas par hasard comme prénom le nom d'un alpiniste célèbre : depuis toute petite, sa vie s'organise autour de la montagne et de l'alpinisme. A tout juste 15 ans, accompagnée de son père, elle s'attaque au but ultime, l'Everest, en compagnie d'une cordée d'adultes dans laquelle elle a tout d'abord du mal à trouver sa place. La période d'acclimatation au camp de base va lui permettre de faire de belles rencontres, de découvrir un peu mieux la culture népalaise et surtout de grandir et de trouver sa place.

J'ai dévoré avec grand plaisir 8848 mètres, un roman pour adolescents qui, vous l'aurez compris, décrit la quête ultime des grimpeurs et l'ascension de l'Everest de manière très documentée et très juste. le personnage de Mallory est très attachant, une jeune fille qui semble avoir grandi trop vite, projetée dans un monde d'adulte, petit prodige de la montagne obligée de composer avec médias et interviews pour satisfaire ses sponsors. L'auteur pose en filigrane la question de la vocation et de l'influence des parents : Mallory grimpe-t-elle juste pour faire plaisir à son père et parce que toute sa vie s'est organisée autour de la montagne ou a-t-elle de vraies inclinations pour cela ? le début du roman est très attachant et plein d'humour, on vit l'arrivée de Mallory au camp de base, ses difficultés à se faire accepter des adultes qui craignent qu'elle ne soit un poids mort pour le groupe (elle-même n'étant pas tendre avec les autres participants qu'elle n'apprécie pas !), ses colères et ses sautes d'humeur.

En filigrane, et même si j'avais déjà lu plusieurs livres qui évoquaient ce sujet, l'auteur nous raconte comment s'organise cette ascension devenue de plus en plus populaire, au point de créer de dangereux embouteillages au sommet de l'Everest et de poser d'une manière accrue la question de la gestion des déchets générés par toutes ces cordées. le roman trouve le bon équilibre entre documentaire et récit, tout sonne juste sans être plaqué ni trop descriptif. C'est aussi une intéressante évocation de la culture népalaise, Mallory devenant amie avec une jeune femme passionnée par ce pays qui lui fait découvrir certains concepts bouddhistes. Pas De clichés, pas de description scolaire, on partage juste de belles découvertes avec elle avec grand plaisir.

Et puis bien sûr comme dans tout bon récit de montagne, il y a le suspens, la pression qui monte petit à petit au fur et à mesure que l'assaut final se rapproche. Les maladies ou petites blessures qui peuvent frapper sans prévenir, les risques inconsidérés que ces hommes et ces femmes pourtant super entraînés prennent pour atteindre leur rêve à des altitudes où le moindre aléa et la moindre inattention peuvent devenir fatals. de ce point de vue aussi, le récit est très bien construit, on tourne les pages avec grand plaisir et on partage vraiment l'entrainement et les étapes de cette aventure. J'ai juste un peu regretté le dénouement un peu rapide, la fin de l'ascension étant évoquée en quelques pages alors que j'aurais aimé en profiter un peu plus après l'avoir attendue si longtemps.

En résumé, ce roman pris un peu par hasard a été une très belle découverte : divertissant, intéressant, agréable à lire, rien de révolutionnaire mais un roman très sympathique à conseiller aux adolescents ou adultes férus de montagne ou de voyages qui ont envie de s'évader un peu.

Commenter  J’apprécie          150

Les romans destinés à la jeunesse écrits par Silène Edgar mettent généralement en lumière une période ou un événement historique bien spécifique (la Première Guerre mondiale dans « 14-14 » ; le massacre de la Saint-Barthélémy dans « Adèle et les noces de la reine Margot » ; la relation entre Madame de Sévigné et sa fille dans « Les lettres volées »). Avec « 8848 mètres », l'autrice met cette fois en scène une adolescente d'aujourd'hui, Mallory, qui entreprend pour la première fois de gravir le sommet de l'Everest avec son père. A quinze ans, l'exploit est déjà remarquable et promet d'être extrêmement difficile, mais s'insérer dans un groupe composé uniquement d'adultes, tous persuadés qu'elle ne sera qu'un poids pendant l'ascension, n'est pas non plus évident pour la jeune fille. Une fois encore, Silène Edgar parvient à donner vie à une héroïne très attachante et qui, même si elle possède plusieurs caractéristiques en permanence attribués aux adolescents (sautes d'humeur, susceptibilité…), se révèle plutôt mature. Les détails glanés par l'autrice concernant les spécificités de l'ascension de l'Everest sont passionnants : on découvre comment est déplacé le matériel, comment sont organisés les camps de base situés à différentes altitude, quels sont les effets du mal des montagnes, quelles tragédies ont frappé certaines expéditions…

Silène Edgar aborde également un certain nombre de problématiques d'actualité, à commencer par les effets du réchauffement climatique qui provoque non seulement la fonte des glaces, mais qui réduit aussi la (déjà brève) fenêtre météorologique au cours de laquelle les alpinistes peuvent tenter l'ascension, ce qui engendre de nombreux embouteillages près du sommet et cause ainsi la mort de nombreuses personnes chaque année. L'autrice aborde aussi la question de la pollution causée par ces sportifs de l'extrême qui se contentaient jusqu'à récemment de laisser tout simplement leurs déchets dans la nature. Elle met ainsi en lumière le rôle joué par des associations qui visent à responsabiliser les touristes de l'Everest et à limiter l'impact de leur présence sur la montagne. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, si l'héroïne comprend très vite l'importance de préserver l'Everest et les dangers de la pollution, certains adultes membres de l'expédition n'ont pas du tout les mêmes préoccupations. Enfin, l'autrice nous en apprend davantage sur la philosophie bouddhiste à propos de laquelle la jeune héroïne se pose beaucoup de questions, et qui permet de donner une dimension spirituelle intéressante à l'ouvrage (sans jamais tomber dans le prosélytisme).

Silène Edgar signe avec ce roman une belle histoire qui met en avant une adolescente déterminée et attachante, tout en abordant des sujets de société brûlant d'actualité (réchauffement climatique, pollution, engagement de la jeunesse dans les luttes écologistes…). Un très bon livre à conseiller aux élèves de 4e-3e.

Commenter  J’apprécie          130

Une aventure qui nous fait prendre de la hauteur tout en nous ramenant à notre condition de simple personne.

Mallory et son père se sont lancé le défi de monter ensemble en haut de l'Everest. Une longue préparation de plusieurs mois sur d'autres sommets a été nécessaire. Nous suivons les deux mois d'accoutumance sur les pentes du Toit du Monde, aux conditions de haute montagne et au manque d'oxygène. Entre les doutes, les rêves, les difficultés, les rencontres parfois inattendues, la promiscuité et les problèmes de santé, en haute altitude tout est différent.

L'auteure nous documente fort bien sur cette intense mise en condition nécessaire. Mais elle ajoute aussi un message écologique fort et nous initie à certaines notions bouddhistes. Cette aventure poignante devient un parcours de réflexion pour nous lecteur et c'est passionnant.

J'ai beaucoup apprécié les articles de journaux et les diffusions télévisées qui entrecoupent le récit, apportant ainsi un éclairage autre.

Malgré le fait que j'avais souvent regardé des films sur l'alpinisme, j'ai appris pas mal de choses. Ce roman élargit efficacement notre horizon et j'ai hâte de le proposer aux élèves.

On peut aimer ou pas le choix des personnages, être ou pas en accord avec eux. Pour ma part je ne comprends pas vraiment l'intérêt d'aller souffrir ainsi au risque d'en garder des séquelles à vie ou carrément d'y laisser sa vie (et c'est très bien illustré ici) … mais peu importe. Ce roman n'en reste pas moins passionnant, bien écrit et construit.

Je découvre l'auteure et j'aurai plaisir à la retrouver dans d'autres pages.

Commenter  J’apprécie          140

8848 mètres est un livre écrit par Silène Edgar en 2020. C'est un roman de jeunesse qui vise plutôt les adolescents.

Malory 15 ans et son papa ont un point en commun : la montagne. Ils ont décidé de partir faire l'Everest. Accompagnés d'un groupe de montagnards , ils vont vivre une histoire formidable avec quelques rebondissements qui ne sont pas prévus au programme. le seul problème qui va remettre toute son histoire en question c'est son père.

Mallory, vit en France avec son père, sa mère et sa soeur qui voudrait être danseuse. Malory et son père ont une passion en commun escalader les montagnes. Ils se sont donnés un défi : gravir l'Everest. En voyageant avec un groupe formé que d'adultes l'ascension de Malory ne va pas être facile : entre certains qui pensent qu'elle n'en est pas capable et son caractère bien trempé qui ne va pas l'aider non plus, il va falloir qu'elle trouve sa place.

D'abord Je trouve que c'est un roman qui nous fait voyager et c'est quelque chose de très agréable. Il nous permet de nous faire découvrir des endroits que nous ne connaissons pas forcement. On nous montre ce que nous pouvons trouver lorsque nous allons très haut dans les montagnes ou encore nous décrit les sensations ressenties et on a l'impression de faire en quelque sorte le voyage avec elle. Par Exemple lorsque Malory commence son ascension dans les montagnes elle nous décrit ce qu'elle ressent que ça soit positif ou négatif. Elle nous décrit le paysage et les gens qu'elle rencontre.

Ensuite je trouve que c'est un livre pas trop compliqué à lire même si parfois quelques mots peuvent être un petit peu plus difficiles que d'autres à comprendre en rapport avec la montagne. C'est un livre génial à lire qui peut paraitre un petit peu épais mais on s'attache très vite aux personnages et on a du mal à le voir s'achever on aurait envie qu'il soit interminable. Par exemple lorsque nous apprenons que le père de Malory ne pourra pas monter au sommet, on ressent un sorte de compassion et comme on s'est attaché à lui on aurait envie de l'aider à surmonter ça. Lorsque j'ai lu le livre je me suis tellement attachée aux personnages que j'avais envie d'être avec eux pour ces moments-là et de gravir l'Everest moi aussi…

Enfin j'ai trouvé ce livre très intéressant car je trouve qu'il nous montre la vie réelle de ce qu'il se passe en montagne : les bons moments mais aussi les mauvais. Par exemple lorsque Malory rencontre Aurélie qui est là pour « nettoyer » l'Everest. Elle fait partie du Clean Everest. Aujourd'hui le Clean Everest existe et le livre nous montre en quelque sorte que même à 8848 mètres la pollution et la saleté sont toujours présentes. Les cadavres des personnes qui ont un accident au milieu du parcours ne sont pas évacués et me font froid dans le dos. Ce qui montre aussi quelque chose de réel c'est lorsque le papa de Malory, Mathieu ne peut pas monter en haut à cause de son problème médical. On ne le dit pas forcement mais chaque année très peu de gens arrivent à gravir le sommet car la météo n'est pas forcement bonne et c'est très compliqué, le corps ne s'habitue pas forcément et la fatigue joue beaucoup aussi et c'est donc pour cela qu'en montagne il faut éviter de prendre trop de risques pour soi mais aussi pour les autres qui sont avec soi. Je trouve que le livre nous le montre très bien.

En conclusion je vous conseille de lire ce livre, vous n'allez pas être déçu. La sagesse des sherpas vous plaira. C'est un livre construit qui permet d'apprendre de nouvelles choses sur un sujet qu'on ne connait pas toujours. Même en le lisant on ne revient pas indemne d'un tel parcours mental et physique.

Romane

---

8848 mètres est un livre d'aventures qui traite de faits réels sur l'impact écologique et humain autour du Mont Everest.

Le personnage principal se prénomme Mallory Elle a 15 ans et son ambition est de grimper le Mont Everest. Accompagnée de son père durant l'expédition, ils découvrent tous les deux la face cachée du tourisme de masse de la montagne la plus haute du monde.

Tout d'abord, cette lecture nous apprend énormément de choses sur les expéditions du Mont Everest. Son ascension n'est possible que 2 semaines par an, beaucoup de grimpeurs venus des 4 coins du monde se rejoignent pour atteindre le sommet du mont. Cependant cela n'est pas sans conséquences étant donné que les grimpeurs polluent ce lieu naturel en jetant leurs déchets. de plus, beaucoup d'humains meurent durant l'expédition qui est l'une des plus dures du monde, par exemple les sherpas ou encore les grimpeurs eux-mêmes se retrouvent piégés dans la montagne.

La chose qui m'a déplu est le manque de « fantastique » ou de « merveilleux » : j'aurais préféré́ davantage ma lecture si le roman avait revêtu un aspect moins documentaire. J'avais vraiment l'impression de regarder un reportage ou un documentaire à la télévision. D'ailleurs le vocabulaire technique a gêné ma compréhension du premier tiers du roman.

Malgré les réserves exprimées, j'ai cependant aimé ce roman qui m'a appris beaucoup de choses sur le monde de l'alpinisme, ma vision de la profession a changée et j'éprouve davantage d'admiration envers les gens dont c'est la profession ou la passion.

Noam

Commenter  J’apprécie          20

Un peu de fraîcheur en ces temps caniculaires, voilà qui fait le plus grand bien ! 8848m est le genre de lecture que j'apprécie en été. C'est un roman ado très dépaysant, qui nous transporte sur les hauteurs de l'Himalaya, où même en été les températures restent glaciales malgré le soleil qui tape.

Ce n'est pas un secret que j'adore la plume de Silène Edgar, il suffit de regarder mes avis sur ses romans. Et au-delà de son style, j'apprécie grandement les valeurs qu'elle défend. Ici, il est question d'écologie, et plus particulièrement de réchauffement climatique et des quantités incroyables de déchets que les alpinistes laissent à flanc de montagne quand ils escaladent le fameux "Toit du Monde"... C'est enrageant de voir le comportement de beaucoup de touristes, soi-disant amoureux de la nature... Et le réchauffement climatique, lui, referme de plus en plus dangereusement la fenêtre temporelle pendant laquelle les alpinistes peuvent tenter l'ascension, donnant lieu à des situations ubuesques, où l'on doit faire la queue pour atteindre le sommet, et redescendre aussi vite pour laisser la place aux autres.

Il est aussi dans ce livre question de l'impermanence des choses, notion centrale du Bouddhisme. Silène Edgar nous ouvre à quelques notions tirées du bouddhisme, sans pour autant faire de prosélytisme. Par les voix de Mallory et Aurélie, elle partage sa découverte de cette religion lors de ses discussions avec sa cousine, qui a inspiré le personnage d'Aurélie, mais aussi lors de son voyage au Tibet en 2018 lors de la préparation de ce roman.

Deux jeunes femmes au centre de ce livre. Mallory, jeune héroïne de quinze ans qui s'apprête à se confronter aux 8848m de l'Everest aux côtés de son père après plusieurs semaines d'entraînement sur place, et Aurélie, membre de l'association Clean Everest (qui existe réellement), qui fait inlassablement des aller-retour sur les pentes de l'Himalaya, d'un camp de base à un autre, pour ramasser les déchets abandonnés là... On rencontrera aussi, outre le père de Mallo, l'équipe avec laquelle ils tenteront l'ascension et leurs guides et sherpas. Que des adultes qui ont parfois du mal à accepter l'adolescente, et chacun avec des motivations propres. Notamment Justine, jeune scientifique qui étudie la fonte des glaces.

Silène Edgar nous offre avec 8848M un roman d'aventures, avec du suspense, mais aussi de magnifiques paysages, une préoccupation écologique forte, et une ouverture à l'impermanence des choses, le Semchuk, notion qui s'applique parfaitement à l'expérience de Mallory. La quête du sommet, si elle prend une éternité, n'est qu'un instant fugace, avant d'entamer la descente... et tout au long de cette quête, Mallory va se découvrir et évoluer sous nos yeux.

J'ai une fois de plus passé un extrêmement bon moment aux côtés des personnages de Silène Edgar...

J'ai reçu ce roman de la part des éditions Casterman via une Masse Critique Babelio. Merci à eux pour la découverte.

Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
- Dis-moi ce que tu en penses.
- Non, j'aurais l'impression de te manipuler. Tu dois agir selon ce qui te semble bon.
- Mais tu as un avis.
- Tout le monde en a un. Tout le temps. On a l'impression que donner des conseils est toujours la meilleure façon d'aider. Ne rien dire est parfois préférable.
Mallory hoche la tête.
- Alors je vais prendre ma décision toute seule.
Aurélie acquiesce.
Page 246
Commenter  J’apprécie          50
En gros, aujourd’hui, la société occidentale nous pousse à nous définir par ce qu’on fait et non par ce qu’on est : c’est une société de résultat.
Commenter  J’apprécie          50
Quand elle arrive au camp 1, elle tombe dans les bras de son père qui la serre, l'étreint tellement fort qu'elle gémit.
Tu l'as fait, Mallo, tu l'as fait !
Elle pleure et sent que lui aussi.
Il l'entraîne vers la tante, lui ôte son sac, ses crampons, ses bottes extérieures,
la pousse dans la toile et elle s'endort à peine allongée.
Commenter  J’apprécie          10
La compassion, au contraire, c'est de voir la souffrance comme un point de départ qui va te permettre de te recentrer avant de déployer une force plus grande pour agir, et ne pas rester enfermée dans un sentiment d'impuissance
Commenter  J’apprécie          20
En gros, aujourd'hui, la société nous pousse à nous définir par ce qu'on fait et non parce qu'on est: c'est une société résultat p.187
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Silène Edgar (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silène Edgar
La librairie Point Virgule a décidé de fêter l'arrivée prochaine du printemps en présentant quelques albums jeunesse et quelques bandes dessinées tournant autour du thème de la nature.
- La Baleine Blanche des mers mortes, Aurélie Wellenstein & Olivier Boiscommun, Bamboo, collection Drakoo, 15,90€ - L'Oasis, Simon Hureau, Dargaud, 19,99€ - Les Carnets de l'Apothicaire, Itsuki Nanao & Nekokurage, Ki-oon, 9 tomes parus, 7,90€ - Les animaux de Mini-Bois, Silène Edgar & Charline Picard, Casterman, collection Prem's, 2 tomes parus, 6,95€ - Les livres des arbres & plantes qui restent à découvrir, Olivier Tallec, Actes Sud Junior, 17€
+ Lire la suite
autres livres classés : alpinismeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

Adèle et les noces de la reine Margot

Qui est l'auteur du roman d'inspiration, la Reine Margot ?

Silène Edgar
Alexandre Dumas
William Shakespeare
Emile Zola

7 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Adèle et les noces de la Reine Margot de Silène EdgarCréer un quiz sur ce livre