AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820517773
Éditeur : Bragelonne (17/09/2014)

Note moyenne : 2.79/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Le jour, Gwen est une personne tout ce qu'il y a de plus ordinaire : elle a un emploi précaire à la bibliothèque de la ville, un mari aimant et deux beaux enfants. Mais chaque nuit, elle est fée et travaille à la BAKF, la Brigade anti-kidnapping de fées. Et justement, de récentes disparitions leur donnent du fil à retordre... Avec son coéquipier et ami Arthur, elle va vite découvrir que cette nouvelle affaire pourrait être plus sensible que prévu.Pourtant, si danger... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  08 avril 2017
Ce que j'ai ressenti:…Petite Douceur Adorable…
« J'aimerais m'envoler, partir de ce monde qui dégénère. C'est ce que j'essaie de faire en faisant rêver les gens avec mes contes. »
Un petit roman féerique, juste ce qu'il faut pour te régaler! Féelure, c'est un condensé de fées, demi-fées et jeux de mots détournés avec facéties et charme à la sauce féerique…C'est court (80 pages), et du coup, il manque un peu de profondeur et de l'attachement pour ses personnages, mais il y a quand même cette étincelle d'impertinence qui fait que cette lecture est hyper agréable!
« Faites-vous partie de ceux qui y croient ? Ceux qui pensent que les bruits de la maison ne sont pas le fait du vent, que les clefs ne sont pas déplacées seules, que les tartines ne tombent pas du mauvais côté par hasard ? Ces grands rêveurs qui s'amusent des petits déraillement du quotidien en sachant que, derrière ces fantaisies, une fée ou un lutin se cache ? «
On se régale de cette enquête extraordinaire en petit format, des petits ennuis elfiques, autant que les tracas humains. Gwen est prise entre liberté nocturne et sérénité diurne, mais a du mal à partager son temps, entre les deux vies, son coeur balance (quand ce n'est pas avec deux hommes…). Voilà, on ne manque pas de sujets divers pour accompagner cette demi-fée dans ses questionnements, ni de retournements d'ailes sur l'intrigue…
« le matin, elles laissent derrière elles leurs ailes et leurs souvenirs de la nuit pour mener une vie quasiment normale. »
Mais ce qui à mon sens fait tout le charme, c'est l'écriture malicieuse et loufoque de cette auteure qui nous envoie des petites pétarades d'humour qui fait que l'on garde le sourire accroché pendant tout le temps de cette lecture! Et ça, c'est juste fabuleux! Une petite parenthèse de douceur, avec des touches de « hot », et des répliques hilarantes, je pense que c'est une bonne trouvaille dans notre recherche printanière, pour débusquer les petites fées…

Ma note Plaisir de Lecture 8/10

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          364
Melisende
  08 octobre 2016
C'est cet été, lors de la grande opération numérique des éditions Bragelonne, que j'ai acquis cet ebook. le thème féerique ne pouvait que m'inspirer et c'était aussi l'occasion de découvrir la plume et l'imaginaire de Silène Edgar, auteure dont j'ai souvent entendu parler grâce à ses titres plus historiques et jeunesse parus chez Castelmore (notamment 14/14, écrit à quatre mains avec Paul Beorn).
Je me suis donc plongée dans ce court roman – 88 pages – en compagnie d'Elhyandra. Féelure fut une lecture commune particulièrement brève puisque seulement deux petites heures suffisent pour venir à bout du texte… et ce fut une lecture assez décevante, pour ma part. Explications.
Dès le début, l'intrigue m'a chagrinée car je l'ai trouvée bancale. le lecteur fait la connaissance de Gwen, bibliothécaire et mère de famille épanouie le jour, fée enquêtrice la nuit. Jusque là, tout va bien et j'approuve. Mais, très vite, Silène Edgar nous apprend que la jeune femme n'est pas consciente de sa seconde identité : en clair, le jour, elle ne sait pas ce qu'elle fabrique la nuit même si elle a l'impression d'avoir une vie nocturne assez agitée et même si les lectures sur le thème des fées l'intriguent ; et la nuit, elle croit se souvenir qu'elle possède une vie humaine assez heureuse, mariée avec deux enfants, mais sans plus. Or, un choix cornélien s'offre à elle : avant le prochain solstice (soit quelques jours plus tard), elle doit décider quelle vie sera définitivement la sienne.
Oui, pourquoi pas, choix très intéressant… si l'héroïne avait toutes les cartes en main ! Comment choisir une vie qu'on ne connaît pas, dont on n'a quasiment aucun souvenir, aucun ressenti ? Pourquoi Gwen ne choisirait pas sa vie de fée immortelle, vu qu'elle n'a quasiment aucune conscience de sa vie humaine ? Quitter mari et enfants ne devrait pas la chagriner plus que ça, étant donné qu'elle n'a que de vagues réminiscences de cette vie ? Vous voyez ce que je veux dire ? Pour moi, dès le départ, ce choix ne tient pas la route et donc, toute la suite m'a semblé maladroite.
Je n'ai donc pas su m'attacher à Gwen dont je n'ai pas su saisir les émotions et réactions. Tout sonnait faux à mon goût et je n'ai jamais ressenti d'urgence ou de doute quant à son choix final, puisque, l'un ou l'autre, finalement peu importe, ça n'aurait que très peu de conséquences sur son bien être. La brièveté du récit n'aide sans doute pas à s'attacher à l'héroïne, tout se passe très vite, aussi bien les actions que les pensées qui peuvent apparaître dans son esprit alors difficile d'y voir vraiment clair.
Les personnages secondaires souffrent eux aussi de la longueur du texte. Là encore, il n'est pas évident de dépeindre des figures riches et complexes en si peu de pages. Elles sont nombreuses, loin d'être inintéressantes mais trop vite rencontrées et donc esquissées. Elles ornent les scènes, font partie du décor, mais sans plus. Dommage car il y avait du potentiel.
Outre cette histoire de choix, l'intrigue s'attarde également sur une enquête dans le monde féerique. Des fées disparaissent, Gwen et son ami fée Arthur (lui aussi confronté au futur choix qui modifiera sa vie), doivent résoudre l'affaire en allant interroger plusieurs créatures de ce monde parallèle. C'est l'occasion pour le lecteur de faire la connaissance – encore une fois brièvement – d'une certaine mythologie féerique que j'ai trouvé intéressante mais trop peu abordée.
Quant à l'aspect policier de l'histoire, c'est vraiment très secondaire et n'a pas du tout retenu mon attention. Je suis d'ailleurs bien incapable de vous citer le nom du coupable, trois semaines après ma lecture, ni même de vous résumer l'enquête.
Enfin, et là encore c'est un élément avec lequel je n'ai pas réussi à accrocher : la plume de Silène Edgar. Disons plus justement que j'ai accroché à moitié. J'ai aimé l'aspect humoristique et presque burlesque grâce aux nombreux jeux de mots dispersés de-ci de-là dans ces 88 pages, jeux de mots tournant généralement autour de la base « fée » (le titre est un parfait exemple). C'est généralement très bien trouvé et amusant, rien à redire de ce côté-là.
Malheureusement, j'ai eu du mal avec l'utilisation du présent et du passé composé pour le récit. de façon générale, c'est un emploi qui passe ou qui casse et qui est finalement beaucoup plus difficile à maîtriser que le récit aux temps classiques du passé (passé simple et imparfait). Ce choix m'a dérangée plus d'une fois, je butais sur les phrases et j'ai, en plus, relevé quelques problèmes de concordances de temps. Alors peut-être est-ce moi qui délire mais en tout cas, la lecture n'a pas été fluide et ne m'a pas embarquée dans son intrigue, trop gênée que j'étais par la forme.
Je suis la première déçue par ce constat car j'avais très envie de lire un nouveau roman féerique qui m'aurait embarquée dans ce monde à part que j'aime tant. A mon sens, toutes les difficultés que j'ai pu relever sont issus d'un seul et même problème : la trop grande brièveté du texte. Les bases de l'histoire sont intéressantes, elles ne sont juste pas développées d'une façon et dans un sens satisfaisants, à mon avis.
Ce qui ne m'empêchera pas, si l'occasion se présente, de lire un autre roman de Silène Edgar pour ne pas rester sur cet échec !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Earane_Berengere
  19 septembre 2014
J'attendais beaucoup de ce récit et je ne savais pas trop à quoi m'attendre en le découvrant. Je n'ai pas été déçue du voyage.
Pour commencer, je dirais que ce récit est teinté de folie. D'une folie douce et désopilante à la fois. D'ailleurs, pour paraphraser Silène, il y a des tas de jeux de mots débiles. S'ils sont débiles (disons perso qu'ils sont surprenants), ils sont surtout tordants ! C'est aussi un des aspects du récit que j'ai aimé, l'humour. J'ai souvent ri, souri, était émue. L'humour est omniprésent et à petites doses, de sorte que cela ne parait jamais trop ou trop peu. le dosage est parfait.

L'émotion est une des variantes du récit aussi, pas comme dans Fortune cookies. On ne se trouve pas dans le même registre mais dans une routine quotidienne, qui émeut, qui interpelle.
C'est aussi un des aspects de cette histoire qui m'a interpelé, cette immobilisme dans lequel on tombe parfois, un peu à regret ou même sans s'en rendre compte.
Les personnages sont attachants, vivants et riches. Certains sont complètement déjantés, ont un parler bien à eux et très brut de décoffrage et ça secoue mais c'est topissime ! Presque jouissif, tellement les jeux de mots sont poilants, ajustés au contexte et on entendrait presque les personnages le dire.
Concernant l'intrigue en elle-même, j'ai trouvé original le concept de vie des demis, la nuit uniquement et dans un corps parfois différent de celui qu'ils possèdent quand ils sont fées. Ca pimente les allers-retours et donnent une part d'inconnu au récit puisque finalement, quand les demis reviennent dans leurs corps de fées, la vie a continué pour leurs semblables.
Mention spéciale pour Odal et Arthur, deux personnages que j'ai apprécié, même dans leurs côtés antagonistes. Et Clochette, quel personnage inattendu ! Ah ah !
Et bien entendu Gwen, qui est émouvante, qui doute et qui ne sait plus trop où elle en est. Un personnage très intéressant.
La gestion de la Brigade Anti-Kidnapping est rondement menée et c'est agréable de voir comment la hiérarchie fonctionne avec l'implication des demis. Y compris dans le conflit qui les oppose à leurs ennemis (bon, j'essaie de ne pas trop spoiler). Là encore, c'est bien amené et ce n'est pas sans rappeler des conflits bien réels de notre monde moderne.
Bref, c'est un récit que je vous recommande plus que vivement si vous voulez expérimenter un récit original, avec des fées bien loin de la Clochette traditionnelle de Peter Pan. Lancez-vous !

Lien : http://earaneinfantasy.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pois0n
  01 mai 2015
Féelure possède quelque chose que peu de récits peuvent se vanter de posséder: de la magie, de la vraie. En à peine quelques pages, l'auteure nous emporte sans difficulté dans son univers merveilleux. Et pourtant, tout est loin d'y être rose, notamment lorsqu'il est question de meurtres, d'un bordel féérique ou de l'amertume de Gwen dans sa vie diurne.
Si la recette fonctionne, c'est en partie grâce au style simple et sans fioritures de l'auteure, également bourré de jeux de mots; mais aussi grâce au contraste entre la vie de fée de l'héroïne durant ses nuits avec sa vie d'humaine dans la journée. Bientôt, elle devra choisir l'une des deux, définitivement, et le poids de cette décision pèse tout au long du récit. En résulte une ambiance douce-amère, entre émerveillement et désillusion, qui touche le lecteur sans difficulté. Rêve et réalité. Aventure et vie rangée. Magie ou normalité...
C'est là qu'est la véritable histoire de Féelure, une histoire plutôt bien menée, bien que trop courte: le livre se lit en à peine deux heures, et c'est à regrets que l'on quitte ce petit coin de féérie qui a su, l'espace d'une soirée, nous transporter loin de la grisaille de la vie quotidienne, à l'image de la vie de fée de Gwen.
Ce format court est peut-être là le principal défaut du livre en tant que tel. Car l'ouvrage papier, paru chez Bragelonne nous proposant habituellement de très belles éditions à prix raisonnable, est facturé presque 14€! Ca fait cher les quelques dizaines de minutes de lecture... Autant dire que pour une fois, je me suis rabattu.e sans regret sur la version ebook. Dommage.
Bref, Féelure s'avère être une lecture rafraîchissante, pleine de magie, d'humour mais non dénuée de noirceur, une véritable petite perle à découvrir sans hésitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cici899
  05 juillet 2017
Une courte histoire qui sera vite oubliée.
Je n'ai pas adhéré au style d'écriture de l'auteur, ni au scénario, ni aux personnages.
L'ensemble reste très superficiel.
On ne connait pas bien les différents personnages, beaucoup ne font que quelques apparitions. Même l'héroïne reste lointaine.
Le fait que l'histoire se déroule à Brocéliande aurait pu être intéressant, mais ce n'est pas vraiment exploité et une enquête embarque bien vite nos fées à Paris, plus exactement au Bois de Vincennes…mouais, Clochette en mère maquerelle, j'ai du mal.
Les cas qur lesquels enquêtes nos fées sont très vite résolus tout comme le complots contre les demies.
L'utilisation des jeux de mots autour des fées a fini par m'agacer. Il ne faut pas abuser des bonnes choses.
La séparation entre la vie diurne-humaine et la vie nocturne-fée est un chouette concept. Le fait de devoir choisir après un certain laps de temps amène du relief.
Sinon pour finir sur une note positive, je trouve la couverture très jolie.
Challenge MULTI-DEFIS 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   07 avril 2017
J'aimerais m'envoler, partir de ce monde qui dégénère. C'est ce que j'essaie de faire en faisant rêver les gens avec mes contes.
Commenter  J’apprécie          160
MissFoxandMrbirdMissFoxandMrbird   21 mars 2016
…Y a bien Vincennes, mais ça fait loin et Clochette aime pas trop qu’on aille y fourrer notre nez. – Clochette ? Celle de Peter ? s’étonne Arthur. – Peter est fini depuis longtemps, il a trop abus de la boutanche. Clochette lui paie ses litrons en faisant la mère maquerelle dans les bois. Les fées désabusées y vendent leur corps aux lutins qui passent.
Commenter  J’apprécie          40
tassedeculturetassedeculture   07 juillet 2016
faites-vous partie de ceux qui y croient ? Ceux qui pensent que les bruits de la maison ne sont pas le fait du vent, que les clefs ne sont pas déplacées seules, que les tartines ne tombent pas du mauvais côté par hasard ? Ces grands rêveurs qui s'amusent des petits déraillement du quotidien en sachant que, derrière ces fantaisies, une fée ou un lutin se cache ?
Commenter  J’apprécie          30
LupappassionataLupappassionata   01 mai 2017
Certes, cette orgueilleuse de Titania a fait tout un pataquès autour de son union avec Obéron, décrétant qu'ils étaient roi et reine du Petit Peuple, mais dans les faits, ce ne sont que deux vieux emmerdeurs qui passent leur temps à se faire des crasses. Sans ce fé devenu dramaturge, personne ne les connaîtrait chez les humains.
Commenter  J’apprécie          10
cici899cici899   04 juillet 2017
- Est-ce que tu veux rester humaine pour toi-même ou pour ne pas les rendre tristes ?
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Silène Edgar (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silène Edgar
Conférence La fantasy historique... une histoire qui n'a jamais existé ? enregistrée aux Imaginales 2018 Avec Georges Bischoff, Sylvie Miller et Silène Edgar
Retrouvez la table ronde en intégralité sur : http://www.actusf.com/spip/Imaginales-2018-Conference-La.html
autres livres classés : féesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Adèle et les noces de la reine Margot

Qui est l'auteur du roman d'inspiration, la Reine Margot ?

Silène Edgar
Alexandre Dumas
William Shakespeare
Emile Zola

7 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Adèle et les noces de la Reine Margot de Silène EdgarCréer un quiz sur ce livre