AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362312402
Éditeur : Castelmore (14/03/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Moana refuse de mener la vie que voudrait lui imposer son peuple.Dans un futur post-apocalyptique, le monde est en proie à un grand refroidissement et l'humanité est menacée de disparaître. La Polynésie où vit Moana n'échappe pas à cette règle : elle est recouverte de neige. Selon les règles édictées par son peuple, la jeune fille doit se marier et avoir des enfants au plus vite. Mais il est hors de question pour Moana de suivre ces règles qui ne lui conviennent pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  18 mars 2018
Première immersion avec la plume de Silène Edgar dont la réputation n'est plus à faire, car beaucoup de jeunes lecteurs empruntent ses ouvrages au sein de ma médiathèque. Malgré ce succès, je ne m'étais pas encore lancée à la découverte des univers de l'auteure. C'est à présent chose faite grâce aux éditions Castelmore que je remercie pour ce joli service presse. J'ai été enchantée par cette dystopie jeunesse/ado prônant de belles valeurs comme la famille, l'égalité hommes/femmes, la transmission du savoir et l'entraide. le monde dépeint par l'auteure fait pourtant froid dans le dos ! En effet, suite à un cataclysme, notre monde s'est vu radicalement changer. La plupart des survivants ont dû migrer et se regrouper dans des zones moins froides, tandis que la plupart des créatures comme les chamois, les marmottes ou les moineaux ont disparu. La survie est rude, en particulier pour les Femmes qui ont été relayées au statut de mères. Pour avoir plus de vivres, il est essentiel aux femmes d'enfanter. Si leur mari péri, elles ont dans l'obligation de retrouver un compagnon pour de nouveau donner la vie. Enfin, lorsque les adultes sont trop vieux, la société s'en débarrasse en les envoyant dans une maison du souvenir, de curieux endroits où personne ne sait ce que l'on fait aux séniors… En tant que lectrice, j'ai forcément été sensible aux thématiques abordées, notamment la place de la Femme dans ce monde. L'amour n'existe plus. Moana, l'héroïne, n'a pas encore eu ses règles qu'on parle déjà d'union et de mariage… Dans cet univers, nous ne sommes rien d'autre que des génitrices que les hommes n'hésitent pas à prendre de force si vous osez partir en mer ou vous retrouvez dans des endroits peu fréquentables… L'ambiance de cette saga est donc très sombre et pousse à la réflexion néanmoins, elle est perçue de manière délicate et ingénue par notre petite narratrice qui ignore tout de la vie.
Moana est une enfant adorable, très candide, pleine d'espoirs et de rêves. Bien qu'elle soit jeune, son tempérament va devenir de plus en plus fort. Ainsi, elle va ouvrir les yeux et va apprendre à se rebeller lorsqu'une situation est injuste. On prend plaisir à la voir évoluer, s'émanciper et protéger ses compagnons de route, en particulier Madeleine, alias « Mémine ». J'avoue que j'ai directement accroché à cette arrière-grand-mère pleine de malice et de sagesse. Non seulement j'ai aimé son caractère, mais elle m'a tout simplement rappelé ma vie : ma grand-mère s'appelait ainsi et j'ai hérité de Madeleine comme second prénom. Autant dire que ce personnage me parlait et que je me suis attachée à elle sans hésiter. Or, comme si cela ne suffisait pas, j'ai tout simplement été conquise par la douce relation entre Moana et Mémine. Un lien très fort, tendre, protecteur, taquin et affectueux les unit. L'auteure met vraiment en avant la thématique des échanges intergénérationnels. Les personnages secondaires sont également intéressants. J'ai par exemple apprécié Pierre, un cuistot qui dissimule bien des secrets. Alessandro et Amira ont su éveiller mon intérêt cependant, j'aurais souhaité les voir un peu plus tôt ou qu'ils soient davantage développés afin de m'y attacher. Ils n'en demeurent pas moins intéressants et actifs dans cette incroyable épopée.
Le rythme de cet ouvrage monte crescendo. On commence avec une ambiance assez calme permettant au lecteur de découvrir la famille de Moana, ce qu'il est advenu de notre planète et les nouvelles lois qui ont découlé de cette catastrophe. Outre celles qui concernent les femmes, certaines m'ont étonnée ! Par exemple, la littérature avant l'apocalypse est prohibée. Cela m'a amusée de voir que de très beaux livres comme ceux de Jules Verne étaient interdits. Au fil de l'histoire, certains protagonistes vont mettre en avant de jolis romans. J'ai grandement apprécié ces clins d'oeil. On sent vraiment que l'auteure est une amoureuse des livres… Une fois que Moana part en mer, on va avoir affaire à plusieurs rebondissements. La pauvre jeune fille va découvrir que les injustices ne concernent pas uniquement son village natal et que le monde n'est pas sans dangers. Heureusement, ses nouveaux alliés seront là pour l'aider…
La plume de Silène Edgar est vraiment très agréable, fluide et pleine de douceur. Malgré quelques dialogues que je n'ai pas forcément trouvés toujours crédibles (je ne suis pas sûre qu'une jeune fille de douze ans s'exprime toujours ainsi), j'ai lu les pages avec aisance. J'étais vraiment curieuse de voir où ce voyage mouvementé allait mener la belle héroïne. de plus, le monde imaginé par l'auteure, les idées qu'elle a soulevé, le rythme de l'intrigue et les mots en tahitiens disséminé de-ci de-là ont su me charmer. On a là un roman jeunesse intéressant qui mérite le détour. Il est d'ailleurs à noter que ce premier tome peut suffire à lui-même. En effet, la fin est jolie, pleine de poésie et d'espoir. Si on le souhaite, on peut s'arrêter là… Étant donné la grande quantité d'ouvrages se finissant avec un gros twist incitant le lecteur à absolument désirer la suite, je trouve la conclusion de « La saveur des figues » agréable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
ValHou57
  06 mai 2018

Les personnages :
Moana est une adolescente de 12 ans. Elle vit avec grand nombre de personne de sa famille dans un fare en Polynésie et redoute le moment tant attendu, où le gouvernement l'obligera à se marier et enfanter. Elle veut vivre sa vie, profiter des siens, aimerait voir et découvrir les sensations de l'ancien monde, voyager, etc... tout, sauf se marier si jeune et être mère.
Comment peut-on devenir femme et mère quand on est soi-même, encore qu'une enfant?
Moana est une jeune fille intelligente, débrouillarde, parfois insolente car elle refuse de se plier aveuglément aux règles établis par le gouvernement et le conseil des anciens. déterminée, rêveuse, elle a peur de l'avenir mais fait preuve de courage et choisi sa propre voie. C'est une jeune héroïne plutôt attachante qu'on a envie de soutenir, de consoler et d'encourager.
Mémine est l'arrière grand-mère de Moana, elle a 80 ans et aurait dû partir pour la maison des souvenirs il y a déjà 20 ans. le gouvernement envoie les anciens dès 60 ans dans ces maisons à Pondichéry pour préserver les souvenirs de l'ancien temps. Pour une raison inconnue, la famille de Moana cache Mémine aux yeux de tous depuis 20 tant d'années. Cela représente un grand danger pour eux, si cela venait à être découvert. Mémine est donc cloîtrée dans le fare, elle ne peut pas sortir, pas parler aux autres membres de la communauté et les journées semblent interminables pour elle. Sa santé semble se décliner de jour en jour, comme si tout cela la lasser profondément, elle dort de plus en plus, et tous ont peut pour elle. Néanmoins, sa famille peut compter sur elle, pour découvrir des histoires ou des anecdotes pour voyager dans ce fameux monde d'avant la catastrophe et dont elle est la seule gardienne encore présente.
C'est une femme nostalgique, battante, qui ne veut pas laisser disparaître la beauté ou la vie d'antan, elle est toujours souriante, bienveillante, et aime transmettre ce qu'elle sait. Mémine m'a beaucoup touché de par son histoire propre, ses rêves, ses désillusions, ses pertes et ses joies.
Dans ce premier tome, nous rencontrerons tous un tas de personnages qu'ils soient éphémères ou souvent présents, des gens biens comme il se fait rare dans cette société ou de véritables ordures, prêt à tout pour passer du bon temps ou se faire bien voir du gouvernement. Une chose est sûre : chacun a sa place dans cette histoire et sans eux, elle ne serait pas ce qu'elle est.
L'intrigue :
Je suis très intéressée par les films catastrophes, donc un livre digne de ce genre ne pouvait que me donner envie. Certes, c'est moins visuel ou époustouflant qu'un film, mais ça n'en reste pas moins intéressant de voir comment Silène Edgar a pu construire son propre univers.
Dans son univers, tout est régit et dicté à grande échelle par le Gouvernement de Pondichéry et, plus localement par les différents Conseils des Anciens. Les adolescentes à l'âge de 12 ans et une fois réglée doivent se marier et enfanter le plus rapidement possible afin d'assurer une pérennisation de l'humanité. Ici, plus de mariage par amour, plus d'unions libres, plus de désir ou non pour la femme de devenir mère ou de s'abstenir. Elles doivent se plier aux règles établies, que cela leur plaise ou non.
Les anciens atteignant l'âge de 60 ans se voit séparer des leurs et rejoignent les maisons du souvenirs présentes dans la capitale. le gouvernement estime qu'il faut se concentrer sur le présent et l'avenir, sans s'encombrer du poids du passé, mais pour que celui-ci ne disparaisse pas plus encore, ils recueillent chaque souvenir pour le jour où, enfin le monde sera reconstruit et qu'il sera temps de se replonger dedans. Voici un léger aperçu de l'ambiance dans laquelle on plonge à travers ce roman. Rassurez-vous, vous aurez encore bien des choses à découvrir si vous décidez de tenter cette aventure.
L'univers est intéressant, assez détaillé mais pas trop, juste ce qu'il fait pour nous donner envie d'en connaître toujours plus, mais sans plomber la dynamique du récit. Je pense que l'auteure a encore bien des choses à nous apprendre sur cet environnement car, elle a laissé des détails flous, des questions en suspens, et sincèrement, je pense que tout cela était volontaire de sa part. Maintenant, pour ceux et celles que cela pourraient effrayer de se lancer dans une énième trilogie/saga, vous pouvez très bien vous arrêtez à la fin de ce premier tome. Ici, pas de cliffhanger insoutenable, l'histoire possède une vraie fin en soi , mais si vous êtes curieux comme moi, vous risquez fort de vouloir découvrir tout ce que Silène Edgar a prévu pour nos héros.
L'auteure :
Je connaissais déjà la plume de l'auteur à travers ma lecture de 14-14 publié chez le même éditeur. Si l'histoire avait été sympa, je m'attendais à beaucoup plus. J'ai donc voulu retenté un autre titre de l'auteur, mais cette fois dans un univers plus proche de ce que j'aime lire à forte dose.
Sa plume reste toujours aussi fluide, plaisante à lire et j'aime sa façon de nous narrer son histoire.
Ici, pas de virus qui transforme l'humanité en zombie, pas d'anges ou autres créatures venus décimer les survivants, seulement la nature qui s'insurge et se venge de ce que l'être humain lui a fait subir. Même si j'aime tout type d'univers post-apocalyptique, j'avoue avoir un petit faible pour les catastrophes naturelles, que ce soit dans les films ou en littérature. Je trouve qu'il est bien plus facile de visualiser ou d'imaginer un monde pareil, mais surtout qu'est-ce qu'on ferait si une telle chose se produisait réellement...
[Cela permet de s'interroger et peut-être de prendre conscience de nos actes dans notre propre monde. En tout cas, c'est mon avis comme ce qui va suivre. Je reste persuadé que tôt ou tard, quelque chose se produira. Quand on voit le réchauffement climatique, le fait que les saisons qui caractérisaient bien les changements de températures et leurs effets sur la nature n'existent plus vraiment, ou en tout cas, ne sont plus autant définis que lorsque j'étais enfant, je me dis qu'un jour où l'autre, une catastrophe pourrait bien se produire. Pas dans 10 ans, pas dans 50 ans, mais qu'en sera t-il dans un siècle ou deux? Bon vous me direz qu'on ne sera plus là pour le voir, certes vous aurez raison, mais cela ne veut pas dire que je ne m'interroge pas parfois sur ce qui pourrait se produire.]
Silène Edgar nous livre cette histoire sans leçon de morale, juste en nous expliquant ce qu'elle a imaginé dans un futur proche ou lointain et c'est sans doute ce que j'ai le plus aimé. Je n'aime pas les livres moralisateurs et ce, peu importe le sujet mis en avant. Pour autant, j'aime quand un auteur nous donner matière à réfléchir à travers un univers créer de toutes pièces, je trouve cela enrichissant.
Son intrigue est bien menée, les personnages sont intéressants et apportent chacun un petit ou grand quelque chose de plus à l'histoire, sans compter qu'il y a du suspens, de l'action, des rebondissements, ce sentiment d'angoisse concernant le fait de ne pas être mis à nu, etc... Tout était réuni pour me faire passer un joli moment de lecture.
En résumé :
Un univers post-apocalyptique glacial, au sens propre comme au figuré, des personnages qui ont tous un rôle à jouer, une intrigue qui crée une certaine addiction, ni trop peu ni trop de détails/descriptions tout court, une vraie fin (même si pour ma part je souhaite connaître la suite), un tout petit prix, une jolie couverture et un tome qui m'a fait m'interroger. En gros, une lecture que je vous recommande si vous aimez ce type d'univers dit "catastrophe".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
verobleue
  25 février 2019
Silène Edgar est une auteure française de livres pour la jeunesse et je l'ai découverte avec « 14 -14 ».
Avec le premier tome de cette trilogie, publiée en 2010, elle nous plonge dans un univers post-apocalyptique. Une catastrophe naturelle s'est abattue sur le monde actuel et il ne reste plus que quelques millions d'êtres humains. Parce que la terre est littéralement congelée, ceux-ci vivent dans les endroits autrefois tropicaux
Moana est une jeune fille de 12 ans qui vit dans un petit village de Polynésie avec toute sa famille et son arrière-grand-mère Mémine.
Puisque l'humanité est menacée, les adolescentes de 12 ans, dès qu'elles sont réglées, doivent se marier et enfanter le plus possible. Les mariages sont régulés sans s'inquiéter d'amour ou du désir d'enfants. Les jeunes doivent se plier aux règles établies que ce soit par le gouvernement de Pondichéry ou plus localement par les différents Conseils des Anciens, que cela leur plaise ou non. Plus vous avez d'enfants, plus grande est la reconnaissance. En effet, la faune et la flore ont en grande partie disparu et les rations de nourriture sont amenées de Pondichéry par bateau en échange de produits spécifiques à l'île.
Mémine joue un rôle crucial dans la famille avec son devoir de mémoire. L'enfance de Moana a été bercée par les récits de son arrière-grand-mère : des histoires et des anecdotes du monde d'avant la catastrophe. Mémine est la seule gardienne présente car le gouvernement envoie à Pondichéry tous les anciens dès 60 ans dans des maisons des souvenirs pour préserver les souvenirs de l'ancien temps. Car il est interdit de poser trop de questions sur le passé, le plus important, ce sont les efforts à fournir.
Mémine aurait dû y aller il y a 20 ans mais sa famille la cache et elle vit cloîtrée dans la maison familiale, sans sortir, sans parler aux autres membres de la communauté et ses journées sont interminables. Sa santé décline car elle est lasse et tous ont peur pour elle.
Pourtant, Moana a un autre rêve. Avec l'aide de son arrière-grand-mère, elle compte bien fuir loin de la Polynésie.
Une dystopie jeunesse que j'ai trouvé très intéressante. L'intrigue est bien menée, les personnages intéressants et attachants. Silène Edgar développe des thèmes tels que le dérèglement climatique, la famille, les mariages forcés, les échanges intergénérationnels et la transmission du savoir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
NovaBaby
  19 avril 2018
malheureusement, entre Moana et moi, ça ne l'a pas fait. Je lis pas mal de trucs en jeunesse, mais plutôt pour la tranche d'âge au-dessus, ce qui explique cela. Parce que c'est un livre bourré de qualités, bien écrit, et plein de messages positifs malgré un contexte pas simple.
Du coup, ma chronique ne va pas se baser sur mes sentiments personnels, parce que je ne pense pas lire la suite, dans le sens où je suis désormais trop vieille pour réussir à adhérer. Mais par contre, c'est une saga que je note dans un coin de ma tête pour l'offrir à des enfants / préados parce que c'est quand même chouette.

L'histoire se passe en Polynésie, et déjà, c'est assez cool, parce que je n'avais jamais rien lu dans cette région du monde (su vous avez des conseils, je prends). Ce qui est un peu moins cool, c'est que le climat est tout détraqué et qu'il neige en Polynésie. Genre, on se pèle les miches, même là-bas. Les quelques humains restants sont rassemblés dans des colonies dans quelques parties du globe encore vivables, mais qui ont peu de contacts entre elles. le tout est chapeauté par un gouvernement dont on ignore pas mal de choses, basé à Pondichéry.
Moana est une jeune fille qui aime découvrir des choses, dessiner les fleurs perdues du passé grâce aux histoires que son arrière-grand-mère clandestine lui raconte. Une arrière-grand-mère clandestine ? Quoi-que-qu'est-ce ?

Bah ouais, dans cet univers, les personnes de plus de 60 ans sont rassemblées dans une espèce de maison de retraite loin de leur famille, officiellement afin d'aider les scientifiques à régler la situation grâce à leurs souvenirs. Mais on se doute bien qu'il y a cachalot sous gravillon, parce que dans ce cas pourquoi attendre qu'ils aient 60 ans, pourquoi ne pas collecter les renseignements dès le départ et faire des petits meetings de gens spécialisés dans un domaine ou un autre ? Bah ça n'effleure visiblement pas les esprits de la plupart des gens. Et c'est là que mon regard d'adulte a faussé le jeu. Parce que je comprenais où on allait, comment on y allait, et je savais comment tout allait se terminer.
En tout cas, la relation entre Mémine et son arrière-petite-fille est des plus touchantes, elle est bien écrite, et mon coeur s'est serré de tendresse en les voyant prendre soin l'une de l'autre au fil des pages.

Dans cet univers, il se trouve également que faire des enfants est primordial pour la survie de l'espèce humaine. du coup, ben si t'es une nana, dès que tu es réglée, bim, on te marie, et t'as plutôt intérêt à pondre dans l'année sinon, les rations de nourriture allouées à ta colonie pourrait bien ne pas suffire à vous nourrir (un peu concon si tu veux la survie de l'humanité, mais comme ça les enfants apprennent dès le plus jeune âge que la politique est une enflure) (oui, j'en suis au point où les concepts deviennent des enflures).
On se doute que Moana va "devenir une femme" (j'ai jamais vu passer le mémo, moi, à 30 piges, j'ai encore l'impression d'en avoir 12 par moments), et donc être vouée au mariage et à la procréation. Tout ce système est bien sûr dénoncé par l'autrice, avec une touche de féminisme, et c'est très bien fait.

Moana et Mémine vont donc partir pour un boat-trip (comme un road-trip mais en bateau), et il va leur arriver bien des aventures tandis qu'elles suivront les traces de la mémoire un poil défaillante de Mémine, rapport qu'elle a plus de 80 ans, voyez.
En bref, c'est plein de messages positifs, qui amènent de la réflexion chez le lectorat, il y a des role-models féminins forts, des valeurs que j'approuve et c'est bien écrit. C'est donc idéal si vous appréciez encore les lectures destinées à cet âge, ou si vous avez des gamins concernés dans votre entourage (je vous plains si c'est le cas, c'est un peu l'âge d'enfant casse-pied hein).
Lien : http://delaplumeauclic.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PandoLivresavie
  11 mai 2018
Moana est une lecture que j'ai trouvé très agréable à lire, pleine d'émotions et surtout très représentative du futur qui risque de nous arriver.
C'est donc avec Moana que nous allons suivre cette histoire. Moana est une jeune fille pleine de vie est très intelligente, très proche des membres de sa famille mais plus encore de son arrière-grand-mère. Elle aime l'écouter raconter la vie d'avant le grand refroidissement, avant toutes ces récessions et ces lois injustes qui leur rendent la vie difficile et encore plus maintenant qu'elle est en âge de se marier alors qu'elle n'a que douze ans. Pour se sortir de cette situation, elle va devoir braver les interdits et trouver le courage de fuir, partir loin de ceux qu'elle aime. Elle va devoir affronter la dure réalité de la vie et faire face à des moments aussi perturbants que difficiles.
L'histoire de Moana m'a beaucoup ému, suivre le parcours que va devoir endurer cette jeune fille est très touchant, la manière dont elle le fait et surtout le coeur qu'elle y met, rend le récit passionnant. Ce fut pour moi une très belle lecture, pleine de moments inattendus, on avance au fil de ses péripéties, jour après jour sans jamais être sûr de ce qu'il va bien pouvoir se passer. le but qu'elle cherche à atteindre n'est pas simplement ambitieux, il est tout simplement merveilleux, et on espère à chaque page tournée la voir y parvenir. Lors de son parcours pour retrouver sa liberté, elle va rencontrer des personnes qui seront d'une grande aide, s'attacher à eux mais aussi craindre qu'ils ne se fassent prendre pour l'avoir aidé. C'est pleine de doutes mais aussi de rêves qu'elle va entreprendre ce voyage, cette traversée à travers les océans, ce parcours semé d'embuches qui ne fera qu'accroitre son envie de fuir et de parvenir à réaliser ses rêves.
Elle vivra plusieurs étapes lors de cette fuite, passant parfois par la peur de ne pouvoir y parvenir, mêlant parfois la violence et l'insécurité. Mais son moral d'acier et sa force de caractère lui permettront de se sortir de situations qui pourtant paraissent perdues d'avance. C'est toujours pleine de l'envie de s'en sortir qu'elle va devenir encore plus forte et plus stratégique, qu'elle va forger des remparts entre elle et ceux qui l'empêcheront d'avancer. Moana du haut de son jeune âge est une jeune fille très mature et remarquable, prête à prendre des risques et à se retrouver seule dans l'inconnu de ce monde qu'elle ne connait pas juste pour faire revivre un passé qu'elle n'a jamais eu. Elle va s'engager dans une aventure extraordinaire qui va la porter bien plus loin que ce qu'elle aurait imaginé, lui ouvrant les portes d'un avenir plus juste.
Un livre dystopique qui vise un public jeune, mais qui est aussi pour nous adulte une très bonne lecture. La plume de l'auteure est fluide, émouvante, elle donne à réfléchir. Ce livre touche des points importants de notre futur et surtout elle offre une très belle leçon de moral et pas seulement sur le plan écologique. C'est à la fois émouvant et plein d'espoir, on vit ce livre de telle façon qu'on ne peut échapper aux émotions et aux souvenirs qui nous sont apportés. C'est à travers les yeux de cette adolescente que nous partons à la recherche d'un mirage, de souvenir vécu qui ne peut on l'espère que bien se terminer. L'épilogue à la fin m'a beaucoup touché, c'est un peu la suite logique de ce qui pouvait arriver.
Je vois bien que dans cette chronique je reste très vague sur les évènements et le parcours que va vivre Moana. C'est voulu et en même temps c'est assez frustrant pour moi , je voudrais en dire plus, vous refaire vivre les échanges qu'a pu avoir notre héroïne avec les personnages qu'elle croisera et ceux avec qui elle les vivra. Mais ce serait trop vous en dire, car si je dévoile le vrai déclencheur de cette décision de départ, cela gâcherait la beauté de ce voyage et toutes ses craintes, ses peur qui nous poussent à la suivre et à vouloir la voir réussir. J'ai hâte de pouvoir lire la suite afin de retrouver ce petit bout de femme qui m'aura vraiment conquise de par son caractère mais aussi par sa force et sa détermination.
Lien : http://www.livresavie.com/mo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   16 mars 2018
- Alors, Moana, tu es une petite femme, ce que j’ai à te dire tombe très bien.
- Je ne me sens pas vraiment différente, tu sais.
- Je me doute, être vraiment une femme, ce n’est pas juste pouvoir faire des enfants… Ni même avoir des enfants !
- Tout le monde dit ça pourtant, qu’être une femme, c’est être une mère.
- Parce que la société d’aujourd’hui voit cela ainsi, mais la condition féminine a beaucoup reculé avec tous ces bouleversements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper   15 mars 2018
Il y a une chose que j'aurais pu faire toute ma vie. Malgré les malheurs de ce monde. Malgré la catastrophe qui nous a tous obligés à vivre entre les Tropiques pour fuir le froid, à reformer l'humanité en enfantant à tour de bras, à oublier ce que pouvaient être bien une jonquille ou un abricot... Une chose que vous allez faire aujourd'hui à votre tour : écouter les histoires de mon arrière-grand-mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   18 mars 2018
A ce moment-là, je comprends que ce que font Chris et Pierre n'est pas seulement un divertissement : le message qu'ils font passer dans les livres ou dans les films est bien plus fort. C'est ce qu'a réalisé Mémine à l'échelle de notre famille.
J'aimerais faire comme eux...
Commenter  J’apprécie          30
SaiwhisperSaiwhisper   18 mars 2018
Tout d'un coup, j'ai beaucoup moins envie d'embrasser Mamie... C'est injuste, tout ça parce que c'est ce qu'elle a vécu ! Mais je ne suis pas elle, je ne veux pas finir comme elle, toute racornie comme une galette séchée. Moi, ce que je veux, c'est être comme Mémine, douce et tendre comme un agneau.
Commenter  J’apprécie          20
ValHou57ValHou57   06 mai 2018
Je reste stupéfaite au pied du fauteuil de Mémine pendant qu'elle ferme à nouveau les yeux et s'endort cette fois tout à fait. Elle a dit ces mois "mon amour", avec tant de tendresse et un éclat dans les yeux. Elle parle toujours de lui sans donner de détails, quoiqu'il apparaisse dans tellement de ses récits. Toujours là, mais comme inconsistant. Je ne peux pas parler de lui en disant "mon pépé"; pour moi, c'est l'arrière grand-père, une présence associée à des temps disparus, avant la catastrophe, avant que le climat change radicalement. Avant la période des tempêtes et des cyclones, le bouleversement, le froid qui envahit tout. Mémine dit que ce qui s'est passé était inimaginable quand elle était jeune et que des réalisateurs de cinéma en avaient même fait des films "catastrophes", c'est à dire des histoires pour faire peur, auxquelles personne ne croyait. Et un jour, c'est arrivé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Silène Edgar (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silène Edgar
Conférence La fantasy historique... une histoire qui n'a jamais existé ? enregistrée aux Imaginales 2018 Avec Georges Bischoff, Sylvie Miller et Silène Edgar
Retrouvez la table ronde en intégralité sur : http://www.actusf.com/spip/Imaginales-2018-Conference-La.html
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Adèle et les noces de la reine Margot

Qui est l'auteur du roman d'inspiration, la Reine Margot ?

Silène Edgar
Alexandre Dumas
William Shakespeare
Emile Zola

7 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Adèle et les noces de la Reine Margot de Silène EdgarCréer un quiz sur ce livre
.. ..