AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782362312403
Éditeur : Castelmore (14/03/2018)
4.13/5   56 notes
Résumé :
Moana refuse de mener la vie que voudrait lui imposer son peuple.Dans un futur post-apocalyptique, le monde est en proie à un grand refroidissement et l'humanité est menacée de disparaître. La Polynésie où vit Moana n'échappe pas à cette règle : elle est recouverte de neige. Selon les règles édictées par son peuple, la jeune fille doit se marier et avoir des enfants au plus vite. Mais il est hors de question pour Moana de suivre ces règles qui ne lui conviennent pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 56 notes
5
10 avis
4
16 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Saiwhisper
  18 mars 2018
Première immersion avec la plume de Silène Edgar dont la réputation n'est plus à faire, car beaucoup de jeunes lecteurs empruntent ses ouvrages au sein de ma médiathèque. Malgré ce succès, je ne m'étais pas encore lancée à la découverte des univers de l'auteure. C'est à présent chose faite grâce aux éditions Castelmore que je remercie pour ce joli service presse. J'ai été enchantée par cette dystopie jeunesse/ado prônant de belles valeurs comme la famille, l'égalité hommes/femmes, la transmission du savoir et l'entraide. le monde dépeint par l'auteure fait pourtant froid dans le dos ! En effet, suite à un cataclysme, notre monde s'est vu radicalement changer. La plupart des survivants ont dû migrer et se regrouper dans des zones moins froides, tandis que la plupart des créatures comme les chamois, les marmottes ou les moineaux ont disparu. La survie est rude, en particulier pour les Femmes qui ont été relayées au statut de mères. Pour avoir plus de vivres, il est essentiel aux femmes d'enfanter. Si leur mari péri, elles ont dans l'obligation de retrouver un compagnon pour de nouveau donner la vie. Enfin, lorsque les adultes sont trop vieux, la société s'en débarrasse en les envoyant dans une maison du souvenir, de curieux endroits où personne ne sait ce que l'on fait aux séniors… En tant que lectrice, j'ai forcément été sensible aux thématiques abordées, notamment la place de la Femme dans ce monde. L'amour n'existe plus. Moana, l'héroïne, n'a pas encore eu ses règles qu'on parle déjà d'union et de mariage… Dans cet univers, nous ne sommes rien d'autre que des génitrices que les hommes n'hésitent pas à prendre de force si vous osez partir en mer ou vous retrouvez dans des endroits peu fréquentables… L'ambiance de cette saga est donc très sombre et pousse à la réflexion néanmoins, elle est perçue de manière délicate et ingénue par notre petite narratrice qui ignore tout de la vie.
Moana est une enfant adorable, très candide, pleine d'espoirs et de rêves. Bien qu'elle soit jeune, son tempérament va devenir de plus en plus fort. Ainsi, elle va ouvrir les yeux et va apprendre à se rebeller lorsqu'une situation est injuste. On prend plaisir à la voir évoluer, s'émanciper et protéger ses compagnons de route, en particulier Madeleine, alias « Mémine ». J'avoue que j'ai directement accroché à cette arrière-grand-mère pleine de malice et de sagesse. Non seulement j'ai aimé son caractère, mais elle m'a tout simplement rappelé ma vie : ma grand-mère s'appelait ainsi et j'ai hérité de Madeleine comme second prénom. Autant dire que ce personnage me parlait et que je me suis attachée à elle sans hésiter. Or, comme si cela ne suffisait pas, j'ai tout simplement été conquise par la douce relation entre Moana et Mémine. Un lien très fort, tendre, protecteur, taquin et affectueux les unit. L'auteure met vraiment en avant la thématique des échanges intergénérationnels. Les personnages secondaires sont également intéressants. J'ai par exemple apprécié Pierre, un cuistot qui dissimule bien des secrets. Alessandro et Amira ont su éveiller mon intérêt cependant, j'aurais souhaité les voir un peu plus tôt ou qu'ils soient davantage développés afin de m'y attacher. Ils n'en demeurent pas moins intéressants et actifs dans cette incroyable épopée.
Le rythme de cet ouvrage monte crescendo. On commence avec une ambiance assez calme permettant au lecteur de découvrir la famille de Moana, ce qu'il est advenu de notre planète et les nouvelles lois qui ont découlé de cette catastrophe. Outre celles qui concernent les femmes, certaines m'ont étonnée ! Par exemple, la littérature avant l'apocalypse est prohibée. Cela m'a amusée de voir que de très beaux livres comme ceux de Jules Verne étaient interdits. Au fil de l'histoire, certains protagonistes vont mettre en avant de jolis romans. J'ai grandement apprécié ces clins d'oeil. On sent vraiment que l'auteure est une amoureuse des livres… Une fois que Moana part en mer, on va avoir affaire à plusieurs rebondissements. La pauvre jeune fille va découvrir que les injustices ne concernent pas uniquement son village natal et que le monde n'est pas sans dangers. Heureusement, ses nouveaux alliés seront là pour l'aider…
La plume de Silène Edgar est vraiment très agréable, fluide et pleine de douceur. Malgré quelques dialogues que je n'ai pas forcément trouvés toujours crédibles (je ne suis pas sûre qu'une jeune fille de douze ans s'exprime toujours ainsi), j'ai lu les pages avec aisance. J'étais vraiment curieuse de voir où ce voyage mouvementé allait mener la belle héroïne. de plus, le monde imaginé par l'auteure, les idées qu'elle a soulevé, le rythme de l'intrigue et les mots en tahitiens disséminé de-ci de-là ont su me charmer. On a là un roman jeunesse intéressant qui mérite le détour. Il est d'ailleurs à noter que ce premier tome peut suffire à lui-même. En effet, la fin est jolie, pleine de poésie et d'espoir. Si on le souhaite, on peut s'arrêter là… Étant donné la grande quantité d'ouvrages se finissant avec un gros twist incitant le lecteur à absolument désirer la suite, je trouve la conclusion de « La saveur des figues » agréable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
verobleue
  25 février 2019
Silène Edgar est une auteure française de livres pour la jeunesse et je l'ai découverte avec « 14 -14 ».
Avec le premier tome de cette trilogie, publiée en 2010, elle nous plonge dans un univers post-apocalyptique. Une catastrophe naturelle s'est abattue sur le monde actuel et il ne reste plus que quelques millions d'êtres humains. Parce que la terre est littéralement congelée, ceux-ci vivent dans les endroits autrefois tropicaux
Moana est une jeune fille de 12 ans qui vit dans un petit village de Polynésie avec toute sa famille et son arrière-grand-mère Mémine.
Puisque l'humanité est menacée, les adolescentes de 12 ans, dès qu'elles sont réglées, doivent se marier et enfanter le plus possible. Les mariages sont régulés sans s'inquiéter d'amour ou du désir d'enfants. Les jeunes doivent se plier aux règles établies que ce soit par le gouvernement de Pondichéry ou plus localement par les différents Conseils des Anciens, que cela leur plaise ou non. Plus vous avez d'enfants, plus grande est la reconnaissance. En effet, la faune et la flore ont en grande partie disparu et les rations de nourriture sont amenées de Pondichéry par bateau en échange de produits spécifiques à l'île.
Mémine joue un rôle crucial dans la famille avec son devoir de mémoire. L'enfance de Moana a été bercée par les récits de son arrière-grand-mère : des histoires et des anecdotes du monde d'avant la catastrophe. Mémine est la seule gardienne présente car le gouvernement envoie à Pondichéry tous les anciens dès 60 ans dans des maisons des souvenirs pour préserver les souvenirs de l'ancien temps. Car il est interdit de poser trop de questions sur le passé, le plus important, ce sont les efforts à fournir.
Mémine aurait dû y aller il y a 20 ans mais sa famille la cache et elle vit cloîtrée dans la maison familiale, sans sortir, sans parler aux autres membres de la communauté et ses journées sont interminables. Sa santé décline car elle est lasse et tous ont peur pour elle.
Pourtant, Moana a un autre rêve. Avec l'aide de son arrière-grand-mère, elle compte bien fuir loin de la Polynésie.
Une dystopie jeunesse que j'ai trouvé très intéressante. L'intrigue est bien menée, les personnages intéressants et attachants. Silène Edgar développe des thèmes tels que le dérèglement climatique, la famille, les mariages forcés, les échanges intergénérationnels et la transmission du savoir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
ValHou57
  06 mai 2018

Les personnages :
Moana est une adolescente de 12 ans. Elle vit avec grand nombre de personne de sa famille dans un fare en Polynésie et redoute le moment tant attendu, où le gouvernement l'obligera à se marier et enfanter. Elle veut vivre sa vie, profiter des siens, aimerait voir et découvrir les sensations de l'ancien monde, voyager, etc... tout, sauf se marier si jeune et être mère.
Comment peut-on devenir femme et mère quand on est soi-même, encore qu'une enfant?
Moana est une jeune fille intelligente, débrouillarde, parfois insolente car elle refuse de se plier aveuglément aux règles établis par le gouvernement et le conseil des anciens. déterminée, rêveuse, elle a peur de l'avenir mais fait preuve de courage et choisi sa propre voie. C'est une jeune héroïne plutôt attachante qu'on a envie de soutenir, de consoler et d'encourager.
Mémine est l'arrière grand-mère de Moana, elle a 80 ans et aurait dû partir pour la maison des souvenirs il y a déjà 20 ans. le gouvernement envoie les anciens dès 60 ans dans ces maisons à Pondichéry pour préserver les souvenirs de l'ancien temps. Pour une raison inconnue, la famille de Moana cache Mémine aux yeux de tous depuis 20 tant d'années. Cela représente un grand danger pour eux, si cela venait à être découvert. Mémine est donc cloîtrée dans le fare, elle ne peut pas sortir, pas parler aux autres membres de la communauté et les journées semblent interminables pour elle. Sa santé semble se décliner de jour en jour, comme si tout cela la lasser profondément, elle dort de plus en plus, et tous ont peut pour elle. Néanmoins, sa famille peut compter sur elle, pour découvrir des histoires ou des anecdotes pour voyager dans ce fameux monde d'avant la catastrophe et dont elle est la seule gardienne encore présente.
C'est une femme nostalgique, battante, qui ne veut pas laisser disparaître la beauté ou la vie d'antan, elle est toujours souriante, bienveillante, et aime transmettre ce qu'elle sait. Mémine m'a beaucoup touché de par son histoire propre, ses rêves, ses désillusions, ses pertes et ses joies.
Dans ce premier tome, nous rencontrerons tous un tas de personnages qu'ils soient éphémères ou souvent présents, des gens biens comme il se fait rare dans cette société ou de véritables ordures, prêt à tout pour passer du bon temps ou se faire bien voir du gouvernement. Une chose est sûre : chacun a sa place dans cette histoire et sans eux, elle ne serait pas ce qu'elle est.
L'intrigue :
Je suis très intéressée par les films catastrophes, donc un livre digne de ce genre ne pouvait que me donner envie. Certes, c'est moins visuel ou époustouflant qu'un film, mais ça n'en reste pas moins intéressant de voir comment Silène Edgar a pu construire son propre univers.
Dans son univers, tout est régit et dicté à grande échelle par le Gouvernement de Pondichéry et, plus localement par les différents Conseils des Anciens. Les adolescentes à l'âge de 12 ans et une fois réglée doivent se marier et enfanter le plus rapidement possible afin d'assurer une pérennisation de l'humanité. Ici, plus de mariage par amour, plus d'unions libres, plus de désir ou non pour la femme de devenir mère ou de s'abstenir. Elles doivent se plier aux règles établies, que cela leur plaise ou non.
Les anciens atteignant l'âge de 60 ans se voit séparer des leurs et rejoignent les maisons du souvenirs présentes dans la capitale. le gouvernement estime qu'il faut se concentrer sur le présent et l'avenir, sans s'encombrer du poids du passé, mais pour que celui-ci ne disparaisse pas plus encore, ils recueillent chaque souvenir pour le jour où, enfin le monde sera reconstruit et qu'il sera temps de se replonger dedans. Voici un léger aperçu de l'ambiance dans laquelle on plonge à travers ce roman. Rassurez-vous, vous aurez encore bien des choses à découvrir si vous décidez de tenter cette aventure.
L'univers est intéressant, assez détaillé mais pas trop, juste ce qu'il fait pour nous donner envie d'en connaître toujours plus, mais sans plomber la dynamique du récit. Je pense que l'auteure a encore bien des choses à nous apprendre sur cet environnement car, elle a laissé des détails flous, des questions en suspens, et sincèrement, je pense que tout cela était volontaire de sa part. Maintenant, pour ceux et celles que cela pourraient effrayer de se lancer dans une énième trilogie/saga, vous pouvez très bien vous arrêtez à la fin de ce premier tome. Ici, pas de cliffhanger insoutenable, l'histoire possède une vraie fin en soi , mais si vous êtes curieux comme moi, vous risquez fort de vouloir découvrir tout ce que Silène Edgar a prévu pour nos héros.
L'auteure :
Je connaissais déjà la plume de l'auteur à travers ma lecture de 14-14 publié chez le même éditeur. Si l'histoire avait été sympa, je m'attendais à beaucoup plus. J'ai donc voulu retenté un autre titre de l'auteur, mais cette fois dans un univers plus proche de ce que j'aime lire à forte dose.
Sa plume reste toujours aussi fluide, plaisante à lire et j'aime sa façon de nous narrer son histoire.
Ici, pas de virus qui transforme l'humanité en zombie, pas d'anges ou autres créatures venus décimer les survivants, seulement la nature qui s'insurge et se venge de ce que l'être humain lui a fait subir. Même si j'aime tout type d'univers post-apocalyptique, j'avoue avoir un petit faible pour les catastrophes naturelles, que ce soit dans les films ou en littérature. Je trouve qu'il est bien plus facile de visualiser ou d'imaginer un monde pareil, mais surtout qu'est-ce qu'on ferait si une telle chose se produisait réellement...
[Cela permet de s'interroger et peut-être de prendre conscience de nos actes dans notre propre monde. En tout cas, c'est mon avis comme ce qui va suivre. Je reste persuadé que tôt ou tard, quelque chose se produira. Quand on voit le réchauffement climatique, le fait que les saisons qui caractérisaient bien les changements de températures et leurs effets sur la nature n'existent plus vraiment, ou en tout cas, ne sont plus autant définis que lorsque j'étais enfant, je me dis qu'un jour où l'autre, une catastrophe pourrait bien se produire. Pas dans 10 ans, pas dans 50 ans, mais qu'en sera t-il dans un siècle ou deux? Bon vous me direz qu'on ne sera plus là pour le voir, certes vous aurez raison, mais cela ne veut pas dire que je ne m'interroge pas parfois sur ce qui pourrait se produire.]
Silène Edgar nous livre cette histoire sans leçon de morale, juste en nous expliquant ce qu'elle a imaginé dans un futur proche ou lointain et c'est sans doute ce que j'ai le plus aimé. Je n'aime pas les livres moralisateurs et ce, peu importe le sujet mis en avant. Pour autant, j'aime quand un auteur nous donner matière à réfléchir à travers un univers créer de toutes pièces, je trouve cela enrichissant.
Son intrigue est bien menée, les personnages sont intéressants et apportent chacun un petit ou grand quelque chose de plus à l'histoire, sans compter qu'il y a du suspens, de l'action, des rebondissements, ce sentiment d'angoisse concernant le fait de ne pas être mis à nu, etc... Tout était réuni pour me faire passer un joli moment de lecture.
En résumé :
Un univers post-apocalyptique glacial, au sens propre comme au figuré, des personnages qui ont tous un rôle à jouer, une intrigue qui crée une certaine addiction, ni trop peu ni trop de détails/descriptions tout court, une vraie fin (même si pour ma part je souhaite connaître la suite), un tout petit prix, une jolie couverture et un tome qui m'a fait m'interroger. En gros, une lecture que je vous recommande si vous aimez ce type d'univers dit "catastrophe".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
enairolf
  15 septembre 2021
Ca faisait très longtemps que j'avais repéré cette saga sur Booksta. Je l'ai gardé dans un coin de ma wishlist pour le jour où je tomberais dessus. J'avais été attiré par la beauté des couvertures. Je trouve qu'elles sont vraiment magnifiques. Puis le résumé m'a beaucoup plu. Une fois en me promenant dans ma bouquinerie, je suis tombée sur le premier tome. Je n'ai même pas réfléchi, ni une ni deux hop il était dans mes mains. J'avais très hâte de découvrir cette saga. J'ai profité de mon challenge pour pouvoir le lire! Malheureusement c'est une lecture en demi teinte pour moi. Je n'ai pas détesté au contraire, mais je n'ai pas non plus été emballé de fou par cette lecture. Disons que c'est plus certains points qui m'ont dérangés.
J'ai beaucoup aimé l'histoire de base. Une dystopie jeunesse en plein coeur de la Polynésie française. Mais les choses ont bien changés puisque maintenant là bas il fait relativement froid. On va retrouver la petite Moana qui a douze ans. Dans leur monde actuel là bas, lorsqu'une jeune fille a douze ans, il est temps pour elle de se marier et fonder une famille pour pouvoir avoir plus de ration de la part du conseil. Mais Moana ne l'entend pas de cette façon, hors de question pour elle de se marier, elle refuse. Sa famille vivent tous ensemble sous le même temps en cachant un terrible secret. En effet, dans leur village, les vieilles personnes n'ont pas le droit de rester, elles sont envoyés dans Les maison du souvenir, comme ils appellent ça (alors que bon, il ne faut pas avoir un bac pour comprendre réellement ce que sont ces maisons du souvenir hein). En effet, Moana a son arrière grand mère caché dans leur maison depuis vingt ans. Et c'est en partie grâce à elle que Moana veut vivre sa propre vie. Etant donné qu'elle a connu le monde avant cette horrible catastrophe, elle raconte tout un tas de souvenirs à Moana, comme par exemple les différentes espèces d'animaux, les fruits, les plantes, les villes etc. Et puis, elle lui raconte également qu'à cette époque, le monde n'était pas du tout comme ça, on se marier avec quelqu'un qu'on aime pas quelqu'un que sa famille choisit etc. Grâce à toutes les histoires qu'elle a pu lui raconter, Moana n'aspire donc qu'à une seule chose. S'enfuir et ne jamais devoir se marier, vivre la vie qu'elle a toujours rêvé d'avoir. On va donc la suivre dans ses aventures avec son arrière grand mère. Voilà en quelques mots l'histoire que raconte ce roman.
Bien que l'histoire de base m'a beaucoup plu comme je vous le disais, j'ai eu du mal avec le reste. Déjà le personnage de Moana, je pensais que j'allais vraiment m'attacher à cette petite de douze ans et en fait ce fut le contraire. Elle ne m'a fait ni chaud ni froid en fait. Elle m'a laissé complètement indifférente, je n'ai rien ressenti pour elle. Ni pour les autres personnages d'ailleurs, a part l'arrière grand ère. C'est la seule du roman qui m'a touchée et émue. J'ai essayé pourtant de m'attacher à Moana, mais vraiment je n'ai pas réussi. Pour tout vous dire elle m'a même un peu beaucoup énervée pendant ma lecture. Je ne sais pas trop comment l'expliquer en vérité mais bon vous avez saisi l'idée.
J'ai eu aussi un peu de mal avec l'écriture. alors je précise tout de suite que malgré tout je l'ai beaucoup aimé! Elle est très fluide ça se lit vraiment très bien. le roman n'est déjà pas si long de base mais ça se lit vraiment très vite. elle est tout de même addictive. Quand je dis que j'ai eu du mal , c'est surtout que je l'ai trouvé un chouilla trop jeunesse pour moi. Alors oui je sais c'est un roman jeunesse faut pas être étonné je le sais bien. Mais pourtant je lis relativement beaucoup de romans jeunesse et jamais je n'ai ressenti cette légère gêne comme ici. J'ai trouvé que ça faisait tellement jeunesse pure que ça m'a un peu gâché ma lecture. J'avais l'impression de lire le livre pour ma nièce tant j'ai trouvé que ça faisait très enfantin.
Je vais tout de même lire la suite de cette saga. La fin m'a beaucoup émue et puis je n'aime pas de pas continuer mes sagas. C'est vraiment quelque chose que je ne fais pas. Je veux savoir comment se termine les aventures de la petite Moana. Et surtout, j'aimerais voir si le monde va changer au fur et à mesure que les romans avancent. Est ce qu'ils vont évoluer pour ressembler au monde d'avant la catastrophe? Ou vont-ils rester avec leur fonctionnement actuel? Et puis est ce que Moana va vivre la vie qu'elle rêve d'avoir?
Lien : https://enairolf.home.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pandoradelamare
  20 octobre 2010
La saveur des figues se passe dans un futur post apocalyptique où la Polynésie est maintenant couverte de neige, la nourriture devenue rare et où les personnes agées, des personnes inutiles à nourrir, sont envoyées dans des maisons du souvenirs qui ont très mauvaise réputation... puisque les ancêtres y disparaissaent
Moana est une jeune fille qui refuse le destin que le conseil lui réserve maintenant qu'elle est pubère: se marier pour faire bientôt un enfant et rapporter de la nourriture à la communauté. Elle s'enfuit donc avec son arrière grand-mère qui rêve de retrouver son mari en Corse, là où il se sont promis de venir chaque année pour s'y retrouver si quelque chose arrivait
La saveur des figues est un roman jeunesse et Moana est donc souvent très naïve dans ses remarques, pourtant j'ai aimé les questions qu'elle se posait, les choix qu'elle faisait de sa vie et les échanges avec sa Mémine sur la vie d'avant, quand il y avait des fleurs multicolores, des iles chaudes et que la Terre était belle. J'ai aimé voyager en l'écoutant parler, j'ai eu envie de regoûter moi aussi à la saveur des figues. Il y a beaucoup de tendresse dans leurs échanges, et l'on s'attache aux personnages qu'on suit avec plaisir dans leurs péripéties.
Il y a quelques passages joliment racontés où j'y suis allée de ma petite larme d'émotion.
Et au passage, ce livre est un joli rappel à préserver cette planète terre si belle encore sur laquelle nous vivons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   16 mars 2018
- Alors, Moana, tu es une petite femme, ce que j’ai à te dire tombe très bien.
- Je ne me sens pas vraiment différente, tu sais.
- Je me doute, être vraiment une femme, ce n’est pas juste pouvoir faire des enfants… Ni même avoir des enfants !
- Tout le monde dit ça pourtant, qu’être une femme, c’est être une mère.
- Parce que la société d’aujourd’hui voit cela ainsi, mais la condition féminine a beaucoup reculé avec tous ces bouleversements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SileneEdgarSileneEdgar   03 août 2012
Mémine raconte plein de choses, tout le temps, ça se voit qu’elle aime ça même si parfois elle se fait un peu prier. Mais elle commence à perdre la boule alors, plus le temps passe, plus elle répète les mêmes histoires. Et ses dessins sont de plus en plus tremblotants, mais heureusement, elle ne le voit plus, alors on ne le lui dit pas.

En tout cas, j’ai toujours entendu mamie dire à maman d’écouter les histoires de Mémine, et maman m’a toujours répété la même chose. Je suis née avec ça et avec le secret : « Ne parle jamais de Mémine sinon... », « Ne dis jamais à personne que Mémine est là sinon... », « Ne répète jamais à quiconque les histoires de Mémine sinon... »
Sinon..Le secret, c’est que personne ne sait que nous avons Mémine à la maison parce que, aussi bavards que nous soyons dans la famille, personne n’a jamais révélé le secret à quiconque.
Sinon... « Sinon, on nous l’enlèvera. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SileneEdgarSileneEdgar   03 août 2012
Il y a une chose que j’aurais pu faire toute ma vie. Malgré les malheurs de ce monde. Malgré la catastrophe qui nous a tous obligés à vivre entre les tropiques pour fuir le froid, à reformer l’humanité en enfantant à tour de bras, à oublier ce que pouvaient bien être une jonquille ou un abricot... Une chose que vous allez faire aujourd’hui à ma place : c’est écouter les histoires de mon arrière grand-mère..« Nous nous étions levés tôt pour ne pas marcher au soleil l’après-midi, il aurait fait trop chaud..— Trop chaud ? Comment peut-il faire trop chaud ? — Chut Moana, tais-toi donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   15 mars 2018
Il y a une chose que j'aurais pu faire toute ma vie. Malgré les malheurs de ce monde. Malgré la catastrophe qui nous a tous obligés à vivre entre les Tropiques pour fuir le froid, à reformer l'humanité en enfantant à tour de bras, à oublier ce que pouvaient être bien une jonquille ou un abricot... Une chose que vous allez faire aujourd'hui à votre tour : écouter les histoires de mon arrière-grand-mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   18 mars 2018
A ce moment-là, je comprends que ce que font Chris et Pierre n'est pas seulement un divertissement : le message qu'ils font passer dans les livres ou dans les films est bien plus fort. C'est ce qu'a réalisé Mémine à l'échelle de notre famille.
J'aimerais faire comme eux...
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Silène Edgar (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silène Edgar
Par Casterman Avec Camille Brunel et Silène Edgar, auteurs ; Vincent Villeminot, directeur de collection Modération : Clémence Bard, éditrice de la collection Durée : 45mn Présentation de la collection regroupant aujourd'hui cinq romans ado et jeune adulte et autant d'auteurs qui viennent ici s'aventurer sur des territoires inédits pour eux. Camille Brunel, Silène Edgar, Marine Carteron, Luc Blanvillain, Rachel Corenblit… une collection qui ne prétend pas regarder l'adolescence mais regarder le monde, ici, maintenant, dans toute sa diversité et sa complexité.
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Adèle et les noces de la reine Margot

Qui est l'auteur du roman d'inspiration, la Reine Margot ?

Silène Edgar
Alexandre Dumas
William Shakespeare
Emile Zola

7 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Adèle et les noces de la Reine Margot de Silène EdgarCréer un quiz sur ce livre

.. ..