AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Pour un sourire de Milad (10)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
letilleul
  26 octobre 2019
Ce roman se lit comme une romance touchante regardée un dimanche pour décompresser. Mais ce roman gagne en épaisseur par la rencontre de ces deux adolescents confrontés à des vies différentes et à leur confrontation qui est à la fois dure, belle mais qui ne tombe jamais dans le larmoyant.
L'histoire d'amour explore petit à petit leur rapprochement et leur façon de s'apprivoiser. Comme tous jeunes adolescents emplis de convictions, ils vont se battre pour ce qui compte pour eux.. Les réponses qui nous sont apportées petit à petit le sont d'une très jolie manière et c'est avec le coeur gonflé d'amitié et d'espoir qu'on les quitte. Au delà d'une romance, ce titre très social doit amener à s'interroger au plus vrai sur les questions des différences et sur le statut des réfugiés.
#pourunsouriredemilad #netgalley
Commenter  J’apprécie          210
Sharon
  15 septembre 2019
Thisbée est une jeune fille ordinaire, ou presque. Elle fait partie de ses bonnes élèves qui ne se mettent pas en avant pour ne pas se faire remarquer des professeurs mais aussi des élèves pas toujours bienveillants, pour ne pas dire pas du tout. Thisbée entre au lycée, et c'est pour elle une première séparation : Juliette, sa soeur jumelle, a choisi d'être scolarisée dans un autre établissement, parce qu'elle préférait les options qui y étaient présentées. Elle retrouve pourtant deux amis, l'excentrique Antoine, et Sonia, geek de son état. Thisbée est très forte pour analyser finement les relations entre les ados, leur évolution, les changements de comportement entre le collège et le lycée, où les ados s'assument davantage qu'au collège. Forte, ce qui ne veut pas dire qu'elle agit avec forfanterie. Elle se rend aussi parfaitement compte des différences entre les professeurs qui enseignent dans son lycée – et je suis assez d'accord avec elle, certains sont merveilleux, une autre tient exactement le discours que l'on m'a tenu en 1990.
Arrive Milad. Il est un « mineur isolé », et il se retrouve jeté dans le monde du lycée. Nous le découvrons à travers le regard de Thisbée, regard juste, regard bienveillant, regard qui deviendra regard amoureux bientôt. Mais chut ! Il serait horriblement réducteur de lire ce livre comme une banale romance entre ados, comme une simple confrontation entre deux adolescents venus d'univers différents. Ne serait-ce que parce Milad aussi est un personnage bienveillant. Oui, son histoire est poignante, oui, nous découvrons son parcours pour arriver jusqu'ici et surtout, le vide qui entoure l'accueil de ses enfants, de ses ados, de ces jeunes que l'on regarde comme des gêneurs, voire des terroristes en puissance. Oui, j'écris à l'emporte pièce, mais quand on se décide à parler d'eux, ce sont quasiment les seules représentations que l'on en a. Bref, ses êtres humains isolés sont considérés globalement, jamais respectés dans leur individualité.
Alors oui, le fantastique fait son apparition dans le roman, et le lecteur gagne du temps, considérablement, parce que les personnages qui y sont confrontés l'admettent peu à peu, comme une dimension nécessaire pour que Milad puisse renouer avec son passé, et son présent : sa soeur Yasmine.
En contrepoint, la vie de Thisbée, qui « explose » parce que ses parents se séparent. Ce n'est pas facile, parce que ses parents construisent, chacun de leur côté, une nouvelle famille, ils sont heureux, déjà, alors que Thisbée et sa soeur doivent subir, comme dans tout divorce, ce que les parents ont décidé pour elles, oubliant qu'elles n'ont plus l'âge (y compris d'un point de vue légal) que l'on décide de tout pour elles. Les parents doivent ainsi composer avec une fille qui n'est plus l'enfant obéissante qui leur apportait toute satisfaction, une enfant qui veut aussi plus de liberté. Des parents trop occupés par leur propre histoire, par leur famille qui n'a jamais connu de crise pour faire immédiatement les meilleurs choix – parce qu'il faut aussi gérer la gémellité.
Nous sommes dans un espace romanesque, et je ne dirai pas que la fin est ouverte, je ne dirai pas que tout est résolu, je dis simplement que nous sommes dans un moment de vie très important pour Milad, pour Thisbée. Je ne peux cependant oublier, en contrepoint, les rouages implacables de la justice et de la protection de l'enfance : même l'éducateur le plus bienveillant peut se retrouver submerger par le nombre de dossiers dont il a la charge.
Le livre s'arrête, mais la postface est à découvrir, pour aller plus loin.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Takalirsa
  28 décembre 2019
Quand l'histoire d'un jeune réfugié syrien fait relativiser ses propres soucis.

Depuis que Thisbé a appris que ses parents allaient divorcer, elle a "le coeur cassé en deux". Sourde aux tentatives de discussion de l'un et de l'autre, elle s'enferme dans son chagrin, persuadée que personne ne comprend ce qu'elle ressent, pas même sa jumelle Juliette. Si les deux filles sont très complices ("Elle, elle saura quoi me dire"), Thisbé a toujours complexé face à ce double si bien dans sa peau.



Et voilà que surgit Milad, "mineur isolé" au "regard tellement triste". Aussitôt pour Thisbé, c'est "le crush", le coup de foudre. Elle trouve Milad beau et surtout touchant: "Je suis encore perdu ici, tout est si différent, je dois m'adapter...". Malgré tout, le Syrien "ne veut pas que je le prenne en pitié" alors les échanges sont difficiles, Thisbé, ne connaissant rien "à ton pays, à ta vie là-bas", craint de faire des bourdes.
J'ai trouvé cette première partie un peu longue, essentiellement parce que je ne retrouvais pas le style habituel de l'auteur, plus soutenu. L'héroïne me semblait transparente et ses sentiments superficiels, le récit étant surtout centré sur son quotidien un peu insipide de lycéenne.

Puis subitement le roman passe en mode fantastique avec un épisode évoquant des fantômes. La scène surprend ("Je te présente ma famille") mais a le mérite d'introduire l'histoire personnelle de Milad, où cette fois les émotions semblent authentiques. L'adolescent raconte sa vie en Syrie et revient sur les événements (la guerre) à l'origine de sa fuite. Il évoque ses parents et sa petite soeur Yasmine, le frère Hervé qui lui a appris le français, son amour des livres, sa quête de celui qu'il a perdu lors de son périple. Mais aussi la terrible traversée de la Méditerranée, la séparation d'avec Yasmine, le difficile quotidien au foyer. On sent que Silène Edgar est à nouveau dans son élément! Au passage elle remet en cause certains préjugés concernant les réfugiés: Milad a peut-être une autre culture, mais "il a vraiment envie d'être là et fait de gros efforts pour s'adapter".

A son contact, Thisbé va apprendre à relativiser ses "petits tracas d'Occidentale gâtée". Sa famille est certes en train d'éclater, mais chacun de ses membres est toujours en vie... Et si Milad a su accepter sa situation, elle doit être en mesure de le faire aussi, ou tout au moins, de faire quelques compromis afin de maintenir les relations entre eux. Après tout, "on ne choisit pas qui on aime" et il faut bien faire avec les sentiments de chacun. Ce premier amour lui aura fait comprendre que si "c'est compliqué pour tout le monde", "on peut surmonter ça ensemble"!
Lien : https://www.takalirsa.fr/pou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Virgule-Magazine
  04 décembre 2019
Thisbé entame son année de seconde au lycée, et elle est un peu désorientée : pour la première fois, elle est séparée de Juliette, sa soeur jumelle, partie étudier dans un autre lycée. Et une autre séparation s'annonce : Thisbé apprend que ses parents vont divorcer. Un matin, le proviseur adjoint fait irruption en cours de français, accompagné d'un nouvel élève, qu'il présente à la classe : c'est Milad, un garçon qui vient de Syrie. Un réfugié. Thysbé le regarde, subjuguée : elle le trouve beau comme une statue égyptienne, et très émouvant… « Il a le regard tellement triste ».

L'avis de Rafaëlle, 13 ans : Ce livre évoque l'histoire d'amour bouleversante de deux adolescents. Thisbé est triste quand ses parents se séparent, mais sa vie bascule quand elle fait la rencontre de Milad, un migrant syrien qui a été obligé de quitter son pays en raison de la guerre. J'ai bien aimé ce livre qui m'a permis de voir que l'amour peut tout changer. 

L'avis de la rédaction : Le déroulement du récit et son dénouement sont très prévisibles, et l'intérêt de ce roman réside surtout dans le fait qu'il met en lumière la tragique situation des “mineurs isolés”. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Promenonsnousdansleslivres
  27 octobre 2019
J'ai eu la chance de rencontrer Silène Edgar lors de deux salons du livre et ce furent à deux reprises de beaux échanges autour de ses livres : 14-14, Adèle et les noces de la reine Margot; le manoir en folie, (mes premiers articles du blog :)) ), C'était il y'a 5 ans, 5 ans plus tard, je me suis pas mal éloignée des romans jeunesse, par lassitude, par manque de temps toutçatoutça, mais voilà il parait que l'on revient toujours à ses premiers amours alors j'y reviens avec plaisir !

Découvert sur Instagram, je n'ai pas réfléchi longtemps avant de me procurer ce livre dans lequel Silène Edgar va aborder un sujet plus que d'actualité : les migrants et plus particulièrement les réfugiés mineurs isolés à travers le personnage de Milad.

L'arrivée de Milad dans la classe de seconde ne va pas laisser les élèves sans réaction. D'un côté, il y a Thisbée qui va tomber sous son charme et qui ne va pas tarder à ce rapprocher de ce nouvel élève intriguant. de l'autre côté, il y a d'autres élèves qui eux ne vont pas voir les choses de la même façon et qui ne vont pas se gêner pour lui faire des remarques désobligeantes. Dans cette histoire, nous sommes en plein coeur de l'adolescence et chaque personnage a ses casseroles à traîner notamment Thisbée qui se retrouve perdue au milieu du divorce de ses parents et de sa séparation avec sa soeur jumelles qui a fait le choix d'aller dans un autre lycée. Milad quant à lui se retrouve seul, séparé de sa soeur, envoyé en famille d'accueil car il n'a plus de parents, il doit apprendre à s'adapter à une toute nouvelle vie qui n'est pas simple à appréhender lorsque l'on a perdu tout le monde.

J'ai beaucoup aimé la rencontre entre Thisbée et Milad, ils sont tous deux un repère l'un pour l'autre et se raccrochent à ce lien qui les uni avec des problèmes différents mais qui sont tout aussi importants, l'auteure adresse un vrai message à ce propos et qu'est-ce qu'elle a raison, chaque problème à son importance et doit être pris en compte quel que soit son degré. L'amitié, la famille, l'amour sont des sujets que l'on retrouve tout au long de l'histoire et qui sont traités de façon réaliste et bien dosée.

Mais ce que j'ai apprécié par dessus tout c'est le sujet principal humainement exploité, Silène Edgar tape fort en parlant d'un mineur isolé, sujet mal connu/compris d'un grand nombre de personnes, source d'idées reçues stigmatisantes, de haine, de bêtise humaine, bref on a tous été confronté un jour ou un autre à une personne capable de sortir toutes les inepties possibles et inimaginables (rien que sur les réseaux sociaux, ça envoie du lourd)! Elle emmène le lecteur vers une réflexion en expliquant le parcours de Milad, comment, pourquoi il est arrivé en France, ses conditions de vie, la perte de sa mère, la séparation avec sa soeur et à la fin nous avons en complément le témoignage d'une épidémiologiste, la présentation de la Syrie, de la guerre.

C'est pour moi un roman de qualité qu'il est nécessaire de lire à n'importe quel âge, il encourage la tolérance et l'ouverture à l'autre qui sont pour moi de grandes qualités à avoir pour évoluer dans la vie ! Merci Silène Edgar, c'est une réussite...
Lien : https://promenonsnousdansles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesPapotisdeSophie
  04 octobre 2019
essaie de tracer son chemin au lycée, loin de sa jumelle dans un autre établissement. la rentrée amène un nouvel élève Milad. Elle est intrigué et veut découvrir son histoire.

Mais qu'il y a -t-il de commun entre une ado européenne, gâtée par l'existence et qui se bagarre avec ses parents et un orphelin, exilé de force qui a connu l'horreur et perdu le sourire ?

Le lecteur découvre avec Thisbé les conditions de vie des mineurs isolés. Un texte prenant, brulant. Des histoires d'exil on en a déjà lu mais on tressaille à chaque fois de peur, de honte face à ces vies brisées. Un livre qui sensibilise au sujet avec pudeur, l'auteur explique ses choix et son implication sur le sujet

Lien : http://lespapotisdesophie.ha..
Commenter  J’apprécie          10
Les_lectures_de_Sophie
  30 août 2019
Pour une fois, j'avais hâte de lire un roman avec une histoire d'amour entre deux adolescents. Je savais que j'allais y trouver bien plus qu'une romance, pour avoir eu la chance d'en parler avec l'autrice. Je sais que le sujet des mineurs isolés lui tient beaucoup à coeur, et que donc Un sourire de Milad ne pouvait pas n'être qu'une bluette sans intérêt. J'ai aussi eu la chance de découvrir Ce caillou dans ma chaussure, un autre roman de Silène Edgar, pour les plus grands, qui paraît en septembre aux éditions Géphyre et qui traite du même sujet, de manière un peu plus autobiographique (la chronique arrive bientôt^^), qui m'a beaucoup émue, marquée même.
En ouverture de Pour un sourire de Milad, Silène Edgar prend le temps d'expliquer aux lecteur.ice.s pourquoi et comment ce roman est venu au monde, par des expériences de vie, des rencontres, et par le biais du Feuilleton des Incorruptibles. Cette histoire est issue d'un échange avec des classes de collège et lycée, qui ont participé par leurs remarques et avis à la création du livre. Elle nous donne aussi, accessoirement, la recette pour écrire un roman, et même celle du bonheur !!!
Ce roman présente de manière très sensible, mais pas mièvre, les difficultés de l'adolescence, les sentiments à fleur de peau, et les difficultés d'intégration au sens large. En effet, ce n'est déjà pas facile pour un.e adolescent.e qui connait les codes de notre société de s'intégrer dans un monde sur lequel il se questionne beaucoup, alors imaginez un de ces « mineurs isolés », après toutes les épreuves traversées, qui sont propulsés dans un univers qui leur est inconnu, qui ne maîtrisent pas correctement la langue… On les fait sauter d'un avion sans parachute ! Ils doivent faire face à des personnes qui les regardent de travers, car, c'est bien connu, tout étranger est un terroriste en puissance. Ils sont souvent, comme Milad, à peine présentés à leurs camarades de classe…
Silène Edgar nous propose ici de prendre le temps de faire connaissance avec Milad (et par extension d'autres mineurs isolés qui pourraient croiser notre route) et d'essayer de se représenter sa vie avant d'arriver en France, en Syrie puis pendant son voyage d'exil, même si beaucoup de ce qu'il a vécu dépasse notre entendement. En apprenant à connaître Milad, en voyant ses efforts d'insertion, mais aussi les difficultés qu'il rencontre avec les administrations, peut-être verront nous différemment les « mineurs isolés », les « réfugiés » qui croiseraient notre route. L'autrice remet au centre du débat l'essentiel : derrières ces expressions très vagues, il y a des êtres humains, avec un passé souvent très douloureux, avec parfois une famille, quand elle n'a pas été décimée. Milad, au-delà de ses blessures, éprouve aussi des sentiments adolescents, des attirances, ce qui le rend en quelque sorte plus « normal » aux yeux des lecteur.ice.s.
Le comportement quotidien de Milad entraîne la prise de conscience de Thisbée que, aussi insurmontables que lui paraissent les épreuves qu'elle traverse, elle doit faire face et avancer. Elle a honte d'être si « superficielle ». Milad lui explique pourtant qu'elle a le droit d'être malheureuse, qu'il n'y a pas d'échelle de valeur universelle pour les sentiments et la douleur, à aucun moment il ne remet en cause ce que ressent Thisbée, il fait preuve d'une empathie incroyable.
Pour un sourire de Milad est roman plein d'humanité, qui permet d'appréhender ne serait-ce qu'un peu ce que vivent les « mineurs isolés » en France. Qui nous prouve que nous sommes plus proches que nous ne voulons l'admettre, et qu'il n'y a pas de raison, si chacun y met du sien, de ne pas pouvoir vivre ensemble. C'est un roman important à découvrir et à faire découvrir, car il peut aider à changer le regard sur ces enfants (car oui, ce sont des enfants !) qui ont déjà tant souffert.
Je vous laisse, je vais découvrir le roman auquel celui-ci rend hommage, Histoire de Milad de Rafik Schami
J'ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre de ma participation au Club des lecteurs Scrineo pour l'année 2019. Merci à eux pour la confiance.
Lien : https://leslecturesdesophieb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acaniel
  26 juillet 2019
Une histoire émouvante et terriblement réaliste qui traite de sujets brûlants et pourtant si loin des préoccupations quotidiennes…

Je tiens à remercier les éditions Scrineo pour l'envoi de ce roman. Cette lecture est pour moi plutôt inhabituelle, et l'aspect de la couverture, tout comme la quatrième de couverture, m'ont de suite fait penser à une romance. Bien heureusement pour moi, j'ai été agréablement surpris par la tournure de l'intrigue et par les sujets abordés qui m'ont fait passer d'idées pressenties à une réalité bien plus réjouissante ! 😀
Lien : https://www.acaniel.fr/pour-..
Commenter  J’apprécie          10
Stellabloggeuse
  24 mars 2020
Une jolie romance entre deux lycéens : Thisbé, jeune fille à priori sans souci mais qui peine à faire face au divorce de ses parents et à la prise d'indépendance de sa soeur jumelle ; Milad, réfugié syrien privé de repère, mineur isolé et séparé de sa petite soeur.
La petite touche de fantastique improbable ajoutée par l'auteur permet de donner un peu de légèreté à une histoire qui aurait pu sombrer dans le pathos.
Il y a peut-être quelques facilité et la réalité est enjôlivée, dans le roman, Milad parle couramment français, ce qui facilite son intégration, mais n'est pas le cas de la majorité des réfugiés. Malgré tout, cette histoire a le mérite de montrer Milad avant tout comme un adolescent, même s'il a traversé des moments terribles et devra encore faire face à de nombreux obstacles.
A découvrir dès 13-14 ans
Commenter  J’apprécie          00
Sophielit
  23 octobre 2019
À travers leur histoire, c'est aussi toute la réalité des mineurs isolés qu'on découvre et, encore une fois, la fiction permet d'aller plus loin qu'une simple information. Ici, à l'instar de Thisbée, le lecteur s'attache à Milad et ne peut qu'être touché par son récit.
Lien : http://sophielit.ca/critique..
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Adèle et les noces de la reine Margot

Qui est l'auteur du roman d'inspiration, la Reine Margot ?

Silène Edgar
Alexandre Dumas
William Shakespeare
Emile Zola

7 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Adèle et les noces de la Reine Margot de Silène EdgarCréer un quiz sur ce livre