AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rémi Cassaigne (Traducteur)
ISBN : 2355847312
Éditeur : Sonatine (01/10/2019)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
La famille Sendell vit dans la petite ville de Lund, en Suède. Elle se compose d'Adam, le père, un pasteur respecté, d'Ulrika, la mère, une brillante avocate et de leur fille Stella, 19 ans, qui s'apprête à quitter le foyer pour un road trip en Asie du Sud-Est. Un jour, Christopher Olsen, un important homme d'affaires, est assassiné et quelques jours plus tard, Stella est arrêtée par la police.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
missmolko1
  14 août 2019
Un nouveau thriller suédois, dans la sélection livre du mois chez mon libraire, forcement j'achète de suite ! Et je ne suis absolument pas déçue car c'est une vraie bonne découverte. Je vous le recommande en anglais pour le moment (ou en VO, si votre suédois vous le permet) ou dans sa version française à paraître en octobre chez Sonatine.
On fait la connaissance de trois personnages : Adam, son épouse Ulrika et Stella, leur fille de dix-huit ans. Une famille banale, sans histoire, presque parfaite. Oui j'ai bien dit presque car Stella est arrêtée et accusée de meurtre. A tour de rôle, nos trois protagonistes vont prendre la parole et nous livrer leur version des faits. Tout d'abord, Adam, le père de famille, pasteur, c'est sans doute le personnage que j'ai le moins apprécié. Son discours sur Dieu au fil des pages est assez rébarbatif. Ensuite, Stella, que j'ai trouvée attachante, bien plus que l'image d'ado terrible décrite précédemment par le père. Et effet, la mère, Ulrika qui est bien moins effacée et bien plus futée qu'elle ne lasse paraitre.
Jusqu'à la dernière page, on ne sait pas si Stella est coupable ou innocente et l'auteur nous entraine sur plusieurs fausses pistes. le roman est pour ça très bien construit. le suspense est présent et l'intrigue très bien écrite. J'espère donc que d'autres livres de l'auteur seront traduits dans le futur car c'est définitivement un auteur à suivre, et ce premier roman m'a donné envie d'en découvrir d'autres.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
mimo26mimo26   15 octobre 2019
Tassé dans un coin, je réagis à tous les mouvements en bordure de mon champ de vision. Le moindre bruit me fait sursauter. Les secondes ont ralenti et semblent presque immobiles. Autant que je sache, je suis assis là depuis cinq minutes. Ou une heure.

Le tribunal de Lund est en plein centre-ville, à peu près en face de l’hôtel de police, à deux pas de la gare. Tous les habitants de Lund passent régulièrement devant, mais pour la plupart n’y mettent jamais le pied de leur vie. Jusqu’à encore très récemment, c’était aussi mon cas.

Je suis sur une banquette à l’extérieur de la salle numéro 2, et l’écran en face de moi indique qu’une audience principale concernant un meurtre est en cours.

Ma femme est à l’intérieur, de l’autre côté de la porte. Si proche et pourtant si loin. Avant d’entrer dans le tribunal et de passer les contrôles de sécurité, nous nous sommes arrêtés sur les marches, dans les bras l’un de l’autre. Ma femme m’a serré si fort les mains qu’elles tremblaient, et m’a dit que ça ne dépendait plus de nous, que la décision était désormais entre d’autres mains. Nous savons tous les deux que ce n’est pas entièrement vrai.

Quand le haut-parleur se met à grésiller, j’éprouve un malaise aigu. J’entends mon nom. C’est mon tour. Je titube en me levant de la banquette, et un vigile m’ouvre la porte. Il me fait un signe de tête, sans exprimer la moindre pensée ou émotion. Pas de place pour ça, ici.

La salle d’audience numéro 2 est plus grande que ce à quoi je m’attendais. Ma femme est assise, serrée dans l’assistance. Elle a l’air fatiguée, éprouvée. Des traces de larmes sur les joues.

L’instant d’après, j’aperçois ma fille.

Elle est pâle et plus maigre que dans mon souvenir, ses cheveux pendent en mèches emmêlées et elle me regarde d’un œil las. Je mobilise toute mon énergie pour me retenir de courir la prendre dans mes bras en lui chuchotant que papa est là et que je ne la lâcherai plus avant que tout ça soit fini.

Le président m’accueille et me fait d’emblée bonne impression. Il a l’air vif et non dénué de sensibilité. Il semble à la fois capable d’écoute et d’autorité. Je ne pense pas que les jurés s’opposeront à sa décision. En plus je sais qu’il est papa, lui aussi.

Comme je suis un proche parent de l’accusée, je ne peux pas prêter serment pour témoigner. Je sais que le tribunal doit recueillir mon témoignage en tenant compte du fait que c’est ma fille qui est inculpée dans ce procès. Mais je sais également que ma personne, et en particulier ma profession, font que le tribunal accordera du crédit à mes déclarations.

Le président passe la parole à l’avocat. J’inspire à fond. Ce que je m’apprête à dire va influer sur tant de vies durant tant d’années. Ce que je m’apprête à dire va décider de tout.

Je n’ai pas encore décidé quoi dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   15 octobre 2019
Le visage de Stella m’a traversé l’esprit tandis que je me précipitais vers la cuisine sur les pas d’Ulrika. Notre fille avait beau avoir dix-neuf ans, c’était toujours un visage d’enfant que je voyais. Les yeux curieux, les taches de rousseur et les tresses nouées avec des élastiques.

Ulrika a saisi le téléphone fixe resté accroché au mur, comme une relique. Pas une seule fois pendant l’appel je ne l’ai lâchée du regard.

« C’était Michael Blomberg, a-t-elle dit après avoir raccroché.

– Qui ? L’avocat ?

– Il vient d’être commis pour représenter Stella. Elle est à la police. »

Ma première pensée a été que Stella était victime. Pas trop grave, pouvait-on espérer. Qu’elle ait été volée ou agressée, passait encore. Tout sauf un viol.

J’en ai parlé avec d’autres papas et il s’est avéré que je n’étais pas le seul à craindre plus que tout le viol de ma fille. L’explication en est peut-être que nous, les hommes, ne pouvons imaginer pire outrage infligé à une autre personne, tout en étant incapables de réellement nous représenter ce que c’est de vivre avec le risque permanent de subir une telle agression.

« On doit y aller tout de suite, a dit Ulrika.

– Qu’est-ce qui s’est passé ? » J’ai pensé à ce curieux appel concernant l’annonce mise en ligne. « Est-ce que c’est la Vespa ? »

Ulrika m’a regardé comme si j’étais idiot.

« On s’en fout, de cette maudite Vespa ! »

En se dirigeant vers le vestibule, elle a heurté mon épaule.

« Qu’a dit Blomberg ? » ai-je demandé, sans obtenir de réponse.

Chacun réagit différemment en état de choc, et personne ne peut à l’avance prévoir comment il pensera ou se comportera dans une situation critique. Je suis formé à la gestion de crise, je connais toutes les phases de réaction et j’ai travaillé avec d’innombrables personnes en crise ou traumatisées. Rien de tout ça ne m’était d’aucune aide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   15 octobre 2019
– Je rentrais de la bibliothèque, quand j’ai entendu une femme crier. Elle était sur le port, au bord du quai, et sautait sur place en agitant les bras. Je m’y suis précipité. »

Ulrika s’est penchée en avant. Je revoyais encore toute la scène.

« Sa fille était tombée dans l’eau froide. Il y avait avec cette femme deux autres enfants qui hurlaient sur le quai. Je n’ai pas eu le temps de penser. Je me suis jeté à l’eau. »

Ulrika retenait son souffle, mais j’ai secoué la tête. Il n’était pas question de me présenter comme un héros.

« Là, quelque chose s’est produit. À la seconde même où j’ai crevé la surface de l’eau. Je n’ai pas bien compris alors ce que c’était, mais maintenant, je le sais. C’était Dieu. Je L’ai senti. »

Ulrika a hoché pensivement la tête. Sans me juger, ni gober tout de suite mon histoire. Elle était dans le gris, de la bonne manière.

« C’était comme si une lampe puissante s’était allumée dans l’eau sombre. J’ai vu la petite fille et je l’ai attrapée. Mon corps s’est empli de force, je ne m’étais jamais senti aussi puissant, aussi déterminé, et rien ne pouvait m’empêcher de sauver cette enfant. Je n’ai presque pas eu à faire d’efforts. C’est quelque chose de surnaturel qui a hissé la fillette au bord du quai, qui m’a fait lui insuffler la vie. Sa maman et ses petites sœurs criaient à côté de moi tandis que la fillette vomissait de l’eau et reprenait connaissance. En même temps, Dieu a quitté mon corps, et je suis redevenu normal. »

Ulrika a cligné des yeux plusieurs fois, la bouche ouverte.

« Elle s’en est tirée, alors ?

– Tout s’est bien passé.

– Fantastique, a-t-elle dit avec son merveilleux sourire. Et depuis, tu sais ?

– Je ne sais rien du tout, ai-je dit avec conviction. Mais je crois. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   15 octobre 2019
« Vous avez entendu parler du meurtre ? »

C’était une façon efficace de changer de sujet de conversation.

« Le meurtre ?

– Juste là, devant Polhem. Ils ont trouvé un cadavre, ce matin.

– La police, a dit Ulrika. Alors c’est pour ça que… »

Elle a été interrompue par le grincement de la porte du balcon. Dans l’ouverture, derrière nous, Amina s’est pointée, l’œil vitreux et le teint blême comme une ombre délavée.

« Mais ma grande, tu as une mine affreuse, a dit Ulrika, sans le moindre tact.

– Je sais, a croassé Amina qui semblait s’agripper à la porte du balcon pour ne pas s’écrouler.

– Retourne donc te coucher.

– Ce n’est qu’une question de temps avant que Stella n’attrape la même cochonnerie, ai-je dit. Car elle était bien avec toi, hier soir ? »

Le regard d’Amina s’est figé. Une demi-seconde a suffi, peut-être quelques dixièmes de seconde, mais il s’est figé et j’ai compris aussitôt ce que cela signifiait.

« Oui, elle était avec moi, a toussé Amina. J’espère qu’elle y coupera.

– Allez, va te coucher, maintenant. »

Amina a refermé la porte du balcon et s’est traînée à travers le séjour.

Mentir est un art que peu de gens maîtrisent complètement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   15 octobre 2019
J’ai regardé ma montre. 9 heures et demie.

Stella a serré les lèvres en continuant à gigoter sur sa chaise.

« Encore un petit moment, alors, a-t-elle dit. Genre dix minutes.

– Mais c’est ton anniversaire, ai-je protesté. Le magasin n’ouvre quand même pas avant 10 heures demain ? »

Stella a soupiré.

« Je ne travaille pas demain. »

Pas demain ? Elle travaillait pourtant tous les samedis. C’était comme ça qu’elle avait mis le pied dans la porte chez H&M. Un job du samedi, qui s’était transformé en job d’été, avec des heures en plus.

« J’ai eu mal à la tête tout l’après-midi, s’est-elle dérobée. Une migraine.

– Alors tu t’es mise en arrêt maladie ? »

Stella hocha la tête. Mais ça ne posait pas de problème, m’a-t-elle expliqué. Il y avait une autre fille prête à la remplacer.

« Ce n’est pas comme ça que nous t’avons élevée, ai-je dit, tandis que Stella se levait en prenant son blouson sur le dossier de la chaise.

– Adam, a dit Ulrika.

– Pourquoi cette hâte ? »

Stella a haussé les épaules.

« J’ai rendez-vous avec Amina. »

J’ai opiné du chef en ravalant mon mécontentement. On était sans doute comme ça, à dix-neuf ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre