AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213635765
Éditeur : Fayard (13/03/2008)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Au lieu de supposer que l'émerveillement est le propre des enfants et des ingénus, une émotion agréable et passagère dont on se défait en comprenant l'objet qui l'a provoqué ou en revenant aux choses sérieuses, ce livre invite à penser qu'il n'y a rien de plus adulte ni de plus sérieux que de s'émerveiller. " Michael Edwards nous fait parcourir en quinze étapes quelque vingt-cinq siècles de littérature occidentale, de Platon à Philippe Jaccottet, du ciel des idées à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bouteyalamer
  01 novembre 2015
Michael Edwards : de l'émerveillement (2008)
Edwards est un poète bilingue, académicien, professeur au Collège de France, expert de la lecture explicative. Pour construire une théorie de l'émerveillement, il invoque avec aisance les philosophes, les poètes, les peintres et les musiciens. Il postule en introduction « que l'émerveillement n'est pas une simple émotion, mais une capacité de l'être ; qu'il nous ouvre au monde, révèle heureusement notre ignorance, et nous offre une forme de connaissance à la fois plus libre et plus intime ». Il commence par Platon (Le Théétète): "Il est tout à fait d'un philosophe, ce sentiment, le s'émerveiller ; en effet il n'est d'autre commencement de la philosophie que celui-là". Méfiance, Platon est le metteur en scène de Socrate dont la vocation est de conduire l'ignorant à la vérité, et il « introduit assez tôt la charge ironique du mot ». L'émerveillement est-il une forme naïve de la pensée ou de l'émotion, qui n'a plus de raison d'être quand le savoir le remplace ? Edwards cite Descartes dans ce sens: "l'Admiration est la première de toutes les passions", elle nous pousse vers "la connaissance de la chose qu'on admire" […] "Nous devons toutefois tâcher par après de nous en délivrer le plus qu'il est possible"[…] "il n'y a point d'autre remède, pour s'empêcher d'admirer avec excès, que d'acquérir la connaissance". Il reprend en poète: « L'émerveillement, qui peut bien naître devant la splendeur d'un montagne ou d'une île, est avant tout l'impression d'autre chose, l'aperçu d'une profondeur d'être, un seuil, une porte qui s'entrebâille […] Il est nécessaire comme une sorte de don, de grâce, qui permet de mieux voir ». Bien qu'il ait écrit un livre sur Yves Bonnefoy et Shakespeare, il ne cite pas son collègue du Collège de France. On trouve chez ce dernier la même amorce géographique et le même sentiment de grâce dans Les Planches courbes:
" O terre,
Signes désaccordés, chemins épars,
Mais beauté, absolue beauté,
Beauté de fleuve,
Que ce monde demeure,
Malgré la mort!"
Edwards cite Longin (auteur au 1er siècle d'un Traité du sublime), Shakespeare, Aragon, Jaccottet, Chrétien de Troyes, Corneille, Racine, Dickens et bien d'autres. "Avec Longin, nous découvrons une idée forte de la finalité de l'émerveillement: il existerait afin de nous projeter au-delà de nous-mêmes, selon une impulsion innée vers ce qui est plus divin que nous". Dans Shakespeare il choisit ce passage de la Tempête rendu célèbre par l'amère dérision d'Huxley:
"O, wonder!
How many goodly creatures are there here!
How beauteous mankind is,
O brave new world
That has such people in't!
Complice du choix de cette pièce, j'aime aussi ce passage où l'émerveillement est triple, celui des amants, et, en arrière-plan, celui du père qui a donné un prénom émerveillé à sa fille unique, et où se trouvent combinées les sources de la cristallisation selon Stendhal, le désir, l'admiration et l'espoir. le coup de foudre n'est-il pas un sommet de l'émerveillement?
"Ferdinand
My prime request,
Which I do last pronounce, is,
O you wonder!
If you be maid or no?
Miranda
No wonder, sir;
But certainly a maid"
Complice aussi du choix de Jaccottet, je préfère aux proses des Semaisons citées par Edwards ces vers d'une plus grande densité à mes yeux, et conformes à sa définition de l'émerveillement " L'aperçu d'une profondeur d'être, un seuil, une porte qui s'entrebâille":
"Arbres I:
Du monde confus, opaque
des ossements et des graines,
ils s'arrachent avec patience
afin d'être chaque année
plus criblés d'air"
A propos de la Femme au collier de perles, Edwards écrit sur Vermeer "Si tant de personnages dans les tableaux de tant de peintres nous regardent, et si nous observons si souvent quelqu'un qui lui-même observe quelque chose, c'est parce que le peintre sait, par le don spécifique qu'il a reçu, que le regard est mystérieux, qu'il l'initie à ce qui se trouve au-delà de l'apparence, qu'il pénètre les êtres et les objets qu'il transforme – ou voit se transformer – le lieu et le temps du lieu". Conception puissante du regard, à l'opposé de la vision angoissée de Quignard: "Dans le miroir le moi a deux trous, les yeux qui le regardent" (Critique du jugement).
Don, grâce, regard, instrument de connaissance, capacité de l'être? L'émerveillement, et sans doute la capacité de le reconnaitre et la volonté de l'accueillir, n'est pas un don universel. Certains ne comprennent pas les mathématiques, n'entendent pas la musique, ou veulent ignorer les mystères. Sentiment ou contrepoint de la science? Pas d'antagonisme entre le flux de photons et l'attribut ultime de l'être aimé "Ange plein de bonheur, de joie et de lumières" (Réversibilité dans les Fleurs du mal). Je laisse à Edwards un dernier mot sur notre vision du monde: "Ne voyons-nous pas tout à coup, devant quelque chose de sublime ou de quotidien, de poétique ou de banal, que le monde tel que nous l'avons construit afin de le promener dans notre conscience de jour en jour est inadéquat, et qu'il existe, surtout, une autre façon de vivre? Voilà, me semble-t-il, la finalité, le pour quoi, de l'émerveillement: révéler ce que pourrait être le monde si nous vivions à une autre profondeur".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   04 janvier 2017
Au lieu de supposer que l'émerveillement est le propre des enfants et des ingénus, une émotion agréable et passagère dont on se défait en comprenant l'objet qui l'a provoquée ou en revenant aux choses sérieuses, je vous invite à penser qu'il n'y a rien de plus adulte ni de plus sérieux que de s'émerveiller.
l'émerveillement n'est pas une simple émotion, mais une capacité de l'être. Il nous ouvre au monde, révèle heureusement notre ignorance et nous offre une forme de connaissance à la fois plus libre et plus intime.

L'émerveillement nous échappe et il doit nous échapper, il nous oblige à recommencer toujours, à se retrouver sans cesse au commencement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Michaël Edwards (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Edwards
Renouant avec le genre littéraire et philosophique du dialogue, Michael Edwards, premier académicien français de nationalité britannique, invite son lecteur à un face-à-face intime sur notre langue, son histoire et son possible avenir. Au cours d?un voyage de Cambridge à Paris, la conscience anglaise de l?auteur, «?me?», se voit sans cesse interrompue dans ses méditations par sa voix française, « moi » : les confidences que se livrent l?une à l?autre les deux identités de Michael Edwards sont l?occasion d?éclairer la langue française sous des angles inédits et de comprendre ses rapports à l?anglais devenu langue mondialisée. La vivacité des dialogues, une érudition souriante, la spontanéité de l?humour britannique et les digressions songeuses emportent « me », « moi » et le lecteur vers des sujets aussi variés que le cricket, les racines scandinaves du mot «?homard?», Dieu ou la prétendue supériorité du français? À savourer sans tempérance.
https://www.puf.com/content/Dialogues_singuliers_sur_la_langue_fran%C3%A7aise
+ Lire la suite
>Biographie littéraire>Textes présentant des caractères particuliers>Thèmes, sujets particuliers (119)
autres livres classés : ÉmerveillementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
582 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre