AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anna Gibson (Traducteur)
EAN : 9782264042378
469 pages
Éditeur : 10-18 (09/09/2005)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Octobre 1999.
Appelé au chevet de son père mourant, qu'il a refusé de voir pendant des années, le commissaire Erik Winter se retrouve sous le soleil d'Espagne alors que l'hiver s'installe en Suède. Mais un double meurtre particulièrement atroce l'attend à son retour à Göteborg. À mesure que l'image du meurtrier se précise, Winter, le chasseur, découvre avec horreur qu'il est peut-être la cible d'un autre chasseur à la détermination sans faille. Un prédateur t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Erik35
  17 août 2016
Je préfère d'abord l'avouer en toute honnêteté, ceci éclairant (peut-être) la suite : je ne suis pas un grand fan de polar, mais alors pas du tout, d'où qu'il vienne. Seulement, il arrive parfois que le livre qu'un auteur donne à lire dépasse le seul cadre du roman policier avec finesse et intelligence, qu'il m'apprenne vraiment des choses, qu'il me fasse trépider. Et puis, pour tout vous avouer, je me suis laissé tenté par ce bouquin, que m'avait offert ma belle-mère (vous saurez tout) archi-fan de policier, dans la mesure où le romancier est scandinave et que je suis féru de (presque) tout ce qui vient de nos cousins du Nord, et que je m'y suis baladé à plusieurs reprises ces 20 dernières années. Il n'y a guère que leur fameuse veine policière que je ne connais guère, pour la raison citée plus haut. Et leur horrible gastronomie !
Las! Que n'en suis-je resté à mes si belles impressions littéraires habituelles? Car oui, je me suis ennuyé comme rarement en lisant ces cinq cents et quelques pages. Personnages proches de l'insipide ou du déjà vu, psychologie à deux balles, style qui se situe entre l'indigent et l'épouvantable (peut-être un soucis de traduction, les langues dites "rares" n'étant pas toujours les mieux servies ?), intrigue cousue de fil blanc (neige fondue...) que même moi, lecteur non averti, j'ai pu deviner dès les cents premières pages environ.
Et que dire des à-côtés : la quatrième de couverture nous annonce une critique virulente de la société suédoise, pas aussi "clean" -ajoutons un anglicisme, le bouquin en est truffé- qu'en apparence ? Rho, pas possible, la société suédoise ne serait donc pas un monde parfait !?! A savoir que ces sales gosses de 15 ou 16 ans peuvent, éventuellement, se retrouver alcoolisé le soir (du moins, un seul soir de tout le bouquin. le reste du temps, c'est chocolat chaud, faut pas déconner). Qu'il y a des parents indignes et violents (et vrais alcoolo, eux). Si, si, même en Suède ! Que certains vieux richards -les parents de notre flic héros propre sur lui- font comme partout ailleurs : ils se barrent avec les éconocrocs au soleil pour échapper au fisc. Qu'il y a des tueurs psychopathes. Qu'il y a du libertinage (mais qu'on ne voit jamais, ne poussons pas trop) au pays de Strinberg, de Hamsun et d'Anderson, même que carrément ! (Je vous rassure, je lis aussi des auteurs plus contemporains).
Cinq cent et quelques pages qui se survolent -heureusement- très vite mais durant lesquelles vous aurez compris que je me suis ennuyé (restons aussi poli que l'auteur) comme un rat mort !
Elle m'y reprendra, ma (gentille) belle-mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
phire
  01 février 2012

Il s'agit du troisième tome des aventures du commissaire Winter, plus jeune commissaire de Suède, dandy quarantenaire qui ne rechigne pas à utiliser son vélo, amateur de jazz (son collègue londonien rencontré lors de la première enquête essaye de l'initier à la culture rock par l'envoi de disques, il a apprécié The Clash).
Jusqu'ici les les parents de Winter n'étaient que des voix, surtout le tintement des glaçons dans des verres à cocktails, au téléphone depuis l'île de Marbella où ils se sont retirés.
Le père de Winter se meurt, donc Winter se rendra là bas.
Ce que j'apprécie chez Edwardson (comme chez Mankell, Connelly), c'est l'épaisseur des personnages, leurs hésitations, leurs faiblesses. Les intrigues policières sont presque secondaires.
Winter prend ses habitudes dans un petit café, pour le petit déjeuner. Café, croissant, cigarillo. Toujours le même voisin. Un matin celui ci n'est plus là. Il interroge le serveur du regard. Signe de croix.
Winter se fait dérober son portefeuille par un pickpocket (les cordonniers ...) et à cette occasion fait la connaissance de la charmante interprète de la police locale. La possibilité d'une liaison ...
Le père finira par mourir et sera enterré dans un cimetière ensoleillé, à flanc de colline.
Pendant la le lecture, j'ai beaucoup pensé à la chanson "Love Song" de Tanger (sur l'album L'amour Fol).
Je vous laisse découvrir l'intrigue policière.
Je voudrai que cela ne finisse jamais. *
* c'est le titre du quatrième opus des aventures de Winter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
christinebeausson
  27 avril 2017
Droite, gauche, droite, gauche....
J'ai l'impression en début de lecture d'essayer de suivre un match de tennis....
Droite, gauche, droite, gauche....
Avec en plus les joueurs qui changent tout le temps....
Je ne sais plus qui renvoie la balle et à qui !
Il, oui d'accord mais il y a beaucoup de il dans l'histoire, j'ai besoin de repères et je suis perdue, je ne m'y retrouve pas !
Les lieux- Göteborg d'un côté et la Costa del Sol de l'autre, cet enfer cuit par le soleil avec ses murs de béton qui cachent la mer pour accueillir ces réfugiés entre autres scandinaves venus là pour fuir l'état suédois dit providence qui reluquait leurs argents - et les terrains de golf, "des blessures infligées au paysage", "ce vert, brillant, étranger .... encore un élément du monde riche."
Interrogation : le Tanqueray c'est quoi ça ?
Une marque de gin crée à Londres par un Mr Tanqueray et maintenant produit en Écosse.
Les pages s'enchaînent, on ne peut pas dire que la trame de l'histoire se précise, toujours un vrai match !
Qui est qui, qui fait quoi, mais qu'est ce qui se passe ?
Le plan détaillé de Göteborg s'étale devant nos yeux ébahis, on suit comme on peut, on manque d'air les pages filent, la fin du livre approche et on ne voit toujours pas le bout du tunnel ....
Et puis arrive le mois d'avril, avec un joli cadeau c'est Elsa .... la révélation de la fin de l'histoire.
Verdict ..... match nul ..... on devra recommencer la partie avec un autre titre de l'auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bellonzo
  14 janvier 2014
Présentation de l'éditeur:
"Les enquêtes d'Erik Winter
Appelé au chevet de son père mourant, qu'il a refusé de voir pendant des années, le commissaire Erik Winter se retrouve sous le soleil d'Espagne alors que l'hiver s'installe en Suède. Mais un double meurtre particulièrement atroce l'attend à son retour à Göteborg. À mesure que l'image du meurtrier se précise, Winter, le chasseur, découvre avec horreur qu'il est peut-être la cible d'un autre chasseur à la détermination sans faille. Un prédateur tout proche qui ne cesse de lui échapper. La troisième enquête d'Erik Winter met en scène une société délabrée, un monde à la fois sauvage et usé, traité à demi-mot, avec toute l'ambiguïté corrosive qui caractérise Edwardson."


Et si le polar nordique commençait à lasser... C'est l'impression que m'a laissée "Ombre et soleil". J'avais aimé pourtant "Danse avec l'ange" mais la surprise ne joue plus. Après avoir pas mal lu Mankell ou Indridason les serial killers scandinaves ont cessé de m'intéresser. Ils me semblent interchangeables, avec flics à la vie privée agitée, gothic rock ou black metal (pardon je ne suis guère expert), nuit précoce sur Goteborg ou toute autre cité nordique. Entendons-nous, rien de désagréable dans cette enquête du commissaire Winter mais il finit pour moi par se fondre dans le Walander suédois ou l'Erlendur islandais.

Nous sommes avec "Ombre et soleil" en présence d'un roman de presque 500 pages, bien découpé en mois et en courts chapitres. On n'est pas loin du format, voire du formatage. J'ai acheté trois Edwardson d'un seul coup. J'ai eu tort,mais peut-être en oublierai-je un dans le train, ce qui ne m'empêchera pas de dormir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mimi6231
  01 mai 2020
Appelé au chevet de son père mourant en Espagne, le commissaire Winter se retrouve dès son retour à Göteborg avec une affaire criminelle des plus sordides, un double meurtre ais il se pourrait fort bien qu'il soit lui-même la véritable cible de l'assassin.
Un volume plus tourné sur l'introspection des personnages, l'évolution de leur relation familiale avec en toile de fond un meurtre énigmatique et violent. J'apprécie le côté réaliste de cette série, Les inspecteurs et même le commissaire,ne sont pas des surhommes qui résolvent un crime en quelques jours.
L'enquête se poursuit pendant plusieurs mois comme c'est le cas le plus souvent dans la réalité. Les personnages sont des êtres humains normaux et nous sont donc plus proches. Et puis, quelques touches d'humour bienvenues allègent cette atmosphère un peu glauque instaurée par l'auteur.
Encore un très bon cru ce troisième tome des enquêtes du commissaire Winter. Une peinture intéressante à suivre de la société suédoise mais il ne faut pas se laisser dérouter par le choix de l'auteur d'introduire les personnages avant d'être présentés.
Le roman mérite cet effort.
Peut être à lire d'une traite ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   23 avril 2017
Il dit de plus en plus de choses. Il aura quarante ans dans quelques mois et il a déjà commencé à parler. C'est tôt, pour la plupart des hommes.
Commenter  J’apprécie          30
fannyvincentfannyvincent   29 décembre 2013
L'urne était tout ce qui restait de son père. Voilà tout ce qui reste de lui, pensa Winter. Nous nous expliquerons une autre fois.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Åke Edwardson (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Åke Edwardson
Bande annonce de la série Kommissarie Winter, adaptée de la série littéraire d’Åke Edwardson, le Commissaire Winter est un des personnages les plus connus de la littérature nordique.
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1973 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre