AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021377132
288 pages
Éditeur : Seuil (05/10/2017)
4.21/5   7 notes
Résumé :
L'enfant n'était pas encore née, mais Io-Anna s'était tatoué son prénom futur dans le bas du dos : Joyce. Et Grace, la belle-mère, devineresse, enchanteresse et guérisseuse, avait été visitée par une vision prometteuse.

" Confiance est le chemin de ce qui échappe au malheur. " Cette parole, Io-Anna l'a laissée en dépôt auprès de Grace afin qu'elle soit transmise plus tard à Joyce. Car elle ne sait pas si elle aura le cœur à lui dire, elle-même, ce qu'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Luneaucoeur
  24 avril 2021
Une écriture en colimaçon qui virevolte dans les cieux de la poésie, cueillant au gré des mémoires éparses des bribes de transcendance. Lorsque le langage est mis en déroute dans les rouages de l'inerte, où toute forme d'altérité est une aberration, les mères transmettent les chants de la sagesse ancestrale, psalmodie de la mutinerie.
Pendant qu'on célèbre des simulacres d'indépendance nationale, les femmes sont opprimées, les émeutes de la faim se propagent et les massacres sont perpétués au nom du bien commun. Quelles indépendance ou liberté quand nos propres corps ne nous appartiennent pas...
Alors, je me retire. Je compte sur mes pieds pour m'enfouir dans les sables émouvants de l'innocence. J'enfanterai des songes pour décevoir le néant et puisque "les racines et le tronc du soleil sont invisibles", il me faudra :
"être l'enfant sans raison, être sans pourquoi, être sans usage, être sans faute, être possible, oiseau de haut vol, oiseau de longue distance, entouré de bravoure, être sans Histoire mais non sans passé, être sans paroles mais non sans musique, être souverain, être plein de beauté, être sans but, être suprême."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292


critiques presse (2)
LaPresse   26 janvier 2018
Dans sa prose captivante, le Togolais d'origine Kossi Efoui raconte l'histoire de la famille de Grace, de ses espoirs, entre traditions et révoltes, de la liberté et des contraintes.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeMonde   27 novembre 2017
L’heure de faire parler les femmes de sa famille, que l’écrivain togolais appelle ses « initiatrices », avait sonné. « Cantique de l’acacia » leur rend hommage.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LuneaucoeurLuneaucoeur   23 avril 2021
Il n'y a pas de mots, dit Grace, ni sur la terre ni dans le sous-sol des rêves pour dire l'état de celle qui a tiré de son ventre, par deux fois, une créature aux formes accomplies, mais pas d'intérieur vivant, bébé à peine plus crédible que ces poupées de latex qu'on aurait dit de chair, mais qui, elles au moins, savent cligner des yeux ou pleurer, ou rire quand on leur appuie sur le ventre.
Selon les croyances en vigueur, c'était le même enfant qui repartait et revenait, s'incarnait et se réincarnait jusqu'à ce que, enfin, sa respiration s'accorde avec le rythme du monde, son souffle avec l'atmosphère de la terre, sa lumière intérieure avec les pulsations du soleil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
richardcpotvinrichardcpotvin   26 février 2018

Nous n'appartenons pas à un pays, disais Grâce, nous n'appartenons à aucun pays fait de main d'homme. Nous appartenons à la lune qui fait les marées et les menstrues. L'héritage de l'océan dure plus longtemps que l’héritage d'un pays. Nous n'appartenons pas à l'Histoire, nous appartenons aux cycles de l'invisible placenta. Et si l'on portait autrefois le placenta en terre et qu'on y plantait un acacia, c'était pour donner à l'enfant le goût du chant.

Un jour , l'esprit de choses et des hommes se manifesta dans une femme. Aussitôt la femme se mit à parler dans une langue pleine de fleurs et d'images, une langue sauvage au oreilles des siens. elle nommait des millions de millions de choses qui n'existaient pas encore.

Les gens prirent la femme pour une folle, la saisirent, la jetèrent à l'eau. Un poisson l'avala, avala sa voix. Une histoire qui aurait pu s’arrêter là.

Mais voilà qu'un jour, un pêcheur pêcha le poisson qui avait avalé la femme, le mangea, et alors il ne parla plus que dans la langue sauvage.







Puis ils lui lancèrent des cailloux et l'homme mourut. Et sa voix mourut. L'homme et sa voix furent enterrés bien profondément dans le désert où passe le vent.

Une histoire qui aurait pu s'arrêter là.
Mais le vent...

Le vent, à force de passer et repasser son chemin,petit à petit, grain de sable après grain de sable creusait la terre, grattait la terre comme le chat gratte le tissu. Un jour, une fine poussière, emportée par le vent, voyagea jusqu'au couscous d'un chasseur. Aussitôt que le chasseur eu mangé son couscous, il se mit à parler une langue pleine de mystère. On l'attrapa. On le réduisit en cendre. On réduisit sa voix au silence. On dispersa la cendre et le silence dans l'espace depuis le haut d'une montagne.

Une histoire qui aurait pu s'arrêter là.
Mais sur la montagne vivait un homme. Son métier consistait à pincer la corde d'un instrument pour faire entendre des harmonies célestes. Il avala, par la bouche et par les narines, le parfum de l'homme qui se dissipait dans l'atmosphère.
Aussitôt qu'il avala ce parfum, il se mit à chanter la langue sauvage. Le peuple accourut, furieux, armé, décidé. L'homme chantait:



Et voici ce qui arriva: tous les gestes de mise à mort furent suspendus. Le chant continuait. Tous les cris: à mort, à mort, furent suspendu. C'est ainsi que pour la première fois vint au monde le chant. Et la vie s'y accrochait, et la mort s'y suspendait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LuneaucoeurLuneaucoeur   23 avril 2021
La vérité, dit Grace, il faut se mettre à trois pour faire un enfant : le mâle, la femelle et l'Invisible - dont les traces sont partout cachées dans le paysage, dans les eaux où les femmes vont tremper leur sexe, dans les troncs d'arbre contre lesquels elles vont se frotter nues, ou bien là-bas -, cet îlot dont on apercevait la crête par la fenêtre du deuxième étage : l'Île aux Acacias où les femmes, il n'y avait pas si longtemps, allaient enfouir le placenta des nouveau-nés avant d'y planter un acacia. A la saison des floraisons, elles s'y retrouvaient pour s'adonner à l'art de rêver les enfants. Assises sur le limon, pubis contre l'herbe, elles rêvaient ensemble le rêve éveillé des enfants qui n'étaient pas encore au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LuneaucoeurLuneaucoeur   24 avril 2021
La nouvelle ère, l'ère moderne, sera celle de l'homme impatient. Et toute inaptitude à l'impatience sera la marque d'une tare. Dans le vieux monde les choses arrivaient à temps, dans le monde nouveau les choses arriveront à l'heure. Seront des hommes réels tous ceux qui seront ponctuels dans le même temps présent. Tous les autres seront des hommes imaginaires, peuplade, ethnie, protonation, enclave dans l'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AchaelaAchaela   12 février 2018
Car tout événement vient au monde par deux chemins : le chemin de l'aller qui est celui des faits, et le chemin du retour, où les faits se transforment en mots, chansons, paraboles, contes, devinettes, proverbes, prophéties, mythes. Privés de ce chemin de retour, les faits errent dans un monde suspendu entre les choses manifestées et les choses possibles. Pas tout à fait advenus et pas tout à fait possibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Kossi Efoui (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kossi Efoui
après-coup de Kossi Efoui
autres livres classés : togoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox