AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782846262309
336 pages
Éditeur : Au Diable Vauvert (10/12/2009)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Dans son costume de loup, Max le turbulent sème le désordre dans la maison. Irrités, ses parents l’envoient dans sa chambre sans dîner. Là, Max imagine une jungle peuplée de monstres terrifiants qu’il soumet grâce à son regard. Il devient roi des Maximonstres et règne sur son petit monde imaginaire.

Né en 1963, d’abord album illustré sur un texte de Maurice Sendak, Where the Wild things are est un classique de la littérature de jeunesse illustrée amér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
luCa
  22 décembre 2009
Je me suis plongé dans ce livre, au début, comme on replonge en enfance. Curiosité, impatience. Je voulais découvrir l'histoire qu'il contenait. Rentrer dans un univers nouveau, lointain. La lecture d'un livre “jeunesse” n'est pas chose facile. Il faut savoir se métamorphoser, réduire sa taille. Pour apprécier totalement l'invitation au rêve.
On y rencontre Max. Un jeune garçon qui adore son costume de loup, jouer avec son chien, lancer des boules de neiges sur les copains de sa soeur. Un enfant, dans toute l'ampleur du terme. Assez attachant il faut dire. Mais sa candeur se retrouve bien vite confronté à la vie, aux souffrances. A sa soeur, envers qui il nourrit une haine profonde, de par son rejet, son indifférence, son désintérêt. “Elle me laisserait mourir”. A sa mère, qui bien vite a du partager son amour avec Gary, le beau-père de Max. L'intrus, la goutte d'eau qui fait déborder le vase…. le divorce de ses parents : traumatisme latent. Une douleur qui, masquée par les excès de rage, fait du mal aux autres et à l'enfant lui-même. C'est de cet univers oppressant qu'il s'arrachera, un soir. Une fugue, dirait-on. Ou plutôt un voyage. C'est sur une barque que Max navigue. L'horizon s'éloigne. Les lumières s'éteignent au loin. Il frissonne. Avant qu'il n'accoste sur l'île aux monstres. Aventure ou catabase ? Univers déroutant. Monstres chimériques. Récit initiatique. Face aux autres, à la vie, il apprendra à se forger, se construire. D'un coup, Max se retrouve propulsé du statut d'enfant à roi, adulte. Avec des responsabilités. le moindre échec ne passe pas inaperçu. Les conflits montent. On arrache un bras, on se croque. Il prendra peu à peu conscience. de quoi ? de tout.
Si j'avais eu 10 ans, j'aurais aimé le livre. Aimé les monstres. La guerre de boue. La parade. le chien. le taureau. L'écriture est limpide, précise, belle. Et une certaine poésie. Profondeur assez rare dans les livres jeunesse.
Mais ce monde m'a dérangé. J'avais l'impression de lire le récit d'un monde tranchant, aiguisé. Ces grandes chimères, ces grandes peluches portent peut-être un masque. Pour cacher quelque chose d'horrible. Ambiance sombre tout de même : les voix de la terre, les violences. Métaphore d'un chose trop proche ? D'un univers familier ? Aucune idée. Je sais juste qu'un grain de sable entravait constamment mon immersion. Qui provenait de cet île on ne peut plus singulière.
Au final, Indécis. J'ai aimé. Je l'ai trouvé dérangeant. Impossibilité d'expliquer ce brouillard. Beau et sombre. Ensemble joli et déstabilisant . Oxymores improbables. Réaction déroutante. Cette critique est à l'image de mon ressenti : déstructurée, désorganisée, étrange. En tout cas, ce livre a suscité un quelque chose que je ne connaissais pas. Et peut-être est-ce là la qualité d'un bon livre ? Livre à chacun de voit en cette île une utopie ou monde cruel. Au sortir de ce livre, je suis sur la barque. Entre deux mondes, deux avis, qui sont peut-être plus proches qu'on ne le pense…
Lien : http://bookkingdom.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cats26
  15 juillet 2018
L'album de Maurice Sendak a été un des préférés de mon enfance.
Ce roman m'a permis de m'y replonger avec plaisir sans néanmoins rien apporter de nouveau.
Pourtant, l'auteur développe les raisons de la "transformation" de Max en monstre : une mère aimante mais peu attentive car débordée, une soeur adolescente qui prend ses distances en grandissant, un père absent, le nouvel petit ami de sa mère qui tente de se rapprocher de l'enfant. Bref, à 8 ans, Max a du mal à gérer tous ces paramètres et après une crise de colère particulièrement violente, il s'enfuit, affublé de son costume de monstre.
La suite est fidèle à mes souvenirs avec l'accent mis sur l'étrangeté des monstres et leur dangerosité malgré leur aspect d'énormes peluches.
J'ai choisi ce livre par curiosité et par nostalgie et je ne connaissais pas l'auteur mais son écriture ne m'a pas plus emballée que ça.
L'aspect "retour dans le temps" est par contre sympa : la mère en lycra noir qui fait de l'aérobic devant son magnétoscope, par exemple. Il y a aussi des éléments incongrus comme les ados qui chiquent au lieu de fumer, le copain suit des cours de capitonnage. Ou encore la paranoïa des parents qui veulent empêcher à tout prix Max d'aller à l'école seul en vélo car un enfant seul finit par attirer des individus peu recommandables. Ils ne s'inquiètent pas pour lui mais de ce que son comportement peut provoquer.

En résumé, une mise en roman d'un classique plutôt réussie mais si je n'ai pas mis plus, c'est probablement que je ne suis plus le public-cible.
A partir de 10 ans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VanessaV
  03 septembre 2010
Max est un enfant très vif et très animé. Oui oui tout cela à la fois! Il aime être au coeur de la famille mais ses parents sont séparés, sa soeur Claire prend moins de temps pour partager avec lui, sa mère a trouvé un autre homme dans sa vie. le voilà seul avec ses envies d'évasions oniriques. Il cumule les demandes d'attention, les accès de colère, les bêtises; en enfilant son costume de "mi-loup mi-vent", réclame d'un côté puis de l'autre. (...)
.. un soir c'en est trop "Monstre" - "Je vais te manger" et Max s'enfuit, en prise avec ses émotions, ses pensées trop fortes et sa sensation de tout gâcher.
(...)
Il va navigué sur un bateau et rencontrer sur une île les Maximonstres. Par impertinence, charisme et don de la rhétorique et du conte, Max devient le roi des monstres. Des fêtes épouvantables se suivent, des défilés et des batailles. A chaque fois ce sont des promesses de roi, des solutions pour gérer les crises, pour trouver le bonheur... faire ce que l'on veut. La promiscuité est charnelle entre chatouilles, chahut et jeux spontanés.
Chaque monstre a son caractère bien trempé et relève de sacrés comportements d'enfants. (...)
Les passions sont extrêmes entre jalousie et naïveté. Des conflits arrivent, des désillusions... Est-ce faire ce que l'on veut qui apporte le bonheur, est-ce seulement être ensemble, est-ce se comporter en enfant?
Ce livre apporte de nombreuses réflexions sur l'enfance, cette illusion du bonheur, du tout permis. Un conte initiatique vers une meilleure compréhension de l'enfance, vers une meilleure appréhension de leur envie de démiurge. A dévorer!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lysette
  06 décembre 2016
Je n'avais absolument aucune idée de ce qui allait m'attendre dans ce livre. En effet je n'avais jamais entendu parlé ni des albums, ni du film !
La couverture est très jolie, l'écriture fluide, même si je l'ai trouvé plutôt riche et fournis et par conséquent, parfois limites pour mes lecteurs novices.
Quand à l'histoire, et bien durant les 100 premières pages, j'ai été happée par le personnage de Max. Ce petit garçon solitaire, imaginatif, curieux et à l'esprit aiguisé. Il ne comprends pas le monde qui l'entoure et au fond le monde le lui rends bien !
En revanche je dois avouer qu'a partir du moment où Max rencontre les Maximonstres, j'ai quelques peu décroché. J'ai bien vu entre les lignes, et j'ai compris le sens caché de cette aventure (enfin je crois !) mais il n'empêche que je n'ai pas accroché ! En lisant la quatrième, je pensais que les monstres seraient drôles, mais ce n'est pas le cas, ils sont même déprimants voir dépressifs ! Max lui, ne ressemble plus à ce garçon vif d'esprit, et à mesure que le récit avance tout devient Incongrue.
En conclusion, un livre en demi teinte, si la première partie du roman, et son message m'ont captivée, en revanche le reste du roman m'a laissé de marbre.
Je ne sais pas vraiment si je le recommanderais à des adultes, en revanches à un public plus jeune, certainement.
Bonne lecture à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ClarissaDalloway
  16 avril 2010
Vous vous souvenez sans doute du magnifique album de Maurice Sendak, « Max et les Maximontres », un classique, une merveille… Vous avez peut-être vu le film sorti dans les salles le 16 décembre dernier (pour moi, c'est encore partie remise, mais je l'espère plus pour trop longtemps…), Les Maximonstres, l'île aux monstres est un peu des deux tout à la fois, mais pas seulement..
L'auteur s'en explique dans ses « remerciements », en guise de postface. Grand fan de l'album de Sendak depuis l'enfance, il participa à l'écriture du scénario dudit film, à la demande du réalisateur Spike Jonze, occasion rêvée pour lui de rencontrer à de multiples reprises Maurice Sendak, « un véritable artiste, intransigeant, et un être humain authentique. ». Par la suite, l'auteur de Max et les Maximonstres lui proposa, à partir de tous les éléments accumulés au cours de leurs nombreuses rencontres de travailler à l'idée d'un roman inspiré de son album…
« J'ai répondu que j'allais essayer. Vous tenez le résultat entre vos mains. »
Le roman tient tout à la fois du film et de l'album, s'en approchant et s'en éloignant tout à la fois pour laisser place à la propre version de Dave Eggers, ses souvenirs d'enfance.
Le résultat est très beau, et tout à la fait à la hauteur de mes attentes, très proche de l'album, qu'il sert à merveille, à mon humble avis, et selon la vision que j'en ai de l'album de Sendak.
En bref, j'ai beaucoup aimé, charmée que j'étais par la profondeur que Dave Eggers donne à l'histoire, merveilleuse, fantastique, inquiétante, un peu triste aussi…
(...)
Lien : http://lily-et-ses-livres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LysetteLysette   06 décembre 2016
Dire "Non" revenait à reconnaître qu'il se comportait comme un idiot; dire "Oui" signifiait que non seulement il admettait avoir fait l'idiot mais qu'il n'avait pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin.
Commenter  J’apprécie          20
ClarissaDallowayClarissaDalloway   16 avril 2010
Ses pensées, il le savait, se comportaient parfois comme les oiseaux du quartier. Des cailles, pour être précis, ces étranges volatiles qui n’aiment pas voler. Un instant, elles s’alignaient les unes à côté des autres, comme une famille, pour picorer des graines par terre, l’une d’elle chargée de monter la garde sur un piquet. Puis au moindre bruit, elles se dispersaient, disparaissaient dans le fourré le plus proche. (…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VanessaVVanessaV   03 septembre 2010
Alexander regardait Max comme si le garçon était devenu fou. "Tu crois réellement que tu as ravagé notre île? Tu te crois donc si puissant ? Tu penses que le bonheur ou le malheur des gens ne dépend que de toi?"
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Dave Eggers (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dave Eggers
THE CIRCLE Bande Annonce VF
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre