AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Capuron (Traducteur)
EAN : 9782756009513
141 pages
Éditeur : Delcourt (05/03/2008)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 97 notes)
Résumé :
Muets ou diserts, instantanés ou développés en plusieurs planches, les portraits que dresse Will Eisner dans New York Trilogie révèlent toute la finesse et l'intelligence de ce grand maître de la bande dessinée contemporaine. Un trésor accumulé, année après année, sous une grille d'égout, la faune exubérante campée sur les personnes d'immeubles populaires, les jeux turbulents des gamins des rues, telles des sentinelles imaginaires... Tous ces éléments de décor devie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Walktapus
  16 septembre 2014
Une trilogie new-yorkaise qui n'a rien à voir avec Auster.
Dans ce premier tome, le mobilier urbain - plaques d'égouts, fenêtres, lampadaires, bouches d'incendie, métro, ou boîtes aux lettres - sert de prétexte à décrire une multitude de petits scénettes mettant en scène des New-Yorkais.
Ce regard aiguisé qu'un dessinateur porte sur ses semblables, est attendri mais sans illusion. Scènes de la vie quotidienne, ou moins quotidienne, ironie de la vie, gags, situations absurdes, mise en scène de la mesquinerie, de la lâcheté, où l'on rit jaune, drames même. C'est souvent noir, jamais idéalisé.
Certaines scènes sont parlantes, d'autres muettes, certaines bruyantes, d'autres silencieuses, certaines sont sur une seule case, la plupart s'étendent sur deux ou trois pages. Souvent il n'y a presque rien à raconter, un rien rendu passionnant par un talent fabuleux à exprimer tant de choses juste en croquant un personnage.
L'album est aussi un superbe champ d'exploration formel. La construction des planches est très variée et inventive. Souvent, les murs, les façades, les dalles et les fenêtres délimitent la case, ou la séparent, imposant leur rythme de lecture, les perrons obliques guident le regard entre les cases, la ville fait corps avec la BD, le lecteur devient un voyeur observant des drames ordinaires par une fenêtre.
Finalement, New York ou une autre grande ville, il n'y a pas de différence fondamentale.
Dessins en noir et blanc. A lire, peut-être, par petites doses pour bien savourer l'art du dessin et de la mise en scène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Presence
  09 janvier 2020
Dans la carrière de l'auteur, ce tome est paru entre le rêveur (1985) et le Building (1987). La première édition date de 1995. L'histoire comprend 170 pages de bandes dessinées en noir & blanc. le tome s'ouvre avec une courte introduction rédigée par Will Eisner. Il évoque l'objectif qu'il s'était fixé : construire des vignettes bâties autour de 9 éléments qui pris ensemble brossent le portrait de n'importe quelle grande cité.
Chapitre 1 - le trésor de l'Avenue C - L'Avenue C : un canal dans une mer de béton, avec son asphalte routier, son métro souterrain et ses crevasses. Mary retrouve Henry sur une grille de ventilation du trottoir. Elle lui rend sa bague excédée par l'insistance de ses avances, par sa demande en mariage pour retourner à la campagne. Dans un faux mouvement, l'alliance tombe et passe à travers les barreaux de la grille. Lâchés par d'autres personnes, d'autres objets tombent entre les barreaux. Chapitre 2 - L'escalier de perron - Ces marches qui mènent à la porte d'entrée de l'immeuble au-dessus de l'entresol sont comme des gradins dans un stade. 4 hommes affalés sur les marches d'un perron voient un type arracher le sac d'une ménagère revenant de faire les courses, et le vider pour piquer l'argent. Ils ne bougent pas et se font ensuite conspuer par la ménagère. Plus tard, ils répondent par contre rapidement quand leur épouse respective leur indique que le dîner est servi. Chapitre 3 - Métros - Les rames de métro progressent depuis les dépôts isolés et désertés, jusqu'à passer au milieu des immeubles à hauteur d'appartement où ils font trembler la vaisselle. Dans le métro, la promiscuité est dense, mais chacun pense à ses petites affaires, oublieux des individus collés contre lui. Chapitre 4 - Déchets - Chaque jour, les poubelles récoltent des milliers de tonnes correspondant aux rebuts de produits consommés, digérés et excrétés par les habitants. La benne à ordure ménagère passe faisant toujours autant de bruit, réveillant les dormeurs.
Chapitre 5 - Musique de rue - Les sons générés par la ville sont innombrables et diversifiés, participant de son identité. Les sons qui sortent par une bouche d'égout, le bruit ambiant permanent qui mange la moitié des conversations y compris entre amoureux, les musiques des musiciens de rue, s'échappant des fenêtres, des systèmes portatifs, des klaxons, etc. Chapitre 6 - Sentinelles - Dans chaque rue, il y a du mobilier urbain qui constitue autant de jalons, de sentinelles : les bornes à incendie, les boîtes à lettre, les signaux tricolores, les lampadaires, les bouches d'égouts. Chapitre 7 - Fenêtres - Chaque façade comporte des fenêtres, autant d'ouvertures entre 2 mondes. Il y a le monsieur dans son fauteuil roulant qui passe sa journée à observer ses voisins de l'autre côté de la rue, la voisine qui passe sa journée à la fenêtre à faire la commère commentant tout, la fenêtre par laquelle passe le cambrioleur, la fenêtre fermée qui sépare le riche dans son appartement de luxe du miséreux sans domicile qui le regarde de l'autre côté sur le trottoir. Chapitre 8 -Murs - Les murs de la ville peuvent être des surfaces pour peindre, des murs qui emprisonnent les individus dans des appartements minuscules, des murs qui forment un labyrinthe dans lequel court le cambrioleur pour échapper à la police, des murs qui tombent et laissent la place à un jardin partagé. Chapitre 9 - le quartier - Un homme qui a réussi fait visiter le quartier populaire où il a grandi à sa femme. Un couple à la retraite décide de quitter le quartier où il a vécu toute sa vie pour aller à la campagne. Un jeune homme plein d'espoir raccompagne une jeune femme dans un beau quartier.
Pour une autre bande dessinée, Dropsie Avenue : Biographie d'une rue du Bronx (1995), Will Eisner expliquait qu'il se lançait parfois dans la création d'un ouvrage sur la base d'un concept innovateur, comme un défi lancé à lui-même. Effectivement, sans l'introduction, cette bande dessinée ne ressemblerait à rien, si ce n'est une collection de saynètes très courtes (de 1 à 3 pages) mettant en scène des habitants d'une grande ville dans des situations diverses. Dans le premier chapitre, la première histoire tient en 2 pages, et le lecteur n'est pas tout à fait convaincu par ce monsieur éconduit par une femme qui souhaite vivre sa vie à la ville et cette alliance qui tombe bien évidemment à travers la grille. Dans la page suivante, il assiste à la pantomime d'un monsieur en costume et cravate, qui lance une pièce en l'air pour décider sur quel canasson parier, et la pièce passe par la grille. Les mouvements et le langage corporel sont épatants comme toujours avec ce bédéaste, mais il est difficile de parler d'histoire. Arrivé à la fin du premier chapitre (page 10), le lecteur se dit qu'il va passer un agréable moment, tout en ayant oublié ce qu'il a lu dès qu'il attaque le chapitre suivant.
Le ressenti du lecteur change avec le chapitre suivant. Il est placé en position d'observateur, regardant des individus en train de regarder une agression se dérouler sous leurs yeux. le talent graphique de Wil Eisner épate toujours autant : des cases dépourvues de bordures, une capacité incroyable à reproduire une rue de New York, en donnant l'impression d'un croquis, mais qui s'avère très détaillé et construit quand le lecteur prend le temps de le regarder. Il a l'impression de pouvoir s'asseoir sur les marches de cet escalier, de profiter de la chaleur et du calme relatif, de devenir alangui, sans s'inquiéter de la scène qui se déroule sous ses yeux. Dans les chapitres suivants, le même phénomène de projection se reproduit. le lecteur éprouve la sensation d'être dans le wagon du métro, d'abord debout et tassé, puis seul avec un autre voyageur dans une autre rame. Il entend littéralement les bruits de la rue, en marchant aux côtés du couple : ronronnement du moteur d'une voiture sur laquelle bosse un mécanicien, pétarade d'un deux roues, métro aérien, marteau piqueur, mélopée sortant d'un magasin d'instruments de musique, marteau piqueur, sirènes, etc. Il ressent le plaisir de la fraîcheur à se mouiller à l'eau de la bouche incendie sur un trottoir rendu brûlant par le soleil. Il jette des regards inquiets tout autour de lui alors que l'éclairage public fait défaut dans le quartier qu'il traverse. Il pénètre dans l'intérieur de plusieurs newyorkais : un appartement si minuscule qu'il pourrait s'agir d'une cellule de prison, un appartement si luxueux qu'il pourrait s'y perdre. Dans l'introduction, Will Eisner attire l'attention du lecteur sur le fait qu'il s'agit de sa vision personnelle de New York, mais s'il y a déjà séjourné, le lecteur ressent les sensations qu'il a découvertes en s'y promenant la première fois.
Le ressenti du lecteur change également avec les autres êtres humains qui vivent sous yeux. Autant dans le premier chapitre, ils semblaient n'être que des clichés sans grande personnalité, autant ils sont totalement incarnés par la suite. En tant que directeur d'acteur, Will Eisner met en scène des personnages dont le comportement oscille entre le naturalisme et l'exagération théâtrale en fonction des moments de la scène. Lorsque que le voyou arrache le sac de la dame, le mouvement et les postures appartiennent au registre naturaliste. Quand la ménagère se met à hurler, son comportement glisse vers le théâtre. Ces fluctuations de registre combinent réalisme et expressivité avec un art consommé de la narration dramatique, un souffle de vie incroyable animant ces 2 pages dépourvues de phylactère et de cellule de texte. au fil de ces nombreuses saynètes, le lecteur observe des individus de tous horizons : jeunes adolescents en train de jouer à la balle dans la rue, jeune secrétaire assise dans le métro avec un charmant jeune homme debout à côté, gugusse aviné en train de chanter à tue-tête dans une rame quasiment vide, père en pyjama tenant son nouveau-né dans les bras pour l'endormir, éboueurs blasés, dame sans domicile fixe en train de fouiller dans une poubelle, trio de musiciens de rue débordés par le nombre de concerts de rue à donner, policiers, employés de bureau, cadres supérieurs, etc. Saynète après saynète, le lecteur côtoie des individus issus de différentes classes sociales, se rendant à leur boulot ou vacant à leurs occupations domestiques : il voit l'infini diversité de l'humanité peuplant la ville, lui insufflant sa vie.
Il se produit un effet cumulatif des saynètes qui donnent à voir la comédie humaine dans toute sa profusion, dans l'environnement très particulier d'une grande ville. L'humanisme de Will Eisner transparaît dans chaque séquence : son amour pour l'être humain, mais aussi sa capacité à observer les comportements, à rendre compte des comportements admirables comme blâmables. Comme à son habitude, il utilise de nombreuses techniques narratives, allant de la bande dessinée traditionnelle avec ses cases alignées en bande et ses phylactères, à des images juxtaposées, en passant par des dessins avec un texte en dessus. Il suffit de regarder les passagers d'une rame de métro perdre une part de leur contenance alors qu'il n'y a plus de courant et que la pénombre règne dans le wagon. L'auteur dessine six cases de la largeur de la page, 3 par page, et un texte d'une phrase court au-dessus de 5 des 6 cases. le lecteur a face à lui 5 personnages debout qui se tiennent à une poignée accrochée au plafond. Il voit leur visage changer progressivement d'expression, et leur posture évoluer de concert. C'est une leçon de narration tout en nuance et en justesse.
Ce tome est à nouveau une réussite complète, incroyable de sensibilité, brossant le portrait d'une grande métropole, par petites touches (des scènes d'une, deux ou trois pages), en observant les individus évoluant dans différents endroits de la ville, avec à chaque fois un thème, celui du chapitre. le lecteur regarde un organisme complexe, expliqué par l'auteur qui met en lumière des flux, des comportements, des sons, des interactions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
l-ourse-bibliophile
  11 novembre 2013
Dans le premier tome (La Ville), on découvre la ville par des éléments insignifiants au premier abord : les perrons, une grille d'aération, le métro, les bouches à incendie, les détritus, etc. le second (L'Immeuble) raconte d'abord l'histoire de quatre personnes liées par un immeuble : un homme hanté par les regrets qui échoue à sauver des enfants, une femme qui renonce à son amour, un violoniste qui dépérit simultanément à la destruction de l'immeuble, un promoteur immobilier hanté par ce bâtiment. Suivent ensuite le Carnet de notes sur les gens de la ville qui traite du temps, de l'odeur, du rythme et de l'espace de la ville. le troisième enfin (Les Gens) est composé de l'histoire de trois personnes, trois invisibles.
Will Eisner, considéré comme le père des romans graphiques, porte un regard extrêmement sensible et acéré sur la ville dans cette trilogie. Ce n'est pas un éloge un peu guimauve de la ville, non, mais il dégage un amour très fort pour cet environnement. Mais la pauvreté est là, la cruauté aussi : morts, vols, viols se déroulent sous les yeux des gens indifférents ou, du moins, qui prétendent l'être pour se protéger. Tous des anonymes, des inconnus. Une femme et son bébé se jettent par la fenêtre pour échapper à l'incendie ; la huitième page du second tome est marquée par la mort d'un enfant. La ville est brutale et Will Eisner le montre tout au long de ces trois tomes.
Will Eisner possède un véritable don d'observation – peut-être aiguisé par les années – pour noter et croquer toutes ses vies, toutes ses nuances, toute cette différence qui se côtoie en ville. Sans aimer la ville, je reconnais que c'est quelque chose de fascinant, cette multitude de gens, de caractères, de styles qui vivent ensemble sans se regarder. Black City Parade : une ville, c'est vivant, c'est multiple, c'est des histoires qui cohabitent. Des histoires tristes et des histoires gaies que Will Eisner dessine. Certaines se racontent sur une seule planche, d'autres sur quelques pages. Certaines sont extrêmement bruyantes et bavardes, d'autres muettes.
Will Eisner rend le son de la ville, on entend les voix, les voitures, les klaxons en lisant ces livres. Je me suis sentie oppressée parfois : par la promiscuité, par ces murs qui enferment et bouchent tous les horizons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Noctenbule
  05 janvier 2014
Bienvenue au coeur du New-York de Will Eisner, une ville qu'il a toujours aimé profondément et qui lui rend bien sous son crayon. Ce premier tome, La Ville de la trilogie New-York, le dessinateur nous emmène dans la grosse pomme de sa jeunesse.
Maniant avec talent son crayon, il dessine d'un trait certain et souple le quotidien de ces quartiers surpeuplés où règnent le bruits et les odeurs. L'amour d'un quartier ne veut pas dire que l'histoire sera remplie de bons et gentils sentiments. Car ici, il dépeint avec réalisme tout en noir et blanc que cela soit le viol, le vol, la solitude ou le malêtre. Mais bien entendu, il croque également l'amour, la tendresse et l'amitié. Un ensemble qui me berce dans une douce mélancolie.
Une surprenante première lecture de Will Eisner qui m'a donné envie de continuer de découvrir plus qu'un dessinateur mais un passionnée d'images et de sentiments à transmettre.
Commenter  J’apprécie          70
DD78
  11 janvier 2020
Will Eisner est à priori un grand nom de la BD, mais comme vous avez compris que ce n'est pas trop mon truc, je ne le connaissais pas. Son oeuvre la plus connue est une trilogie sur New-York, dont "La ville" est le premier volet. de petites histoires sont racontées en noir et blanc sur une ou plusieurs planches. Il y en a des simplement descriptives, des drôles, et même des carrément tragiques. de mon point de vue rien de transcendant ni de révolutionnaire (quoi que le coup de crayon soit joli), mais suffisamment de quoi susciter ma curiosité pour avoir envie de lire les 2 autres volets. A suivre donc.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MarielinoMarielino   28 août 2009
Vue de loin la plupart des grandes cités ne sont qu’une accumulation de bâtiments, de populations nombreuses et de vastes superficies. Pour moi, cela ne représente pas la « réalité ». La grande ville telle qu’elle est vue par ses propres habitants constitue en revanche le véritable reflet de cette réalité. L’essence même de la ville se trouve dans les crevasses de son sol, et dans les recoins de son architecture, là où le quotidien s’insinue.
(Extrait de la préface du tome 1, par Will Eisner.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NoctenbuleNoctenbule   04 janvier 2014
Tout comme elle griffe le ciel en quête de plus d'espace, la ville creuse sous terre pour ses trajets journaliers, créant des catacombes de vaisseaux capillaires, ouvrant le passage aux trains qui la traversent de part en part. Parqué la nuit dans des cours nues de ses faubourgs, ils dorment jusqu'à l'aube, où un esprit invisible les disperse dans la marée de la vie urbaine. Reptile de fer sans humour, qui jacassent stupidement sur un gracieux réseau de rails métalliques, ils serpentent dans le dédale d'immeubles jusqu'à ce qu'enfin, trouvant la bouche d'un tunnel, ils plongent dans les entrailles de la ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NievaNieva   11 janvier 2014
Où existe-t-il une ville sans murs pour abriter son âme, étouffer ses cris et chorégraphier la danse de sa vie ? Si les murs sont là pour protéger et exclure, ne servent-ils pas aussi à contenir et emprisonner ? Alors servent-ils à aimer ou bien à haïr ? ... Tant il est vrai que les murs ne sont pas érigés par la nature.
Commenter  J’apprécie          40
NievaNieva   11 janvier 2014
Les bruits de la ville font partie intégrante de son architecture. Une symphonie sans fin qui lui est aussi personnelle que ses odeurs.
Commenter  J’apprécie          40
bibliophagebibliophage   14 août 2010
"La Ville" est une série de vignettes, les unes muettes, les autres pas ; certaines sont des histoires, d'autres de simples moments.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Will Eisner (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Will Eisner
L'histoire préférée de Will Eisner
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @actudufauve #partageonslaBD
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox