AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de virginie-musarde


virginie-musarde
  26 août 2017
La vie s'annonçait tranquille pour Jeannette : une vie parisienne, petite-bourgeoise, tranquille, certes perturbée par la guerre de 14 qui emmène son frère adoré dans les tranchées. Pourtant, dans sa solitude et son mutisme forcené, ce qui la fait vibrer, c'est la peinture ; à l'académie Colarossi elle respire, loin de la religiosité de ses parents, là elle ne s'ennuie pas. D'autant qu'elle tombe sur un drôle de gus, juif et rital, qui bouleverse son petit coeur de jeune vierge et l'entraîne dans les ateliers de Montparnasse entre beuveries et coucheries…

Elle peindra, s'émancipera, bien loin des conventions, croyant à force de folies se rapprocher de l'amour jusqu'à se défenestrer, enceinte de neuf mois, au surlendemain de la mort de Modigliani son amant.

Je ne connaissais pas Jeanne Hébuterne et ce roman d'Olivia Elkaïm m'a donné l'occasion de me pencher sur son oeuvre dans laquelle on sent l'influence de son amant ; elle n'était pas que sa maîtresse, elle ne respirait que pour l'amour, déchirée par la jalousie, accablée par la misère, en rébellion permanente contre son milieu (qui, à son enterrement le lui rendra bien ! On ne se suicide pas, chère demoiselle, dans la France catholique de l'après-guerre), et c'est ce beau portrait que dresse l'auteur, s'autorisant quelques libertés historiques…

Un roman passionnant et passionné, pas tout à fait une biographie, qui délivre un beau portrait de femme et laisse rêver au Paris des artistes, à la France de la Troisième République, percluse dans son conformisme...
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus