AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Ellane92


Ellane92
  04 avril 2016
Patrick Bateman est un golden boy dans les années 80 aux USA. Dans un monde des apparences, où chaque objet a un prix, où l'on n'achète que le meilleur, où chaque rapport sexuel est à hauteur du prix du restaurant dans lequel on dine avant, tout pourrait paraitre lisse et sans saveur, griffé Armani. Mais Patrick a des petits passe-temps bien à lui pour tromper l'ennui et donner un petit peu de piment à sa vie.


Quel livre, non mais quel livre !!! Je ne sais même pas si j'ai détesté ou adoré ! Et il m'aura fallu également pas mal de temps pour comprendre ce que me racontait ce livre. Et pour lui trouver une interprétation qui m'aille bien. A défaut d'autre chose, American Psycho aura testé ma résistance sur le descriptif d'habits, de mobilier, de restaurant, de fil dentaire, de femmes (oui, oui, dans l'esprit de Bateman, toutes ces choses sont de même niveau...), avant de m'horrifier par quelques passages tombant littéralement dans le gore, le porno, la torture la plus extrême. On trouve très peu de ces derniers éléments au départ, ils sont noyés dans les éléments du décor (au sens propre). Ils deviennent par la suite de plus en plus fréquents, au fur et à mesure que le délire de Bateman prend le pas sur sa réalité. du coup, Armani et consort, ça repose !
De nombreuses critiques évoquent American Psycho comme une critique acerbe (certes !) de la société capitaliste, libérale et consumériste, notamment américaine (pour moi, cela renvoie au premier mot du titre). Les personnes qui les ont écrites en parleront beaucoup mieux que moi ! Dans American Psycho, aujourd'hui, moi, je voudrais vous parler du côté Psycho. Et en premier lieu, du désert affectif dans lequel évolue notre héros. le monde tel que Bateman le voit, c'est un monde capitaliste, libéral et consumériste (la différence avec ce que je disais juste avant, c'est que là, je ne parle que du monde tel que le perçoit Bateman, son interprétation propre), dans lequel ce qui compte, c'est ce qui se voit, de préférence le plus cher et le plus clinquant. Tout se juge et se jauge à partir de critères rationnels et quantifiables, aussi bien la cravate que la musique (d'où quelques analyses amusantes de groupes de musique américains dans le livre!). Dans ce monde, ce qui est terrifiant je trouve, c'est l'interchangeabilité des choses, mais surtout des gens, au même titre que les chemises. Les noms sont interchangeables, les personnes, et même ces fameux traders côtoyés quotidiennement (on tuerait sa mère pour obtenir un nouveau portefeuille convoité). Il n'y a qu'à voir toutes ces références à, lors des diners entre collègues dans les restaurants à la mode, "ce ne serait pas untel ?", "ce ne serait pas la femme de celui-ci ?"... Alors les SDF, les prostituées, les petites amies mêmes, les animaux, on s'en cogne. S'il en manque à l'appel, il y en a des dizaine qui prendront la relève. Dans ce monde, Bateman lui aussi est interchangeable et non nécessaire, le statut n'a au final d'importance que sur le moment, et la vie n'a pas beaucoup d'intérêt. On est vivant aujourd'hui, on sera mort demain, quoi !
Bref, Ellis Easton nous fait entrer dans la réalité de Bateman, en nous faisant croire que c'est la réalité tout court. J'ai mis beaucoup de temps à voir cette différence, un peu plus de 500 pages quoi... Et pourtant, les indices trainent et sont semés tout au long du texte... Je me rappelle d'un dialogue entre Bateman et sa petite amie qui le gonfle, et à laquelle il ne répond pas poliment (quelque chose comme "ta gu*" ou "tu m'emm*"). Sauf qu'elle ne l'entend pas. Parce qu'il ne l'a pas vraiment dit, excepté dans sa propre réalité. Batemant navigue constamment entre fantasmes et réalités, une navigation largement facilitée par l'alcool et la drogue. Il est plein de routines, d'idées fixes, méticuleux à l'extrême, obsessionnel pourrait-on dire. Il ne rate jamais la diffusion du Patty Winters Show, au pire, il l'enregistre. Il loue toujours la même cassette vidéo porno. Et il s'éclate toujours en la voyant. Les misérables, chef d'oeuvre de la littérature française, revient tout au long de l'ouvrage, en référence. A se demander qui ils sont, ces Misérables là !
Et puis, quand Bateman tue l'un de ses collègues, ce dernier est pourtant vu plus tard, à Londres. D'ailleurs, quand il se rend à son appartement dont il a conservé les clés, il ne reconnait même plus le bâtiment ! Bref, des indices qui montrent le délire de Bateman, il y en a tout un tas, disséminés dans le texte, au lecteur de les prendre. Ou pas. Parce que le problème, c'est que tout ce qui est écrit parait diablement crédible, horriblement réaliste, toujours dans ce style froid et factuel. Il y a bien quelques moments d'émotion, au plus fort de la folie meurtrière et sadique, lors d'un concert de U2, de façon totalement inattendue, ou lors d'un diner avec sa secrétaire. Mais ces moments-là sont très rares. du coup, American Psycho apparait comme un livre ambigu laissant à chacun sa propre interprétation : fantasme, réalité, mélange des deux.
C'est une parodie poussée jusqu'au bout des travers de la société capitaliste des années 80, une critique sociale horriblement cynique, qui titille la part sombre qui est nous. Bateman y apparait comme un monstre engendré par ce monde, qui cherche en lui-même des limites qu'il ne trouve pas en-dehors, élargissant ainsi le cercle de la torture et de la mise à mort. Mais qu'on se le dise : serial killer ou pas, le business comme le sexe continuent de faire tourner le monde. Et ça, ça fait froid dans le dos ! Impressionnant !
Commenter  J’apprécie          701



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (64)voir plus