AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Guglielmina (Traducteur)
ISBN : 2264031913
Éditeur : 10-18 (28/02/2001)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 401 notes)
Résumé :
L'ennemi numéro un des partisans du "politiquement correct" a encore frappé. Après avoir révélé, dans "American Psycho", la face obscure des "yuppies", Bret Easton Ellis noue ensemble la dictature de l'apparence et la brutalité aveugle du terrorisme dans "Glamorama".

De New York à Paris, le narrateur, Victor Ward, ne sait plus distinguer la réalité de sa mise en scène. Son oscillation entre le monde glacé du "star-système" et ses divers représentants... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  19 août 2011
Alors que Bret Easton Ellis s'attaque, dans Glamorama, aux mêmes thèmes que dans American Psycho -le règne de l'apparence, la superficialité des relations humaines, la célébrité et tout ce qu'elle a d'inhumain- le traitement n'est pas le même.
Dans American Psycho, les conséquences d'un mode de vie individualiste à l'extrême débordaient sous forme d'agressivité mais la violence restait toutefois confinée au microcosme des personnages. Dans Glamorama, la violence s'est fait terrorisme. Personne n'est épargné. de la minute à l'autre, les campus remplis d'étudiants joviaux se transforment en champ de guerre, les passagers d'un avion –mode de transport représentatif de la classe jeune et dynamique des Etats-Unis- révèlent tout ce qu'ils ont de plus larvaire, de plus méprisant, lorsqu'ils se battent contre la mort alors que leur avion s'écrase au sol.
Que ce soit dans les grandes catastrophes ou dans les évènements les plus anodins d'une vie, la menace gronde toujours…
« Je fonce au premier étage de nouveau, à une vitesse inquiétante, me débattant dans la foule, trop de gens qui passent, trop de visages indistincts, que des profils, des gens qui me tendent des fleurs, des gens en train de parler sur leur portable, tous formant une masse ivre en mouvement, et je traverse l'obscurité complètement éveillé et les gens ne font que défiler dans la pénombre, constamment en route vers autre chose. »
Il en résulte une ambiance de malaise plus diffuse que dans American Psycho. En tant que lecteur, on se sent soi-même pris au piège. Cela ressemble à une conspiration. C'est finalement très actuel…
« […] il y a des plateaux de minuscules crackers tartinés d'autruche, de l'opossum sur des brochettes en bambou, des têtes de crevettes enroulées dans de la vigne, d'énormes assiettes de tentacules disposées sur des bouquets de persil, mais je ne peux rien avaler et je suis à la recherche d'un sofa en cuir sur lequel m'effondrer parce que je suis incapable de dire si les gens ne s'intéressent vraiment à rien comme ils en ont l'air ou s'ils s'ennuient à mort tout simplement. Quoiqu'il en soit –c'est contagieux. Les gens passent leur temps à chasser les mouches quand ils ne sont pas trop occupés à murmurer ou à se cacher. Je me contente de dire « Hi ». Je suis les instructions. C'est vraiment une fête alarmante et chaque invité est un monstre. C'est aussi un miroir. »
Le dégoût de l'humanité transparaît derrière chaque page écrite par Bret Easton Ellis. Un tel mépris, une telle joie à détruire les hommes, pourraient finir par lasser. Mais ici ce n'est pas le cas. L'humanité est décrite dans son aspect le plus répugnant. Rien n'est bon à en tirer. le nihilisme de Bret Easton Ellis est dangereusement contagieux, et les scènes d'hécatombe deviennent une victoire du bien sur le mal. Qui aurait envie de laisser vivre une humanité telle que celle décrite dans Glamorama ?
Autre particularité de Glamorama : les comportements de chacun semblent être ordonnés par un grand maître ultime. Figure divine ? Peu probable, à moins que les réalisateurs, metteurs en scène et autres techniciens du spectacle ne soient les incarnations d'une nouvelle religion polythéiste qui s'empare des hommes comme des comédiens d'un nouveau film. Leurs bouches prononcent des répliques dont ils ont à peine conscience, leurs gestes sont écrits à l'avance, rien n'est laissé au hasard. Complètement lobotomisés, les personnages agissent, courent, parlent, se déplacent, dans une absurdité d'autant plus criante qu'ils n'en comprennent pas le sens.
Là encore, le malaise s'accentue.

« Ce n'est que beaucoup plus tard que j'ai remarqué la présence de l'équipe de cinéma, y compris celle de Felix, le directeur de la photographie, bien qu'aucun d'entre eux n'ait semblé bouleversé, et puis un petit pan de brouillard a commencé à s'éloigner et j'ai compris que peut-être aucun d'entre eux ne savait rien à propos de Sam Ho et de ce qui lui était arrivé, la façon monstrueuse dont il était mort, comment sa main s'était contractée misérablement, le tatouage du mot ESCLAVE devenant flou à cause de l'intensité du tremblement de tout son corps. […]
Quelqu'un m'avait donné un autre verre de champagne et quelqu'un d'autre avait allumé ma cigarette qui pendait à mes lèvres depuis une demi-heure et je m'étais aperçu que ce que je pensais de moins en moins, c'était « Mais peut-être que c'est moi qui ai raison et eux qui ont tort » parce que j'étais docile, docile. »
Pour apprécier Glamorama, il faut apprécier le style de Bret Easton Ellis. Encore une fois, il s'agit d'un roman long, qui prend son temps pour planter le décor et pour laisser les personnages se mouvoir dans le vide sur quelques dizaines/centaines de pages.
On retrouve toujours les mêmes énumérations de noms, de prénoms, de marques, de vêtements, d'objets de décoration, passages d'une futilité d'autant plus criante qu'ils sont souvent accolés à des paragraphes d'une cruauté froide. Que l'on passe du rire jaune à la terreur la plus glaciale, le malaise ne disparaît jamais.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Aline1102
  16 octobre 2011
Ce livre était très spécial, avec des points positifs, et des choses plus négatives, qui m'ont assez énervée.
Commençons par les points négatifs.

Tout le monde, dans ce roman, appelle les autres baby. Même les hommes entre eux s'appellent baby. Ce qui fait que ce mot, déjà très agaçant en lui-même, revient à peu près 55 fois par page (j'exagère à peine!). En particulier quand Victor voit Chloé, sa petite-amie, vu qu'il a alors tendance à l'appeler :"baby, baby, baby". Ce qui rend ce petit surnom encore plus agaçant!
Certains dialogues entre personnages sont aussi assez énervants. Dans les toutes premières pages du roman, par exemple, alors que Victor prépare l'ouverture de la fameuse boîte de nuit, un certain dialogue m'a donné envie de jeter le livre à travers la pièce. Victor explique à JD, un type qui l'aide à préparer la grande ouverture de la boîte, que ce qui est à la mode est dépassé et que ce qui est dépassé est à la mode. Comme JD ne comprend pas, il répète cette phrase à Victor, qui la répète à JD, qui la répète à Victor,...comme ça jusqu'à ce que la fameuse phrase apparaisse environ 15 fois sur la page. Comme tous les personnages fument des joints et qu'ils prennent tous des drogues dures, je suppose que leurs neurones ne sont plus tout à fait en état de comprendre une phrase énoncée une seule fois, et qu'il faut donc la répéter encore et encore pour qu'elle se fixe dans leur cerveau. En attendant, cela a tendance à énerver la lectrice ou le lecteur normal(e) dont les neurones se portent très bien, merci pour elle/lui!

Par contre, Glamorama a aussi un énorme point positif (encore heureux!): la réflexion sur la superficialité et l'apparence.
Dans ce roman, Bret Easton Ellis met en scène des personnages qui veulent être célèbres. Ils sont prêts à faire quasiment n'importe quoi pour le devenir. Ainsi, toujours au début de l'ouvrage, on apprend que Victor a passé trois fois le casting pour une émission de télé-réalité de MTV (et qu'il a échoué les trois fois...). Je n'ai rien contre les gens qui veulent participer à ce genre d'émission, mais je pense quand même qu'il faut vraiment être désespéré pour vouloir être filmé quasiment 24h/24.
On assiste donc à une ronde de personnages presque ridicules, qui se rendent encore plus ridicules dans l'espoir de devenir célèbre et adulé: c'est à qui écrira le scénario de l'année, à qui portera le mieux les robes des créateurs, à qui gagnera le plus d'argent en posant pour Playboy. Au final, on se rend compte que les objectifs de tous ces personnages sont particulièrement malsains et, surtout, totalement déconnectés de la réalité. Pas étonnant qu'ils se sentent très mal quand leurs rêves ne se réalisent pas...
Je pense que cette réflexion est très actuelle, et c'est pour cela que j'ai choisi Bret Easton Ellis comme futur classique du XXIe siècle. Cet écrivain est particulièrement en phase avec les névroses de notre société, avec cette envie de s'exhiber à tout instant et à tout propos, avec cette tendance à croire que le moindre geste que l'on fait dans une journée intéresse tout le monde. Pour donner un exemple, je connais plein de gens qui racontent leur vie sur Facebook et je n'ai jamais compris l'intérêt de communiquer le menu de son déjeûner à ses 3.250 amis. Franchement, qui s'en soucie?
Victor et les autres semblent donc cristalliser les problèmes de notre époque, où chacun veut le quart d'heure de célébrité promis par Andy Warhol. Et si cela ne dure vraiment qu'un quart d'heure, ça fait très mal!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Fx1
  17 septembre 2014
Ellis continue ici son oeuvre de "mise à bas " de ce qui constitue le quotidien de plus en plus de personnes . Cet opus s'attaque principalement aux illusions de la société de consommation. La mise en abime fait trés mal . Dans le méme temps l'on est pas chez Pernaut , tout le monde n'est pas gentil , et le monde réel n'est pas une façade idéalisée . Cet opus est un petit peu plus accessible que les autres oeuvres d'Ellis , ce qui lui ouvre la voie vers un lectorat plus large . Pour autant l'on est pas ici au monde de Candy , le trait est incisif , peu aimable . Un roman d'Ellis c'est la garantie de se confronter à ce que l'on ne veut pas voir , surtout c'est la certitude d'ouvrir les yeux sur le monde réel qui n'est pas forcément celui que l'on veut voir . Il faut reconnaitre à Ellis sa constance et sa volonté de mettre à bas les apparences trompeuses .
Commenter  J’apprécie          181
Diegocuesta
  08 août 2015
Bon...J'ai fini Glamorama, croyez-moi ou non je n'ai pas tout compris mais croyez-moi ou non j'en suis ravi. Alors avant de commencer, attendez, hop, je prends un Xanax et une coupe de champagne.
Tout d'abord, au niveau de l'écriture, ceux qui ont apprécié d'autres livres de Bret Easton Ellis ne seront pas surpris : surabondance de noms de marques, de stars, nombreuses références à la culture pop, tonne de dialogues de sourds, de personnages inintéressants, de conversations qui n'ont pas de sens. Quand on a déjà lu d'autres B.E.E., en particulier American Psycho, on n'est pas plus surpris que ça. Si vous découvrez cet auteur avec Glamorama, accrochez-vous. Car si cette prose était volontairement excessive dans American Psycho (car elle est un moteur, une explication, un indice pour la critique globale), elle est dans ce livre ENCORE PLUS excessive. Et parfois même, un peu lourde et ralentissante. Les descriptions sont froides et cyniques, se limitant souvent à de simples énumérations (en particulier lors des attentats terroristes).
Dans ce livre, Bret Easton Ellis reprend sensiblement les mêmes critiques que dans American Psycho : la critique du monde de l'apparence, qu'il situe cette fois-ci non plus chez les 'golden boy traders' mais chez les top-models devenus dans cette fin des années 90 des véritables "modèles" au sens propre. Mais l'auteur vomit dessus, il ne va pas cesser de relier cette starification de la personne à la vacuité intellectuelle totale : "Plus tu es splendide, plus tu es lucide". Peu de surprises donc, si ce n'est qu'on sent dans ce roman que l'auteur va plus loin, toujours plus loin, jusqu'au bout quitte à nous déstabiliser.
En effet, si la première partie du livre est très classique pour du Bret Easton Ellis, sachez que la suite va vous rendre confus jusqu'au bout. On se retrouve dans des situations incompréhensibles et chaotiques, dans un puzzle irréalisable et l'on cherche des indices partout et on les trouve pas et on a envie d'abandonner et on se dit qu'on trouvera bien une explication à la fin et on termine et on est pas trop sûr d'avoir compris. le roman est devenu un vrai thriller, une vraie enquête mais un thriller d'où l'on ressort essoufflé, écoeuré, dégoûté, annihilé. Jusqu'à l'avant dernière partie, on cohabite avec un sentiment de malaise extrême, à chercher des solutions, des explications et quand l'auteur nous en donne c'est pour mieux nous dire plus tard qu'elle est fausse. Puis quand l'on pense que tout va mieux...Le malaise revient aussitôt.
Il faut savoir lire entre les lignes. Je ne comprends rien à la numérotation des chapitres de ce livre, je ne sais jamais si l'équipe de tournage est réelle ou fictive, je ne sais jamais si les confettis, le froid, l'odeur de shit sont vraiment présentes. Mais je m'en fous. Bret Easton Ellis est le roi de l'illusion, de la grande question de l'existence ou non d'une réalité. Dans cette oeuvre impressionnante de maîtrise, très lente et qui se mérite, il va au plus profond de la critique de ce qu'il dénonce...De ce dont il profite aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Woland
  19 octobre 2008
On ne peut pas dire que c'est la suite d'American Psycho même si Patrick Bateman y fait, au tout début, une très brève apparition de figurant.
Le roman est aussi moins violent en dépit de certaines scènes sanglantes. Rien de comparable pourtant avec les horreurs d'American Psycho.
Alors, voyons maintenant l'histoire. Touffue, très touffue et, comme d'habitude, on est pris à la gorge par la superficialité inouïe du monde (new-yorkais, si j'ai bien compris) que nous présente Brett Easton Ellis. Forcément, me direz-vous, le héros est un mannequin qui joue en fait les utilités au milieu de célébrités véritables. Mannequin bisexuel, acteur occasionnel dans des pubs ou des films de sous-série et, de façon générale, homme à tout faire pour ses riches amis. Il est aussi pas mal gigolo, j'ai trouvé.
En gros, Victor Johnson est devenu Victor Ward en devenant mannequin. Son père est en effet un sénateur très connu à Washington et susceptible de postuler à un rang politique plus important (ce qu'il fera d'ailleurs à la fin du roman.) C'est un beau gosse, pas trop bête d'ailleurs. Mais le genre de vie qu'il a choisi l'a fait s'orienter vers l'alcool, les drogues diverses (même s'il n'a pas sombré dans l'héroïne) et bien sûr les petites pilules genre Xanax. Ce que ce type avale comme Xanax quand il se retrouve à Paris, le tout arrosé d'alcool, c'est incroyable ! On se demande comment il fait pour tenir debout ! ... Une fois de plus, on retrouve l'habileté de l'auteur à nous suggérer que ce que voit et entend son personnage ne pourrait être qu'hallucinations ...
Victor vit avec un top-model, Chloé Byrnes. Mais, à la suite d'une coucherie de Victor, elle rompt avec lui. Victor ayant été contacté entretemps par un certain Palakhon pour aller retrouver en Europe l'une de ses anciennes camarades d'université, Jamie Fields. Trois cents mille dollars à la clef, ça ne se refuse pas, surtout quand on est, comme Victor, aussi assoiffé de luxe et de célébrité.
Malheureusement pour lui, les retrouvailles avec Jamie vont tourner au cauchemar. Un cauchemar que n'aurait pas renié Patrick Bateman : terroristes utilisant le statut de certains people pour faire sauter des bombes à Paris (on est en 1995) et enlever des fils de dirigeants, meurtres tous azimuts, complots par ci, complots par là ... A la fin, Victor ne sait plus qui il est et le lecteur se demande si l'auteur ne lui a pas fait voir l'action par les yeux de Victor et de sa doublure.
Un peu étouffant au début avec cette avalanche de noms à la mode et d'attitudes trop branchées pour être intéressantes, Glamorama prend son rythme après la rencontre avec Palakhon. Après ça, on ne lâche plus le bouquin.
Une question me trotte par la tête pourtant : Brett Easton Ellis inventera-t-il un jour des personnages évoluant dans un milieu autre que celui-là ? ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   19 août 2011
[…] il y a des plateaux de minuscules crackers tartinés d’autruche, de l’opossum sur des brochettes en bambou, des têtes de crevettes enroulées dans de la vigne, d’énormes assiettes de tentacules disposées sur des bouquets de persil, mais je ne peux rien avaler et je suis à la recherche d’un sofa en cuir sur lequel m’effondrer parce que je suis incapable de dire si les gens ne s’intéressent vraiment à rien comme ils en ont l’air ou s’ils s’ennuient à mort tout simplement. Quoiqu’il en soit –c’est contagieux. Les gens passent leur temps à chasser les mouches quand ils ne sont pas trop occupés à murmurer ou à se cacher. Je me contente de dire « Hi ». Je suis les instructions. C’est vraiment une fête alarmante et chaque invité est un monstre. C’est aussi un miroir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
arnaud_marnaud_m   31 août 2012
Une autre journée ensoleillée et plutôt douce, mais avec un vent debout constant, et je suis sur le pont de la piscine, une serviette à la main, un peu à la dérive, planant gentiment, barbe naissante de rock star, débardeur Gap moulant, lunettes de soleil baissées pour observer la fille qui est la Juliette Binoche totale si Juliette-Binoche-était-blonde-et-née-à-Darien-dans-le-Connecticut, allongée sur une chaise longue au milieu d’une rangée : grande, sculpturale, abdos d’enfer, un petit peu trop musclée peut-être, mais c’est compensé par les seins, gros et souples apparemment, sous la demi-chemise blanche transparente, les jambes galbées de rigueur, bien dessinées par l’impression léopard du pantalon Capri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MyrtleMyrtle   12 juillet 2015
Tu es au-delà du malaise. Tu te forces à les regarder. Tu t'empêches de tomber. Tu essaies de ne pas t'en foutre. Mais tu n'y parviens pas. Même si tu voulais, tu ne pourrais pas. Et maintenant, dans cette pièce, tu t'aperçois qu'ils le savent aussi. La confusion et le désespoir ne poussent pas nécessairement une personne à agir. Quelqu'un, chez ma première attachée de presse, m'a dit ça un jour. Et ça ne refait surface qu'aujourd'hui. C'est seulement maintenant que ça signifie quelque chose pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   19 août 2011
Au début, j’étais troublé par ce qui passait pour être de l’amour dans ce monde : on se débarrassait des gens parce qu’ils étaient trop vieux ou trop gros ou trop pauvres ou parce qu’ils avaient trop de cheveux, ou pas assez, parce qu’ils avaient des rides, parce qu’ils étaient à mille lieues d’être célèbres. C’était comme ça qu’on choisissait les amants. C’était ça qui décidait des amitiés. Et il fallait que je l’accepte si je voulais arriver quelque part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MirabeelleMirabeelle   19 août 2011
- Alison, dis je en me redressant un peu, Ils veulent aussi protéger les fruits et les légumes, OK ?
- Et alors ? C'est ça, protéger l'environnement !
- Baby, les pêches n'ont pas de mère.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Bret Easton Ellis (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Bret Easton Ellis
Mika BIermann Sangs éditions P.O.L: où MIka Biermann tente de dire pourquoi il a voulu écrire un roman horrible et insupportable après avoir lu "Justine où les Malheurs de la vertu" de Sade et "American Pyscho" de Bret Easton Ellis, à l'occasion de la parution aux éditions P.O.L de "Sangs", à Marseille le 12 février 2017 "Chez les Romains, « famille » signifiait réunion de serviteurs ou d?esclaves. Dans l?analyse marxiste, la famille a une origine purement économique et intéressée. C?est aux États-Unis dans les années soixante que l?amour est déclaré ciment familial. Ça va saigner."
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

American Psycho

Qui est le personnage principale ?

Patrick Bateman
Timothy Price
Paul Allen
Georges Batman

5 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : American Psycho de Bret Easton EllisCréer un quiz sur ce livre
.. ..