AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782355847950
432 pages
Éditeur : Sonatine (02/04/2020)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :
La vérité est plus forte que tout.

C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain…
Quand soudain, rien : le président ne mourra pas ce jour-là. En revanche, peu après, le photojournaliste Mitch Newman apprend le suicide de son ex-fiancée, dans des circonstances inexpl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Waterlyly
  12 mai 2020
Dallas, novembre 1963. Lee Oswald va rater sa cible, et Kennedy ne sera pas assassiné.
Washington, juillet 1964. Alors que pour Kennedy la course électorale afin de se faire réélire pour un deuxième mandat fait rage, Mitch, un jeune journaliste-photographe free-lance va apprendre une terrible nouvelle. Son ex-compagne Jean, celle-la même qu'il devait épouser il y a dix ans, est retrouvée morte. Elle se serait suicidée. Mitch, qui a bien du mal à y croire, va débuter une enquête qui le fera marcher sur les pas de Jean. Cette dernière était aussi journaliste et semblait s'intéresser de près à Kennedy. Que s'est-il réellement passé ?
Sous forme d'uchronie, qui n'est pas sans rappeler celle de Stephen King et son fameux « 22/11/63 », Ellory nous propose une véritable petite pépite sous fond d'intrigues politiques, de disparitions mystérieuses et de noirceur.
Je ressors essoufflée de ce thriller mené tambour battant. Je n'ai décelé aucune fausse note à un postulat de départ qui peut sembler avoir été revisité maintes fois. Pourtant, Ellory fait ressortir son récit de manière indéniable, puisqu'il en maîtrise tous les tenants et aboutissants et tous les codes de ce genre littéraire qu'est le roman noir.
J'y ai retrouvé une originalité époustouflante durant tout le récit. Bien évidemment, Ellory prendra des libertés, puisque pendant toute la fin de l'année 1963 et la moitié de l'année 1964, il va imaginer ce qu'aurait été le quotidien de Kennedy pendant sa présidence et comment se serait déroulée la campagne électorale. Ellory ne nous rend pas forcément la figure de Kennedy sous un jour très favorable, bien au contraire. Il la fait plutôt évoluer sous bien des travers, tels que trahisons et complots.
L'enquête de Mitch est des plus réussies. Elle m'a tenue en haleine tout au fil des pages, et j'ai été en immersion totale. Ellory s'est rénové avec ce récit, que j'ai trouvé être l'un de ses meilleurs opus, mais a gardé ce qui fait la force de ses romans, à savoir les personnages torturés. C'est le cas ici avec Mitch. Je l'ai trouvé très attachant et son parcours et ses méandres intérieurs m'ont beaucoup émue. J'ai eu une grande empathie pour lui. C'est l'un des personnages qui m' a le plus touchée dernièrement.
Tout au fil des pages, la famille de Kennedy va faire son apparition, que ce soit son frère Bobby, sa femme Jackie , ou même sa fille Caroline. Ellory a su romancer le tout et tisser des intrigues au sein de ce clan si mythique. Ce ne sera pas le point central de ce roman, malgré tout, puisqu'il se concentre davantage sur les recherches de Mitch.
La plume est toujours aussi particulière. le style de l'auteur est puissant et empli de noirceur. Lorsque je lis un roman d'Ellory, je sais que l'auteur ne se contentera pas de rester en surface. Il apporte une densité unique et un relief impressionnant à son récit. Cependant, à la différence de ses autres romans, j'y ai retrouvé davantage de rythme et beaucoup moins de langueur dans le déroulé de l'histoire. J'ai du coup encore plus apprécié cette lecture, les pages ayant défilé sans même m'en rendre compte.
Une uchronie où l'auteur revisite l'un des événements les plus marquants de l'histoire politique, et où sous fond d'intrigues, de disparitions, de mystères, un personnage principal torturé devra mener une enquête haletante. C'est une réussite totale et c'est un roman à ne pas manquer.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
lirado
  15 mai 2020
Merci à Netgalley et aux éditions Sonatine pour m'avoir fait découvrir le dernier R.J Ellory en avant-première et vous livrez ici mon opinion sur ce nouveau roman de cet auteur que je connaissais déjà pour avoir lu Les Anonymes, il y a quelques années.
John Fitzgerald Kennedy est sûrement le président américain dont on se souviendra encore longtemps tant pour ce qu'il a fait lors de la guerre froide et pour les droits civiques, que pour son assassinat, source de théories et complots en tout genre. R.J Ellory propose un roman atypique sur un sujet vu et revu. le pari est énorme mais plutôt bien réussi de mon point de vue.
Ainsi Ellory imagine que Lee Harvey Oswald n'a pas réussi à tuer le président ce fameux jour de novembre 1963. Dans le même temps, un obscur journaliste-photographe raté, Mitch Newman, décide, après le suicide inexplicable de son ex petite - amie, de reprendre l'enquête que cette dernière menait sur les Kennedy. C'est à travers les investigations de Mitch que R.J Ellory va raconter les Kennedy et offrir une vision possible des circonstances de son assassinat.
Je ne suis pas une grande connaisseuse de l'histoire de Kennedy mais j'ai vu beaucoup de films, notamment, sur le sujet. La vision de R.J Ellory dans son roman est intéressante car elle renverse l'image idyllique et funeste que j'avais de ce président. Les films américains que j'ai pu voir avaient en effet plutôt tendance à mettre en exergue les aspects positifs de sa présidence et le tragique de son assassinat, plutôt que les magouilles et les "coucheries" de l'homme. Un choix audacieux de la part de l'auteur.
Le roman n'est pas seulement passionnant pour la vision qu'il donne de Kennedy, il l'est aussi pour la manière dont R.J Ellory raconte l'enquête menée par Mitch Newman. Sans fausse note, avec un rythme bien calibré, nous sommes en immersion totale et nous nous laissons porter par les découvertes et investigations de Mitch, d'une grande crédibilité. le personnage de Mitch est en lui-même attachant et son histoire personnelle, qui se découvre aussi au fil des pages, est également touchante.
En conclusion, le jour où Kennedy n'est pas mort est un roman bien construit où les événements et découvertes semblent naturels. Une intrigue passionnante qui revisite l'assassinat le plus célèbre du XXème siècle sous un angle aussi surprenant que convaincant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Amnezik666
  11 mai 2020
Fichtre ! Diantre ! Palsambleu ! Aurai-je basculé dans la quatrième dimension à l'insu de mon plein gré ? V'là t'y pas que je découvre que JFK n'a pas été assassiné à Dallas le 22 novembre 1963. Que nenni, son escapade texane s'est déroulée sans incident majeur à signaler…
Pardon ? Aaah, OK, c'est un roman ! Sacré Stephen King, il m'a foutu une trouille bleue sur ce coup. Mais bon faudrait qu'il se renouvelle, le coup JFK il nous l'a déjà fait, et brillamment fait même, avec l'excellent 22/11/63.
Arrête… tu déconnes là ! C'est le point de départ du dernier bouquin de R.J. Ellory… Bin voyons, et moi j'suis la reine d'Angleterre ! R.J. Ellory est un auteur de polars et de thrillers, pas le genre à se lancer dans une uchronie, me prends pas pour une quiche.
Et bin si, mes ami(e)s ! Enfin pas tout à fait quand même. Si le point de départ du dernier roman de R.J. Ellory repose bel et bien sur une uchronie (tout est dit dans le titre : le Jour Où Kennedy N'Est Pas Mort), c'est dans un registre 100% thriller que l'auteur place son intrigue.
R.J. Ellory nous propose donc de retrouver JFK et son équipe, dirigée par son frère Bob, en course vers un second mandat… sauf que les choses sont loin d'être gagnées d'avance ! Ah oui j'oubliais, non content d'épargner JFK, l'auteur va surtout s'intéresser au(x) côté(s) obscur(s) du personnage. Il va en effet fouiner sans concession au-delà de l'image d'Épinal du beau et fringant jeune homme charismatique qui sentait bon le sable chaud…
Perso c'est une approche qui ne me choque nullement, je me méfie des individus que l'on dresse sur un piédestal. D'autant que post mortem, de nombreuses enquêtes ont révélé les travers et frasques du faux-cul au sourire Colgate. Et puis franchement, de vous à moi, on a plus de chance dans une vie de croiser une licorne chevauchée par le Père Noël qu'un politicien plus blanc que blanc (compétent, honnête, intègre et tutti quanti). Depuis le temps, ça se saurait si ça existait !
Si JKF n'est pas mort, il n'en va malheureusement pas de même pour Jean Boyd, jeune reporter ambitieuse et tenace. La jeune femme se serait en effet suicidée un triste jour de juillet 1964… c'est en tout cas la version officielle. Sauf que pour Mitch Newman c'est purement et simplement impensable ; le suicide ne colle pas à la personnalité de Jean Boyd. Il le sait, il en est convaincu… même s'il ne l'a pas revu depuis presque 15 ans, suite à son départ pour la Corée qui sonna le glas de leurs fiançailles et de leur idylle.
Un JFK vivant, une Joan Boyd morte et un Mitch Newman en plein questionnement… R.J. Ellory a désormais toutes les cartes en main pour nous mitonner une intrigue aux petits oignons comme il sait si bien le faire.
Et une fois de plus le Top Master Chef Ellory ne nous déçoit pas. Avec lui pas de cauchemar en lecture, c'est que du bonheur ! Son intrigue est rondement menée et saura rapidement captiver le lecteur (malgré les introspections un tantinet répétitives et une tendance poussée à l'auto apitoiement de Mitch).
La plongée dans les coulisses du pouvoir, et notamment celles du clan Kennedy, est totalement crédible et convaincante (sans perdre de vue toutefois que l'on est dans le domaine d'un futur possible et non d'un vécu historique). Pas besoin d'être un expert en politique international pour comprendre les enjeux et la façon dont chacun va déplacer ses pions pour arriver à ses fins.
Bien qu'écrit à la troisième personne, l'essentiel du roman est le reflet de la façon dont Mitch perçoit et analyse les événements. Un détail que peut paraître insignifiant, mais soyez assurés que ce choix narratif est tout sauf anodin.
Petit bémol pour la fin qui me laisse un arrière-goût d'inachevé en bouche, même si on devine aisément les conséquences de l'ultime découverte de Mitch.
Pour finir cette chronique, je vous laisse méditer sur la question que R.J. Ellory pose dans sa postface.
Si Kennedy n'était pas mort en novembre 1963, garderait-on le même souvenir de lui, ou aurait-il rejoint les rangs des disgraciés ?
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
HQL
  01 juin 2020
Depuis son médiatique assassinat à Dallas le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy n'a cessé d'alimenter l'imagination d'écrivains ou de scénaristes, transportant le plus jeune président élu des États-Unis d'Amérique dans une sorte de panthéon de la mémoire collective. Il faudrait en effet avoir aujourd'hui plus de soixante ans pour pouvoir prétendre avoir un quelconque souvenir de cet évènement et pourtant, pas une année ne passe sans que JFK, son ascension sulfureuse et sa fin tragique, ne se retrouvent au coeur d'une quelconque actualité, fut-elle littéraire.
Et il faut tout le talent d'un écrivain que j'adore sans aucune réserve, Roger John Ellory, pour revisiter l'histoire sans nous ennuyer en écrivant cette superbe et passionnante uchronie qui sortira dans quelques jours chez vos libraires, toujours chez Sonatine, dont le catalogue est incroyablement riche de romans parfaits.
Mitch Newman est un photo-reporter sans grand talent, assez solitaire, rongé par l'alcool, le traumatisme de quelques mois passés à couvrir la guerre de Corée et la solitude qu'un chagrin d'amour avec la flamboyante Jean Boyd aura laissé. C'est justement quand il apprend, après quinze ans sans avoir eu de ses nouvelles, qu'elle se serait suicidée dans son appartement, que sa vie bascule. Pour lui comme pour celles et ceux qui côtoyaient Jean, difficile de penser que cette jeune journaliste talentueuse, flamboyante et opiniâtre ait pu choisir de s'ôter la vie par elle-même.
Pour sa mère Alice autant que pour lui, il se lance sur les pas de sa dernière enquête, non sans mal car tout semble auréolé de secrets et Mitch ne tardera pas à comprendre que des enjeux bien supérieurs à ceux qu'il aurait pu imaginer sont probablement dans l'ombre de cette enquête. de Dallas à Washington, il poursuivra son enquête dans le sillage du président Kennedy et de son entourage, partira à la recherche de Lee Harvey Oswald, interrogera toutes celles et ceux qui pourraient l'aider à comprendre pourquoi, où pour qui, Jean était devenue trop gênante.
L'histoire est brillamment construite, je vous dirais sans surprise car c'est une habitude des romans d'Ellory, et j'ai autant aimé l'aspect polar, enquête et suspens que de me plonger dans une histoire que je ne connais que de très loin en découvrant la face cachée de ce jeune président qui, finalement, semblait destiné à devoir mourir.
Lien : http://www.hql.fr/le-jour-ou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
sorayabxl
  08 mai 2020
Le jour où Kennedy n'est pas mort de Roger Jon Ellory (« R. J. » Ellory) est un roman policier d'histoire alternative qui imagine ce qui aurait pu se passer si Lee Oswald avait raté sa cible en novembre 1963. JFK aurait-il remporté un second mandat à la Présidence des Etats-Unis ? Quelle image aurait-il laissé à la postérité ?
L'action du roman est concentrée sur deux mois : juillet et en août 1964. Kennedy est toujours vivant, mais il est en mauvaise posture pour remporter l'investiture démocrate en vue des élections. Problèmes de santé, tensions internationales, infidélités…. L'image du jeune président progressiste et ambitieux commence sérieusement à s'écorner.
C'est dans ce contexte politique que Jean Boyd, une journaliste politique talentueuse, est retrouvée morte dans son lit. Elle enquêtait sur une possible affaire de corruption liée à l'élection de Kennedy en 1960. Son ex petit ami, Mitchell Newman, lui-même journaliste, refuse de croire à un suicide. Alors que sa propre carrière est à la dérive, il décide de tout plaquer pour partir sur les traces de Jean et comprendre ce qui a pu causer sa mort. Une enquête d'autant plus douloureuse qu'elle réveille les souvenirs de sa rupture, au moment de son départ pour la Guerre de Corée.
Le jour où Kennedy n'est pas mort mort (Three bullets pour le titre original en anglais) est davantage un roman policier qu'un roman historique. Toutefois, j'ai trouvé les passages consacrés au contexte politique des années 1960 plus intéressants que l'intrigue policière. L'enquête de Mitch le mène à de longues scènes d'introspection : Pourquoi Jean a-t-elle refusé de le revoir à son retour de Corée ? Qu'aurait été sa vie s'ils étaient restés ensemble ? Cherche-t-il à comprendre la cause de sa mort par amour ? Ou bien par égoïsme, pour se racheter une conscience ?
Dans l'épilogue, R. J. Ellory explique qu'il s'est inspiré de faits bien réels, même s'il prend quelques libertés avec l'Histoire. de nombreuses conquêtes connues ou supposées de JFK sont en effet mortes dans des circonstances troublantes, la plus célèbre étant bien sûr Marilyn Monroe. En tentant d'élucider la mort de Jean (personnage fictif), Mitch se trouve confronté au côté sombre du « mythe Kennedy ». Derrière l'image iconique du golden boy de la politique, le 35e président américain avait en effet beaucoup de choses à cacher…
J'ai aimé…
• le personnage Mitch, un journaliste raté hanté par ses échecs mais attachant par son obstination à découvrir la vérité.
• L'incursion dans les coulisses du pouvoir, et notamment les relations entre JFK et son frère « Bobby » (Robert Francis) Kennedy, alors Procureur général des États-Unis.
J'aurais aimé…
• Moins d'introspection. le rythme de l'enquête paraît parfois un peu lent et les considérations de Mitch sur sa relation passée avec Jean un peu répétitives.
• Ne pas rester sur ma faim concernant les motivations du complice d'Oswald. Malgré une accélération de l'intrigue dans les derniers chapitres, le dénouement a un goût d'inachevé.
Lien : https://histfict.fr/le-jour-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   21 novembre 2019
Jack Kennedy stood in the doorway of his wife's bedroom. She was fixing her hair, and though he knew she could see him, she made a point of ignoring him.
'Did you hear the speech?'
'I did,' she replied.
'What did you think?'
Jackie hesited. She closed her eyes for just a second, and then she turned and faced her husband. 'I think it was wonderful, Jack. I think it was perfect and beautiful and eloquent and that you are the greatest man that ever walked the face of the earth, and please don't come any closer because I can smell cigarettes and perfume on you and it just disgusts me.'
'Jackie...'
'No, Jack. Don't Jackie me. This time I don't even want to know who it was or where it was, or how many times you've seen her before. Was she a showgirl or a pretty journalist or some party contributor's daughters, or was she just some intern from the press office? You know what? I don't care, Jack. I really don't care.'
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Amnezik666Amnezik666   07 mai 2020
Lorsqu’ils arrivaient à la fin de leur vie, les gens ne pleuraient pas à cause des choses qu’ils avaient faites, mais uniquement à cause de celles qu’ils avaient laissées passer.
Commenter  J’apprécie          50
Amnezik666Amnezik666   11 mai 2020
Il buvait trop. Il le savait. Mais pour être honnête, il s’en foutait. S’il mourait, il mourrait sans s’en rendre compte.
Commenter  J’apprécie          50
Amnezik666Amnezik666   08 mai 2020
Une personne pouvait changer, mais le passé demeurait à jamais le même.
Commenter  J’apprécie          30
Amnezik666Amnezik666   08 mai 2020
Un héros ne meurt qu’une fois, mais un lâche meurt mille fois.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de R. J. Ellory (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de R. J. Ellory
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Long Island de Christopher Bollen aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/105415-divers-litterature-long-island.html • Manhattan de Christopher Bollen aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/72286-divers-litterature-manhattan-people.html • Un si joli crime de Christopher Bollen aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/1039316-nouveautes-polar-un-si-joli-crime.html • Retour de service de John le Carré aux éditions Seuil https://www.lagriffenoire.com/1041850-article_recherche-retour-de-service.html • L'Énigme de la Chambre 622 de Joël Dicker aux éditions de Fallois https://www.lagriffenoire.com/1036950-romans--l-enigme-de-la-chambre-622.html • Les Derniers Jours de nos pères de Joël Dicker aux éditions de Fallois Poche https://www.lagriffenoire.com/26991-pile-poche-les-derniers-jours-de-nos-peres-poche.html • Mindhunter - Dans la tête d'un profileur de John Douglas, Mark Olshaker aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/129668-livres-preparation-ecole-public-mindhunter-----dans-la-tete-d-un-profileur.html • le Jour où Kennedy n'est pas mort de R.J. ELLORY et Fabrice POINTEAU aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1041893-article_recherche-le-jour-ou-kennedy-n-est-pas-mort.html • Vie et mort de l'homme qui tua John F. Kennedy de Anne-James Chaton aux éditions P.O.L. https://www.lagriffenoire.com/1036535-divers-litterature-vie-et-mort-de-l-homme-qui-tua-john-kennedy.html • L'Affaire La Pérouse de Anne-James Chaton aux éditions P.O.L. https://www.lagriffenoire.com/1041896-article_recherche-l-affaire-la-perouse.html • Bad Man de Dathan Auerbach et Nathalie Peronny aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1041240-nouveautes-polar-bad-man.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, @Gérard Collard & @Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionspoints #editionscalmannlevy #editionsseuil #editionsdefallois #editionssonatine #editionspol #editions1018
+ Lire la suite
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1866 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre