AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782355843129
496 pages
Sonatine (30/11/-1)
4.03/5   355 notes
Résumé :
Combien de temps peut-on échapper à sa conscience ?

Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre son identité officielle, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (100) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 355 notes

gruz
  30 septembre 2016
Si quelqu'un tente de vous raconter cette intrigue, tuez-le.
Si un lecteur veut vous détailler ce qui s'y déroule, étripez-le (et si vous souhaitez le faire souffrir avant, sachez que vous trouverez d'imaginatives idées dans le roman).
Et pourtant, il y a tant à dire sur ce roman (comme tous ceux de ce génie qu'est Ellory).
R.J. Ellory n'est pas du genre à se reposer sur ses lauriers. Une fois de plus, il nous propose un récit différent sur lequel il a imprimé sa patte inimitable. Une histoire sombre, très noire, bourrée de surprises et plutôt dérangeante.
Attendez-vous à côtoyer de (très) près un homme aux deux visages, le portrait d'un antihéros par excellence. Un personnage qui, au premier abord, a toutes les caractéristiques du sale type, un gars qui a perdu le sens des valeurs. Qui a perdu son âme et son coeur.
Un récit dur, où la lumière doit se battre pour se faire une petite place dans les ténèbres et toute cette noirceur. Elle n'en devient que plus forte quand elle est ainsi distillée avec parcimonie.
Ellory revient à un roman contemporain, une peinture d'une partie de notre société actuelle. Comme à son habitude, rien n'y est jamais ni tout blanc ni tout noir.
C'est pour le moins déstabilisant de se trouver aussi proche d'un personnage si malsain qu'il en a perdu de vue l'essentiel. Il faut un temps d'adaptation pour accepter de passer 500 pages avec un homme qui fait passer ses actions très douteuses à coups d'alcool et de cachets en tous genres.
Et c'est là le premier exploit d'Ellory : arriver à nous faire entrer en empathie avec un homme mauvais qui tente de changer. Un acte peut-il effacer l'ardoise ?
Ce Vincent Madigan est un oxymore personnifié, bourré de contradictions dans ses pensées et par ses actes. L'auteur nous fait vivre ses antagonismes au plus près, au travers d'une narration qui mélange les descriptions et la sombre voix intérieure du personnage.
Un coeur sombre est un vrai polar mais aussi un prétexte pour amener à de nombreuses réflexions. R.J. Ellorya fait d'ailleurs évoluer son écriture pour mieux s'immerger dans cet univers. le style est parfois cru mais toujours très profond. de l'art de se remettre en cause pour se renouveler et de modifier sa plume pour s'adapter à la petite musique intérieure du personnage central. Même s'il est parfois un petit peu bavard dans le premier tiers du roman. Mais l'auteur est tellement doué, que ce sentiment fugace s'efface vite.
Une fois lancée, cette histoire, pleine de rebondissements plus étonnants les uns que les autres, donne l'occasion à l'auteur de partager une certaine vision de notre société. Une perception sombre sur le déclin de certaines institutions américaines corrompues (mais qui pourrait parfaitement s'appliquer à l'Europe).
Un environnement où le personnage s'est longtemps imposé une règle « simple » : manger pour ne pas être mangé. Un récit sur la perte de foi, où la rancoeur, l'amertume, la frustration et la désillusion ont pris le pas sur le reste. Très noir, je vous l'ai dit.
Un coeur sombre est tout autant un polar ébouriffant que le formidable portrait d'un homme perclus de doutes et de culpabilité. Une description fascinante de la manière dont on se retrouve à basculer du coté obscur, et une vision pessimiste de l'existence.Ellory fait dire à son personnage que :« Tout ce qui peut aller de travers ira de travers ».
On peut tout fuir, sauf sa conscience et elle naît parfois de ses remords. A travers une intrigue qui tourne à la partie d'échecs, l'écrivain surdoué nous parle aussi de culpabilité et d'une possible rédemption. Seul ou à travers les autres. Mais je ne vous dirai pas si cette quête à un sens, sinon vous devrez me tuer.
Un coeur sombre est le genre de roman qui ne peut laisser de marbre, qui prend à la gorge autant par l'action que par ce qu'on ressent, même si cette fois-ci les émotions sont très ténébreuses. Une nouvelle formidable réussite d'un R.J. Ellory qui sait se renouveler pour brosser toujours plus finement son tableau de l'âme humaine. Pour ça, il a un talent véritablement unique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          503
Stelphique
  21 octobre 2016
Ce que j'ai ressenti:…Une lueur dans une sombre histoire…
« Il y a d'ordinaire une manière de bien faire les choses, mais il y a d'innombrables façons de les foirer. »
Prendre un R.J.Ellory en main, et aller chercher un coeur sombre est une aventure qui ne se fera pas sans risque: une jolie virée en montagne russe de turbulences sensationnelles…Accrochez vous bien le votre, de coeur, car vous risqueriez de le perdre au détour d'une page, ou d'une action. Il a un don cet auteur: un don d'écriture extraordinaire, une sensibilité humaine exacerbée, un conteur d'émotion. Je suis surprise à chaque fois d'être autant touchée par sa plume, mais c'est indéniable, la magie opère…
« Cinq minutes en ta compagnie constitueraient le meilleur argument possible en faveur de la stérilisation obligatoire . »
Cet auteur arrive à nous faire aimer l'impossible, à raconter l'incroyable, à partager l'intime. Son personnage principal frôle tous les codes du pire, mais avec cette petite once d'espoir de rédemption, on se met à l'apprécier, à se ranger du côté de ses pensées, à traverser tous les enfers de ses rues sombres. Même avec ses addictions douteuses, ses actions foireuses, et sa vision d'avenir nébuleuse, on veut y croire à, ce sursaut de conscience. C'est tout le talent de Monsieur Ellory, arriver à nous suggérer de l'empathie pour un homme qui, à première vue, ne le mérite pas…
« La vie est négative. Les gens sont négatifs.
Réveille-toi et sens l'odeur du désespoir. «
La tension de ce livre tient autant à ,cette partie d'échecs ultra serrée entre ses deux hommes qui sont passés de l'autre côté de la ligne, mais aussi, à cette envie de voir le genre humain obtenir, une seconde chance…Elle est autant rythmée que psychologique, c'est pour cela, que Un coeur, même sombre, se doit d'être là, bien accroché. Impossible donc de lâcher ce livre, les actions s'enchaînent trop vite, avec trop d'impacts sur les personnages bien sur, mais sur nous, lecteurs également. On traverse l'envers du décor du métier de flic, on sent leur pouvoir restreint, et on ressent leur échec…Et c'est très dérangeant, ce sentiment qui nous accompagne, car c'est bel et bien le reflet de notre société.
Je trouve que le proverbe suivant illustre à merveille ce roman: « L'enfer est pavé de bonnes intentions ». Ce grand auteur nous le prouve en près de 500 pages, nous emmenant toujours plus loin dans un enfer de rues, de mafia, de violence, de drogues et d'affrontements sanglants. Tenu en haleine par cette atmosphère étouffante, cette lecture laisse des traces sur nos esprits, et assombrit le coeur, mais pour ce qui est du plaisir de lire un excellent polar, on touche de près la perfection.
Coup de coeur pour Coeur sombre!

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
Deslivresalire
  08 juin 2020
Vincent Madigan est un flic véreux, mais aussi l'homme de main de Sandià, "usurier, bookmaker, dealer, maquereau, Roi d'East Harlem".
Et Madigan a aussi des dettes.
Pour les rembourser il va tenter de voler Sandià lui-même, en braquant ses sbires et en raflant 400 000$ d'un coup, avec trois complices.
Mais le braquage tourne au drame, d'abord avec ses trois acolytes, ensuite avec cette gamine de 9 ans qui était chez Sandià et qui a pris une balle perdue.
Revenu comme flic en charge de l'affaire, Madigan sera pressé de toutes parts, y compris par Sandià -qui ignore son implication- de retrouver le coupable et de s'assurer que la fille reste en vie.
Comment faire avancer une affaire dont il ne doit pas trouver le coupable ?
Qui est cette fille pour que Sandià, bandit sanguinaire, se préoccupe de sa santé ?
Et ce type, des affaires internes qui fourre son nez partout...
A mon avis :
Il y a du Quentin Tarantino et son "Jackie Brown" dans l'atmosphère de ce livre. Cette impression que tout se déroule comme dans un scénario bien rodé, où tout est prévu, calculé et prévisible, mais avec une tension sous-jacente qui ne quitte pas le lecteur, et des rebondissements inattendus.
Et puis il y a aussi ce qui fait le titre de l'ouvrage : ce coeur sombre, celui de Madigan, flic perdu, qui a tout raté, dans sa vie professionnelle comme personnelle et qui sera éternellement poursuivi par ses démons et ses ennemis, mais qui tente une hypothétique rédemption.
C'est donc l'atmosphère qui nous marque d'abord, mélangée à cette histoire bien ficelée et dans laquelle on est entraîné par des personnages profonds, qui ont de la consistance et de l'intérêt.
Bref, peu de critique à formuler sur ce récit, qui suit son cours irrésistiblement, si ce n'est peut être un manque global d'originalité et quelques longueurs lors des réflexions du héros, mais qui permettent néanmoins d'en cerner la psychologie et la noirceur.
Sans doute pas le meilleur RJ Ellory, mais une valeur sûre néanmoins...

D'autres avis sur d'autres lectures, à retrouver sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Giraud_mm
  19 avril 2019
Vincent Madigan aurait pu être un bon flic, mais il a tout raté dans sa vie : menteur né ; mauvais mari et mauvais père ; addict à l'alcool et à diverses drogues ; joueur sans chance ou intuition accumulant les dettes de jeu ; flic ripoux à la solde de Sandià, le caïd de East Harlem. Une seule issue s'offre à lui : braquer une équipe du caïd pour rembourser ses dettes, offrir une voiture à sa faille aînée et quitter New York. Mais rien ne se passera comme prévu : le casse tourne mal et Madigan s'enfonce toujours plus. Tous les plans qu'il échafaude pour tenter de se sortir de ce mauvais pas semblent se retourner contre lui. Mais il garde au fond de lui une lueur d'espoir, et nous un petit espoir de rédemption pour lui...
Un roman très noir où R.J. Ellory explore les pires ombres de l'âme humaine : celle de Sandià, chef de bande sans scrupule mais attaché à sa famille et, surtout, à son image et à son territoire ; celle de Vincent Madigan, qui a laissé le mensonge, les plaisirs immédiats et l'attrait d'une vie "facile" dominer son existence ; celles des petits truands, Bernie, Fulton, Landry ou Williams, obnubilés par l'argent facile ; celles des flics, souvent aux limites de la légalité, parfois bien au-delà. Âmes noires et sang rouge...
Sur ce fond rouge et noir, deux touches de couleur invitant à un peu d'optimisme : Melissa, la fillette blessée lors du braquage, et Isabella, sa naïve maman ; deux biches égarées au milieu d'une horde de loups, que Madigan s'efforcera de protéger dans un ultime espoir de survie.
Sauf erreur, le roman n'est pas daté. On aurait peine à croire que l'histoire se déroule dans le New York des trois dernières décennies. Mais on a tant lu, vu et entendu sur les collusions de la police et de la pègre, à New York ou ailleurs, par exemple à Chicago, dans les trois premiers quarts du vingtième siècle, qu'on se laisse vite prendre par l'intrigue.
Intrigue n'est d'ailleurs pas le mot exact ; il n'y a pas de véritable suspens. On comprend assez vite que tout ce que va tenter Madigan pour se sortir du piège qu'il s'est tendu à lui-même va se retourner contre lui. Mais R.J. Ellory sait nous proposer de multiples rebondissements, tout en entretenant, jusqu'à la fin, un petit espoir de jours meilleurs.
Quelques mauvais langues suggèrent que R.J. Ellory aurait choisi son surnom pour entretenir une confusion avec James Elroy, génial auteur de "L.A. Confidential" et "Le Dahlia noir". Les formes d'écriture sont assez proches : le rythme plutôt lent de l'écriture l'emporte sur la brutalité de l'action. En revanche, là ou Elroy propose de multiples croisements d'intrigues, Ellory ne propose qu'une histoire assez linéaire. La lecture en est plus facile, mais nettement moins riche !

Lien : http://michelgiraud.fr/2019/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
bilodoh
  22 août 2018
Un thriller avec un policier qui n'est pas toujours du côté de la justice.

Ellory n'a pas son pareil pour entrer dans la tête des criminels et dévoiler le côté sombre, mais surtout montrer comment un ensemble de décisions crée une spirale qui s'enfonce inexorablement. C'était peut-être un jeune policier idéaliste, mais à coup de déceptions qu'il engourdit avec la drogue, il traverse la ligne. Il a de la difficulté à se regarder dans le miroir et il traite la culpabilité qu'il ressent avec d'autres drogues… Et pour ça, ça prend des sous, toujours plus de sous.

Bien que l'aspect psychologique y soit très important, c'est aussi un roman violent, avec bien des coups de feu et du sang qui éclabousse. Ce n'est pas un monde de tout repos!

Un bon thriller bien sombre…
Commenter  J’apprécie          320


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   24 octobre 2016
R. J. Ellory met en scène un personnage particulièrement sinistre qui saura pourtant nous toucher droit au cœur.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Chatelaine   06 octobre 2016
Un coeur sombre fait le portrait saisissant d’un antihéros en quête de rédemption dressé par le maître du roman noir.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
SylviegeoSylviegeo   19 novembre 2016
Vous ne gagnerez jamais, lui avait un jour dit Sandia. La police, les tribunaux, le système judiciaire, vous ne gagnerez jamais. Et je vais te dire pourquoi, Vincent. Je vais te dire pourquoi. Parce que le peuple n'est plus de votre côté. Le peuple sait que vous êtes aussi corrompus que les autres. Il sait où est votre véritable intérêt. Il voit vos arrière-pensées, les négociations et les compromis, la façon dont la loi est bafouée, la façon dont elle est détournée pour profiter à celui qui a le plus d'influence ou d'argent. C'est pour ça que vous ne gagnerez jamais...Parce que vous avez cessé de vous soucier de l'homme de la rue bien avant nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
llenallena   06 mai 2018
Finalement, les gens n'étaient plus eux-mêmes. Ils étaient ce qu'ils croyaient que le monde voulait qu'ils soient. Parce qu'il ne s'agissait que de ça. C'était ça, le véritable tour de passe-passe, la réelle tromperie. Se persuader que tout ce qu'on faisait, tout ce qu'on avait fait, était motivé par de bonnes intentions. Je ne voulais pas lui faire de la peine. Je ne voulais pas rendre les choses pires qu'elles ne l'étaient déjà. S'il avait su, il aurait été anéanti.... Je croyais qu'il valait mieux garder ça pour moi. Juste pour le moment. Jusqu'à ce que je l'estime en état de surmonter ça. Foutaises. C'étaient rien que des foutaises. On passait tous notre vie à se mentir les uns aux autres, à se mentir à soi-même, à mentir au reste de ce foutu monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
llenallena   20 avril 2018
La plupart des choses dans la vie ne valaient pas un clou. Toutes les bonnes choses étaient planquées. Il fallait les chercher longtemps, et quand on les trouvait on n'était jamais sûr que c'était ce qu'on cherchait vraiment. Et on prenait conscience de leur valeur une fois qu'elles avaient disparu. C'était comme si la vie cherchait juste à vous en faire baver.
Commenter  J’apprécie          170
bilodohbilodoh   21 août 2018
C’est partout pareil. Les gens font ce qu’ils croient être le mieux. Ils agissent en pensant faire le bien. Même quand ils commettent des actes absolument horribles, ils le font à cause de la certitude erronée qu’ils ont raison.

(Poche, p. 463)
Commenter  J’apprécie          210
llenallena   29 avril 2018
Le courage n'est pas ce que vous croyez. Le courage est mal compris. Tout le monde veut survivre. Personne ne veut mourir. Je crois que le courage – en règle générale – provient de la certitude qu'on est foutu de toute manière. A moitié mort si on agit, mort si on ne fait rien. Une situation où il n'y a plus rien à perdre.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de R. J. Ellory (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de R. J. Ellory
À l'occasion de la sortie de son roman "Le Carnaval des ombres" au Livre de Poche, R. J. Ellory a répondu à nos questions sur ses habitudes de lecture et d'écriture.
En savoir plus https://www.hachette.fr/livre/le-carnaval-des-ombres-9782253195269
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2454 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre