AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359053258
Éditeur : Ecriture (15/10/2020)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Jacques Kahn, chef star multi-étoilé, mène sa famille comme ses entreprises : à la vitesse de ses ambitions boulimiques.

La poursuite du rêve de sa vie – l’ouverture d’un hôtel à Marseille – le rend suspect d’une gigantesque opération de blanchiment qui manque de faire vaciller son empire et le conduit en prison.

Eva, la plus distante de ses filles, galeriste à Paris, se trouve à son tour prise dans la tourmente. Cherchant à faire la lu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Yendare
  17 octobre 2020
Il y a 29 jours je recevais "La saveur de nos vies" dans ma boîte aux lettres reçues dans le cadre de la masse critique de septembre. Je remercie Babelio et l'Archipel pour l'envoi de celui-ci. On est loin ici des genres de l'imaginaire que je lis en grande majorité et je dois bien avouer que jamais je n'aurais lu "la saveur de nos vies" sans l'opération masse critique. Je n'aurais pour dire vrai sans doute même pas pris la peine d'en lire la quatrième de couverture. C'est un tort car c'est à la lecture de cette dernière que j'ai décidé de cocher ce titre lors de cette masse critique et non grâce sa couverture que je trouve assez sobre et ne me donnant pas particulièrement envie de découvrir ce roman.

S'il est habituel pour moi de mettre ma critique dans les dernières heures du temps impartie pour le faire, j'ai bien souvent fini ma lecture plusieurs jours avant, ce n'est pas le cas pour cette lecture que je viens de finir à l'instant un peu pressé par le temps. Cela fait pourtant maintenant plus d'une semaine que j'ai lu les premières pages de ce dernier et j'avoue avoir lu plus de la moitié de ce dernier aujourd'hui pour écrire ce petit avis dans les temps.

Heureusement ce roman se laisse lire tout seul ou presque, j'ai trouvé le style de l'auteur très simple, sans doute peut-être même trop tandis que l'intrigue en elle-même n'a pas réussi à totalement m'embarquer sans que je puisse pour autant dire m'être ennuyé. En effets les chapitres assez courts et les très nombreux dialogues qui composent ce roman lui donnent assez de rythme pour que mon intérêt ne se soit pas étiolé pas au fil de ma lecture sans que l'intrigue n'arrive pour autant à devenir assez prenante pour que j'ai réellement envie de finir ce roman rapidement afin d'en connaître le dénouement qui d'ailleurs n'est je trouve au final pas d'une très grande surprise.
On suit ici Éva, une galeriste célibataire ayant 2 enfants étant épanouie professionnellement, malheureusement pour elle sur le plan familial les choses sont plus difficiles notamment la relation qu'elle entretient depuis sa jeunesse avec son père. Ce père justement grand chef multi étoilé va être accusé d'une grande opération de blanchiment ce qui va le conduire en prison venant bousculer tout l'équilibre de sa famille où nombreux sont les secrets et les non-dits. Autant de chose que devra surpasser Éva face à cette étape compliquée de sa vie afin de faire sortir son père de prison. J'ai sans doute manqué d'empathie durant ma lecture mais j'avoue ne pas avoir particulièrement été touché par les personnages ni les grands bouleversements que va déclencher l'arrestation de ce père dans cette famille remplie de lourd secret et de non-dit.
Ainsi "la saveur de nos vies" fait partie de ces lectures assez « neutres » où je ne peux pas dire avoir aimé sans pour autant pouvoir dire avoir passé un désagréable moment à la lecture de ce dernier. Cela étant il ne s'agit que du premier roman de l'auteure et je serais tout de même assez curieux de lire à l'occasion s'il y en a les prochaines publications de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Analire
  12 octobre 2020
En août dernier, j'ai eu la chance de pouvoir découvrir Preuve d'amitié de Chantal Milman, le premier roman de la toute nouvelle collection Écriture éditée par les éditions L'Archipel. J'étais particulièrement enthousiaste de découvrir cette collection, qui met le point sur l'écriture, la stylistique, les sens des termes. Malheureusement, bien que très respectueuse du travail de Chantal Milman, je n'avais pas été sensible à la plume de l'auteure et à son style sans doute trop brutal. Je re-tente vaillamment ma chance avec La saveur de nos vies, un roman écrit par Deborah Elmalek.
Dans celui-ci, nous faisons la rencontre d'Eva, une jeune galeriste parisienne, maman de deux jeunes enfants, qui vit une vie heureuse, entourée de sa turbulente famille. Vanessa, sa soeur cadette, Jeff, son très proche cousin, Catherine, la maman de ce dernier, sa meilleure amie Sophie, mais aussi son ami et collègue Rudy, sa belle-mère Estelle… tout ce petit monde gravite autour d'Eva, pour le plus grand bonheur de cette dernière. Seule ombre au tableau : son père, le célèbre restaurateur Jacques Kahn, chef multi-étoilé, au talent reconnu dans la France entière. Une aigreur secrète transpire entre Eva et son père, sans jamais que l'abcès soit crevé. Jusqu'au jour où Jacques est arrêté par la police pour cause de blanchiment d'argent. L'ensemble de la famille est chamboulée : c'est leur quotidien a tous qui est renversé, leurs réputations, leurs entreprises qui sont en péril… mais pis encore, c'est leur confiance en Jacques qui s'effrite. L'avocat Jeff tente désespérément de prendre la défense de Jacques ; mais entre secrets et faux-semblants, la famille Kahn est loin d'être simple à gérer !
Nous sommes projetés au coeur des tourments subis par cette famille nombreuse : relations parents-enfants complexes, histoires d'amour passionnées, auto-suffisance, mensonges et trahisons, déceptions et déconvenues… autant de thématiques fortes qui jalonnent l'ensemble du récit. Justement, ces thématiques, sans doute trop nombreuses, alourdissent le récit, empêchent l'ancrage, l'adhérence, l'engouement particulier pour un sujet.
Malgré tout l'entrain que j'ai eu à découvrir cette histoire, il m'a manqué un je-ne-sais-quoi qui aurait pu rendre cette lecture encore meilleure. Je n'ai malheureusement pas été touchée comme j'aurais aimé l'être, je n'ai pas compati au sort des personnages, à leurs nombreux malheurs, je n'ai pas ressenti d'attachement particulier pour l'un ou l'autre, bien au contraire, j'ai ressenti de l'aversion pour Eva, Jeff et Jacques en particulier, que j'ai trouvé trop auto-centrés, égoïstes, archétypes parfaits des personnages imbus d'eux-mêmes que j'exècre. Ajoutez à cela des longueurs quelque peu futiles, où l'on ressent clairement que l'auteure tente de combler les pages en descriptions creuses. Finalement, je reproche à La saveur de nos vies la même chose qu'à Preuve d'amitié, de la même collection : une écriture trop incisive et brutale qui ne laisse pas la place à l'émotion. Comme le dit l'adage, « jamais deux sans trois » : je laisserais sa chance à un troisième ouvrage de la collection Écriture édité par L'Archipel, avant de me décider à poursuivre ou non ma découverte de cette famille littéraire.
Une lecture laborieuse, qui manque de profondeur et d'émotions véritables. le fond de l'histoire est bon, mais l'ensemble du récit, personnages y compris, mériteraient d'être plus travaillés et affinés.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Missnefer13500
  12 octobre 2020
J'admets être assez exigeante dans mes attentes au niveau écriture, que je ne suis pas fan des phrases courtes, (à la mode, semble-t-il), ni des styles scolaires, ni de l'emploi excessif du verbe être et avoir. Eh bien, ici, j'étais servie. Cela commençait plutôt mal. Et quand le "petit boulet" en la matière, que je suis ( j'accepte ce petit nom gentillet de ma pote) est à même de voir que la ponctuation fait défaut à l'auteure, franchement , c'est le pompon.
Rédhibitoire, direz-vous ?
Non, comme je le dis toujours, je parviens à occulter le style dans les histoires prenantes. Malheureusement, j'ai beugué dans le premier tiers. J'ai peiné à entrer dans l'histoire, à m'attacher aux personnages. Cahin caha, j'ai péniblement avancé jusqu'à ce que le récit devienne intéressant et m'intrigue. Intrigue et secrets de famille qui ne m'ont pas plus touchée que çà, et une fois dévoilés, l'histoire redevient monocorde. La petite romance en parallèle ne m'a guère passionnée non plus. Ce roman aborde tout et rien.
Roman qui, à mon goût, manque de peps. le résumé était tentant et prometteur, cependant je n'ai pas trouvé dans les descriptif des personnages ce qui était annoncé. le déséquilibre entre dialogues et récit ne permet pas de prendre la mesure de la psychologie des protagonistes, bien trop centrés sur échanges factuels et les héros bien peu brossés. Quant à l'intrigue, l'on s'attend à des révélations bouleversantes et pour terminer l'on se retrouve avec un pétard mouillé. En bout de course on ne connaitra pas vraiment les motivations de Myriam.
À mon sens l'auteure ne s'est pas assez détachée de l'histoire vraie de départ pour la rendre passionnante en jouant davantage sur le coté fiction. Au final l'on se retrouve avec une aventure tristement banale qui suscite bien peu d'émotion et d'intérêt. Bien évidement ceci n'est que mon ressenti et n'engage que moi.
Je remercie les Editions l'Archipel et Masse Critique Babelio, et regrette de ne pouvoir donner un avis positif pour ce premier roman de Elmalek Deborah.
De ce fait, je devrais, peut-être, me montrer plus indulgente, mais cela ne serait pas très équitable, ni honnête de ma part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
paleoliticgirl
  11 octobre 2020
Bon, commençons par le commencement, je n'ai rien apprécié dans ce roman. Ni l'histoire, ni les personnages et encore moins l'écriture. Je vous explique tout ça de suite:
L'histoire: Jacques, le célèbre cuisinier autocentré est mis en prison pour une sombre histoire de financement occulte ce qui a un impact sur sa famille et sur les secrets qui la composent. En soi, ça pouvait être sympa surtout si les secrets avaient été grandiose et si Jacques avait subi, ce qui est bien loin finalement de ce que j'ai lu. Ce n'est ni intéressant, ni attractif et on ne ressent rien pour ce triste cuisinier déchu qui continu à être très imbu de lui même et imbuvable pour le lecteur. La romance, partie intégrante de notre roman est elle aussi assez fade et sans intérêt.
Les personnages: Aïe aïe aïe! Je ne les ai pas apprécié, ni les uns ni les autres. Entre enfants gâtées, précieuses, insipides fragiles et né avec une cuillère en argent dans la bouche et qui bien sûr réussissent tout et les avocats, nanti et célèbres, rien ne peut les rendre sympathiques. Vous me pensez jalouse de ces états de fait? Loin de là, je fais juste partie de ces lecteurs qui aiment les gens simples, les « vrais » personnes, je vais peut être froisser quelques susceptibilités mais le personnage fat à qui tout souri, (argent, réussite…) ne me fait pas rêver. Ici, je pense que c'est Eva, notre personnage principale qui me débecte le plus, hautaine, ridicule, autosatisfaite et autocentrée elle aussi, bref le genre de personne qui me révulse, aucune chance que j'éprouve quelque chose pour elle. Même les noms de famille des personnages ne m'ont pas plu, faut le faire quand même!! Je pense que c'est la première fois que ça m'arrive!! Khan pour symboliser le pouvoir mouais, bon pourquoi pas mais Courpied pour l'avocat?? et Soulemoidon pour la juge?? Soulé moi donc oui, comment ça se passe? Non, vraiment même là, je tique.
L'écriture: Vous avez combien de temps devant vous pour me lire? J'ai le temps de me lancer dans un argumentaire avec intro, thèse anti-thèse et conclusion ou pas? Parce que le thème que je vais aborder est « le présent de l'indicatif dans l'intégralité du roman. Bonne ou très très mauvaise idée. » Tout le roman, des dialogues aux paragraphes sont au présent de l'indicatif, et c'est d'un lourd!! Il faut arrêter de tout mettre au présent, NON, ça ne met pas en valeur votre texte, ça le dessert dans 95% des cas et ça m'énerve!!!! (voix de crécelle complètement hystérique). J'ai lu une rédaction d'un peu plus de 250 pages et c'était atroce!! aucune fluidité, c'est haché, c'est brouillon, ça épuise le lecteur!! En tout cas, moi, ça m'a épuisée!!
Je vais conclure comme ça parce que très franchement, il y aurait bien plus à dire, répétitions, longueurs (je vous laisse jeter un coup d'oeil à l'extrait noté plus haut)… Ce livre qui s'annonçait savoureux et est finalement, fait fade et sans saveur, ou c'est le roman ou j'ai la COVID, à vous de voir…
Lien : https://loeildesauron1900819..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
nathalou93
  16 octobre 2020

Jacques KAHN, chef multi étoilé, fait l'admiration de sa famille, ses filles et ses petits-enfants. Mais il rêve d'un hôtel au bord de la mer à Marseille, il est prêt a conclure cette affaire qui lui tant envie, mais tout va tourner au drame ? Va-t-il s'en sortir ? Sa famille va-t-elle exploser ?
Cela commence doucement, tant que l'autrice installe l'univers et ses personnages, donc Jacques KAYN et sa petite famille, ses deux filles : Eva et Vanessa et sa soeur, avocate qui gère le côté juridique de son groupe.
Et après un évènement tragique, le quotidien au sein de cette famille qui semble au premier regard assez banal va se transformer en calvaire.
Il faut sortir le patriarche de cette famille, de cette mauvaise passe, mais tout n'est pas aussi simple, le côté juridique est assez présent dans ce livre, et moi j'aime particulièrement ce thème, ou le milieu judiciaire est parfois assez complexe, et cela est très bien décrit, vraiment on se sent très vite imprégnée dans le contexte.
De plus, le côté secret familles et aussi bien exploiter et le mélange des deux, fait d'une lecture addictive, avec lequel j'ai passé un agréable moment.
L'écriture est incisive, j'ai vraiment apprécié le rythme, quand tout s'enchaine, j'ai trouvé cela percutant et intéressant.
J'ai beaucoup aimé le personnage d'Eva, qui se retrouve plonger dans cette histoire, pour laquelle elle n'a rien demander, c'est le moins qu'on puisse dire, on ne comprend pas tout de suite, la distance qu'elle prend avec son père, mais au fil des pages, on apprend le pourquoi de cette indifférence, et surtout cela va lui permettre de tout révéler, et de mettre les cartes sur table, et du coup, les rapports avec son père, vont être complétement chamboulée.
Il y a aussi un petit côté romance, dans le récit qui allège les tensions que subis les protagonistes, cela permet de voir les choses d'un autre angle, j'ai apprécié cela également.
Tout au long du récit, on rencontre des rebondissements, et à ce moment on se demande mais qui est vraiment cet homme ?
Pour conclure, j'ai aimé cette lecture, ou les histoires de familles se mélangent pour faire face à un problème assez grave.
Je remercie Babelio et les éditions l'Archipel de m'avoir permis de lire cette publication.

Lien : https://www.nathlivres.fr/l/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   06 octobre 2020
C'est con, la vie. Il faut arriver à des situations extrêmes pour se rendre compte de la valeur des gens, des liens qui nous unissent à eux.
Commenter  J’apprécie          70
AnalireAnalire   30 septembre 2020
Depuis ses débuts, les graffitis la fascinent : ils disent l'urgence dans laquelle travaillent les artistes, et la magie de l'instant.
Commenter  J’apprécie          50
Del_DmDel_Dm   15 novembre 2020
« Rien n’arrive pour rien, il n’y a pas de hasard, chaque épreuve est là pour nous faire comprendre certaines choses et nous aider à franchir un nouveau cap. »
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   01 octobre 2020
Ma chérie : la force tranquille. Il n'y a que ça de vrai. Ça rend les gens fous. Prends l'air détaché, trace ton chemin et, surtout, n'oublie pas de sourire en toute circonstance.
Commenter  J’apprécie          30
itsmylife_bookitsmylife_book   08 décembre 2020
Tous les souvenirs qu’elle pensait avoir enfouis sont en train de revenir, la douleur du passé refait surface - son enfance, sa vie de jeune adulte - les époques repassent devant ses yeux comme un vieux film. Que de souffrances ! Que de frustrations ! Et combien auraient pu être évitées ! La fuite permanente ne résout rien. Elle n’apaise pas les chagrins.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1172 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre