AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Barbaste (Traducteur)
EAN : 9782253119661
443 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (06/06/2007)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 69 notes)
Résumé :
Sommes-nous tous des voyeurs? Prenez dix candidats prêts à tout pour devenir riches et célèbres, enfermez-les dans une maison surchauffée pendant neuf semaines sous l'œil de trente caméras, vous obtenez "Résidence surveillée", la dernière création sulfureuse de Voyeur Prod.
Si, au vingt-septième jour de l'émission, vous y ajoutez un meurtre en direct et un coupable non identifié, vous explosez l'Audimat, assurez la fortune de la productrice, et infligez au tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  30 mai 2013
Comment dire ? le roman est sympa... Je crois que vous avez compris ce que je veux dire. Disons que ça fait passer un bon moment. Mais je m'attendais à mieux. Il faut dire que sur ce thème, j'avais déjà lu "Acide sulfurique", d'Amélie Nothomb (le seul que j'ai réussi à lire de cet auteur). Et comme le titre l'indique, le roman n'était pas tendre avec tout ce qui touchait de près ou de loin à la télé-réalité.

L'originalité de celui-ci est que les chapitres nous sont présentés à la manière des épisodes télévisés. Ceci dit, j'ai vite deviné où il voulait en venir et... je DÉTESTE trouver l'auteur d'un assassinat dans un polar.

Bien qu'il y ait quelques longueurs, ce roman est quand même important pour une chose (qui a dit : caler la table ? Qu'il se dénonce !) : la critique, assez féroce, de la société qui part en cacahuète... Et si ce polar date un peu (2001 et 2003 pour la version française), on peut dire que le phénomène télé-réalité, lui, s'est amplifié jusqu'à l'overdose. A l'heure actuelle, supprimons toutes les émissions de ce type, il ne restera plus que quelques feuilles dans le programme télé. Et si l'on ôte en plus les séries... Mais ceci est une autre histoire !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          545
coquinnette1974
  11 juillet 2017
J'ai apprécié ce roman policier, il est vrai que j'aimais bien la télé réalité d'enfermement, même si je m'en suis lassé, et que du coup le thème me parle un peu.
Dix candidats prêts à tout pour gagner, et une production prête à tout pour faire de l'audience.
C'est immoral à souhait, c'est un peu choquant de voir que la productrice se réjouit du meurtre, pour elle c'est plus de publicité et donc plus d'audience pour son programme.
C'est dérangeant mais c'est tout à fait la réalité de ce genre de programme.
L'auteur présente son récit sous la forme de plus ou moins courts chapitres, chacun caractérisés par un jour et une heure.
Cela commence avec les inspecteurs chargés de l'enquête qui sont obligés de revoir toutes les émissions une à une pour connaitre les candidats et découvrir qui est l'assassin. On revient en arrière régulièrement pour revivre une scène, et on repart ensuite au moment de l'enquête.
C'est bien ficelé et à aucun moment on ne perd le fil.
Nous ne savons pas de suite qui est tué, on l'apprend au bout d'un petit moment de lecture ce qui nous donne l'impression de vivre en temps réel ce qui se passe dans le ‘loft'.
J'ai beaucoup aimé ce roman, je trouve toutefois que la tirade de la fin, quand l'inspecteur confond en direct le meurtrier, est un peu longue.
Mais c'est un roman qui m'a tenu en haleine du début à la fin, je l'ai trouvé très intéressant.
Je n'ai pas été plus étonnée que ça par le nom du meurtrier, je connais bien ce genre d'émission et c'est tout à fait plausible, malheureusement. Que ne ferais pas les candidats ou la production pour un peu de gloire ou d'audience !
Je trouve que ce roman est un petit bijou et c'est avec plaisir que je vous le recommande et que je mets 4 étoiles, une en moins pour les derniers moments qui sont un peu trop long, mais franchement c'est à découvrir car c'est un très bon policier, que l'on aime ou pas la télé réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ildibad
  29 juillet 2012
Agréable roman policier très British dans la veine des "qui-a-tué-qui?".
Les ingrédients du genre sont tous présent : Un candidat assassiné sous le regard de 30 caméras filmant 24h/j la vie des occupants de la maison d'un jeu de téléréalité; un policier un peu gronchon, ses assistants modernes, un huis clos avec un nombre limité de suspects, chacun ayant au moins une bonne raison d'assassiner la victime...
La victime ? tiens au fait, qui c'est ? Méritant son titre, le bouquin nous tient en haleine pendant une première partie pendant laquelle nous faisons connaissance des protagoniste de l'émission "Résidence Surveillée" en remontant du moment du meurtre vers l'entrée des candidats dans la Maison.
Le final sera du plus pur style "Hercules Poirot".
La lecture est légère, le style moderne, les sourires nombreux.
Chaque groupe tient son rôle : les candidats faussement candides, la "Prod" manipulatrice, les policiers représentant dans leur diversité le public.
Critique cinglante de la téléréalité à sa parution, "Devine qui vient mourir ce soir" est resté un bon roman, même s'il a perdu de son acidité.
Tout est tellement devenu familier dans l'univers décrit, qu'on se trouve plutôt entourés de vieilles connaissance, de bon mots attendus, mais avec le plaisir intact, car on sait que, toujours, une petite surprise nous attend au détour d'une page.
Une lecture en 2001, année de sa parution en version originale devait rendre un son très différent.
C'est en effet en 1999 qu'Endemol révolutionne la TV avec Big Brother aux Pays Bas. Il faudra attendre l'année suivante pour que la vague déferle sur la Grande Bretagne, les USA, l'Allemagne, l'Italie,..
Ce n'est qu'en 2001 que le phénomène arrivera en France, avec Loft Story sur M6. le bouquin sort en France en 2003.
Rappelons-nous les débats animés de l'époque ! le monde était divisé en 2 : les pros et les antis, pas de place pour les tièdes, sommés de prendre parti!
L'exhibitionnisme des candidats (au sens moral comme au sens premier) allait de pair avec les spectateurs-voyeurs. Pour faire bonne mesure, les scènes les plus chaudes étaient diffusées en caméra infrarouge au milieu de la nuit.
Les manipulation du jeux par la "Prod" n'ont commencé à être de connaissance publique que par la suite, pour faire partie aujourd'hui des choses attendues.
Pourtant nous avions été prévenus longtemps à l'avance : C'est en 1958 que Robert Scheckley publie son "Prix du danger" adapté une première fois en 1970 par Tom Toelle (Das MillionSpiel, prix Italia en 1971) puis par Yves Boisset en 1983.
La trame en étant on ne peu plus claire : Dans un futur proche, un jeu télévisé intitulé « le Prix du danger » fait fureur. Les règles sont simples : un homme doit parvenir à rejoindre un endroit secret en échappant à cinq traqueurs. Si le candidat gagne, il se voit attribuer la somme de 1 million de dollars, dans le cas contraire, la mort l'attend. le tout est filmé et retransmis en direct sur la chaîne de télévision CTV.
En coulisse, la "Prod" manipule le jeu pour aider ou handicaper les concurrents. (avec quelques variantes dans les adaptations)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LePamplemousse
  01 mai 2013
Je déteste la télé réalité, alors quand un roman propose de se moquer des candidats mais aussi de cet univers où tout n'est qu'apparence et faux-semblants ça me semble un programme bien alléchant !
Dix candidats sont donc enfermés dans un studio de télé et sont filmés en continu, quand l'un d'entre eux se fait assassiner.
Le coupable est donc forcément encore dans les parages.
Et pour le trouver, la personne chargée de l'enquête va devoir tout visionner depuis le début.
Les relations des uns avec les autres sont toutes passées au crible et décortiquées sous l'oeil des caméras. On assiste donc à des actes stupides, à des petites lâchetés du quotidien, à de la bétise et de la mesquinerie...et c'est très drôle.
Un roman qui m'a vraiment fait sourire.
Commenter  J’apprécie          73
Lapkast
  24 janvier 2013
Meurtres à Secret Story !
J' ai découvert cet auteur anglais avec son génial "Amitiés mortelles" qui a remporté l' an dernier le Prix du Polar international de Cognac, et quelle claque ça avait été!
Je me suis plongé dans ce roman avec jubilation et n' ai pas été déçu : même style vif, drôle, incisif et décapant, même sens des dialogues et de la répartie, mêmes personnages savoureux, c' est un régal!
Elton nous offre un polar à énigme dans un contexte particulièrement original puiqu' un meurtre a lieu en direct lors d' une émission de télé réalité telle Loft Story, et les enquêteurs doivent trouver l' identité du coupable avant la fin de l' émission et que les preuves, indices et candidats ne disparaissent.
Avec eux on reprend depuis le début le cours de ce qui s' est passé dans cette "Résidence surveillée", on s' attache aux personnages, on rigole des dialogues percutants et on savoure cette satyre grinçante et féroce de la télé réalité et du culte de la célébrité.
C' est captivant, réjouissant, un vrai régal à ne pas manquer, et un auteur à découvrir absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   30 mai 2013
- Vous voulez savoir ce qui est pire qu'un type qui termine un rouleau de PQ ? s'écria Jazz en s'immisçant dans la conversation avec un vif enthousiasme. Le salaud qui ne laisse que la dernière feuille et qui l'enroule sur le tube !"
Commenter  J’apprécie          4216
wiggybiswiggybis   20 mai 2013
- Je considère que tout produit cosmétique relève d'une affectation de la part des humains, qui illustrent, là encore, leur triste incapacité à s'accepter en tant que membres du règne animal de cette planète.
- T'as fumé la moquette ou quoi ?
- Les hommes se croient supèrieurs aux animaux, et leur manie de se pavaner devant des miroirs et de se parfumer le prouve, récita Woggle de sa voix monocorde, imbu d'une assurance digne d'un Bouddha. Mais regardez le pelage soyeux d'un chat ou les ailes pimpantes d'un rouge-gorge. Un top model a-t-il jamais possédé autant d'allure ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
AxelinouAxelinou   09 mai 2015
- Non, pas vraiment, monsieur. Les huit mêmes personnes ont arpenté ces carreaux vingt-quatre fois sept au cours des dernières semaines.
- Vingt-quatre fois sept ? "
Hooper serra les dents avant de répondre : " C'est une expression, monsieur, pour dire vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept.
- Je vois... Assez pratique. Econome, directe.
- Oui, je trouve aussi.
- Une expression imitée de l'américain, j'imagine ?
- Oui, monsieur.
- Je me demande si des expressions typiquement anglaises verront de nouveau le jour dans ce pays.
- Je me demande si quelqu'un à part vous en a quelque chose a fiche, monsieur. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   25 juin 2011
" Je vote moi même pour être éliminé du jeu, déclara til de sa voix monocorde lors de son passage dans le confessionnal. Et ce parce que je rejette entièrement en bloc ce système hautement arbitraire et digne des jeux du cirque"
Commenter  J’apprécie          30
ildibadildibad   29 juillet 2012
Or maintenant, poursuit Géraldine, vous pouvez tout changer. Si vous en avez le cran, vous pouvez participer à l'expérience télévisuelle la plus fascinante de tous les temps. Un polar en Direct ! Une série policière quotidienne avec "une vraie victime vivante".
Commenter  J’apprécie          00

Video de Ben Elton (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ben Elton
extraits de la pièce de théatre "Pop Corn" de Ben Elton
autres livres classés : télé réalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16364 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..