AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290165591
Éditeur : J'ai Lu (16/01/2019)
4.07/5   109 notes
Résumé :
Il y a toujours un moment dans les discussions entre femmes où l'on s'en remet aux dessins d'Emma, sur le ton de : "C'est exactement ce qui m'est arrivé."
Après son formidable succès en librairie Un autre regard, cette bédéaste amateur revient sur le devant de la scène médiatique avec une BD, publiée sur internet, intitulée "La charge mentale". Elle y décortique ce qui pèse sur les femmes, contraintes d'organiser les tâches ménagères et leur éventuel partage... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 109 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Stelphique
  16 novembre 2017
Ce que j'ai ressenti:
Revoici donc Emma, avec Un autre regard 2 , qui nous en apprend plus sur la charge mentale! Et c'est édifiant! Je vous en avais parlé en mai sur le blog de sa BD aux couleurs acidulées et elle revient en force avec des bulles tout aussi drôles et incisives, dans la lignée de son précédent, et quel plaisir! 5 mini histoires vu dans ses yeux, c'est 5 façons de voir différemment les « couacs » des relations hommes-femmes, mais surtout du regard de la société envers les femmes…Ainsi donc on pourra, en feuilletant ses pages, en apprendre plus sur la charge mentale et la manipulation émotionnelle, connaître une histoire de seins, se poser les bonnes questions sur notre utilité dans le monde du travail…
Sur les planches, on pourrait entendre claquer les talons hauts du féminisme, et voir danser de joie une bonne partie de la gent féminine…Enfin, une nana qui n'a pas froid aux yeux, qui dénonce les injustices et incohérences de notre société, et qui le fait avec un humour décapant, tout en étant avisée sur ces comportements aux limites douteuses. Elle met les mots et n'hésite pas à se mettre en scène, en image, pour dénoncer les malaises des femmes, dans le seul but d'une équité idéale harmonieuse…
Entre dérision et engagement politique, cette petite BD est un condensé de bonne humeur! Parce qu'il faudrait un peu dépoussiérer notre manière de voir le monde, Emma se charge de le faire avec simplicité et une impertinence bienveillante !
Vous pouvez vous en faire une idée en passant voir son blog : Emmaclit.com

Ma note Plaisir de Lecture 8/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Tbilissi
  24 juin 2020
J'ai découvert Emma, l'auteur de cette bande dessinée engagée mais drôle et piquante, grâce à son extraordinaire histoire sur la "charge mentale" qui avait fait fureur sur internet et les réseaux sociaux. Cette histoire est d'ailleurs annoncée en couverture comme un argument de vente, ce qui est dommage et va à l'encontre de la philosophie du livre, qui n'est pas tendre avec notre modèle de société.
Emma amène à voir notre société avec "un autre regard" et à reconsidérer des choses qui semblent aller de soi : la répartition (inégale) des tâches ménagères, la mise entre parenthèse de la carrière des femmes à l'arrivée des enfants, la difficulté pour la gente féminine de se faire respecter sans passer pour hystérique ou agressive.
Une teinte profondément féministe donc, mais pas que.
Emma interroge aussi sur le port du voile et la stigmatisation qu'elle peut provoquer, grâce à une fiction plutôt bien menée et convaincante.
Et remet également en question l'utilité du travail pour "faire tourner l'économie" : pourquoi ? Pour qui ? À quoi bon ? Elle invente ici le concept de "job à la con".
Un livre vraiment très intéressant, sur le fond, avec une forme attractive : des dessins expressifs et surtout une pointe d'humour et de second degré décalé à souhait, qui loin de nuire au propos le soutient agréablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Les_lectures_de_Sophie
  12 février 2019
Cette BD est un recueil de cinq histoires de femmes. Cinq tranches de quotidien. En fait, une fiction et quatre tranches de quotidien.
Montrez moi ses seins que je ne saurais pas ne pas voir (texte d'Ariane Papillon)
Cette première partie est différente du reste du recueil. Emma met en images un texte d'Ariane Papillon. Une fiction surréaliste : une famille française immigre dans un pays culturellement différent. Là-bas, il est normal pour les femmes, comme les hommes, de se promener torse nu. Arrivée à l'adolescence, la jeune française se sent mal à l'aise avec ça, et se met à faire comme dans le pays où elle a grandi, à porter un soutien gorge et un tee-shirt. On la moque, on la montre du doigt, on la renvoie de l'école parce qu'elle ne respecte pas les règles… Ça vous fait penser à quelque chose ? Et si, parfois, pour éviter de juger les autres et leur culture, il suffisait d'adopter un autre regard ?
Cette histoire m'a interpellée. Elle m'a mise mal à l'aise, m'a fait réfléchir. Elle m'a permis de remettre certaines choses en perspective. Car a-t-on le droit de juger la culture des autres en posant comme postulat de départ que la notre est meilleure, plus respectueuse, plus égalitaire ? En quoi rejeter la culture de l'autre est-il respectueux ?
Fallait demander
Dans cette histoire, Emma aborde la charge mentale qui pèse sur les femmes au quotidien. Car si les hommes participent plus aux tâches ménagères, il le font sur demande. Quelle femme en couple n'a jamais entendu son conjoint lui dire « fallait demander » ? Qui n'a jamais eu envie de frapper l'homme qui ose sortir cette réplique ? Non, allez, avouez, ne me laissez pas seule 😂
L'attente
Les femmes ont gagné une certaine forme d'égalité… ou presque. Au début, tout va bien, on bosse, on reste tard pour boucler un dossier, on sort boire un verre après le boulot, on a des loisirs… Et puis un jour on a un enfant. Et à partir de ce jour, on passe un temps infini à attendre l'autre. Et on la regarde différemment au travail, dans la vie… Et si, une fois de plus, c'était un problème de point de vue ? Et si on adoptait un autre regard ???
Travaille
Ici Emma aborde les boulots de merde, et la société de consommation. A quel moment a-t-on commencé à ne travailler que pour faire tourner l'économie ? A quel moment est-ce que rien n'a plus tourné rond ? Cette partie de la BD m'a fait penser aux réflexions de Henry David Thoreau dans Walden, que j'ai écouté récemment. Et l'autrice nous met une fois de plus face à des choses qui dérangent…
Détends-toi
Le sexisme ordinaire. Ou comment se faire traiter d'hystérique quand on veut juste se défendre face à une situation anormale, voire dégradante ? Pourquoi une femme a-t-elle des problèmes hormonaux quand un homme a du charisme ???
Cette bande-dessinée devrait être mise entre toutes les mains. Parce qu'elle aborde des sujets importants, mais aussi, et surtout parce qu'Emma nous encourage à adopter un autre regard sur notre quotidien. C'est une démarche salutaire je pense. Une démarche qui nous pousse à sortir de notre zone de confort, à réfléchir différemment. Une démarche forte, contenue dans un si « petit » ouvrage. Achetez-le, lisez-le, diffusez-le…
Lien : https://leslecturesdesophieb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MLClerc
  03 juin 2021
La suite d'Un autre regard, et toujours sur la même veine. L'autrice nous présente ses réflexions, ses conseils, son avis, pour changer de regard, changer les choses, principalement la place de la femme, et la violence de notre société.
Cet ouvrage peut se lire totalement indépendamment du tome 1, pour notre plus grand plaisir.
Il faudrait le faire lire au plus grand nombre pour que tout le monde ait cette prise de conscience, et que la société avance.
Commenter  J’apprécie          40
Ellexa
  11 mai 2021
Ah, Emma, voix qui dit ce que nous subissons un peu toutes tout bas...!
Dans ce volume ci, nous découvrons 5 histoires dont au moins une fera écho en nous. La charge mentale, le fait qu'on travaille trop pour rien, les stéréotypes qui amènent à croire que quand une femme s'énerve, c'est qu'elle a ses règles, qu'il faut qu'elle se "détende" mais que si c'était un homme... Elle serait écoutée, être libre ou au contraire trop pudique. Tout ça et plus encore. Mais raconté toujours avec la même justesse : Emma énonce un fait, son point de vue tout en se mettant à la place des autres avant de parler d'une solution.
On est soulagées de savoir que nous ne sommes pas seules à vivre ces différentes situations, mais en même temps ça fait peut de voir que certaines mentalités n'évoluent plus depuis longtemps. Les femmes ont le droit de vote (heureusement anonyme) mais ne sont pas où peu écoutées, encore moins si elles parlent avec passion. Pourquoi ? Parce que notre société est bloquée dans un chemin de pensée unique, et il serait bon pour tout le monde de changer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Sceneario   22 novembre 2017
Les propos d'Emma sont tous très pertinents et font de ses réalisations de solides bases de réflexion et de remise en question. Le seul reproche qu'on fera sera pour la qualité de son dessin qui, par effet boule de neige, fera trouver le prix du livre trop élevé.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   20 août 2019
Pour savoir si vous occupez un boulot à la con, c'est très simple : imaginez qu'il disparaisse, et demandez-vous l'impact que ça aurait sur la société.
Je me suis posé la question : j'ai passé mes 12 années de carrière à développer des logiciels permettant à des entreprises d'être plus compétitives que leur voisine. Et puis, après, comme j'étais prestataire, j'allais développer le même truc pour la voisine.
J'aurais pu passer ces 12 années de travail à jouer à la crapette, sans que l'humanité bouge d'un poil de cul.
[…] L'économiste et sociologue Bernard Friot estime que 30% de nos emplois sont des boulots à la con.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
ZilizZiliz   21 août 2019
Pour faire simple, prenons l'exemple de Jean-René, propriétaire d'usine, qui voudrait fabriquer quelque chose.

Jean-René va consulter ses actionnaires.
- Alors je pensais qu'on pourrait fabriquer des prothèses de bras !
- Absolument pas ! La demande est trop faible ! Et un handicapé, c'est pauvre. On peut même pas les vendre cher. On va faire des troisièmes bras. Pour les pas handicapés !
- Mais... Personne n'a besoin d'un 3e bras !
- Bien sûr que si, on va faire de la pub. Et on mettra un 3e bras au héros du prochain film de Luc Brison.

Et voilà, il est plus rentable pour Jean-René de fabriquer un produit à la con qu'un truc utile.
Le profit et l'humain ne font pas bon ménage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
okkaokka   21 janvier 2021
Nommons les choses clairement : faire croire à une personne blessée qu’elle est la fautive, c’est de la manipulation émotionnelle.
Et le subir régulièrement tend à nous faire perdre nos repères.
C’est tellement humiliant de devoir s’excuser d’avoir été blessée, que progressivement... on finit pas ne plus réagir du tout aux provocations.
Aujourd’hui, comme beaucoup de femmes, je suis devenue incapable de discerner les situations dans lesquelles j’ai des raisons de me mettre en colère.
Ce contrôle social de nos émotions commence dès l’enfance. Chez les petits garçons, l’agressivité est considérée très tôt comme normale. Elle fait partie des qualités vues comme nécessaires pour « devenir un homme ».
Plus tard, ce stéréotype leur coûtera très cher. Déjà, car ceux qui n’y correspondent pas, considérés comme « pas des vrais hommes », subissent de nombreuses humiliations.
Et aussi parce que les autres, pour ne pas subir le même sort, tentent de prouver leur virilité par des comportements violents et à risque.
Les petites filles n’ont pas ces problèmes car chez elles, on contrôle très tôt les manifestations d’agressivité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka   21 janvier 2021
Voilà comment on trouve des pères d’enfants âgés de plusieurs années qui ne savent toujours pas où leur acheter des vêtements, quoi leur préparer à manger, la date du prochain vaccin, ou même le numéro de la nounou.
Alors c’est sûr que rien ne nous oblige à faire toutes ces choses. Le problème, c’est que quand on arrête, ça pénalise toute la famille.
Du coup la plupart d’entre nous nous résignons à assumer seules la charge mentale, en grignotant sur notre temps de travail et notre temps de loisir pour pouvoir tout gérer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TbilissiTbilissi   24 juin 2020
Ma copine M. me racontait atteindre le summum du désespoir quand elle croyait atteindre l'heure de la relève, en entendant le bruit des clés... mais que son mec, rentrant avec déjà une heure de retard, annonçait fièrement à peine ses chaussures retirées : j'vais chier ! À tout de suite ! (Téléphone à la main = à dans 2 heures)
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Video de Emma (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Emma
Luttes sociales : où sont passées les figures romanesques ?
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4075 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..