AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246825135
336 pages
Éditeur : Grasset (01/09/2021)
3.88/5   8 notes
Résumé :
7 janvier 2015, après-midi. Camille Emmanuelle accompagne son mari, Luz, dessinateur de Charlie Hebdo et rescapé des attentats, pour un premier entretien psychologique à l’hôpital. La psychologue se tourne vers elle : et vous, comment allez-vous ? Elle ne comprend pas la question : elle va bien, ce n’est pas elle qui est traumatisée ! Pour la thérapeute, son lien avec une victime fait de Camille une « victime par ricochet ». Drôle d’expression… Pendant les moi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Matatoune
  01 septembre 2021
Le procès des attentats de janvier 2015 a eu lieu et Camille Emmanuelle reprend sa plume pour clarifier le concept de victime indirecte et collatérale dans son essai autobiographique Ricochets. Ainsi, en analysant ses ressentis et son vécu de victime par ricochets auprès d'un blessé psychique, l'écrivaine tente de comprendre ce que traversent les personnes qui les accompagnent et de dresser un bilan juridique, psychologique et intime de ce nouveau concept.
Journaliste spécialisée sur les questions de la sexualité et du féminisme, Camille Emmanuelle connait Luz, dessinateur, depuis quelques temps avant les attentats. Luz est arrivé en retard à la conférence de rédaction, ce triste jour de 7 janvier 2015.Il n'a pas été blessé physiquement, mais les retentissements psychiques ont été conséquents !
Camille Emmanuelle convoque ses souvenirs, et les plus futiles ne sont pas les moins signifiants, pour décrire son attitude dès le début de ce drame : soutenir Luz quitte à s'oublier soi-même ! Ce n'est pas une enquête de journaliste en empathie pour les victimes indirectes. C'est le récit de cette victime qui élargit ses recherches à des spécialistes pour soutenir ses impressions et son analyse sous forme d'entretien, de rencontres ou de lectures.
Camille Emmanuelle adopte le terme de victime par ricochets qui semble le plus approprié. Depuis 2015, en France, il y a eu deux cents cinquante mots, des centaines de blessés physiques et des milliers de blessés psychiques et d'autres milliers de victimes indirectes. Il est à noter que les victimes par ricochets des attentats de novembre 2015 (Bataclan par exemple) ne sont toujours pas pris en compte dans le fond de garantie des victimes, celui créé en 2013.
Le procès des attentas de novembre 2015 s'ouvre bientôt. le travail de recherche de Camille Emmanuelle est précieux pour appréhender en finesse toutes les modifications d'une vie ordinaire qui ne pourra plus jamais l'être après la déflagration d'actes terroristes. Évidemment, à découvrir !
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/09/01/camille-emmanuelle/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
olivierverstraeteRCV99FM
  27 septembre 2021
Ricochets
Camille Emmanuelle
Grasset
A l'heure où la France juge les suspects des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, les victimes et leurs proches présents lors des audiences revivent des moments douloureux, insupportables qu'ils ont tenté ou d'oublier ou d'analyser. Tous ces destins brisés, mutilés, psychologiquement démembrés se retrouvent avec un point commun : le statut de victime. Et qu'en est-il de leurs proches? Soutien ou victime aussi? Comment vivent-ils la place que leur assigne la société? Reconnaissant que le destin ne leur ait pas privés de leur epoux.se, copain.pine? Et quels impacts sur eux? Leur santé, leur psyché? Dans Ricochets paru chez Grasset, Camille Emmanuelle tente de développer une réponse à cette question.
La veille, le vin avait été généreux pour Camille et son amoureux. D'où le réveil tardif ce 7 janvier 2015 pour Luz, l'amoureux en question, qui doit se rendre à la conf'de rédac de Charlie hebdo. En retard, il découvre l'horreur, ses amis Charb, Cabu, Wolinski pour ne citer qu'eux ont été tués par des terroristes. Il contacte Camille qui devient une victime indirecte, par ricochet. En arrivant à l'hôpital, la psychologue lui demande comment elle va. Elle est surprise de la question mais avec les mois qui suivent et son florilège de chamboulements et d'épreuves, la question était loin d'être anodine, au contraire.
Camille Emmanuelle se livre au sens propre comme au figuré dans ce récit autobiographique qui cherche aussi à définir ce qui peut être entendu par victime par ricochet, statut psychiatriquement reconnu que depuis 2013. Elle s'appuie à la fois sur son vécu, ses expériences aux côtés de Luz et le regard que porte sur eux leur entourage. Pour lui, elle est béquille souvent, rempart parfois mais n'ose pas dire : "merde, ce qui te fait du bien ne m'en fait pas à moi!". Quitter Paris, arrêter d'écrire, sentir que l'on picole plus pour tenir. Maladroitement et elle en convient, elle tente de mener l'enquête sur le thème de la victime indirecte. Mais elle est souvent rattrapée par son cas personnel. A la croisée du récit autobiographique et de l'essai, cet ouvrage hybride a la mérite d'explorer un sujet vierge de littérature. Certes, les chapitres sont de qualité inégale. Il n'en reste pas moins que Camille Emmanuelle parvient à intéresser le lecteur à la situation de ces victimes à part, par ricochet, à mettre des mots et des émotions pour ces conjoints oubliés faisant preuve d'une abnégation sans faille pour accompagner sans craquer...ou presque
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LicoriceWhip
  09 novembre 2021
Camille Emmanuelle, au-delà d'être auteur de livres et articles tournés vers les questions sexo/érotisme, est également dans la vie l'épouse de Luz, dessinateur de BD/caricaturiste. Luz qui travaillait chez Charlie Hebdo, qui le matin du 7 janvier, s'est réveillé en retard et a donc manqué la conférence de rédaction qui a coûté la vie à plusieurs personnes chez Charlie Hebdo. de ce traumatisme et ce qui en découle (syndrome de stress post-traumatique, addictions, déménagements incessants jusqu'à quitter Paris, culpabilité du survivant etc.), Camille Emmanuelle tente de tirer un livre pour raconter sa souffrance de "victime par ricochet". Au vu du résultat, on peut s'interroger sur sa pertinence pour nous lecteurs. le texte est très inégal, souvent décousu, et narré avec un ton de journaliste branchouille qui enfile les blagounettes et les apostrophes du style "T'es sérieuse, meuf ?" "Oh wait". Se défendant de vouloir tirer la couverture à elle et rendre la parole à toutes les victimes par ricochets, Camille Emmanuelle n'en interviewe pourtant que trois : une épouse d'un des rescapés de Charlie Hebdo, un rescapé du Bataclan (qui de plus a déjà publié un livre pour raconter son histoire), et une psy spécialisé dans le traumatisme. Pas vraiment d'enquête donc, mais beaucoup la vie de l'auteur et de Luz dans ce qu'elle a de plus intime (qu'elle ne nomme presque jamais par son nom, mais "mon mec", beaucoup répété au fil des pages).
On a la sensation que Camille Emmanuelle cherche à tout prix à (se) prouver qu'elle est légitime à écrire sur le sujet et à revendiquer son statut de victime, sans jamais convaincre ni susciter réellement empathie et compassion. Il y a même des passages franchement gênants, comme celui où elle est persuadée que Madonna va les aider à trouver un appart à New York parce que Luz est invité en même temps qu'elle sur le plateau du Grand Journal...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
emma_x
  28 septembre 2021
Se reconstruire. Vaincre la peur. Être en colère. Protéger les siens. Comprendre. Chercher à comprendre. Tout laisser derrière soi. S'oublier.
Ce n'est pas la première fois que je me plonge dans un ouvrage qui traite des attentats de Charlie Hebdo et de novembre 2015. Il y avait eu « le lambeau » de Philippe Lançon, qui abordait la difficile reconstruction physique et mentale après avoir été victime d'attentat. Il y a eu également « Dessiner encore » de Coco, qui abordait la complexité de (sur / re) vivre après être sortie « indemne » d'une tuerie. Il y avait eu enfin « Vous n'aurez pas ma haine » d'Antoine Leiris, lettre écrite « à chaud », porteuse d'espoir et d'émotions.
Puis j'ai lu « Ricochets » de Camille Emmanuelle, un titre doux qui rappelle ce jeu où on lance un petit caillou pour faire des ronds dans l'eau. Chez Camille, c'est un peu moins doux : le caillou a touché son époux, une première fois, puis l'a atteinte elle. le caillou avait deux noms, deux frères qui ont assassiné douze personnes. Alors Camille essaie de comprendre et de donner un nom à ce qu'elle vit : comment faire quand on est une victime indirecte ? A quelle place peut-on prétendre d'un point de vue juridique, psychologique, légal ? Elle va rencontrer lors de son enquête d'autres victimes collatérales et convoquer leurs souvenirs et les associer aux siens afin d'avancer et, non pas de tourner la page, mais de continuer le livre avec de nouvelles qui la cacheront un tout petit peu.
C'est un livre touchant, drôle, cru, vrai. C'est un témoignage fort et puissant.
Se reconstruire. Vaincre la peur. Être en colère. Protéger les siens. Comprendre. Chercher à comprendre. Tout laisser derrière soi. S'oublier. REVIVRE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
MatatouneMatatoune   29 août 2021
Mais je serai ricochet à jamais. A moi de gérer quand le caillou rebondit, tombe au fond de l'eau, ou revient se poser sur une plage par le mouvement d'une vague.
Commenter  J’apprécie          20
MatatouneMatatoune   28 août 2021
Pourquoi ai-je déversé ce torrent de mots ? Pourquoi ai-je monopolisé la parole ? Ce n'est pas pour qu'on me plaigne, je ne cherche pas la pitié. Je crois que j'aimerais juste ne pas être la seule à porter ces souvenirs en moi. Comme si je devais sans. esse porter un sac rempli de petits cailloux, et la vielle , comme d'autres soirs, j'ai distribué ces cailloux à la personne en face de moi. Mais le lendemain, le sac. même vidé, est toujours aussi lourd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MatatouneMatatoune   28 août 2021
Comme un tatouage moche, on peut toujours tenter de la ( la peur) masquer, elle reste encrée à vie sur la peau.
Commenter  J’apprécie          30
MatatouneMatatoune   28 août 2021
Ce n'est pas-uniquement- de l'égocentrisme : si on va mal, qui est là pour soutenir la victime directe ?
Commenter  J’apprécie          20
MatatouneMatatoune   28 août 2021
"(...) Parce qu'un attentat, ça ne s'arrête pas quand les attaquants sont morts. Ça dure. Les conséquences durent des années . Même quand on n'est pas la victime directe, même quand est juste la femme de, je vous assure. "
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Camille Emmanuelle (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Emmanuelle
Calendrier de l'Avent booktube féministe : #unlivrefeministeparjour Découvrez ma sélection du 13 au 18 décembre ! Allez ! On file chez notre libraire préféré.e pour faire de jolis cadeaux livresques ♥
autres livres classés : traumatismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1221 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre