AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253074020
Éditeur : Le Livre de Poche (21/03/2018)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 82 notes)
Résumé :
Palerme, années 1980. Comme tous les garçons de son âge, Davidù, neuf ans, fait l'apprentissage de la vie dans les rues de son quartier. Amitiés, rivalités, bagarres, premiers sentiments et désirs pour Nina, la fillette aux yeux noirs qui sent le citron et le sel, et pour laquelle il ira jusqu'à se battre sous le regard fier de son oncle Umbertino. Car si Pullara, Danilo, Gerrudo rêvent de devenir ouvriers ou pompistes comme leurs pères, Davidù, qui n'a pas connu le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  02 octobre 2016
C'est à travers la voix de Davidù, 9 ans au début du roman, que nous traversons la Sicile, Palerme, et la vie de trois générations d'hommes à la fois blessés et bons. Davidù est le petits fils de Rosario, un homme avare de mots mais pour qui l'amitié et la sagesse seront une force. Il est le fils du Paladin, boxeur prometteur qui mourra trop tôt dans un accident de voiture. Neveu de Umbertino, cet oncle sera le père qu'il n'aura jamais connu et sur qui il pourra se reposer. Mais Davidù est aussi l'ami de Gerruso, l'amoureux de Nina ou encore un boxeur que rien ne fait plier...
Voici un très beau et très bon premier roman. On est au coeur de Palerme, on entend les sirènes de police et des ambulances, on vibre sur les bords d'un ring et on s'essouffle aux côtés de ces hommes forts et fragiles à la fois. Davide Enia écrit avec justesse et passion, nous entraînant par la musique de ses mots dans la valse entêtante de la vie...
Commenter  J’apprécie          414
tynn
  15 novembre 2016
Mais comment ai-je pu prendre plaisir à lire un bouquin sur la boxe ?!
Voici donc une histoire de boxeurs qui catapulte le lecteur dans tous les coins du ring. Une fresque familiale palermitaine qui s'articule autour du destin de ses hommes, depuis les sables du désert africain pendant la dernière guerre, dans les bombardements de Palerme, et dans les jeunes années de Davidù, petit dernier de tribu, magicien du jeu de jambes et de l'uppercut.
L'amitié, les amours d'adolescents, la valeur de l'effort et du courage, l'importance de la transmission portent ce roman virevoltant, aux espaces-temps brouillons et entremêlés et aux dialogues débridés, typiquement italiens (pardon! siciliens...).
Au-delà de la fiction, le charme ambigu et mortifère de la ville sicilienne se décline par sa population extravertie et sa violence mafieuse.
Une jolie surprise littéraire que ce premier roman. Un auteur à suivre...
Commenter  J’apprécie          330
Bazart
  19 juin 2018

Palerme 1980. de la guerre en Afrique aux attentats mafieux, une famille sicilienne dans la deuxième moitié du XXe siècle. Lorsque oncle Ubertino voit Davidu se battre contre les gamins du quartier, il comprend aussitôt que le petit orphelin de neuf ans a de qui tenir. La boxe est dans la famille depuis trois générations. Entouré d'une mère, d'un oncle et de grands-parents aimants, le jeune garçon tendre et poète à la fois, toujours flanqué de Garuso le souffre-douleur du quartier, va faire de cruelles découvertes, l'amitié, l'amour, le deuil et la vie comme un ring de boxe.
Quel joli roman d'apprentissage tendre et douloureux comme l'enfance. Une histoire de la Sicile à travers trois destins de boxeurs. Je vous entends hurler : « la boxe c'est détestable ! » eh bien oui cher lecteur je suis comme vous je déteste la boxe mais il faut bien le dire, ce sport extraordinairement romanesque est une formidable métaphore des difficultés et des combats quotidiens que l'homme doit affronter. Il émane de ce récit une tendresse, un charme et une violente douceur qui envoute le lecteur.
Davide Enia réussit l'improbable mariage du noble art et de la poésie.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
isabelleisapure
  14 octobre 2016
« Ton corps prend les coups de poing réels, mais notre âme prend les coups de poing invisibles. »
Palerme un endroit qui "a toujours été une poudrière, enculée de misère". C'est dans ce cadre que Davide Enia campe ses personnages hauts-en-couleur.
Rosario, Umbertino, Davidù. Trois hommes, trois générations de boxeurs. Rosario a connu la guerre, Umbertino la débrouille, Davidù, lui, porte l'espoir d'amener enfin le titre de champion dans la famille. La découverte des coups, de l'amour, de l'amitié et de la persévérance le fera grandir dans le Palerme des années 90 rongé par la Mafia.
Le roman est traversé par des figures magistrales telles que Providenza, la grand-mère, ancienne institutrice, qui enseignait à ses élèves, pour mieux les préparer à la vie, les verbes et le calcul, mais aussi les offenses et les injures.
Rosario, le grand-père, ancien prisonnier de guerre en Afrique, parle peu, "soupèse chaque gramme de ses paroles et de ses actions ».
Il fera de ses descendants des boxeurs, "La boxe, c'est pas juste donner des coups de poings et en recevoir, c'est une discipline qui apprend le respect et le sacrifice".
Et puis, il y a l'inoubliable Nina, cheveux roux, yeux noirs, une odeur de citron et de sel...
Trois vies, trois générations, trois histoires qui vont se chevaucher tout au long du livre.
Bien que le sujet du livre soit la boxe, on y parle de bien d'autres choses, comme l'amitié, l'amour, la fraternité, le partage.
Le choix de l'auteur de changer de personnage d'une phrase à l'autre, sans transition, m'a souvent dérangée au cours de cette lecture. C'est le seul bémol, j'aurais aimé plus de linéarité dans le récit.
Il n'en reste pas moins que pour ce premier roman Davide Enia nous offre un texte plein de poésie, de force et de beauté.
Un auteur à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
traversay
  29 août 2016
Silvia Avallone, Michela Murgia, Alberto Garlini, Alessano Mari : chaque année, ou presque, un nouvel auteur italien majeur vient s'ajouter à la longue liste des romanciers transalpins dont chaque livre est guetté avec attention. En cette rentrée littéraire, l'uppercut est asséné par Sur cette terre comme au ciel de Davide Enia. Au sens propre, comme au figuré, le premier roman de ce sicilien nous bourre de coups jusqu'au k.o avec un récit où la boxe tient la première place. Les intrigues sont nombreuses et se phagocytent entre elles : entre calme et chaos, le livre s'apprivoise lentement et le désordre apparent, l'entrelacement des époques et des personnages habilement déconstruits s'éclaircissent au fur et à mesure. C'est une saga familiale que nous conte Davide Enia, pleine de violence et de fureur, gonflée par la testostérone et un machisme on ne peut plus sicilien. D'un camp de prisonniers de guerre en Afrique du Nord aux rings de boxe, en passant par les rues de Palerme, dans les années 80, alors que la mafia fait sauter des bombes, le livre nous prend dans un maelström d'émotions. Goût du sang et de la virilité et sentiments amoureux contrariés : tout se mêle, tout s'enchaîne dans un crescendo qui s'achève par un dernier combat. Cru et poétique, le style d'Enia fait une large place aux dialogues, vivants, brutaux, ironiques, avec l'impression d'entendre distinctement le dialecte sicilien (la traduction est remarquable). Il ne suffit pas de dire que c'est un livre coup de poing, c'est aussi un immense coup de coeur.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   20 septembre 2016
Davide Enia livre un récit initiatique dense et rythmé, d’une puissance poétique magistrale.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   16 juin 2018
C’est surprenant, cette insistance des femmes à demander aux hommes ce qu’ils pensent. La réponse, le plus souvent est simple, aussi élémentaire que le mâle : à rien. Parfois on est simplement en train de regarder une tache sur un mur. D’autres fois, c’est l’écoute d’un formidable solo de guitare électrique qui absorbe l’attention. Il n’y a aucune logique. Plus surprenant encore est la façon dont le mâle se sent tenu de fournir une réponse sensée et profonde qui alimenterait son charme mystérieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
NadaelNadael   11 octobre 2016
« Tu sais ce que je voudrais ? Voler le froid de l'hiver, et comme ça, quand viendrait le sirocco, j'aurais toujours le frisson du vent sur la peau et un peu dans le coeur aussi. Dans les histoires, par contre, je voudrais me souvenir seulement de l'instant d'avant. L'instant avant de pêcher un poisson, l'instant avant de toucher un sein, l'instant avant de goûter une orange. Et après, si j'apprends à écrire, je ferai une histoire toute avec des « ne pas » : quand je ne suis pas parti, que je ne t'ai pas dit au revoir, que je ne suis pas allé ailleurs, que je ne travaillerais pas pour un patron et qu'il n'y a pas eu la fête sur la place et que je n'ai pas dansé (…). En tout cas, je cours plus vite que toi. (…) Et ils coururent ensemble, quittant l'enfance, l'un à côté de l'autre, pour la dernière fois de leur vie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
GabySenseiGabySensei   06 septembre 2016
"A quoi tu penses, Davidù ?"
C'est surprenant, cette insistance des femmes à demander aux hommes ce qu'ils pensent. La réponse, le plus souvent, est simple, aussi élémentaire que le mâle : à rien. Parfois on est simplement en train de regarder une tâche sur un mur. D'autres fois, c'est l'écoute d'un formidable solo de guitare électrique qui absorbe toute l'attention. Il n'y a aucune logique. Plus surprenante encore est la façon dont le mâle se sent tenu de fournir une réponse sensée et profonde qui alimenterait son charme mystérieux. [...] Nous les garçons on pense moins, mais beaucoup moins que vous ne croyez. Les garçons, tu piges ? Des heures et des heures à regarder des types en short courir derrière un ballon, à jouer les fiers-à-bras avec les copains, à faire des pompes en s'appuyant sur les poings. Les hommes, Nina. Quelles pensées veux-tu qu'il y ait derrière tout ça ? C'est déjà un miracle si nous arrivons à marcher et à siffloter sans trébucher tous les trois pas.

(P222-223)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NadaelNadael   11 octobre 2016
« Franco avait la bouche grande ouverte.
Umbertino avait volé de sa chaise jusqu'au bord du ring.
C'était la réplique, identique dans les temps et l'action, de l'attaque qui avait permis au Paladin de triompher au régional.
À quel point mon père, des années plus tôt, leur avait manqué, ce fut à cet instant qu'ils le comprirent.
Les genoux de Gaetano Licata plièrent.
Il détacha son gant droit des corde pour créer la distance, mais son bras ne répondit pas à la vitesse espérée.
Il était lent, lourd.
Ses supporters s'étaient tus.
Leur boxeur était en miettes.
Tu veux savoir qui je suis ?
Ouvrant l'épaule, je lançai mon poing gauche en l'air.
Je suis le poète.
Je le frappai en plein visage.
Son protège-dents vola au loin.
Ils te plaisent mes poèmes ?
Gaetano Licata commença à tomber de côté.
Non, pas comme ça.
Le requin n'a pas fini.
Un autre crochet l'atteignit à la tempe.
Un coup si urgent qu'il n'avait même pas été réfléchi.
Il s'écroula, comme s'écroule un mur.
Férocité, tu es de retour. Tu m'as manqué. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
blandine5674blandine5674   01 mars 2017
« Tu sais ce que je voudrais ? Voler le froid de l’hiver, et comme ça, quand viendrait le sirocco, j’aurais toujours le frisson du vent sur la peau et un peu dans le cœur aussi. Dans les histoires, par contre, je voudrais me souvenir seulement de l’instant d’avant. L’instant avant de pêcher un poisson, l’instant avant de toucher un sein, l’instant avant de goûter une orange. »
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Davide Enia (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Davide Enia
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
Sur cette terre comme au ciel de Davide Enia aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/108741-divers-litterature-sur-cette-terre-comme-au-ciel.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
833 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre
. .