AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2914082606
Éditeur : La Mascara (11/01/2002)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Au 21e siècle, après " la Brûlure ", les océans évaporés laissent une humanité errant à la recherche de lieux hospitaliers. Seule la loi du plus fort prévaut désormais. Dans ce décor apocalyptique, un homme se dresse. Il poursuit les impénitents avec sa Bible et son fusil, les deux piliers de sa foi en Dieu. Pèlerin sans nom qui cherche sa rédemption, il vient en aide aux colons attaqués par une horde de pillards menée par l'inquiétant Castenado. La confrontation en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Presence
  15 mars 2016
Ce tome regroupe les 5 épisodes de la minisérie initiale de 2001. La minisérie en 4 épisodes "Garden of Eden" parue en 200 se trouve dans le jardin d'Eden. Ce commentaire couvre les 2 histoires "Régner en Enfer" + "Le jardin d'Eden".
Régner en Enfer - le soleil a connu une augmentation de son activité, qualifiée de Grande Brûlure. Les océans se sont littéralement évaporés, l'humanité a été décimée, il ne reste que quelques poches de survivants. Alors que l'histoire commence, celui qui se fait appeler Pilgrim (Pèlerin) arrive sur le lieu d'une attaque d'un camp de survivants paisibles, par des brutes criminelles qui souhaitent s'emparer de leurs femmes pour leur bon plaisir. Grâce à un art consommé du maniement des armes à feu, Pilgrim repousse les agresseurs qui repartent la queue basse en ayant essuyé de lourdes pertes en vies humaines. La tribu l'accueille à bras ouverts et lui demande de les guider vers un havre situé plus loin vers l'ouest. Toutefois, l'un des femmes a l'étrange sentiment d'avoir déjà vu Pilgrim ailleurs, avant la Grande Brûlure, et la dureté inflexible du Pilgrim en rebute quelques uns. Seul Billy, un enfant de dix ans et demi, semble accorder une confiance aveugle en cet étranger qui cite la Bible et dit accomplir la volonté de Dieu sur Terre.
Le jardin d'Eden – Alors que le Pilgrim a le dessous face à un groupe de ce qui semble être des zombies, Chris (une femme) et Cameron (un homme) lui viennent en aide à bord d'un hélicoptère. Ils l'emmènent dans leur campement qui se révèle être l'équivalent d'une gigantesque serre souterraine, avec de nombreuses plantes vertes et arbres fruitiers, un oasis de verdure dans un monde devenu un véritable désert. Il s'agit d'un regroupement de scientifiques prévoyants qui ont des projets pour l'avenir et qui accueillent le Pèlerin à bras ouvert, car ils ont dû essuyer les attaques de quelques créatures peu ragoûtantes.
Ces 2 miniséries ont été initialement publiées par Black Bull Comics, une émanation de Wizard Entertainment. Il s'agit ici de la réédition effectuée par Dynamite Entertainment. Les scénarios sont de Garth Ennis, et les illustrations de Carlos Ezquerra. Ce qui intéresse Garth Ennis dans cette histoire, ce ne sont pas les modalités de survie des groupes du premier ou du deuxième récit. Malgré la grande sécheresse, la question de la nourriture sert juste à montrer que les survivants doivent se contenter de peu, et il n'y a pas de détails sur les problématiques de ravitaillement en eau. le point de départ sert à montrer un groupe d'individus, puis un autre dont la survie est menacée et dont l'arrivée du Pèlerin augmente les chances. Ce qui intéresse Ennis, ce sont les affrontements entre les 2 factions, ainsi que la découverte de la personnalité du Pèlerin par les gens qui l'accueillent dans leur communauté. L'intrusion du système de valeur religieux, intransigeant et réactionnaire du Pèlerin polarise les individus en face de lui et déclenche des réactions de crispation. Ennis ne se limite pas à refaire le coup de l'étranger qui arrive en ville pour régler les problèmes et dévoiler les défauts des uns et des autres. Il dévie de ce schéma de western spaghetti pour exposer le passé du Pèlerin, ce qui provoque encore d'autres réactions dans la communauté.
Bien évidemment, Garth Ennis inclut de nombreux moments Ennis dans son récit : provocation gratuite, mauvais goût assumé, transgression des tabous, etc. Il s'agit d'un récit post apocalyptique qui se prête bien à ce genre d'excès, encore qu'Ennis n'ait jamais eu besoin d'excuses pour faire crade. Les illustrations sont réalisées par Carlos Ezquerra qui a collaboré à plusieurs reprises avec Ennis, et qui est dans une grande forme pour ces 2 récits. Il trouve le juste équilibre entre les détails et la prédominance du mouvement dans les cases. Bien que le physique du Pèlerin n'ait rien à voir avec celui du Clint Eastwood, il lui confère la même stature monolithique et impénétrable, marmoréenne. Les véhicules utilisés par les pilleurs présentent ce qu'il faut d'usure de temps, de rouille et de délabrement pour faire plus Mad Max que Mad Max. L'incroyable chef des pilleurs reste visuellement crédible malgré ses spécificités physiques. le Titanic est massif, et le pauvre homme qui a été imprégné par une créature ressemble à un testicule géant avec une véracité troublante. le jardin d'Eden combine à la fois une dimension mythologique avec la réalité de ces cultures organisées par les scientifiques. Et Ezquerra trouve une solution graphique élégante pour les créatures qui apparaissent au début comme des zombis. Ces dessins sont rehaussés par la mise en couleurs intelligente et intense de Paul Mounts et Ken Wolak.
Alors qu'Ennis aurait pu se contenter d'une accumulation d'horreurs faciles dans un futur apocalyptique, il propose un personnage trouble qui perturbe encore plus les pauvres survivants. Alors qu'Ezqerra aurait pu se contenter de décors dessinés à grands traits et de grands mouvements perdus dans un fond poussiéreux uniforme, il insère des détails qui donnent une identité propre à ce futur, et aux personnages qui le hantent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Winter
  17 avril 2012
Après Preacher et ses 66 numéros d'irréligieuses boucheries, éviscérations, incestes, énucléations, émasculations, tronçonnages, viols, tortures et autres délicatesses, on croyait avoir tout vu avec Garth Ennis. Nous étions en 2000 et nous avions tort. Il pouvait bien pire.
En 2001, l'irlandais fou revient avec son complice Carlos Ezquerra aux dessins pour l'abominable Just A Pilgrim.
Dans un futur indéterminé, la prédiction des scientifiques s'est accomplie. le soleil en fin de vie a commencé une période d'expansion brutale, dévorant Mercure et Venus, provoquant le cataclysme qui est resté sous le nom de la Brûlure. Tout la surface du globe a été carbonisée, les océans se sont évaporés. Ce qui reste de l'humanité, les rescapés protégés au moment de la Brûlure, erre sur une planète dévastée, parcourant les grandes plaines océaniques désormais à nues en quêtes des dernières zones habitables. Un groupe de colons vient de quitter les Féroés et cherche à passer la Grande Dorsale Atlantique. Hélas pour eux, les voilà en plein territoire du sanguinaire Castenado, sanguinaire seigneur de la guerre de ce nouveau Far West. Les colons sur le point d'être massacrés par les hordes de Castenado ne doivent d'en réchapper qu'à l'intervention d'un mystérieux personnage, le Pèlerin.
Mais bien vite, il apparaît que le sauveur est un bien étrange personnage, abominablement violent et cynique, en conversation avec Dieu, citant des extraits des textes sacrés en même temps qu'il explose les cervelles au calibre 44. Et si ça ne suffisait pas, le Pèlerin cache un passé plus que glauque et ses motivations dans l'accomplissement de Son oeuvre pourrait en refroidir plus d'un.
Le personnage du Pèlerin n'est pas sans rappeler le Saint des Tueurs de Preacher et on retrouve beaucoup des gimmick d'écriture de Ennis (le poissard absolu et tête de turc du destin, personnage récurrent dans son oeuvre). Just A Pilgrim, c'est Mad Max meet Preacher meet Rob Zombi (version réalisateur). Question originalité, on repassera mais question inventivité dans l'horreur, difficile de faire mieux (ou pire c'est selon).
Niveau graphique, Carlos Ezquerra s'en sort honorablement et sert le récit correctement sans plus. Je n'ai jamais été fan de son boulot (sur Bloody Mary déjà avec Ennis), on a un peu l'impression d'un Darrick Robertson du pauvre.
On ne ressort pas indemne de cette lecture, autant le dire franchement. La brutalité de certains passages peut franchement vous amener la nausée. Là où Preacher jouait la carte de l'humour ou du machisme sudiste, rien ne vous sauve de l'horreur glauque de Just A Pilgrim.
Remarquablement écrit, mené tambour battant, bourré d'idées novatrices sur un sujet plus que rebattu, outrancier comme il se doit pour du Ennis, Just A Pilgrim n'est pas à mettre en toutes les mains.
Lien : http://www.eclipshead.net/co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Skritt
  11 juin 2018
Ce premier tome qui se suffit à lui-même se déroule dans un post-apocalyptique dans lequel les océans ont disparu laissant la place à une chaleur accablante et de déserts à perte de vue. Les hommes survivent comme ils le peuvent, en suivant des meneurs, charismatiques et cruels à la fois. Nous suivons une sorte de prêcheur, un tueur en série qui a trouvé la foi et veut mener les brebis comme un berger vers le chemin de la rédemption grâce au récit d'un petit garçon écrivant son journal. L'univers est violent, sanglant. le récit est passionnant, écrit avec finesse, les dialogues sont presque succincts sans fioriture. le graphisme est bien réalisé, avec des visages marqués par la privation, la haine, la violence du quotidien, la mort. Un très bon album, dans un style, un univers original, qui raconte une histoire, une vraie, une dure.
Lien : https://lectureroman.wordpre..
Commenter  J’apprécie          20
Vance
  27 décembre 2011
Aussi cynique et cruel que l'excellent la Vallée des larmes de la série Ghost Rider, mais moins graphique et puissant, moins ambitieux dans sa construction, un récit d'anticipation amer et désenchanté plutôt réussi.
Lien : http://arpenteur-de-pages.ov..
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Garth Ennis (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Garth Ennis
Interview en anglais de Garth Ennis, à propos de la série Preacher.
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
149 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre