AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782365775823
352 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (23/01/2015)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 82 notes)
Résumé :
Au premier abord, le révérend Jesse Custer ne semble pas différent des autres petits pasteurs de province des États-Unis. Isolé dans une petite ville du Texas, le temps s’y dilue sans agitation, et avec lui, l’ardeur de sa foi. Jusqu’au jour où un terrible accident vient anéantir son église et décimer l’ensemble de ses fidèles. Depuis lors, Jesse développe d’étranges pouvoirs émanant d’une force spirituelle appelée Genesis. En proie au doute et à de multiples interr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Verdorie
  08 avril 2015
"Preacher", ce sont 66 épisodes écrits entre 1995 et 2000 (dont les 12 premiers sont regroupés dans cette première intégrale...sur les six prévues). Un succès commercial immédiat, autant récrié qu'acclamé. Salué et réprouvé pour la même raison : son audace dissidente exprimée dans ce comics brutal, blasphématoire, violent, dépassant avec entrain les bornes du politiquement-correct.
Mais peut-être bien que Garth Ennis et Steve Dillon auraient trouvé d'autres voies narratives... si Dieu n'avait pas fichu le camp !
Et ça ! c'est la faute à l'Amour ! ...enfin plutôt à un accouplement "infernalement" charnel d'un ange avec une demone. de cette union anti-séraphique est né un prodige d'une autre espèce qui répond au nom de Genesis et qui est probablement aussi puissant que Dieu... ce dernier se sentant alors supplanté, s'est barré !
Mais Genesis, strictement surveillé par les sbires angéliques de Dieu, voit (aussi) l'occasion de se catapulter dans la liberté et atterrit avec fracas dans le corps du pasteur Jesse Custer, devant ses ouailles tout sauf dévouées.
Comme Jesse est un homme sceptique qui aime partager ses doutes cléricaux avec son pote Jack Daniels...question "esprit" il est maintenant servi !
Ça... c'est le début d'une longue histoire qui va jeter Jesse sur la route, en compagnie de sa jolie ex-fiancée Tulip et d'un vampire irlandais, Cassidy, qui adore téter indifféremment gorges et bouteilles.
Quand Jesse comprend que Dieu s'est défilé pour fuir ses responsabilités... il confesse la ferme intention d'aller lui botter les fesses afin que "L'Eternel" réintègre ses célestes pénates. Encore faut-il le trouver, ce Seigneur Divin...quelque part dans cet Amérique peuplé de flics pochetés, de ploucs, de pèquenots et d'exterminateurs...
Et pour ceux/celles qui se demandent pourquoi et comment un homme de la trempe de Jesse s'est retrouvé devant un autel en Texas... sachez que la présentation de la famille aimante et aimantée de Jesse ne vous sera pas épargnée, dans un face-à-face chaud...très chaud !
Pour moi, qui tient "L'Etre Suprême" dans une certaine estime... plus proche d'aucune, l'insolence subversive d'Ennis et Dillon est jouissive ! La violence, très présente, se manifeste surtout dans les dessins (aaah ! la façon et la quasi-perfection avec lesquelles Dillon sait représenter l'éclatement de la chair par balle... !), et ces dessins, pourtant pas toujours précis quand ils ne concernent pas les personnages, racontent parfois mieux que le texte... à cause, sûrement, des expressions et mimiques incroyablement vivantes des visages...
Bon, je ne veux pas éterniser mon prêche...laissez-vous convertir par le Preacher !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Dionysos89
  25 janvier 2015
Et ça y est, la réédition de Preacher, la série phare de Garth Ennis et Steve Dillon, est lancée chez Urban Comics ! le Livre I fut un hit dès son lancement aux États-Unis en 1995, nul doute qu'une réédition sous une forme définitive avec plein de bonus à l'appui ravira le plus grand nombre.
Dans un décor digne d'un western des années 1990, le sacré Garth Ennis nous dévoile un récit qui se construit dès le départ autour d'un trio improbable : d'abord, Tulip O'Hare, relatif canard boiteux qui devra nous en apprendre davantage pour convaincre, puis Jesse Custer, un pasteur texan qui reçoit en son sein une mystérieuse entité et détruit du même coup l'ensemble de ses coreligionnaires (!), et enfin, Cassidy, vampire irlandais qui rôde alors au Texas. Tous trois ont donc quelque chose à se reprocher et un bon paquet d'individus vont se mettre à leur filer le train assidument. Nous trouvons là surtout un duo diablement osé : la relation entre Jesse et Cassidy est à la fois franche, ambigüe et décomplexée ; les bons mots fusent, comme les plus grossiers, leurs expériences nourrissent leurs dialogues et ça n'y va pas de mainmorte !
À ce petit monde, Garth Ennis ajoute un beau petit lot de personnages secondaires bien « profonds » : d'abord Hugo Root, un shérif avec une vie personnelle aussi pathétique que sa vision de la société, mais fort d'une présence charismatique indéniable ; puis le duo d'inspecteurs opposés, John Gland et Paulie Bridges (le raté et le parfait, attention aux clichés à faire sauter !) ; et même Simon Coltrane, le journaliste de base, reporter solitaire qui se révèle plein de ressources pour toute sorte d'histoires sordides ; enfin, attendez-vous également à quelques gars de la campagne profonde du Texas, il y a du dégénéré à la pelle. La plupart d'entre eux ont le racisme au bout des lèvres, l'insulte facile et la grossièreté en règle de grammaire.
Pour ce premier livre raisonnablement introductif, nous avons la chance de découvrir deux arcs distincts. le premier est composé de sept chapitres et nous emmène du Texas à New York pour découvrir les personnages principaux, leurs atouts et leurs faiblesses, et déjà l'envers du décor avec les forces mystiques mises en jeu dans l'affaire. Un deuxième arc de cinq épisodes complète notre entrée dans l'univers tourmenté du Preacher avec un retour à Annville, au Texas, pour comprendre le passé du pasteur Jesse Custer et s'affranchir une bonne fois pour toutes de son entourage encombrant. Dans ce contexte, le dessin de Steve Dillon est particulièrement expressif, mettant souvent de côtés les paysages et décors pour se focaliser sur les personnages avant tout, ce qui se révèle très utile dans les scènes de combat singulier, d'émoi intérieur et de blocage sentimenalo-intriguant.
Dans toutes ces intrigues déjà foisonnantes alors que nous n'avons là que les douze premiers épisodes, Garth Ennis ne prend jamais de pincettes : que ce soit pour démonter la religion (qui compte beaucoup mais n'est pas forcément l'intrigue prépondérante pour le moment), pour exprimer son ras-le-bol de certains comportements ou bien pour rayer de l'histoire un personnage pourtant clé, c'est toujours avec force, de manière abrupte et cassante. Nous avons clairement là un récit volontairement amoral, mais qui présageait finalement de la mentalité de ce début de XXIe siècle, tout simplement. L'heure n'est plus à la morale, et la violence et ses affres habituelles n'ont jamais eu autant pignon sur rue, alors désormais tout ne vous choquera pas dans Preacher. Lire Preacher, c'est ainsi plonger la tête sous l'eau, respirer à grand peine, suffoquer en se retrouvant à l'air libre et finalement se prendre un violent coup de tatane dans la gueule et reprendre inlassablement ce cycle « vertueux ».
Avec ses douze chapitres, alors que la série en compte en totalité 66 (évidemment), ce premier volume qui lance la réédition est le plus épais, je pense. En guise d'exclusivité, car ils sont inédits, nous bénéficions à chaque fin de chapitre (et oui, Urban Comics réussit quasiment toujours son chapitrage original, lui) du courrier des lecteurs que Garth Ennis se faisait un charmant plaisir à organiser chaque mois. Enfin, et heureusement, en bonus final, nous trouvons entre autres ce qui a beaucoup contribué aux bonnes ventes des numéros originaux de la série : les couvertures de Glenn Fabry, peintures accrochant définitivement l'oeil, avec ses crayonnés préparatoires et des commentaires du dessinateur lui-même et de Garth Ennis.
Preacher, Livre I est donc une totale réussite sur le plan éditorial (un peu à l'image de Northlanders pour l'entente directe avec l'auteur pour faire un ouvrage avec un fort aspect définitif), merci Urban Comics pour cet écrin ; cette oeuvre de Garth Ennis et de Steve Dillon, dont les retombées se ressentent encore aujourd'hui dans le monde des comics, le mérite largement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
Tatooa
  03 mars 2016
Ouah ! ça c'est du comics qui tue sa mémé ! (Humour glauque, faut le lire pour comprendre...)
352 pages de bande dessinée pur jus d'irrévérence mâtiné de gore-attitude, assaisonné d'humour très (mais alors très très) noir, saupoudré d'une pincée d'amour fou, pimenté de fantastique et rempli de personnages complètement déments, c'est juste le top du top du comics tel qu'on en veut encore !
Le scénario est juste dingue, les dessins à peu près autant, les personnages au top, et j'avoue que Cassidy m'a gravement manqué sur la fin de ce Livre 1, même si cette fin reste au top du top de la monstruosité.
Ceci dit, et alors que certains penseront à la lecture de ce plaidoyer "anti-dieu" être dans le "trop vraiment trop gros pour être vrai", je trouve que la lâcheté et le sadisme de certains qui se planquent derrière "dieu" et une religion quelconque pour faire (et faire faire) les pires saloperies à leurs enfants est fort bien mise en exergue et hyper-réaliste, en fait.
Bref, j'ai adoré, j'ai bien fait d'offrir le Livre 2 à ma fille pour son récent anniversaire (puisque c'est elle qui l'a vue avant moi et l'a commencé, cette série...) ! ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          237
l-ourse-bibliophile
  02 mars 2019
Des anges et des démons, un vampire, un Dieu qui a abandonné son poste, un Saint des Tueurs, de la haine, de la peur, de l'amour… ça aurait pu être juste un grand n'importe quoi, mais c'est loin d'être le cas car, grâce au cadre et aux personnages, tout reste crédible d'un bout à l'autre.
Je vous préviens tout de suite : Preacher, c'est violent. C'est vulgaire et c'est brutal. Jurons, insultes, mutilations et meurtres sont légion. Et l'humour y est très noir. Mais ce n'est pas juste une violence gratuite (enfin, peut-être un peu). C'est surtout que nos personnages évoluent dans un monde lâche, cruel, agressif – ils y participent aussi pas mal, surtout dans le cas de Cass –, dans lequel règne la loi du plus fort. Il y a toutefois quelques passages bien vicieux (si vous avez l'occasion de découvrir le Marchand de viande, vous comprendrez).
Mais Preacher est aussi une grande fresque qui parle de religion et de nature divine, d'amour (les parents de Genesis, ceux de Jesse, lui et Tulip…) et d'amitié (l'importance énorme de Cass dans sa vie), de la famille (notamment lors de l'arc narratif sur Angelville, le domaine – assez atroce – où Jesse a été élevé), d'honneur et de loyauté, d'identité…
Bref, si Garth Ennis et Steve Dillon proposent là une étonnante et passionnante vision du Ciel, de Dieu et de son armée d'anges, ce sont bien les relations humaines qui constituent le coeur vibrant de cette histoire.
Preacher, ce sont également des personnages complexes, torturés, mystérieux. Au fil des histoires, les personnages se succèdent : forts, exécrables, pathétiques, dérangeants, fous… impossible de rester indifférente face à ces caractères à la fois réalistes et improbables. Mémé, Tête-de-Fion, Odin Quincannon, Starr… les méchant·es sont tellement atroces et truculent·es qu'il y a cette bizarre relation attraction perverse/répulsion qui se met en place à chaque fois ce qui est génial et perturbant à la fois.
Et puis il y a le trio de tête : Jesse, Tulip, Cassidy. Si on s'attache presque immédiatement à chaque membre de ce trio d'antihéros, tous trois prennent leur temps pour nous dévoiler tous leurs secrets et nous révèlent bien des surprises, bonnes ou mauvaises, tout au long de la saga.
- Jesse, le prêcheur qui n'existe pas à se servir de ses poings. Malgré toute la violence dont il peut faire preuve, c'est finalement un personnage très moral, très droit qui suit la ligne de conduite qu'il s'est fixé. C'est le personnage principal avec lequel j'ai eu le moins d'atomes crochus car il est trop américain. Trop « c'est un foutu beau et grand pays », « les Etats-Unis d'Amérique (mettre toute l'emphase nécessaire en lisant ces mots), la nation de la seconde chance, « femme, que veux-tu, mon seul défaut est de vouloir te protéger, quitte à me casser en douce pendant que tu dors » (en vrai, il ne parle pas comme ça, j'exagère un peu) (je vais finir par le faire passer pour un gros abruti…). Et puis il a John Wayne pour « ange gardien imaginaire ».
- Tulip est la seule femme et elle est capable. Sauf qu'elle doit encore et toujours faire ses preuves,et ce depuis l'enfance que l'on revit en flash-back (j'ai d'ailleurs beaucoup aimé ce passage où son père découvre et se dresse contre le sexisme ordinaire en élevant seul sa fille). Même si elle atomiserait Lucky Luke au tir, elle doit sans cesse lutter contre l'horripilante tendance de Jesse à la surprotéger. Elle a les pieds sur terre et, malgré la folie de leur périple, elle n'oublie pas de vivre et de rire : elle apporte ainsi de salutaires moments de répit.
- Et puis, il y a Cass. le vampire qui remet à leur place les vampires traditionnels de la littérature et du cinéma, pédants et faussement torturés. Il est tellement cool, Cassidy, comment ne pas l'aimer ? Mais il vous fera faire des montagnes russes émotionnelles avant que tout cela ne soit achevé.
Une superbe histoire, c'est très bien, mais dans une BD, le visuel y est aussi beaucoup. Et là encore, c'est un sans-faute. Contrairement à Sandman pour lequel les artistes s'étaient succédé, il y a ici une belle continuité : Steve Dillon est aux commandes (sauf pour quelques épisodes spéciaux dessinés par des « invités »). Les dessins sont réalistes et dynamiques. Certaines séquences sont juste superbes grâce aux illustrations expressives et évocatrices de Steve Dillon. Je ne pense pas à des moments d'action, mais à des discussions entre personnages, à des retrouvailles : celle de Jesse et Tête-de-Fion par exemple est bouleversante tant Dillon nous donne à voir la compassion et la tristesse du premier et la détresse de l'autre. C'est tout simplement sublime ! Mais horreur et perversion y sont tout aussi bien représentées (pour notre plus grand plaisir de gens bizarres ?).
Les intégrales présentent également toutes les couvertures des fascicules d'origine. Illustrés par Glen Fabry, il s'agit le plus souvent de portraits des personnages. Si quelques ratés se glissent ici ou là, plusieurs d'entre elles capturent à merveille le caractère d'Untel ou Unetelle ou l'horreur d'une situation.
Enfin, les intégrales sont complétées avec des extraits du courrier des lecteurs, ce qui donne parfois à voir ce qui choque les lecteurs et lectrices et de découvrir alors le point de vue de Garth Ennis. Très intéressant, notamment sur les sujets les plus délicats et potentiellement clivants.
Trash, fou, surprenant, insolite, délirant, irrévérencieux, drôle. Les adjectifs s'appliquant à Preacher sont nombreux tout comme les qualités de ce comics culte (que je ne connaissais pas avant d'être attirée par le portrait de Tête-de-Fion sur la sixième couverture). Je vous en laisse un dernier : magistral.
Une adaptation en série est en cours. Je ne l'ai pas vue, j'ignore si je la verrais un jour (pas tout de suite en tout, la BD est trop fraîche dans mon esprit), mais j'avoue être dubitative. La violence très présente, les choses atroces brillamment mises en images par Steve Dillon, l'humour noir, etc., je me demande ce que ça donne en images réelles. Si quelqu'un l'a vue, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, je suis curieuse malgré tout.
Lien : https://oursebibliophile.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
belette2911
  04 octobre 2020
Bon, il est temps que j'écrive ma chronique au lieu de me taper la main sur la cuisse tellement j'ai apprécié ce comics.
De l'audace, il ne fallait que ça pour arriver à mettre en scène une histoire déjantée, sombre, noire, folle, aux dialogues extras.
N'en jetez plus, même les dessins, je les ai appréciés !
Par contre, si vous êtes allergiques au fantastique, prenez une boîte d'antihistaminique car vous pourriez avoir une crise de boutons…
Imaginez un paradis où un ange aurait copulé avec un démon et qu'un enfant serait né de cette union sauvage et sensuelle. Désolée de vous l'apprendre de cette manière, mais apparemment, les anges ont un sexe (une bite) et ils peuvent l'utiliser.
Je ne vous en dirai pas plus, z'avez qu'à lire le comics, tiens ! Partez sur la route en compagnie de Jesse, le pasteur habité par l'entité Genesis (pas le groupe), suivi de Tulip, son ex-copine et de Cassidy, le vampire. Faites juste gaffe au Saint des tueurs.
Oui, c'est irrévérencieux au possible, c'est violent, sombre, les têtes explosent, les gros mots fusent, le racisme crasse colle aux basques de certains personnages, mais bon sang, qu'est-ce que c'est jouissif ! Sauf si vous êtes une grenouille de bénitier… Là, vous risquez de défaillir grave votre mère.
Certains personnages sont un peu dans la caricature, mais la majorité sont étoffés, travaillés. Les personnages secondaires sont pour la plupart des trous du cul bas de plafond.
Une fois de plus, je me dois de remercier Jean-Marc-Les-Bons-Tuyaux (Actu du Noir) pour m'avoir donné envie de lire cette saga. J'ai mis un peu de temps mais maintenant que je suis lancée, j'espère avoir le temps de la lire en entier.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
VerdorieVerdorie   07 avril 2015
J'adore toujours celle-ci, malgré le temps qui a passé et toutes les autres couvertures qui lui ont succédé. Le sourire de Jesse, noir, rusé, celui du mec qu'on n'a pas envie d'emmerder, jaillissait de la page, c'était une couverture difficile à ignorer... Et elle illustrait la promesse de PREACHER : "J'ai des saloperies toutes neuves pour toi, mec..."

(Commentaire de Garth Ennis sur la couverture du tome 1 (et de cet integrale), dessiné par Glenn Fabry)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Dionysos89Dionysos89   01 février 2015
Forcer Tulip à commettre l’acte charnel contre son gré serait un péché impardonnable pour lequel je mériterais de brûler en enfer pour l’éternité... Donc, tant qu’elle n’aura pas retrouvé ses esprits, j’endurerai les affres du célibat... Et une trique à défoncer les portes.

Commenter  J’apprécie          220
TatooaTatooa   29 février 2016
- Ah, Tulip, je regrette un peu ce que je lui ai dit, tu sais ? "Une abomination"... Merde, c'est pas mon genre de porter un jugement pareil. (Custer)
- T'as une excuse, quand même ! C'est un putain de monstre, merde !
- Je sais, je sais, c'est juste... j'ai l'impression qu'on aurait pu être amis, c'est tout. Et je l'ai blessé, je crois.
Commenter  J’apprécie          100
TatooaTatooa   27 février 2016
Le crépuscule s'installe comme un gros énervé qui s'étale sur son divan, et bientôt le choeur nocturne s'éveille. Le lapin place un euro dans le jukebox. Le blaireau pète sa gueule à la belette. Tout va bien. La chose sensée à faire serait d'ouvrir une autre bouteille, mais ça en ferait huit aujourd'hui. Hmmm...
Pile, j'ouvre, face, je n'ouvre pas... Ah tiens. Encore pile.
(Garth Ennis, en liberté, février 2009 (sorte de préface ? Arf !))
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
TatooaTatooa   02 mars 2016
- Je n'ai pas frappé cette raclure pour qu'on puisse lui voler sa bière, je l'ai frappé parce qu'il m'a traité de "bouseux de fils de pute". Il y a sûrement plus poli pour signifier à quelqu'un qu'on veut fermer, non ? On lui doit combien ? (Custer)
- Dix pichets... 80 dollars. (Cassidy)
- Hmmm...
- Je déduis de cette toux que ta part rejoint la reconnaissance de dette que tu m'as signée ?
Commenter  J’apprécie          67

Videos de Garth Ennis (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Garth Ennis
Interview en anglais de Garth Ennis, à propos de la série Preacher.
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1386 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

.. ..