AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330127336
Éditeur : Actes Sud (02/10/2019)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Quatre amis, musiciens amateurs, se remettent difficilement, et différemment, de la violente agression dont ils ont été victimes (qui clôt le précédent roman de l’auteur, «Quatuor»). La violence du choc les a dispersés, métamorphosés. Caroline, incapable de tenir un archet, part en Chine pour tenter de briser son apathie. Jochem, son mari, transforme son atelier de luthier et leur maison en forteresses inattaquables. Leurs voix dissonantes retracent pour chacun des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fanfanouche24
  28 octobre 2019
Attirée spontanément par cet ouvrage qui parle de « Reconstruction de soi »…après différents drames de plusieurs amis aux professions différentes, mais réunis par l'amour de la musique. Là , il s'agit à la fois d'un « Quatuor » d'amis et de personnes qui prennent du plaisir à jouer de la musique ensemble, depuis des années…J'ai réalisé plus tard qu'il s'agissait de la suite du roman « Quatuor » …mais rassurez-vous, on peut le lire, sans problème, de façon indépendante !
Après un attentat terrible, quatre grands amis, musiciens, profondément choqués, vont tenter de se reconstruire, chacun à sa manière !
Les deux personnages avec lesquels nous pénétrons immédiatement dans les vies respectives, sont Caroline et Jochem. Caroline, médecin généraliste et violoncelliste. Elle traîne une dépression intense, augmentée par la perte d'un auriculaire, rendant à ses yeux sa main monstrueuse, inutile à ses yeux, désormais. Apathique, indécise, elle n'a plus envie de rien, et se rend compte à quel point la violence du choc l'a totalement anesthésiée, dans tous les ressentis de son quotidien.
Dans une réaction totalement opposée, Jochem, son mari, luthier de profession, se réfugie dans une suractivité, tout en étant devenu totalement paranoïaque, sécurisant à outrance sa maison comme son atelier, exaspéré par l'inertie de son épouse, Caroline…. En plus de l'attentat terroriste, ils ont subi antérieurement un drame intolérable : la perte de leurs deux fils , dans l'accident d'un bus scolaire !!
Tout est très finement décortiqué, analysé quant au très difficile travail de « Reconstruction de soi » , après de très lourds traumatismes…
« La plupart du temps, les gens sont capables de surmonter une première blessure, ils parviennent en général à reconstruire un semblant de vie, avec
les moyens du bord.ça leur prend beaucoup d'énergie, mais ils se débrouillent. Par contre, au deuxième choc, ça ne marche plus: ils décompensent et ne peuvent plus fonctionner normalement. le conférencier nous a donné comme exemple le cas des rescapés des camps qui, après la guerre, réussissaient à tenir en travaillant très dur. Mais à la retraite, privés de leur emploi, c'en était fini et ils tombaient malades, ils perdaient la tête, ou bien ils mouraient. Donc, au premier traumatisme, on se relève tant bien que mal et au deuxième, on s'effondre. (...) « (p. 135)
Toute première fois que je m'immerge dans l'univers romanesque de cette dame… Passionnant mais fort sombre ! Un fil permanent accompagnateur : La Musique pour chacun des 4 personnages.

Caroline hérite d'un violoncelle de grande valeur, à la mort de son vieux professeur, qu'elle aimait; Jochem… continuant à réparer , soigner les instruments de musique, Heelen, ayant choisi de jouer d'un autre instrument de musique, la flûte, dans un ensemble se
consacrant à la musique baroque, Hugo, fuyant son couple, part en Chine, pour organiser des festivals de musique…
Il a choisi la fuite...Caroline, ne sachant plus où elle en est, décide aussi de le rejoindre…Un dépaysement pour faire le point, retrouver le « goût de faire » ! Elle accompagnera un nouveau camarade, Max, faisant de l'humanitaire, et se battant pour les orphelins chinois, traités comme des rebuts. Mais lui aussi, il part, fait de l'humanitaire pour fuir sa propre vie, sa propre famille, avec le poids d'un enfant handicapé, dont seule sa femme s'occupe....
Chacun devra faire ses propres nouvelles expériences....pour tenter de "recoller les morceaux"... "raccommoder" son existence et ses rapports aux autres et à ses très proches !!...
"Depuis l'agression, les victimes sont obligées de vivre dans la peur et le dépit, leur contribution à la société se voyant par ailleurs sérieusement remise en cause. La perte de confiance en l'espèce humaine est une chose. mais une autre sorte de confiance, peut-être plus précieuse, a été perdue : celle qui reliait ces quatre personnes. Des années durant, elle ont entretenu d'étroits rapports d'amitié, concrétisés par la pratique hebdomadaire de la musique de chambre. Les membres de ce quatuor s'entraidaient, se soutenaient mutuellement dans les périodes difficiles, les catastrophes, ils se réconfortaient les uns les autres en interprétant, ensemble les plus belles oeuvres qui nous soient connues. Chacun avait une confiance aveugle dans les trois autres. Et cette confiance, les actes du prévenu l'ont anéantie. A l'évidence, le quatuor ne peut plus jouer puisque les instruments ont été détruits et que certains musiciens ont été blessés. Mais cela n'est pas irrévocable: les blessures physiques peuvent guérir et les instruments se remplacent. Non, jouer de la musique n'est plus possible ici parce que la confiance a disparu et avec elle, l'amitié. A mon sens, il s'agit là du plus grand préjudice infligé par le prévenu.
L'avocat se tait un instant et regarde le président droit dans les yeux."(p. 274)
Livre qui peut paraître sombre et éclairant à la fois, car l'auteure, avec sa double formation de psychanalyste et de musicienne, analyse en profondeur, nos motivations les plus secrètes, nos réactions les plus imprévisibles aux chocs, drames que la vie peut nous asséner !!
Analyse détaillée des combats des quatre amis pour dépasser le traumatisme de cette prise d'otages violente...pour reconstruire leur vie et (nettement plus dur !), leurs liens d'amitié... Tout s'est disloqué à la puissance de l'explosion de la péniche, où ils se trouvaient... sauvés de justesse par les forces de l'ordre...Le roman narre les diverses tentatives de chacun, de changer ou non de vie, de survivre, de poursuivre son chemin....
Excellent livre, très éprouvant, qui apporte, heureusement une conclusion courageuse et pleine d'espérance. Un hommage saisissant à l'Amitié !
Enthousiaste, convaincue... je vais me pencher sur les autres écrits de Anna Enquist... et puis par curiosité, lire pour une fois, en désordre, "à l'envers"... et découvrir "Quatuor" , les débuts heureux de ces quatre amis, soudés par l'amour de la musique et leur complicité nourrie par elle...!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Verdure35
  11 décembre 2019
Il y a 3 ans paraissait du même auteur "Le Quatuor". Roman qui parlait de l'amitié indéfectible qu'éprouvaient 4 personnes d'horizons différents mais que liait l'amour de la musique et en particulier la joie de jouer ensemble.
Le roman se terminait par une sorte d'attentat, et tout explosait, péniche sur laquelle ils jouaient, instruments à l'eau, et blessures physiques en particulier pour Caroline(médecin) qui perd l'auriculaire , main qui tient l'archet de son violoncelle.
Tout explose donc, mais la vie continue dans ce nouvel opus au titre extrait du "Cantique du soir".
Les 4 personnages essaient de recoller les morceaux; Jochem, l'époux de Caroline , luthier , se perd dans le travail et devient parano, il équipe maison et atelier tels des prisons. Prison qui étouffe Caroline, elle part en Chine rejoindre Hugo , troisième comparse qui se lance dans l'organisation de festivals. Elle rencontre Max, un médecin qui travaille dans l'humanitaire et fuit son épouse et son enfant "imparfait"...
Hellen la dernière , ne veut plus voir ce qui a été son passé.
. Ces personnages se débattent avec leurs souvenirs ,le regard des autres,le "a quoi bon", et en particulier à une difficulté qui leur fait mal : comment reconstruire une amitié explosée aux quatre vents? Tous ces sentiments sont explorés en profondeur et délicatesse ,de très beaux portraits de personnages secondaires, et cela donne un très beau roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ASAI
  06 janvier 2020
J'avais commencé la lecture, sur plus de soixante pages, et il m'est apparu que la lecture de Quatuor était indispensable à une bonne imprégnation. Interruption donc, lecture de Quatuor et reprise de ce roman. Est-ce la raison pour laquelle je n'ai pas complètement adhéré ? Là où j'attendais un approfondissement des personnages, je n'ai eu qu'un prolongement assez fade, ou décevant. Là où j'attendais qu'ils avancent sur leur chemin dessiné dans le premier volet, je n'ai lu que des banalités. le périple en Chine ne serait pas inintéressant, dans une autre histoire, mais là vient de manière complètement exotique et n'apporte, à mes yeux, rien de neuf quant à l'évolution psychologique des protagonistes concernés. Fuite et changement radical devant le malheur sont des comportements classiques et assez ordinaires pour en faire un livre palpitant. La musique au centre du premier volet Quatuor s'éloigne tristement, même si les dernières pages réunissent les quatre instrumentistes dans une scène trop belle pour être vraie. Une déception donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sandpic
  28 octobre 2019
La suite de Quatuor ou comment se reconstruire après un ou plusieurs drame. Comment se repositionner par rapport aux autres et leurs attentes fonction des siennes. Comment retrouver la confiance en la vie et en les autres. Retrouver un sens à al vie et l'envie de faire. Très beau tableau émouvant des émotions, des doutes, des peurs et des angoisses de chacun avec quelques petits souffles d'espoir et de renaissance. Lecture poignante.
Commenter  J’apprécie          10
PGilly
  13 janvier 2020
Anna Enquist est un de mes écrivains préférés. le final de la suite de Quatuor a fait monter les larmes. Deux cents septante-cinq pages avant un moment de grand bonheur, de chaleur humaine, celle que j'appelle de tous mes voeux en deux fois vingt. L'auteur néerlandaise a l'art de glisser un détail – un geste, un paysage, une ambiance- au détour d'une pensée introspective. Cette note discrète condense un état d'âme, résume un état d'esprit, laisse méditatif et admiratif, nimbé de sensibilité lucide. Car la nuit s'approche relate la lente remontée après un traumatisme majeur. Quatre vies désaccordées cherchent une nouvelle harmonie dans la fuite, le déni, l'oubli, la sécurité. La tonalité est souvent grave et désespérée, pas trop serrée cependant pour insérer un rai d'espoir entre les lignes de l'errance. J'attends avec curiosité le troisième volet de ce concerto écrit en trois mouvements.
Lien : https://cinemoitheque.eklabl..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   24 octobre 2019
Je comprends votre point de vue, lui dit-il. On est forcément amoureux du passé quand on joue comme vous dans un ensemble de musique baroque. Mais pour moi, c'est différent : je ne peux pas faire abstraction du présent. Aujourd'hui, les clients veulent des cordes en acier, des instruments gonflés jusqu'à l'absurde pour affronter des salles de deux mille places...(...)
Moi, je suis déjà content qu'il y ait encore des gens pour jouer de la musique, même si c'est d'une autre façon qu'avant. (p. 15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   26 octobre 2019
Ce genre d'étui me rappelle la première fois que j'ai éprouvé le désir d'entendre un violoncelle. C'était juste avant d'entrer dans la salle de concert, avec papa. Un homme, ou plutôt un garçon, arrive à bicyclette, hors d'haleine, l'instrument sur le dos. La partie supérieure de l'étui-manche et volute- le dépasse d'une tête, c'est comme s'il avait un copain assis sur son porte-bagages. Une demi-heure plus tard, elle le voit installé sur la scène derrière ce copain, qui s'est débarrassé entre-temps de son raide manteau. c'est à ce moment-là qu'elle se met à vraiment écouter la voix du violoncelle. Et qu'elle prend conscience de ce qu'elle veut, avec certitude. (p. 104)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   25 octobre 2019
(...) le violoncelle n'appartient plus à Reinier, mais à elle, l'héritière. (...)
Jochem ne voudra pas le vendre, il va insister pour que j'en prenne soin, que je me remette à jouer, que je fasse comme si rien n'était arrivé. (...) Il va m'enrôler dans l'armée du quotidien, faire de moi un bon petit soldat qui marche sans protester, comme si ça servait à quelque chose d'avancer, comme s'il y avait un objectif à l'horizon. (p. 53)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SZRAMOWOSZRAMOWO   02 octobre 2019
Rien ne reste jamais pareil, se dit Jochem en pivotant lentement sur lui-même pour embrasser du regard son nouvel atelier. On a beau tenter de maintenir les choses en l’état, tout change. Ici, j’ai des fenêtres, même si je les cache derrière de belles jalousies à la mode, histoire de recréer en trompe-l’œil ce repaire à moitié enterré où je me sentais chez moi. J’ai des murs badigeonnés en blanc, des étagères flambant neuves, des surfaces de travail en inox et des placards à portes coulissantes. Mais je me bats, je résiste à coups de vieilleries rapportées de là-bas : casseroles stratifiées de colle sèche, ciseaux à bois usés au manche, moules antédiluviens, chiffons sales… Pour faire oublier le neuf, je mets du vieux partout. Peine perdue : c’est quand même différent. Le plafond est plus haut, la lumière des néons plus forte. Au-dessus de l’établi, j’ai une lampe articulée pour bloc chirurgical. Le tiroir, qui est toujours aussi pénible à ouvrir qu’avant, contient des miroirs de dentiste et des pointes à âme, entre les pinceaux crasseux et les morceaux de résine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24fanfanouche24   26 octobre 2019
Chagrin, désespoir-autant de sentiments à désirer, à regretter. Tout vaut mieux que cette anesthésie générale. Il n'y a rien. (...) Pourquoi suis-je incapable d'éprouver une émotion aussi simple que le manque ? (...) Disparu. Caroline attend que se manifeste au fond d'elle-même quelque chose qui pourrait entrer en résonance avec la notion de perte. Mais rien. (...) Elle a beau recenser tout ce qui n'est plus, cela ne donne qu'une énumération abstraite. (p. 71-72)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Anna Enquist (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Enquist
Depuis longtemps déjà, les romans d?Anna Enquist, publiés chez Actes Sud, ont conquis de très nombreux lecteurs français. Cette oeuvre, d?une profonde cohérence, excelle dans la peinture des mille et une nuances de l?âme humaine, de ses contradictions, grandeurs et faiblesses. Ses livres célèbrent la musique, disent le deuil irréparable, reflètent l?évolution de nos sociétés vers toujours plus d?individualisme? Et sa prose, d?une élégance toute classique, révèle la grande poétesse et pianiste qu?est également l?auteure de Contrepoint et Quatuor. Animé par Florence Noiville, le Monde des Livres.
Samedi 26 mai, Salle Molière - 33e Comédie du Livre
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature néerlandaiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Un titre = un auteur

Si je vous dis "Histoires extraordinaires"

Edgar Allan Poe
Honoré de Balzac
Agatha Christie

7 questions
8499 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre