AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Annie Kroon (Traducteur)
ISBN : 2742760407
Éditeur : Actes Sud (30/03/2006)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Alma vient de s'engager pour la vie aux côtés de Mahler, l'homme qui lui demande de ne plus composer pour se consacrer à lui. Dans un long monologue, Alma Mahler s'interroge sur cet attachement, cette attirance, ce renoncement. Sur ses sentiments maternels, le rôle de ses amants, sur l'autorité de Mahler mais aussi sur son proprenarcissisme. 1912, dans un modeste bourg polonais, un artisan tailleur voit la femme qu'il aime le quit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Beatrice64
04 mars 2011
En essayant d'écrire quelque chose sur ce recueil de nouvelles (des monologues plutôt, certains destinés à être joués au théâtre), je me fais l'effet d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Psychanalyste, musicienne, poète, romancière, l'auteur plonge six fois dans les pensées de personnages très différents, mais qui tous se trouvent à un moment dramatique de leur existence, par la force des choses extérieures (un bombardement pendant la guerre), ou parce qu'elles s'interrogent sur leurs choix (le monologue d'Alma Mahler) ou encore parce qu'elles sont rongées par le mal-être. de ce fait, les textes sont tous sous tension, et créent une attente assez palpitante.
Que vous dire ? C'est atrocement bien écrit, avec une limpidité qui confine à la transparence. L'auteur évoque des sentiments complexes et violents, sans jamais les nommer, dans un style fluide et épuré, quelquefois cru et violent, des sentiments ambigus dont les personnages ont à peine conscience semble-t-il, mais que le lecteur ressent avec acuité. le livre est très court (120 pages), les monologues aussi, et touchent directement là où ça fait mal (et ça fait du bien).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
myriampele
22 janvier 2017
Pas facile d'entrer dans ces six façons de penser des personnages que Anna Enquist met en scène....Car il s'agit bien de décrire, dans ces pages, ce que les personnages diraient si ils s'exprimaient à voix haute bien qu'étant seuls au moment où ils vivent des situations totalement personnelles. On sent bien évidemment l'influence psychanalytique , mais enfin chacun de nous serait , dans ces circonstances, en mesure de penser de cette façon.
Commenter  J’apprécie          60
Lali
11 février 2011
« Quand on ne peut pas parler, il faut écouter de la musique. La musique parle sans les mots. Un morceau de musique peut exprimer des sentiments qui sont trop vagues ou trop douloureux pour être pris au piège des mots. Ou trop terribles. »
Voici ce que je retiens du recueil d'Anna Enquist, psychanalyste avant de devenir écrivaine. Un recueil qui réunit des nouvelles qui ont toutes été conçues pour être lues à voix haute par un narrateur ou une narratrice qui se glisse dans la peau du JE qui anime chacune des nouvelles. Un je qui s'appelle tantôt Alma Mahler. Un je qui est gardien de zoo à Rotterdam ou celle qui l'attend. Ou alors médecin pendant la guerre, ou encore tailleur qui fuira en Amérique. Ou une jeune femme qui voudrait tant que sa vie change.
Chacun des narrateurs est prêt à bondir, à faire un choix, à faire le saut. À sa manière. Avec toutes les questions que cela lui pose (la psychanalyste est passée par là), avec finesse et sens du rythme (l'écrivaine est aussi passée par là). Un excellent recueil qui m'invite à lire le précédent, intitulé La blessure, dont je vous parlerai sûrement un de ces jours…
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
bealebrun13
23 juillet 2012
JJ'ai vu la pièce ce jour à Montfavet d'après le monologue d'Elma Mahler, et si l'interprétation de Catherine Walezak de la compagnie du Théâtre Bacchus (Besançon) est très sensible, toute en finesse, le texte m'a donné envie d'acquérir le livre d'Anna Enquist : "Le Saut : six monologues"
Ces émotions contradictoires, ambivalentes, encore terriblement d'actualité, prennent, avec l'histoire de cette femme, un destin tout autre.
Un choix difficile pour une femme qui se voudrait libérée mais s'enferme volontairement, sous l'emprise d'un besoin de reconnaissance jamais assouvi dans les yeux d'un autre, d'un seul. du seul qui ne lui reconnaîtra jamais ce qu'elle a de plus profondément ancré en elle. La musique, la composition, auxquelles elle renonce volontairement pour un homme, Gustav Mahler.
Drôles d'anfractuosités qui nous poussent vers de drôles de chemins...
Une heure où nous pénétrons dans les pensées intimes d'une égérie d'un autre siècle, muse d'artistes musiciens, Klimt, l'architecte du Bahaus, puis un écrivain. Nous sommes happés par la voix et les yeux de cette actrice qui semble incarnée d'Elma.
Je retenais mon souffle, voulais entrer dans ses yeux... lui dire : « mais ne vois-tu pas que ... ? » Mais pas le temps. Elle ne nous en donne pas le temps et file vers une autre émotion, un autre souvenir, et l'on ne peut que rester muet et respectueux, quoique l'on ait vécu, devant son questionnement presque lancinant, comme une mélodie qui se répète, à peine ébauchée, jamais plaintive ni victime.
Quelques sourires émaillent cette tension, cette empathie que l'on se prend à vivre, et nous libèrent, la libèrent, du poids de convenances : être femme, être mère, ne même pas Être au travers de l'autre qui ne semble en rien son double, qu'elle n'admire même pas, qui a juste ce pouvoir de la convaincre : « tu m'es nécessaire et j'ai tout pouvoir sur toi par cela même ».
Comment juger. Comment honnir un tel choix... Nombreux sommes nous à le faire encore aujourd'hui malgré l' « avancée » des mentalités concernant les rapports hommes-femmes. Rapports humains tout simplement. Cela n'a rien à voir. Cela est plus au fond de chaque personnalité, de chaque histoire, de chaque blessure surtout.
L'ironie, le sarcasme fragile dont l'auteur, Anna Enquist, use, et dont je ne sais si ce sont ceux de la vraie Elma Mahler, sont bien nécessaires pour survivre, avoir des sursauts de fierté, dans de telles conditions. Et nous espérons jusqu'au bout qu'elle répondra à son interrogation. Et pourtant...
Cité des Ombrages
964 Avenue d'Avignon
84140 MONTFAVET
http://montfavetleoff.com/
Lien : http://carnets-route.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
LaliLali11 février 2011
Quand on ne peut pas parler, il faut écouter de la musique. La musique parle sans les mots. Un morceau de musique peut exprimer des sentiments qui sont trop vagues ou trop douloureux pour être pris au piège des mots. Ou trop terribles
Commenter  J’apprécie          80
calisson73calisson7303 mai 2014
J'ai une vie. Une tonalité. Bien à moi. Je n'ai pas besoin de m'inserer presto dans les accords des autres en prenant garde à ne pas troubler leur harmonie, de m'eclipser à temps pour laisser la mélodie à quelqu'un d'autre. Je peux moi-même fixer mon tempo, chanter ma partie en continuo : libre aux autres de s'y joindre ou pas.
Commenter  J’apprécie          10
calisson73calisson7329 avril 2014
Renoncer à ma musique était pour moi une chose impensable et la demande de Gustav sonnait comme une intrusion inouïe dans mon intimité, comme s'il m'avait proposé de me faire amputer les seins.
Commenter  J’apprécie          20
calisson73calisson7329 avril 2014
La coda de ce nocturne qui expire dans un murmure- tandis que résonne encore toute la passion qui fut un jour-, est-ce moi ? Bien sûr que non, ce n'est pas la fin ; en réalité, je devrais en être au beau milieu. Ma vie n'était pas allée plus loin que le con forza de la phrase de transition. Juste avant la reprise du thème. L'avenir promettait tant de choses.
Commenter  J’apprécie          00
calisson73calisson7303 mai 2014
Tu m'as fait miroiter que la vie est belle, lui dis-je. J'étais toujours contente, et toi aussi. Tu as menti. La vie n'est pas belle du tout, elle est épouvantable. Une foire d'empoigne. C'est tout de suite le bordel, on est débordé par tout ce qu'il faut régler et arranger. Tu ne m'as jamais préparée à ça.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Anna Enquist (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Enquist
Anna Enquist - Les endormeurs .Anna Enquist vous présente son ouvrage "Les endormeurs" aux éditions Actes Sud. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/enquist-anna-les-endormeurs-9782330058791.html Note de musique : "Fern Flower" by Peter Rudenko - Free Music Archives Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature néerlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
241 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre