AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791032905104
480 pages
Éditeur : L'Observatoire (30/01/2019)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Nous sommes milliardaires en news, mais nous ne savons pas en profiter. Pourquoi nous sentons-nous gavés, au lieu d'en faire un festin ? Comment ne pas se noyer dans l'actualité ? En pratiquant la philosophie. Assidûment. Et au quotidien. Car elle donne à chaque événement la saveur d'une énigme ou d'une question.
Par exemple... Valait-il mieux, pour Harvey Weinstein, qu'il se fît prendre ou qu il restât impuni ? Pourquoi est-il dangereux de croire que tous l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
ODP31
  09 juin 2019
De Raphael Enthoven, je connaissais plus l'intellectuel médiatique dont l'éloquence est impressionnante, le propos sans complaisance et les postures professorales parfois énervantes. Donc, plus un jugement sur la forme que sur le fond, que la lecture de ces chroniques m'a permis de davantage approfondir.
L'auteur déconstruit beaucoup d'idées reçues et de lieux communs du langage courant en s'appuyant de références philosophiques classiques (Planton, Kant, Nietzsche...) et d'autres plus surprenantes (Dark Vador, Trump, Laetitia Halliday...).
Dans le tsunami d'infos qui défilent sur les réseaux sociaux et transitent sans s'appesantir dans nos cerveaux, il est intéressant de voir Raphael Enthoven prendre le temps de décortiquer les à priori et postures à la mode qui nous laissent souvent à la surface des choses.
Le propos est abordable car chaque chronique ne dépasse pas trois pages et le philosophe dispose d'un savoureux sens de la formule. Inutile donc de porter une veste en velours, un vieux cartable en cuir, une coupe hirsute et d'avoir le teint blafard d'un rat de bibliothèque pour apprécier le propos.
Certains passages sont surprenants. Imager l'impératif hypothétique ( action qui n'est pas dictée par le respect de la loi, mais par le calcul des gains et des pertes) par un dispositif qui permet d'inonder des pisseurs urbains indélicats constitue un bel exemple. de même, dans "le syndrome du Platane", il rappelle que "le cinéma est aussi responsable de la violence sexuelle qu'un platane est responsable d'un accident de la circulation"
Les enjeux de société les plus importants sont abordés et contextualisés (Affaire Weinstein, le complotisme, la montée des nationalismes...).
Comme le propos est engagé, il ne peut pas faire l'unanimité mais tout en étant en désaccord avec certains "détournements de pensées" liés à une vision parfois partisane, le grand mérite de ces textes est de nous faire prendre du recul sur l'actualité et de réfléchir.
Plus à picorer qu'à lire d'un trait, afin de se laisser le temps de penser et repenser à ces chroniques très nourrissantes.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Lune
  27 février 2019
Pour qui s'intéresse à l'actualité, à la marche de la société et des hommes qui la font et en font partie au quotidien, ces écrits, quasi sur le vif, ont la faculté de mettre à distance, là on l'on reste souvent, les ressentis de nos propres convictions.
L'auteur va plus loin dans chaque développement.
Ce qui est intéressant, c'est que des idées et des faits entendus et/ou vus sont passés au crible d'une analyse pointue.
Celle-ci jette un éclairage sur une actualité toujours présente en notre mémoire. 
Elle permet de décoder d'une manière plus pertinente, plus subtile, plus profonde, les dessous : ce que cela sous-entend.
Elle permet ainsi de réfléchir, d'aller plus loin, de remettre en question, de douter, de s'interroger et d'interroger le monde dans lequel nous sommes.
L'actualité peut être, avec un peu d'attention, un enseignement et en cela, ces « Nouvelles morales provisoires » y contribuent largement.
Comme écrit à la quatrième de couverture, « Comment ne pas se noyer dans l'actualité? » et surtout comment y faire face en ayant « une parole habitée », indemne de préjugés, de fake news et de parasites divers.
Ce livre y apporte des réponses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
AgnesLenoire
  30 mars 2019
Des morales provisoires ? le titre est intrigant : pourquoi « provisoires » ? R. Enthoven s'explique dès l'introduction : « L'enjeu est de saper les certitudes ». Les morales que notre philosophe nous propose sont donc liées à notre monde actuel, si mouvant, et pourtant si enveloppé de certitudes.
Une masse de données phénoménale percute en effet chaque jour notre cerveau surinformé. Lequel, naturellement, sature, réagit à chaud, tombe dans la désinformation, les légendes urbaines, voire la haine. Notre bon sens y perd son latin … Raphaël Enthoven nous aide à décrypter les dysfonctionnements de l'opinion publique en examinant avec finesse les informations qui forment le tissu de notre quotidien.
Il nous conduit à établir une distance, à reprendre le sujet posément, et ainsi apporter de la nuance, en somme de simples bases philosophiques pour ne pas nous noyer dans l'actualité et ne pas sombrer dans les certitudes pernicieuses. R. Enthoven est doué à cet exercice. Les grands thèmes déversés par nos medias sont passés au crible de son esprit critique. Quelques titres de chapitre : Laïcité versus vérité, le testament de Charb, Les anticorridas, L'auto-censure, ainsi que bien d'autres… et même le Père Noël !
Mes préférés ont été Faut-il censurer l'infâme ? Impose ton porc, Tariq-tuffe, et le principe de parcimonie. Mais tous sont des bijoux d'intelligence, même si ils peuvent être déstabilisants au premier chef. Laissez-vous déstabiliser, c'est assez jubilatoire !
2019, 480 pages, 21 euros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Jmolo
  23 mai 2020
Ne connaissant Raphaël Enthoven qu'en tant que ex-compagnon de Carla Bruni, le titre énigmatique de ce recueil de pensées m'a attiré afin de le connaître mieux.
L'introduction commençait plutôt bien. Ce pamphlet politiquement incorrect sur la manipulation des idées, via les épouvantables médias, était prometteur de réflexions hautement philosophiques.
Malheureusement, dès les premiers thèmes, mes espoirs ont été irrémédiablement déçus. Sous un titre aguicheur faisant référence à des célébrités grand public, l'auteur présente un thème relativement simple et explicite.
S'en suit un développement de quelques pages du dit-thème où... l'on ne comprend plus rien ! Les mêmes mots semblent mélangés afin de reproduire une suite de phrases qui nécessite plusieurs relectures afin de tenter de comprendre ce que l'on avait déjà compris dès le départ...
Me suis-je fait comprendre ? Non ? Tant pis...
Je m'en retourne écouter la belle Carla : "Y a quelqu'un qui m'a dit... Raphaël..."
Commenter  J’apprécie          21
Ledfrem
  03 janvier 2021
Si j'ai apprécié l'art et la manière, si j'ai eu le sentiment de lire quelqu'un d'intelligent, je n'en ai pas moins eu quelques frissons dans le dos ni ressenti bien des regrets.
Certes, nous avions appris ,hélas, que ni l'intelligence ni la culture ne nous sauvent.
Mais j'ai toujours une grande peine à les sentir utiliser à de mauvais ou même à de médiocres desseins...
Brrr ! Pourvu que je me sois trompé...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 février 2019
Parler sans maquillage à l’œil d’une caméra, c’est se maquiller en celle qui ne se maquille pas. Quand Sara Forestier tombe le masque, elle porte le masque de celle qui tombe le masque. Quand elle joue la fille qui se moque de son image, elle donne, à juste titre, l’image de la fille qui s’en moque. Son image est embellie par l’audace de se montrer telle qu’elle est – c’est-à-dire telle qu’elle est au réveil (on n’est pourtant pas davantage soi-même parce qu’on a la marque de l’oreiller sur le front).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   12 février 2019
Si toutes les cultures se valent, qu’en est-il alors, par exemple, de la « culture » qui considère qu’elle est supérieure aux autres ? Et qui refuse de penser que toutes les cultures se valent, au motif qu’elle-même doit prévaloir ? Cette culture-là n’est-elle pas inférieure à celles qu’elle prétend dominer ? Est-ce que l’idée que toutes les cultures se valent ne nous contraint pas, malgré nous, à affirmer l’infériorité de la culture qui se prend pour la culture dominante (à l’image de Lévi-Strauss, aux yeux de qui « le barbare est d’abord celui qui croit en la barbarie ») ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
petitsoleilpetitsoleil   21 septembre 2019
"Questionner" ne signifie pas seulement qu'on pose des questions. "Questionner" veut aussi dire "remettre en question" - ce qui est tout à fait différent.
Commenter  J’apprécie          90
ODP31ODP31   09 juin 2019
Etre démodé, c'est voyager sans bouger. Qui reste immobile quand les temps changent se déplace davantage que ceux qui en épousent le mouvement. (p.385)
Commenter  J’apprécie          90
DLNDLN   12 août 2019
De façon générale, les valeurs du sport sont contradictoires.
Le sport c'est la fraternité, mais c'est la loi du plus fort.
C'est le respect, mais c'est la bagarre.
C'est l'égalité des droits, mais c'est la hiérarchie des pratiquants selon les capacités physiques. Enfin, et c'est la contradiction centrale, le sport est un accomplissement de soi qui en appelle un dépassement de soi : l'harmonie exige la performance.

"Le sport pourrit l'argent"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Raphaël Enthoven (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Enthoven
Raphaël Enthoven - Le temps gagné
autres livres classés : philosophieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Anagrammes pour lire dans les pensées

L'espérance

La prestance
La présence
La pré-science

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Anagrammes pour lire dans les pensées de Raphaël EnthovenCréer un quiz sur ce livre