AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Daniel Mirsky (Traducteur)
EAN : 9782070781775
64 pages
Gallimard (19/10/2006)
4.5/5   10 notes
Résumé :
Le forcené retranché dans un lycée, qui tire sur tout ce qui bouge, a-t-il quelque chose en commun avec les candidats aux attentats-suicides issus de la mouvance islamiste ? Pour Hans Magnus Enzensberger, cela ne fait aucun doute. Ce sont des " perdants radicaux " qui répondent aux mêmes caractéristiques et dont il dresse ici le portrait : des hommes à la recherche désespérée du bouc émissaire, mégalomanes et assoiffés de vengeance, chez qui s'allient obsession de l... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
deuxquatredeux
  16 février 2017
Publié en 2006 en Allemagne, ce court essai de l'enfant terrible de la gauche allemande avait alors fait polémique à l'époque outre-Rhin. Publié une première fois en français sous le titre "Le perdant radical. Essai sur les hommes de la terreur", l'essai a été récemment publié (en poche) avec une inversion dans le titre « Essai sur les hommes de la terreur. le perdant radical ».
Pour autant, si le propos (ni la traduction) n'a pas changé, le contexte s'est modifié avec depuis la première parution une accélération des attentats des islamistes radicaux en France, en Belgique, en Allemagne, en Turquie et dans d'autres endroits du globe.
Le perdant radical, pour Enzensberger, ce sont le père de famille qui va tuer femme et enfants puis se suicider, Hitler et les Nazis dont le « véritable but n'était pas la victoire, mais l'extermination, l'effondrement, le suicide collectifs, la fin dans l'effroi » (p. 35), « les cohortes de déclassés, de vaincus, de victimes » (p. 12) qui résultent de « la manière dont s'est organisée l'humanité - « capitalisme » , « concurrence » , « empire » , « mondialisation » », et surtout les terroristes islamistes, le sujet principal de l'essai.
Rappelant que le terrorisme est une invention européenne dont les « ancêtres les plus représentatifs se trouvent dans la Russie tsariste, (et) en Europe occidentale aussi » (p. 40) et que les pratiques de la Gestapo et du Guépéou ont été reprises par les terroristes contemporains, Enzensberger se focalise essentiellement sur les terroristes islamistes dont « le souhait, par l'escalade de la terreur, [est] de devenir maître de la vie des autres et de sa propre mort » (quatrième de couverture).
Après avoir rappelé qu'à une époque « elle était bien supérieure à l'Europe d'un point de vue militaire, économique ou culturel » , Enzensberger se demande comment s'est produit « le déclin de la civilisation, dont est issue la grande religion qu'est l'islam » (p. 49). Selon lui, pour faire court, « l'immobilisme du monde musulman »* s'explique par un « déficit de connaissances [qui] eurent des conséquences tangibles pour la civilisation arabe » (p. 52), ce déficit pouvant s'expliquer par le fait qu'il « ne devait y avoir aucun autre livre à côté du Coran » (p. 49).
À la lecture de cet essai, dans lequel Enzensberger utilise très peu de sources ou alors quand il le fait c'est pour citer des sources secondaires, on comprend pourquoi celui-ci avait fait polémique à sa parution en 2006. Et récemment, à la fin 2016, l'Allemagne a été touché par des attentats et/ou des tentatives d'attentat.
Il reste qu'Enzensberger propose dans cet essai radical une analyse plutôt intéressante de la dimension suicidaire des perdants radicaux.
* Il emprunte cette formule à Dan Diner dans Versiegelte Zeite. Über den Stillstand in der islamischen Welt
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (1)
NonFiction   09 février 2017
Le « perdant radical » : une idée de la « mentalité » terroriste, peut-être trop rapide pour expliquer la situation contemporaine.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
PilingPiling   07 août 2010
Le fait que l'énergie destructrice des activistes islamistes se tourne essentiellement, au contraire de ce que semble croire l'Occident, contre les musulmans eux-mêmes n'est donc de ce point de vue ni une erreur tactique ni un "dommage collatéral". Rien qu'en Algérie, leurs actes terroristes ont coûté la vie à au moins 50 000 de leurs concitoyens ; d'autres sources évoquent jusqu'à 150 000 assassinats, auxquels toutefois ont également participé les militaires et les services secrets. En Irak et en Afghanistan aussi, le nombre des victimes musulmanes dépasse largement celui des victimes étrangères. D'ailleurs, la susceptibilité hystérique dont ils font preuve dans leurs rapports au monde extérieur disparaît comme par enchantement lorsqu'il s'agit de conflits internes au monde arabe. Lorsqu'en Irak, au Tchad, au Darfour ou en Afghanistan des musulmans tuent d'autres musulmans, on s'en soucie comme d'une guigne, pas l'ombre d'une fatwa ne se profile à l'horizon. Tout comme l'unité panarabique, la solidarité de l'oumma conjurée dans le Coran se révèle être un pieux mensonge.

Le projet des perdants radicaux consiste, comme en ce moment en Irak ou en Afghanistan, à organiser le suicide de toute une civilisation. Il est peu probable qu'ils réussissent à étendre indéfiniment et à perpétuer leur culte de la mort. Leurs attentats représentent un risque toujours présent en arrière-plan, comme la mort quotidienne sur les routes, à laquelle nous sommes habitués. Il faudra bien qu'une société globalisée, qui dépend de combustibles fossiles et qui produit constamment de nouveaux perdants en prenne son parti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   09 décembre 2016
On est conduit à penser que ce que voulaient profondément Hitler et ses fidèles, c'était moins la victoire que la radicalisation et la perpétuation de leur statut de perdants. Certes, la rage accumulée s'est déchaînée dans une guerre d'extermination sans précédent contre tous ceux qu'ils tenaient pour responsables de leurs propres défaites - il s'agissait d'abord d'anéantir les Juifs et le camp qui avait imposé sa loi en 1919 -, mais ils ne songeaient pas un seul instant à épargner les Allemands. Leur véritable but n'était pas la victoire, mais l'extermination, l'effondrement, le suicide collectif, la fin dans l'effroi. Il n'y a pas d'autre explication au fait qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale les Allemands ont continué à se battre à Berlin, jusqu’au dernier bâtiment en ruines. Hitler lui-même a confirmé ce diagnostic en affirmant que le peuple allemand ne méritait pas de survivre. Au prix de sacrifices inouïs, il a obtenu ce qu'i voulait : perdre. Mais malgré tout, les Juifs, les Polonais, les Russes, les Allemands et tous les autres sont encore là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
PilingPiling   05 août 2010
En ce qui concerne la liberté politique, les États arabes se retrouvent à la dernière place de toutes les régions du monde, y compris derrière l'Afrique noire. Constat d'échec similaire pour l'économie. Même en tenant compte des énormes revenus du pétrole, les pays arabes arrivent avant-derniers ; il n'y a qu'en Afrique que la situation est pire. Les dépenses de recherche et de développement des États arabes représentent tout juste 0,2% de leur produit national brut, ce qui est sept fois moins que la moyenne mondiale. On est également frappé par un déficit dans le transfert des connaissances. Les livres imprimés dans le monde arabe représentent 0,8% de la production mondiale. Le nombre total de livres traduits à partir d'autres langues depuis le règne du calife Al-Mamoun (813-833), c'est-à-dire au cours des douze derniers siècles, correspond au nombre de traductions d'une seule année en Espagne aujourd'hui. Le rapport relève des blocages similaires concernant la place des femmes dans la société. Là aussi, l'écart avec les autres régions du monde est conséquent ; seuls certains indicateurs de l'Afrique noire sont encore inférieurs à ceux des États de la Ligue arabe ; ainsi, une femme sur deux ne sait ni lire ni écrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PilingPiling   04 août 2010
On oublie souvent que le terrorisme moderne est une invention européenne datant du XIXe siècle. Ses ancêtres les plus représentatifs se trouvent dans la Russie tsariste, mais en Europe occidentale aussi, il peut se prévaloir d'une longue tradition. Ces derniers temps, sa principale source d'inspiration a été le terrorisme d'extrême gauche des années 1960 et 1970. Les islamistes lui empruntent de nombreux symboles et de nombreuses techniques. Le style de leurs communiqués, l'utilisation d'enregistrements vidéo, la signification emblématique de la kalachnikov, leurs mimiques, leurs postures et leurs habits même révèlent tout ce qu'ils ont retenu des modèles européens. De plus, les outils techniques du terrorisme, de l'explosif au téléphone satellitaire, de l'avion à la caméra vidéo, ont tous une origine occidentale.
À l'instar de leurs précurseurs européens, les combattants islamistes se rattachent à un nombre très limité d'autorités canoniques. Le Coran remplace Marx, Lénine et Mao, et au lieu de se réclamer de Gramsci, on cite Sayyid Qutb. Ce n'est plus le prolétariat international qui fournit le sujet révolutionnaire, mais l'oumma ; ce n'est plus le Parti qui fait figure d'avant-garde et représentant auto-désigné des masses, mais le réseau clandestin et largement ramifié des combattants islamistes. Si le mouvement islamiste reprend parfois à son compte une rhétorique plus ancienne, qui peut paraître grandiloquente et prétentieuse, il doit nombre de ses idées fixes à l'ennemi communiste : l'histoire est soumise à des lois inébranlables, la victoire est assurée, partout il s'agit de démasquer les dissidents et les traîtres, qu'on couvre, suivant la bonne vieille méthode léniniste, d'insultes rituelles.

La liste des adversaires préférés ne recèle guère plus de surprises : l'Amérique, l'Occident décadent, le capital international, le sionisme. On la complète avec les infidèles, c'est-à-dire les 5,2 milliards d'êtres humains qui restent. À cela s'ajoutent les musulmans considérés comme dissidents, les chiites, ibadites, alevis, yazidis, zaydites, ahmadis, hanafites, druzes, soufis, kharidjites, ismaéliens et autres courants religieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PilingPiling   03 août 2010
Très peu de collectifs de perdants agissent à l'échelle mondiale jusqu'à présent, même s'ils peuvent déjà s'appuyer sur des flux financiers internationaux et sur des marchands d'armes. En revanche, il y a pléthore de groupes qui privatisent la guerre et dont les leaders sont appelés "commandants" ou "chefs de guerre". Leurs soi-disant milices et factions paramilitaires se parent volontiers du titre d'"organisation de libération" ou d'autres attributs révolutionnaires. Il y a des médias qui les désignent sous le nom de "rebelles", un euphémisme qui devrait les flatter. "Sentier lumineux", MLC, RCD, SPLA, ELA, LTTE, LRA, FNL, IRA, LIT, KACH, DHKP, FSLN, UVF, JKLF, ELN, AUC, FARC, PLF, GSPC, MILF, NPA, PKK, MODEL, JI, CPNML, UDA, GIA, RUF, LVF, SNM, ETA, NLA, FPLP, SPM, LET, ONLF, SSDF, PLJ, JEM, SLA, ANO, SPLMA, RAF, AUM, PGA, ADF, IBDA, ULFA, PLFM, ULFBV, ISYF, LURD, KLO, UPDS, NLFT, ATTF…– "de gauche" ou "de droite", c'est bonnet blanc et blanc bonnet. La plupart de ces factions armées se financent à travers le banditisme, le chantage et le trafic de drogue. Elles se présentent comme des armées, se vantent de former des brigades et des commandos, essaient d'attirer l'attention en rédigeant des communiqués au ton bureaucratique et des revendications ampoulées, et se font passer pour les représentants d'hypothétiques masses. Puisqu'en tant que perdants radicaux ils sont persuadés que leur vie n'a aucune valeur, celle des autres leur est également indifférente ; l'idée que la vie mérite d'être préservée leur est étrangère. Et peu importe qu'il s'agisse de leurs ennemis, de leurs partisans ou de personnes extérieures. Ils enlèvent et tuent de préférence ceux qui essaient de soulager la misère des zones qu'ils terrorisent, ils assassinent sauveteurs et médecins, et brûlent la dernière clinique de la région qui fournissait encore un service médical de base ; car ils ont du mal à distinguer mutilation et auto-mutilation.
En revanche, aucune de ces meutes n'a pu suivre le rythme de la mondialisation. C'est dans la logique des choses, dans la mesure où leur domaine est l'exploitation de conflits nationaux ou ethniques. Or, depuis l'effondrement de l'Union soviétique, même les groupes qui se réclament d'une tradition internationaliste ont perdu le relais de propagande et le soutien logistique que pouvait leur proposer une superpuissance. Sous la pression d'un capitaliste opérant à l'échelle globale, ils ont abandonné leurs fantasmes de conquête du monde et n'ambitionnent plus désormais que défendre les intérêts de leur clientèle locale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Hans Magnus Enzensberger (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hans Magnus Enzensberger
Hammerstein ou l'intransigeance Marque-page 26-02-2010
>Science politique (politique et gouvernement)>Idéologies politiques>Islamisme (Idéologies et partis politiques) (27)
autres livres classés : islamismeVoir plus





Quiz Voir plus

Le démon des maths

Comment s'appelle le démon?

TEPLOTAXL
TEXPLOTAL
Il n'a aucun nom
Le démon des maths

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le démon des maths de Hans Magnus EnzensbergerCréer un quiz sur ce livre