AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782843378737
250 pages
Anne Carrière (02/03/2018)
3/5   21 notes
Résumé :
Marc se surnomme lui-même « le Presque » : presque encore jeune, il a presque réussi, a une famille presque nombreuse et, avec Chloé, sa femme depuis vingt-cinq ans, pas un nuage, ou presque. Faute de vivre le destin romanesque qu’il s’était imaginé, habité par un sentiment d’inaccompli, Marc rêve d’un ailleurs, d’une autre vie. Parce qu’elle devine ce qu’il éprouve et refuse de le voir ainsi, Chloé décide de le mettre au pied du mur. Inversant les rôles, elle lui é... >Voir plus
Que lire après Le presqueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Juste une mise au point
Sur les plus belles images de ma vie
Sur les clichés trop pâles d'une love story
Sur l'état d'âme d'une femme sans alibi
Qui rêve toutes ses nuits
Juste une mise au point
Pour un petit clin d'oeil de survie
Pour tous les fous, les malades de l'amour
Pour toutes les victimes du romantisme, comme moi
Juste un p'tit clin d'oeil, une mise au point …. Jakie Quartz

C'est presque juste, sauf que c'est un homme Marc qui résume en 250 pages un mal être évident.
C'est presque bien, les 2 premiers chapitres sont sans attente, on comprend tout de suite la fin d'une vie de couple, d'un ras le bol du travail, des enfants, à part ses amis.
C'est juste bien la deuxième partie ou la chute sévère d'un être qui ne fut pour lui qu'un presque quelque chose,
Belle écriture, claire, posée, sans longueur François d'Epenoux nous touche ou là ou PRESQUE tous les détails de la vie ont leurs importances.
Commenter  J’apprécie          110
En préambule, je dirai : quelle douceur dans l'écriture de François d'Epenoux...
Que de poésie...
Et que de vérités planquées, au détour d'une phrase, dans le creux d'un mot, dans le silence d'une virgule ou d'un alinéa.

Je l'avais découvert dans le Réveil du coeur, l'histoire d'un petit garçon qui apprivoise son grand-père bourru. J'avais alors eu des réminiscences de ma propre enfance que j'ai passée auprès d'un grand père que j'ai très peu connu, qui ne parlait pas mais qui devait m'aimer à sa façon. Je n'ai pas eu la chance de Malo de pouvoir simplement avec ce que j'étais, attendrir le coeur du vieux. Ce récit m'avait alors émue aux larmes.

Dans "Le presque", on part sur un sujet différent même si c'est toujours du coeur qu'il s'agit au fond.
Cette fois, c'est celui de Marc, la cinquantaine passée, qui lors d'un bain tout à fait banal, va avoir la révélation de sa vie : il est, en effet, un "Presque".
Presque heureux, presque amoureux, ayant presque réussi, presque encore jeune et pas encore vieux, presque artiste, presque voyageur, presque père comblé.
Un Presque, avec tout ce que ce surnom représente d'insatisfaisant, de décevant, de résigné.

Après avoir passé la journée avec François dans les mains, et Marc, et Chloé, et Yann, et Paula, j'ai refermé le livre et demandé à mon mari si c'était lui qui l'avait écrit. Il a lu la 4ème de couverture, souri et demandé pourquoi.
J'ai dit qu'il décrivait parfaitement tous les sentiments et toutes les émotions que j'avais ressentis au tournant de mes 40 ans, au micron près, comme si quelqu'un de vraiment très proche, en l'occurrence lui, avait pris des notes et jeté sur le papier le déballage des compromis et compromissions que j'avais l'impression d'avoir faites et qui me brûlaient alors le ventre, incapable que j'étais de les tolérer une seconde de plus.
C'est là que François fait vraiment fort : homme ou femme de plus de 40, vous êtes susceptible de vous reconnaitre dans ce livre. Vos amis vous ont dit que cette crise du milieu de vie, comme on l'appelle communément est normale et qu'il ne faut pas dramatiser et vous n'avez pas écouté ? Comme si le poids ce que vous viviez étiez unique au monde et que personne d'autre que vous-même ne pouvait ressentir l'ivresse négative de ces émotions...
Avez-vous déjà assisté à une BDC ? "Bouffe de crise" ça vous parle ? Parce qu'après 40 ans, des BDC, on en fait quelques-unes. Cette scène là, la BDC de 3 amis de longue date restera pour moi d'anthologie. Les secousses de la vie sont exprimées avec lucidité mais aussi tendresse et résument avec beaucoup d'humour les aléas et questionnements de la vie.
C'est bien de la vie qu'on parle, du quotidien qui bouffe tout, de l'amour tiède alimenté par l'habitude, de l'abandon de ses rêves, du renoncement, des regrets, de la vie qui vous échappe, de tout les loupés qui jalonnent un chemin qui loin d'être linéaire, nous amène parfois à faire quelques détours.

Je pourrai certainement écrire 2 pages sur ce roman mais aucune ne saurait égaler le talent d'écriture de François d'Epenoux car par ses mots, il vous touche en plein coeur.
Il nous raconte avec beaucoup de tendresse les failles de l'être humain,
Il consent à beaucoup de compassion pour les rêves perdus,
De compréhension pour les regrets,
Il danse avec finesse sur les choix de vie, en analysant, avec justesse les espoirs, les déceptions, les failles.
C'est presque une psychothérapie !
Presque le reflet d'une vie lambda,
Presque un instantané du temps qui passe.

Je terminerai par mettre l'accent sur les très belles réflexions concernant le métier d'écrivain, et quelques méditations, profondes et éclairées sur ce qui peut faire, ou non, d'un homme, un écrivain abouti. La seconde partie aborde avec lucidité ce thème.
Pour être écrivain, il faut avoir en soi un terreau fertile, un humus gras, fait de sédiments, de petites pousses, de pourriture aussi... C'est dans ce vécu que vont puiser les grandes histoires! Moi, je n'ai qu'une petite tête bien ratissée, un jardinet de banlieue où il ne pousse rien du tout.(...) Qui voudrait lire les mots d'un petit-bourgeois qui passe entre les gouttes? A qui il n'arrive rien ? Et qui, en plus, pleurniche sur son sort ?

Ce livre m'a profondément bouleversée mais il m'a surtout fait me sentir moins seule, moins incomprise, plus normale. Il a dédramatisé un épisode de ma vie que je croyais gravissime, le moment où moi aussi j'étais "presque" : presque heureuse mais presque malheureuse aussi.
J'aimerai beaucoup savoir quelle est la part de vécu dans la vie de François d'Epenoux qui lui a permis d'écrire avec tant de pertinence ce livre juste magnifique, très loin d'être un presque livre !

Lien : https://audebouquine.blogspo..
Commenter  J’apprécie          10
Crise de la cinquantaine pour ce brave Marc. A 54 ans, il se réveille avec un méchant coup de blues lorsqu'il se rend compte que ses rêves de jeunesse, ses ambitions littéraires se sont définitivement transformés en une vie popotte sans grande saveur, mais sans véritables drames non plus, il faut bien le dire. Et c'est peut être là le plus douloureux. Face à son désarroi, sa bande de poteaux, et en sous-main sa chère et tendre, vont le mettre au pied du mur.
Les premières pages d'exposition de ce roman consacré à thème un peu rabattu ont retenu mon attention avant de la perdre totalement tant les situations étaient téléphonées, le style bien au-dessous d'un scénario paresseux pour téléfilm de grille d'été où les banalités succèdent aux clichés. Comme le héros est passé à côté de sa vie, j'ai perdu mon temps et suis passée à côté de ce livre.
Commenter  J’apprécie          71
Merci Monsieur d'Epenoux
Pour cette invitation à considérer notre perception de notre parcours en cette période de « milieu de vie », ou plus.
Cette notion de « PRESQUE » que pour ma part j'ai entendu, par « ne pas être pleinement » dans ce que l'on fait.
Lors de la prise de conscience que nous faisons les choses par automatisme sans y accorder plus de saveur, voire de coeur, notre tendance est de regarder dans le rétroviseur et de se remémorer ce qui nous paraissait vibrant à l'époque de nos années où nous avions encore la vie devant nous, l'époque du « TOUT POSSIBLE », dont nous n'avions pas encore conscience.

La tentation est alors d'aller se « revisiter » et de s'accorder le droit de les vivre pleinement.
De foncer dedans, de se mettre à ces passions imaginées.
Et bien souvent, c'est une désillusion encore.
Une désillusion tout simplement parce que le cargo a avancé, parce l'histoire s'est construite.
Bien sûr, ces instincts d'accomplir ses rêves de jeunesse sont légitimes, et réalisables pour certains (certains rêves ou certaines personnes »).
Ils représentent bien souvent la flamme de la spontanéité et créativité que nous portons en nous depuis notre plus tendre enfance, qui se ranime.

Cependant outre le « faire », ce que je perçois dans cette notion du « presque » est d'ETRE 100 %.
Etre et vivre 100 % qui nous sommes, dans notre environnement, et j'irai jusqu'à dire, « presque » quel que soit notre environnement.

Retrouver la sensation de « goûter » et percevoir la saveur de ce que nous faisons :
Nos émotions, nos vibrations, sentir son corps, ses désirs,
Etre là, présent à notre quotidien, intérieurement, dans nos actions et avec l'ensemble de notre entourage.
Ainsi, nous reconnectons la flamme : spontanéité, créativité, désir, facilité de vivre au jour le jour notre quotidien.
Ainsi la magie s'opère, au quotidien s'offre notre « destinée », où nous vivons au meilleur de qui nous sommes.

N'est-ce pas simplement une question de liberté intérieure et individuelle ?
Lien : https://www.etre-agir.com/
Commenter  J’apprécie          00
Je referme la dernière page de son livre le Presque (paru en 2018). Un roman pour lequel j'ai eu un coup de coeur. L'histoire d'un homme, Marc – la cinquantaine passée – qui ne se sent plus à sa place dans sa vie. D'ailleurs l'a-t-il jamais été ? Ou presque… Jusqu'au jour où il en prend pleinement conscience. Une révélation. Celle de n'être jamais allé au bout de ses rêves.

Ne lisez pas la quatrième de couverture, laissez-vous simplement emporter, partie de plaisir assurée !

Humour, tendresse, questionnements, amitié et surtout amour sont les piliers de cette histoire rocambolesque, avec la famille en toile de fond.

Un livre sur l'urgence de vivre pleinement chaque instant, le besoin de vibrer, de frémir. de toujours sentir son coeur battre et savoir son pouvoir de séduction intact. Même si celui des femmes semble s'altérer plus vite que celui des hommes qui grisonnent…

Il est question de défier ce temps qui s'égrène avec une célérité grandissante au fil des ans. Une histoire d'audace. Un livre qui a vivement résonné en moi.

Avec toujours cette écriture vibrante et énergique, ancrée dans la réalité. Une plume non dénuée d'un humour parfois incisif, voire un brin provocateur, en clair, tout ce que j'aime !

Une fois de plus François d'Epenoux m'a prouvé son talent à entraîner ses personnages dans les méandres de leurs côtés sombres, mais également à faire surgir d'eux le plus beau, le plus pur.

Un roman qui m'a touchée, amusée, et fait réfléchir. Pour moi, les trois ingrédients indispensables à une bonne évasion littéraire. Quelle chance, ils sont tous réunis ici !
Lien : https://laparenthesedeceline..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Un mec qui imagine son destin, mais sans vraiment le vivre.
Un presque bourgeois et en même temps un presque artiste, mollement satisfait de son sort.
Un peu tout, un peu rien… un à-peu-près, un pas loin… un touche-à-tout… bref, un Presque.
Vous pigez le truc, maintenant ? Depuis, c’est comme ça que je me surnomme moi-même : le Presque !
Commenter  J’apprécie          62
Les Champs-Élysées déroulaient leur tapis d’asphalte au pied de demeurés paradant à bord de bagnoles carénées comme des autos tamponneuses, toutes vitres baissées et sono poussée au maximum.
Le cœur entier de ce qui avait été « la plus belle avenue du monde » battait au rythme sourd de raps primitifs qui éructaient la haine des autres, tandis que les fast-foods vomissaient leurs derniers clients dans une odeur de graillon.
Commenter  J’apprécie          10
Tout le monde se démerde avec ses rêves et le réel, comme tu dis, les envies de partir à l’autre bout du monde, le métro, les emmerdes, les petits chefs, le loyer, le blé qu’il faut gagner. Sauf à être rentier, c’est le lot des gens normaux.
Commenter  J’apprécie          20
Aussi, avant que plus rien ne lui fasse ni chaud ni froid, avant que les années ne lui glissent entre les mains et ne fripent ses doigts, il sent intuitivement qu'il doit agir, et vite.Oui, mais quoi faire? N'importe quoi, mais quelque chose.
Commenter  J’apprécie          20
Pourvu qu'il ne s'en aperçoive pas, elle ne veut pas se trahir,pas maintenant.Il poursuit, toujours sur le même registre de la compréhension tendre:
_Tu sais, Chlo,c'est ta décision...je la respecte
Commenter  J’apprécie          20

Videos de François d' Epenoux (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François d' Epenoux
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/fran-ois-d-epenoux-le-roi-nu-pieds-53569.html Nul doute que ce 13ème roman portera chance à François d'Epenoux tant il est une réussite et touche au coeur. Depuis son premier livre, « gégé », en 1995, sélectionné pour le Goncourt du 1er roman, François d'Epenoux a prouvé qu'il avait un réel talent à raconter des histoires qui nous parlent, nous ressemblent, nous rassemblent, nous interpellent. « Les années areuh », « le presque », « Même pas mal », « le réveil du coeur » sans oublier « Les papas du dimanche » ou « Deux jours à tuer » adaptés au cinéma… autant de titres qui ont installé François d'Epenoux dans l'univers littéraire français avec une écriture sensible, des histoires simples, une mélancolie douce qui n'oublie jamais d'accrocher un sourire, par élégance.
Voici donc le 13ème roman de François d'Epenoux et c'est sans doute son roman le plus personnel puisqu'il y raconte le lien complexe qui l'unit à son fils.
Voilà l'histoire. Eric a bien réussi. La quarantaine fringante, il passe ses vacances sur le bassin d'Arcachon, avec sa seconde épouse et leur fils, et Moumine, la grand-mère complice.
Mais débarque Niels, il est le fils d'un premier mariage. Niels a fait le choix d'une vie en marge de la société, d'une vie militante, il est zadiste à Notre Dame des Landes, près De Nantes où un programme d'aéroport agite les populations mais où des dizaines d'hommes et de femmes ont fait le choix de refuser ce projet quitte à entrer dans une lutte, aussi violente soit-elle. Pour Eric qui mène une vie plutôt rangée et bourgeoise, tout cela est incompréhensible.
Eric et Niels sont en pleine opposition. Pendant ce séjour estival, chacun essaie de sauver les apparences, d'éviter les sujets qui fâche, jusqu'au jour où le père éclate, incapable de supporter plus longtemps le mode de vie de son fils. Chassé de la maison familiale, Niels rejoint la ZAD. Deux ans plus tard, la roue a tourné, la vie d'Eric part en lambeaux et le désir de retrouver son fils se fait le plus fort. Mais est-il encore le temps des retrouvailles ? Peut-on renouer le lien quand tant de choses cous séparent ?
Sur le thème de la confrontation parents-enfants, sur la difficulté de se parler, de se comprendre, mais aussi sur un monde qui court à sa perte et sur la façon dont chacun tente d'y remédier, François d'Epenoux écrit un roman puissant, fort, triste et beau à la fois, porté par une écriture bouleversante et sensible.
C'est un coup de coeur.
« le roi nu pieds » de François d'Epenoux est publié aux éditions Anne Carrière.
+ Lire la suite
autres livres classés : Mise au pointVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (44) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3748 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}