AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 291510199X
Éditeur : Edition Dynamite (14/11/2013)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
[Réservé à un public averti]

Accusée d'un trafic de drogue qu'elle n'a pas commis, Emma McAlistair est condamnée à un an d'emprisonnement. Le juge expédie la jeune femme blonde dans un établissement pénitentiaire qu'il qualifie de "progressiste".

Un ouvrage du maître de la bande-dessinée érotique, Erich von Götha, qui n’est pas sans évoquer sa célèbre série Les Malheurs de Janice.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Domichel
  15 janvier 2014
Pour commencer je dois remercier les Éditions Dynamite par l'intermédiaire de Babelio et l'opération Masse Critique de m'avoir attribué ce livre lors de la dernière sélection.
Je dois avouer que comme tout homme normalement constitué et ayant un minimum de curiosité, lecteur insatiable de BD s'il en est, j'avais envie de redécouvrir ce type de littérature “osée”, érotique pour certains, pornographique chic ou choc pour d'autres.
Je ne pratique quasiment pas ce genre de lecture, n'ayant pour ainsi dire qu'une poignée d'albums au dessin suffisamment explicite pour les ranger dans “l"enfer” de ma bibliothèque. Je connais Milo Manara bien sûr, l'ayant lu il y a longtemps et me promettant d'acheter l'intégrale du Déclic avec ses femmes si chaleureuses, aux formes appétissantes, et surtout très bien dessinées. Dans ma grande collection de BD, il y bien quelques albums mettant en scène les ébats passagers d'un couple dans le cours de l'histoire et d'autres dont le scénario permet d'admirer les formes généreuses de quelque héroïne ayant perdu ses vêtements, mais les albums les plus aboutis dans ce domaine très particulier de l'érotisme qui sont en ma possession sont signés (hou là là, l'allitération…), sont signés donc, d'un maître du dessin nommé Paul Gillon avec l'excellente série “La Survivante”, aventures d'une femme seule (ou presque) dans un Paris où personne n'a survécu. Si l'on y rajoute quelques passages des séries “Les Naufragés du Temps” et “Les Léviathans” toutes deux du même Gillon, on a fait le tour de mes albums du genre.
Jadis lorsque j'ai fait mon service militaire, trainaient en salle de garde, des opuscules presque toujours en noir et blanc de facture inégale et d'origine presque toujours italienne, les traductions du texte ne nécessitant pas un large éventail de vocabulaire. Ces revues au caractère ouvertement pornographique mettaient en scène de charmantes créatures au formes plus que rebondies, aux prises avec des tortionnaires ou des monstres tels que loups-garous ou autres, immanquablement pourvus d'attributs masculins dont la taille ne laissait pas d'être perplexe quant à la capacité d'accueil des dites demoiselles. Quoiqu'il en soit, la souplesse anatomique permettait l'accouplement des protagonistes et après quelques coups de fouets et paires de menottes plus tard l'affaire était dite. Autant dire que ça ne m'a pas laissé de souvenir si impérissable que je me sente obligé d'étoffer ma bibliothèque avec cette catégorie de livres, les prix des albums en général amenant à faire des choix éditoriaux plus courants ou traditionnels voire plus culturels.
Grâce à la dernière édition de Masse Critique, j'ai donc coché parmi d'autres cet album d'Erich von Götha, me disant qu'après tant de temps, je pouvais bien me pencher sur une publication érotique, et je l'ai reçue il y a peu. La couverture plutôt bien dessinée ne laisse pas d'ambiguïté quant au contenu et la lecture peut commencer. Punie par un tribunal pour une vague affaire de drogue, la jeune et jolie Emma est transférée dans un établissement spécialisé dans la rééducation morale (si j'ose dire) par un personnel aux moeurs plus que dissolues et aux tenues vestimentaires sommaires. de châtiments en soumissions dont je vous épargnerai le détail elle va passer aux mains de maîtresses femmes, du directeur et de nombres de membres (!) de l'établissement. Les punitions dont elle est victime de prime abord, la terrifient un peu mais sa nature docile va l'amener à partager le plaisir de ses bourreaux.
Lu comme cela le scénario paraît assez abouti, mais en réalité il se révèle assez succinct, voire très pauvre.
Le dessin est plutôt pas mal mais aurait mérité plus de recherche dans le réalisme, s'agissant ouvertement d'un ouvrage pornographique sans les attraits de l'érotisme d'un Manara par exemple. Les décors sont quasi-inexistants, les situations sont invariablement les mêmes, page après page, et les costumes quand il y en a, sont d'inspiration néo-nazie (ce qui m'a gêné), ou alors S-M (?).
En conclusion pas de quoi s'extasier devant un album assez banal, et dont je trouve que l'appellation “Maître du genre” appliquée à l'auteur me semble bien présomptueuse, la quantité de son oeuvre ayant pris le pas sur la qualité, c'est avec déception et soulagement que je fermai la couverture.
Je retournerai à l'occasion vers des auteurs cités plus haut ou vers le célèbre Aslan dont les illustrations hyper-réalistes, datant des belles heures du magazine LUI, enchantaient les lecteurs assidus…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
solpoin
  04 janvier 2014
Bien... Bien, bien bien... Autant dire que... Je n'ai pas aimé. Je suis une grande lectrice des BDs de Manara, qui est, reconnaissons le, un maître de la BD érotique. Et bien là... C'est la différence entre l'érotisme ou le porno soft de Manara qui, bien qu'explicite, ne soit jamais vulgaire et le porno crade.
Le dessin d'abord, bien que "correct", n'est franchement pas agréable malgré une couverture plutôt pas dégueu. Bon.
Les scénario ne tient pas la route une seule seconde. C'est très mauvais. Les dialogues sont pathétiques. "tu jouis chienne?/ ho oui je jouis. / ha! salope Je jouis aussi. / ho oui ho oui." Woah! magnifique!
L'héroïne principale est cruche comme pas permit, n'a aucune profondeur à part celle de ses orifices et rien n'a d'intérêt. Sans compter un nombre incalculable d'éjaculateurs précoces qui, à peine dedans, ont déja fini. Ils ont voulu privilégier la quantité à la qualité et... C'est réussi sur ce point: beaucoup d'amants, tous inutiles. Zéro intérêt. Vraiment! Alors voilaaa, je met 2 étoiles pour la forme. parce que le dessin n'est pas le plus laid du monde et que j'aime bien le stylisme des femmes maton. Mais pfiouuuu... Si vous aimez les BDs érotiques, passez votre chemin et retournez lire le Déclic ou le Parfum de l'Invisible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Andyflo
  24 janvier 2014
Je remercie La Musardine et Babelio pour ce beau partenariat.
Il faut tout d'abord s'affranchir du fait que la femme n'est pas vraiment mise à l'honneur. Il faut se mettre dans la tête d'un homme avec ses fantasmes car il est vrai que plus d'une situation est humiliante pour l'héroïne.
Mais moi qui suis fervente amatrice de romance érotique j'ai réussi à me plonger dans ce monde de soumission et a en apprécier les facettes.
Il est clair que ce que vie le personnage féminin est dur mais elle finit pas y trouver du plaisir alors est-ce réellement humiliant si la principale intéressée si soumet avec plaisir et volontiers ?
Les dessin sont peu ou pas coloré mais dans une espèce de sépia qui donne une véritable ambiance à la BD. le coup de crayon est parfois grossier mais aussi parfois d'une belle finesse surtout sur les détails sexuels.
J'ai donc pris beaucoup de plaisir à lire cette BD mais attention elle n'est pas à mettre dans toutes les mains elle s'adresse à un public ouvert d'esprit friand de ce genre là car rappelons le bien : il en faut pour tous les gouts !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
autres livres classés : punitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
279 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre