AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847203753
Éditeur : Gaïa (02/10/2013)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 193 notes)
Résumé :
Mari, Anna et Fredrik, trois amis de longue date, ont monté une société au doux nom du Peigne de Cléopâtre. Leur créneau: résoudre les problèmes des gens. Chacun se débat dans sa vie mais apporte ses compétences, qui en jardinage, qui en déco d’intérieur ou en comptabilité… et la PME se développe avec succès. Jusqu’au jour où une vieille dame se présente à l’agence avec une étrange requête: elle souhaite que Le peigne de Cléopâtre élimine son mari.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  29 avril 2015
Mari vient de se faire licencier malproprement par son associé. Pour le "remercier", elle lui plante une paire de ciseaux dans la main et va fêter cela avec son amie, Anna. Cette dernière tient un petit café au doux nom du Refuge, dans lequel elle sert de très bonnes pâtisseries. Une idée un peu folle germe dans l'esprit d'Anna: pourquoi ne pas monter leur propre entreprise qui aiderait les gens pour n'importe quelle tâche. Que ce soit du jardinage, de la comptabilité, du droit ou de la déco intérieure, les deux femmes ne manquent pas de ressources. Qui plus est, rejointes par leur ami Fredrick qui travaille dans l'intérim, la palette des compétences s'agrandit. Les trois amis de longue date fondent ainsi le peigne de Cléopâtre. Certains de se connaître parfaitement, ils ne se doutent pas des zones d'ombre qui hantent leurs amis. Pourquoi Fredrick est-il si renfermé ? Que s'est-il passé en Irlande pour Mari ? Aider son prochain est une excellente idée en soi et la petite entreprise marche plutôt bien. Mais, dès lors qu'une vieille dame maltraitée par son mari alcoolique leur demande de le tuer, comment vont-ils réagir ?
Envie de déshériter votre fils ? Envie soudaine de changer la déco de votre appartement ? Besoin de réparer votre vélo ? Envie de tuer votre mari alcoolique et violent ? Ne vous inquiétez pas, le peigne de Cléopâtre saura répondre à votre demande... Sauf, peut-être pour le mari, requête qui demande à bien y réfléchir à deux fois... Mari, Anna et Fredrick, ces trois amis de longue date ne pensaient sûrement pas que leur petite entreprise connaîtrait un tel succès mais dès lors qu'un problème d'éthique, de morale et de conscience apparaît, chacun a, évidemment sa propre idée. Cette demande si particulière prendra un tour surprenant dans la vie de chacun et dans leurs relations. Ne vous fiez pas à cette couverture rose bonbon... Maria Ernestam décortique les âmes dans ce qu'elles ont de plus trouble et les différentes réactions de chacun face à un événement pour le moins inattendu. L'auteur dépeint trois personnages haut en couleurs et compose avec leurs forces et leurs faiblesses, révélant ici un passé troublant ou là, une relation surprenante. L'on va de surprises en surprises dans ce roman qui, outre l'intrigue criminelle, nous offre de beaux portraits d'âmes blessées et une leçon sur l'amitié.
Le peigne de Cléopâtre... décoiffant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          803
Kittiwake
  18 juillet 2014
Ne nous y trompons pas : lorsque le décor se met en place dans un petit resto suédois, le projet De Mari, Anna et Fredrick est empreint de bons sentiments : créer une société pour aider à résoudre leurs problèmes divers et variés.
Mais pour qui a déjà lu Maria Esternam, l'on se doute que l'ambiance générale ne va pas rester assortie au rose pastel de la couverture....au delà des conseils de déco ou de comptabilité, d'autres demandes viennent surprendre les comparses, les mettant en porte à faux avec leurs principes éthiques. Plus grave encore, en raison de la nature des services en cause, le passé et ses fantômes font irruption dans leur vie, mettant à jour des secrets et drames plus ou moins enfouis.
L'auteur sait particulièrement bien comment égarer le lecteur sur de fausses pistes, au coeur de scènes fondamentales qui à première lecture ne semblent même pas ambiguës. L'on progresse ainsi de surprise en surprise, incité à redoubler de vigilance, tout en vacillant sur les repères stables péniblement construits quelques pages plus tôt .
C'est aussi efficace que les Oreilles de Buster, sur le plan de l'intrigue. Et l'on retrouve le thème de la famille pathologique, destructrice, avec ses secrets d'alcôve et ses méthodes éducatives ignobles, qui fragilisent à tout jamais la construction de la personnalité.

A lire et peut-être à relire pour essayer de repérer les pièges tendus par l'auteur pour mieux perdre son lecteur....
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
jeunejane
  29 octobre 2015
L'histoire commence avec une action de choc : Mari enfonce des ciseaux dans la main de son patron qui la licencie.
Ensuite, avec ses deux amis, Anna et Frederik, ils décident de fonder une société qui va se charger de résoudre les problèmes des gens. C'est tout un programme.
Jusqu'au jour où arrive Elsa Karlsten qui demande leur aide pour se débarrasser de son mari abject en échange d'une grosse somme d'argent.
A partir de là, nous allons découvrir lez parties cachées de la vie des trois amis.
Cela se passe bien trop lentement à mon goût et pour l'humour noir, on repassera : je n'en ai pas vu beaucoup.
J'avais beaucoup plus apprécié son précédent roman "Les oreilles de Buster".
Commenter  J’apprécie          240
canel
  09 novembre 2015
Mari vient de perdre son boulot de comptable. Il lui vient l'idée de créer une petite entreprise d'aide à la personne (APE 8810A ou 9609Z) avec ses deux amis de longue date, Anna et Fredrik. Gestion, jardinage, bricolage et autres petits travaux pour des particuliers.
Mais le trio est bientôt sollicité pour des missions beaucoup plus délicates. Parce que nous, êtres humains, si on trouve une bonne âme prête à nous donner ça (la première phalange du petit doigt), on a tendance à tirer sur la ficelle et à lui demander ça (tout ou partie de son corps, de son âme...).
On retrouve ici des thématiques présentes dans 'Les oreilles de Buster' et 'Toujours avec toi', de cette même auteur : tyrannie et cruauté entre proches, relations difficiles entre parents et enfants, blessures de l'enfance et lourdes séquelles psychologiques, couple, vieillissement, deuil d'un amour (mort de l'être aimé ou fin de la liaison)... Malgré ces sujets maintes fois rencontrés chez Maria Ernestam et ailleurs, je n'ai pas ressenti d'impression de déjà-vu avec cette lecture, le scénario est en effet original - bien que proche de celui de "Pour vous" (Dominique Mainard). Par contre, je me suis beaucoup ennuyée ; l'intrigue tarde à décoller, elle prend un envol intéressant dans le dernier tiers avec quelques surprises, mais retombe assez vite.
Intérêt et attention décroissants sur une longue première partie, je mélangeais d'ailleurs les protagonistes et leurs passés respectifs. Mais cette confusion est peut-être voulue par l'auteur, leurs traumatismes présentent en effet beaucoup de points communs et entretiennent le flou sur le grand mystère de l'intrigue.
Roman très décevant pour moi, moins rythmé que les deux autres de Maria Ernestam que j'ai lus (et beaucoup appréciés), moins construit, moins émouvant, et sans l'humour noir des 'Oreilles de Buster'...
- avis : 2.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Loucy
  30 octobre 2013
Le peigne de Cléopâtre a un titre intrigant, on se demande pourquoi Cléopâtre, pourquoi son peigne etc. La couverture est très jolie et continue de nous attirer. Enfin le résumé nous achève et nous fait succomber. Puis, on commence les premières pages, et là c'est fini, on est sous le charme définitivement.
Nous suivons trois amis qui créé leur entreprise : le Peigne de Cléopâtre (le voici déjà !) avec une idée très simple : résoudre les problèmes d'autrui. En effet, à eux trois, ils possèdent une palette très importante de compétences et souhaitent les mettre à disposition des autres. Tout se passe donc très bien jusqu'à une demande particulière … Une dame vient leur demander d'éliminer son mari. Alors oui, le mari n'est pas une personne particulièrement agréable, on peut même la qualifier de détestable … de plus, il s'agirait bien de résoudre le problème de cette dame, ce qui fait partie des buts de leur entreprise … Cependant, il s'agit là d'un problème de légalité et de morale. Peut-on tuer quelqu'un contre un demi million de couronnes chacun ?
Entre situations plutôt cocasses qui nous font sourire, émotion qui nous met au bord des larmes, amitié touchante, problèmes quotidiens, suspense … Tout est là. le Peigne de Cléopâtre est un petit bijou, et est ma plus belle découverte de la rentrée littéraire pour le moment. Un gros coup de coeur pour ce magnifique livre, dont on aimerait davantage de pages afin de continuer un petit bout de chemin avec nos trois amis. le style de Maria Ernestam est enchanteur, on tourne les pages sans s'en rendre compte, et si l'on s'en aperçoit, on est dépité de voir que l'on approche de la fin.
Bref, voici un livre que je conseille les yeux fermés, prenez-le, découvrez-le mais surtout savourez-le et partagez-le ! Vous passerez un très bon moment. Je vais désormais aller loucher vers les Oreilles de Buster, autre livre de Maria Ernestam qui semble très prometteur également !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142

critiques presse (1)
Actualitte   02 décembre 2013
Le talent de Maria Ernestam : savoir surprendre en permanence le lecteur mais en toute amitié, sans jamais s'en moquer. Dans le plus grand respect.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel   08 novembre 2015
- Ceux qui viennent découvrir l'Irlande ne veulent pas voir de constructions récentes, mais des épaves de bateaux, des vieux bergers qui font paître leurs moutons, des ruines qui évoquent les Celtes et la guerre. Plus les sites authentiques se feront rares, plus les touristes seront fortunés - ceux qui sont tellement blasés qu'ils recherchent des émotions fortes pour donner un sens à leur vie. En Irlande, ils sont à la recherche de la "grandeur de la nature". Moi j'appelle ça de la pauvreté.
- Qu'est-ce que tu veux dire par là ?
- Que ce sont les traditions des pauvres qui constituent la plus grande attraction du pays, et que le tourisme est une source importante de revenus. Il faut donc conserver le passé, au moins dans les régions comme le Connemara. Au rythme où vont les choses, les Irlandais pourront bientôt jouer les figurants sur leurs propres terres. Le spectacle s'appellerait "le mythe irlandais". Nous devons préserver nos ruines et nos maisons délabrées, nos moutons et nos vieillards, éviter qu'ils portent des vêtements dernier cri et les encourager à ne pas abandonner la pêche traditionnelle. Ça vaut d'ailleurs pour tout le reste du monde aussi. Les pauvres sont une espèce en voie de disparition, qu'il faut protéger pour que les riches aient de quoi se divertir. Ensuite, ils s'endormiront sous leurs couettes douillettes dans des chambres d'hôtel climatisées.
(p. 173-174)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
JeannepeJeannepe   09 juillet 2017
Jeune homme, je ne suis pas juriste mais je sais pertinemment que si je demandais le divorce, mon mari me ferait vivre un enfer. Il s’en est donné à cœur joie pendant toute notre vie commune, alors la tyrannie, ça le connaît. Il sait exactement où appuyer pour que ça fasse mal. La culpabilité, la honte, la réputation, l’argent… Pour tout vous dire, après ce que j’ai vécu, je me fiche presque de la culpabilité et de la honte. Les problèmes de réputation ne me concernent pas. Mais avec un peu de chance, il me reste encore une dizaine d’années à vivre, et je veux les vivre pleinement. Après notre discussion de ce matin, je me suis dit qu’il n’était pas trop tard pour être heureuse. Pas trop tard pour… me mettre à fumer des cigares, ou, pourquoi pas, à porter des sous-vêtements en dentelle ! Mai d’abord, mon mari doit disparaître. Il ne doit plus jamais être en mesure de m’insulter ni de m’accuser de quoi que ce soit. Qu’une vieille dame souhaite vivre pleinement les quelques années qui lui restent, ça ne peut pas être complètement répréhensible, n’est-ce pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
canelcanel   11 novembre 2015
Je me disais que j'avais fait le maximum et que si je l'aimais suffisamment, tout irait bien. Mais visiblement, ça ne marche pas. Plus je veux me rapprocher d'elle [ma fille], plus elle me fuit. Je me retrouve les bras pleins de câlins face à une gamine qui me dit : "Non merci, tu peux te les garder, tes sentiments puants." Ce n'est pas nouveau, elle est comme ça depuis sa naissance. Je sais aussi qu'elle a toujours préféré Greg [son père]. Même quand c'était lui qui faisait une connerie, elle rejetait la faute sur moi. Il semble qu'elle ait fondé sa conception du monde sur le principe de ma culpabilité.
(p. 91)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
marina53marina53   29 avril 2015
La pire des maltraitances est celle qu'on ne cerne pas bien, comme si le cerveau conservait le souvenir du mal jusqu'à ce qu'on soit suffisamment mûr pour le réaliser. Cet effet à retardement est plus destructeur que l'effet immédiat. Le poison agit plus longtemps.
Commenter  J’apprécie          260
marina53marina53   29 avril 2015
Quand vous tailladez un cerveau à coups de mots, vous êtes considéré comme innocent, alors que si vous utilisez la lame d'un couteau, vous êtes coupable.
Commenter  J’apprécie          400
Videos de Maria Ernestam (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maria Ernestam
A la rencontre de Maria Ernestam
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
97 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre
. .