AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782847206500
103 pages
Éditeur : Gaïa (14/10/2015)

Note moyenne : 3.06/5 (sur 192 notes)
Résumé :
Sara et Björn s'installent à la campagne dans la maison qu'ils viennent de rénover. Un paradis d'espace et de liberté pour eux comme pour leur chat. Le couple d'en face, leurs seuls voisins, est charmant. Ils n'ont qu'un seul défaut, leur propre chat, un animal belliqueux qui défend son territoire toutes griffes dehors. Bientôt, une guerre des nerfs s'engage, oeil de lynx contre patte de velours. Et c'est délicieusement cruel. On ne choisit pas ses voisins. Leur cha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  30 août 2019
Un roman avec un véritable potentiel mais c'est quoi cette fin ??? J'avais l'impression d'arriver à la fin d'un chapitre, je tourne, c'est fini. Ce roman aurait gagné en qualité avec plusieurs pages de plus. Surtout que cette fin n'en est pas une. Zut alors. Je suis sur ma faim car j'ai bien aimé ce petit roman.
Sarah et Björk emménagent dans leur nouvelle maison en pleine campagne. Avec eux, leur chatte Michka douce et ravie de découvrir un jardin, elle qui vivait en appartement jusqu'à lors. Pour Michka, la joie sera de courte durée car le chat des voisins est des plus hostiles. Habitué à se promener dans le jardin d'en face, il tolère mal le nouveau compère.
Pour Sarah et Björk, eux qui se sont toujours méfiés des voisins qui leur en ont toujours fait voir de toutes les couleurs auparavant, ils sont plutôt heureux de rencontrer leurs nouveaux voisins, un couple bien en apparence.
Ce roman a des allures de thriller, l'atmosphère du « ne faites pas attention à l'eau qui dort » est très bien retranscrite. Les deux chats à l'antipode représentent très bien leurs maîtres et à travers l'animosité d'Alexander, le chat des voisins, on s'immerge facilement dans cette histoire de voisins pas commodes, de conflits. Des dialogues, des descriptifs, de la nature, des chats bien sur et un zeste de tension. Personnifier l'univers extérieur à travers les chats est assez fascinant je trouve, l'exercice manque néanmoins de densité et caractère. Puis dommage vraiment que cette fin ne ressemble à rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          859
iris29
  07 mars 2020
Après "Jambes cassées , coeurs brisés", je continue mon exploration de l'oeuvre de Maria Ernestam, mais je crois que je ne me précipiterai pas sur le suivant, j'ai été terriblement déçue par la fin de celui-ci.
Et le pire , c'est que je le savais avant même de commencer , vu le format du livre ( 100 pages). Je n'aime presque jamais les formats courts... quand c'est bien, la brièveté du moment passé avec l'auteur, me frustre et quand c'est pas bien, et ben... de toute façon c'est pas bien ...
Tout commençait ...bien, Ernestram est douée pour installer une histoire, des personnages, un décor, et puis la fin arrive trop vite, sans plus d'explication que ça. Et c' est juste au moment où le roman pourrait basculer dans un formidable suspens , à la Hitchcock, que l'auteur brandit le clap de fin...
Arghhhh ... Frustration !
Björn , a accepté pour faire plaisir à Sara d'aller s'installer à la campagne . Ce n'est pas non plus, un trou perdu au milieu de nulle part, ils sont à 30 mn de la ville où Monsieur travaille . Sara veut devenir paysagiste et commencera par refaire le jardin. Pour l'intérieur , ils ont préféré prendre des artisans.
Les voilà aménageant dans cette jolie maison, nouvel espace pour leur chatte Michka.
Mais très vite , celui des voisins prouve qu'il ne veut rien lâcher de son territoire, qu'il a évidemment étendu à leur jardin, comme tout chat qui se respecte... .
Les voisins sont accueillants, Lars partage avec Sara , l'amour du jardinage.
Björn et Sara ne voulant pas faire d'histoires , ne disent rien sur leur magnifique ( mais très agressif ) animal de compagnie . Pourtant , Ils ont droit (et plus précisément Sara lorsqu'elle est seule avec la voisine), à des remarques perfides, hostiles, ou carrément à côté de la plaque ...
Alors guerre des chats et guerre des voisins? A moins que ...
Et le lecteur aimerait bien en savoir un peu plus sur ...
Alors, cette histoire avait un potentiel formidable. J'adore les histoires de voisins "qui finissent mal , en général". J'adore nos amis les bêtes, et Maria Ernestram parle très bien des chats, de leur grâce, de leur côté " à l'aise", de leur rapport à la nature...
Si j'avais travaillé dans la maison d'édition de ce roman, j'aurais renvoyée l'auteure à son ordinateur ou à ses stylos et je lui aurait dit : " S'il te plaît,reviens avec 100 pages de plus, et c'est bon ! "
Mais , je ne me plaindrai pas, car en regardant la photo de ce magnifique chaton trempé, sur la couverture, ON CRAQUE ! et on oublie tout...
Je veux le même ! ;-)
Challenge Multi défis 2020.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          428
Nastie92
  10 mai 2016
Comme le dit l'auteur à un moment de l'histoire : "Des voisins et des des chats. Des chats et des voisins." Voilà le sujet du livre.
J'ai bien aimé le début du roman : l'arrivée de Sara et Björn à la campagne dans la maison qu'ils viennent de rénover, la découverte du couple voisin, et surtout les deux chats, dont on voit vite qu'ils vont jouer un rôle capital.
On sent rapidement que tout ne va pas être idyllique, les bizarreries initiales laissent place à une tension insidieuse, puis à une franche hostilité.
J'ai souvent pensé à l'excellent film "Carnage" de Polanski, dans lequel deux couples s'affrontent suite à une banale dispute entre leurs enfants. Sauf qu'ici, les "enfants" sont des chats. Et sauf qu'ici la narration est loin d'être aussi brillante que la réalisation de Polanski.
Les ingrédients du récit sont, à mon avis, mal exploités et la fin est en queue de poisson (poisson-chat ?).
Bref, l'histoire avait un réel potentiel, mais je suis restée sur ma faim, même si j'ai souri par moments lors de cette courte lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
missmolko1
  14 février 2016
J'avais beaucoup aimé les oreilles de Buster et c'est avec plaisir que j'ai retrouvé Maria Ernestam avec Patte de velours, oeil de Lynx.
Avec ce court roman, on fait la connaissance de Sara et Björn qui viennent d'acheter une maison à la campagne. Mais ce petit coin de paradis devient vite un enfer a cause de leurs voisins et surtout a cause du chat des voisins.
C'est un roman réussit ou la tension monte petit à petit. Je ne suis pas entièrement certaine d'avoir compris la chute de l'histoire qui reste ouverte a plusieurs interprétations.
J'ai par contre un coup de coeur pour la couverture, ce chat dans la baignoire avec son regard noir et le pelage mouillé est vraiment drôle et va a merveille avec l'intrigue du roman.
Bref, ce n'est pas un coup de coeur mais une lecture rapide qui est prenante. Un autre roman de l'auteur est dans ma PAL : Toujours avec toi. Il ne devrait pas tarder à en sortir.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          272
moussk12
  15 août 2019
Sara et Björn quittent la ville pour s'installer avec leur chat, Michka, à la campagne. Les travaux de restauration terminés, il reste à défricher le jardin, véritable prolongement de cette maison aux allures bucoliques. Une nouvelle vie démarre pour eux. Ils font vite connaissance avec les seuls voisins de cette rue isolée, un couple habitant en face, qui dès le premier jour, viennent leur souhaiter la bienvenue. Comme ils sont gentils ! et prévenants ! Et trop envahissants à mon goût. Eux aussi possèdent un chat, le matou du "quartier" bien décidé à maintenir son territoire.
On sent très vite qu'il va se passer quelque chose, d'autant plus que le roman est très court (98 page) et que ces voisins si charmants aux premiers abords, semblent aussi teigneux que leur matou.
Lu d'une traite, j'ai passé un bon petit moment.
Commenter  J’apprécie          226

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   22 janvier 2016
Le chat l'avait su avant tous les autres. Les yeux plissés, alerte, il épiait la maison rénovée entourée d'un jardin en friche. L'air humide du matin frôlait les cheminées, caressait les allées. Au pied d'une barrière cassée, des feuilles mortes s'entassaient.
Le chat fit ses griffes sur le tronc d'un pommier hérissé contre le ciel, puis il se faufila jusqu'aux rhododendrons. Bien que les bourgeons ne soient pas encore apparus, on détectait partout les signes d'un printemps précoce. Une tension explosive.
Ses pattes s'enfonçaient dans le terreau déjà meuble. L'hiver avait lâché prise, les doux secrets que recelait le sol allaient bientôt être exposés, mis à nu, accessibles. Puis la chaleur arriverait, et les haleines embuées des jours enneigés ne seraient plus que de lointains souvenirs.
Non pas que l'hiver le dérangeât, il était habitué aux aléas du climat. Les premiers pas sur la glace, les flocons qui poudraient son pelage. Les arbres vernis de froid. Les surfaces cristallines.

D'un bond, il monta sur le mur de pierre et inspecta son territoire, mettant tous ses sens à contribution. Les jardins mitoyens, puis ceux des voisins plus éloignés. Il avait implacablement chassé tous ses concurrents, l'un après l'autre, sans céder un pouce. Ceux qui osaient s'aventurer dehors, dans leur propre jardin, ils les avaient vaincus à force de ruse et de haine raffinée.
Il n'était pas plus grand que ses adversaires, non, mais il avait le combat dans le sang. Ses gènes portaient les traces de générations de chats sauvages qui, ayant échappé au fléau du dorlotage, s'étaient battus pour leur survie et leur nourriture. Il n'éprouvait que du mépris envers ses congénères qui recherchaient la chaleur du foyer et les caresses de leur maître dès qu'ils sentaient poindre l'orage. Ces poltrons méritaient d'être refoulés à coups de griffe à l'intérieur de leurs maisons douillettes et de passer le restant de leur vie à pleurnicher devant une fenêtre close.
Ainsi réfugiés, ils pouvaient bien se permettre de prendre des airs farouches, de faire le gros dos, de lancer des regards noirs. Tout cela n'était que jalousie. Leurs signes extérieurs de bravoure avaient pour seul public des fleurs en pot et des bougeoirs. Ils faisaient honte à leur espèce.
Le chat trottina jusqu'au bout du ponton. Il se pencha au-dessus de la surface grise de l'eau. Pas de poisson. Un peu plus loin, quelques canards. Les cygnes n'étaient pas revenus. S'ils s'avisaient de le faire, ils ne resteraient pas longtemps.
La bassine en zinc était remplie à ras bord d'eau de pluie. Le chat s'étira de tout son long, inclina la tête en avant et lapa le liquide glacial et revigorant. Sans peur. Il ne connaissait pas la peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nastie92Nastie92   15 juin 2016
Ses doigts longs et fins ne se laissaient tacher que par du stylo à bille - l'outil le plus approprié pour résoudre des problèmes de mathématiques.
Commenter  J’apprécie          210
Nastie92Nastie92   28 mai 2016
Il ressemblait tant à Scat Cat dans "Les Aristochats" que Sara se surprenait souvent à l'imaginer en nœud papillon et chapeau, jouant un solo de trompette dont les modulations se propageraient dans les ruelles parisiennes.
Commenter  J’apprécie          130
tantquilyauradeslivrestantquilyauradeslivres   12 février 2016
Il n'était pas plus grand que ses adversaires, non, mais il avait le combat dans le sang. Ses gènes portaient les traces de générations de chats sauvages qui, ayant échappé au fléau du dorlotage, s'étaient battus pour leur survie et leur nourriture. Il n'éprouvait que du mépris envers ses congénères qui recherchaient la chaleur du foyer et les caresses de leur maître dès qu'ils sentaient poindre l'orage. Ces poltrons méritaient d'être refoulés à coups de griffe à l'intérieur de leurs maisons douillettes et de passer le restant de leur vie à pleurnicher devant une fenêtre close
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nastie92Nastie92   10 mai 2016
Passant la main sur sa queue-de-cheval, elle trouva l'élastique et l'ôta, libérant ses cheveux qui tombèrent sur ses épaules. Puis elle les rassembla à nouveau.
Björn l'observait.
- C'est joli quand tu les laisses détachés.
- Mais pas pratique.
- Mais joli.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Maria Ernestam (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maria Ernestam
Pour notre deuxième expérience de "booktubing", nous présentons "Patte de velours, oeil de lynx" de Maria Ernestam. Admirez le jeu du figurant à moustache, digne du chactor's studio !
autres livres classés : voisinageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1897 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..