AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072564758
248 pages
Éditeur : Joëlle Losfeld (14/01/2016)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Ray a fait fortune à Chicago en adaptant les théories de George Orwell – en particulier celles exposées dans 1984 – au marketing. Ray est persuadé que le monde d’aujourd’hui est pire encore que celui décrit dans le fameux roman. Tout va donc pour le mieux jusqu’au jour où sa femme, persuadée (à tort) qu’il a une liaison avec l’une de ses collaboratrices, demande le divorce.
Plongeant peu à peu dans une crise morale et existentielle, Ray décide de s’exiler sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
julienleclerc45
  03 mai 2016
Ray Welter entame une longue traversée pour atteindre l'île écossaise de Jura. Elle abrite la maison de George Orwell. C'est dans cette maison qu'il aurait écrit 1984, son chef d'oeuvre, dénonciation d'une dérive totalitaire et dictatoriale basée sur des nouveaux outils technologiques. Ce roman a tellement marqué et guidé Ray qu'il est persuadé que son salut passera par un séjour prolongé dans cette maison. Il se fixe comme objectif de relire toute l'oeuvre du grand auteur britannique et pense y trouver des réponses aux questions existentialistes qui envahissent son esprit. Il a travaillé dans la communication jusqu'à un certain épuisement et dégoût. Sa femme l'a quitté. C'est donc allégé d'un travail, d'une famille (malgré les cartes postales étranges de sa mère) et d'argent qu'il arrive dans cette maison tant désirée.
Mais vivre sur cette île, c'est côtoyer des voisins assez étranges. Farkas est par exemple un homme très amical qui prétend être un loup garou, ce qui expliquerait la présence de carcasses d'animaux morts sur le pas de la porte de Ray. Il y a également Pitcairn, nationaliste très furieux accompagné de sa fille Molly qui ne cherche qu'à fuir l'île tant chérie par son père.
Le personnage de Ray qui vit un drame très intérieur se retrouve donc au milieu d'une folie très mouvementée et alimentée par le whisky, liquide très consommé par tous. Ce premier roman d'Andrew Ervin est une véritable comédie dont Ray est parfois la victime malheureuse. Ce ne sont pas tant les péripéties qui apportent un rythme mais les êtres décrits. Les dialogues amènent habilement les personnalités à se révéler. Chaque rencontre entre Ray et ses voisins est vraiment savoureuse et toujours très surprenante.
Au milieu de ces êtres de chair et d'os, il y a bien sûr Orwell qui hante l'esprit de Ray, la maison et l'ensemble de l'île. Par bribes, Andrew Ervin arrive à faire ressortir l'optimisme d'un écrivain qui avait anticipé l'émergence de la surveillance globale.
Ce roman est très drôle et riche quand nous suivons Ray dans sa découverte de l'île et ses habitants. Mais les flash-backs expliquant les raisons de sa venue et sa vie d'avant sont plus convenus et alourdissent parfois la lecture.

Lien : https://tourneurdepages.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Grumbl
  21 janvier 2021
Pour un premier roman de quelqu'un qui ne se veut pas romancier, "L'incendie de la maison de George Orwell" est plutôt pas mal. Une critique de la "société moderne", de manière plus subtile et moins manichéenne que chez d'autres, presque en filigrane. Une envie de whisky et de solitude, dont seule l'une des deux sera satisfaite dans cette ile de Jura peuplée de personnages sordidement loufoques.
Le style de l'auteur est ... sommaire. Parfois lourd. On continue souvent le livre pour son "aura", la vision d'Orwell par-ci par-là, le whisky - chacun ses vices - et d'autres donnent cette envie de continuer et de terminer cette histoire.
Et, en fait, je me suis surpris à n'en avoir strictement rien à faire, de ce "manque de style", je veux dire. L'histoire est bonne, intéressante, elle aurait méritée un peu plus d'attention mais un Irving ne sommeille pas en chaque auteur, ça n'est pas une raison pour passer à côté de bons moments comme celui-ci.
Commenter  J’apprécie          00
YannC
  17 février 2016
Premier roman de l'américain Andrew Ervin, diplômé en philosophie de la religion et déjà auteur de plusieurs nouvelles qui ont été regroupées, aux États-Unis, en volume sous le titre Extraordinary Renditions, L'incendie de la maison de George Orwell (paru aux éditions Joëlle Losfeld) est l'histoire d'un homme, Raymond Welter, en proie à son obsession. Une obsession toute contemporaine tant elle surgit dans notre quotidien ultra-connecté.
Grand admirateur de George Orwell et de l'extraordinaire 1984 en particulier, Ray Welter travaille dans le marketing à Chicago, à l'agence de publicité Logos. Lorsqu'un jour se présente un dossier épineux – à savoir comment réussir à vendre un 4×4 tout en omettant le facteur environnement – il réussit à appliquer les théories qu'Orwell expose dans son chef-d'oeuvre au marketing et à la communication en jouant sur la simplicité du langage et de la syntaxe (c'est le fameux Novlangue).
Le succès de la campagne de communication fait alors comme un déclic dans l'esprit de Ray Welter qui, en plus de prendre conscience de la véracité des propos d'Orwell, découvre que ce dernier était en deçà de la réalité. La procédure de divorce avec sa femme aidant, Raymond Welter décide de se retirer du monde en décidant de s'installer à l'endroit le plus isolé qu'il connaisse, l'île écossaise de Jura, et plus particulièrement à Barnhill, la maison qu'habita George Orwell au moment où il rédigeait 1984.
Lien : http://unepauselitteraire.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanculo
  25 mai 2019
L'incendie de la maisom d'orwell est le premier roman d'Andrew Erwin. le personnage central Ray Welter applique les méthodes de Big Brother dans 1984 pour sa campagne de pub pour la vente de 4×4 qui s'avère être un grand succès dépassant toutes les attentes de sa part. Il fait un burn out qui le pousse à fuir Chicago, son travail, sa femme. Il pense que son salut viendra de la solitude ,la lecture et de ses réflexions sur les ecrits d Orwell, dans la maison isolée sur l'île Jura.
Le roman se résume surtout à une description des paysages pluvieux de l'île et de sa galerie d'habitants étranges. Ray soigne son mal être le Whisky écossais qui coule à flot.
Le roman se lit mais ne laisse pas un souvenir impérissable. Il y fait quelques allusions aux écrits d'orwell simplement. Ce n'est pas le livre que j'attendais.
Commenter  J’apprécie          00
Blackrosesforme
  27 août 2016
Ray Welter a réussi dans la vie. Grand lecteur d'Orwell, en particulier de 1984, il a fait fortune dans la pub en appliquant les préceptes totalitaires de Big Brother à une technique de vente novatrice redoutablement efficace. Soit créer un faux ennemi, appliquer le novlangue, détourner le sens des mots et ainsi appauvrir le langage pour appauvrir la pensée. Ou Comment convaincre les prolos qu'acheter un 4X4 hors de leurs moyens est un acte de rébellion. Mais son succès le mine. Il a beau tenter de noyer ses scrupules dans le bourbon, le monde orwellien qu'il a contribué à consolider n'a plus d'attrait pour lui. Ray s'en veut. Dépression. Divorce. Il décide, pour se reconstruire, de quitter le confort technologique de Chicago et de s'exiler sur l'île de Jura, dans les Highlands écossaises, à Barnhill précisément, là où Orwell a passé la fin de sa vie à écrire 1984. Il tombe là-bas sur toute une galerie de personnages pittoresques, très alcoolisés, dont certains ne voient pas d'un très bon oeil l'arrivée d'un ricain sur leur bout de terre. Ray découvre la faim, le froid, la pluie incessante, la douleur. Ray goûte à la solitude, la vraie, et au meilleur whisky du monde. Roman sur la perte des illusions, la quête de soi, L'incendie de la maison de George Orwell est d'une rare finesse. La langue est fluide, l'esprit caustique, la brutalité des paysages sublime. Sans ennuyer le quart d'une ligne, l'auteur distille une érudition parfaite sur la vie d'Orwell, les traditions et légendes écossaises, les secrets de fabrication des single malt. A déguster sans modération.
Lien : https://blackrosesforme.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
fanculofanculo   25 mai 2019
Debout, et immobile enfin, le corps de Ray Welter restait en mouvement sous le coup d'une houle intérieur incontrôlable. La pluie, une idée de l'humidité plutôt que de vraies gouttes d'eau, s'infiltrant dans son ciré, et jusque dans ses bottes neuves. Tout lui faisait mal.il lutta pour retrouver avec un minimum de certitudele sens du mot sec, la pluie s'accrut, Il en aurai pleuré. .......
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Andrew Ervin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrew Ervin
Andrew Ervin : "Rigoler c'est plus facile que penser"
autres livres classés : quête de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Frères d'exil

Que signifie "Ipa" dans la langue de l'île ?

Ancêtre
Papa
Papi
Ce n'est pas traduisible

5 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Frères d'exil de KochkaCréer un quiz sur ce livre