AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
3,44

sur 36 notes
5
0 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
1 avis
Cacha
  14 janvier 2018
J'ai bien aimé ce livre que je considère cependant comme de la SF pour jeunes adultes. Je l'ai pourtant trouvé plausible, hélas !
Dans un futur pas si éloigné les humains sont implantés, volontairement ou pas d'une puce qui les connecte entre eux, créant une sorte de "conscience" universelle néfaste. Un petit groupe d'opposants essaye d'empêcher cela.
Il y a de l'action, de l'aventure et de l'amour dans ce récit qui n'est pourtant pas simpliste, quoique en-dessous d'un autre roman du même auteur "Des milliards de tapis de cheveux".
J'attends de lire la suite avec impatience.
Commenter  J’apprécie          110
temps-de-livres
  07 octobre 2011
Un attentat a eu lieu en Caroline du Nord. Selon les autorités, c'est Jeremiah Jones et ses disciples qui en sont les auteurs. Les deux enfants de Jeremiah sont incrédules face à cette accusation. Venu de nulle part, Christopher Kidd leur offre son aide. Pourchassé, lui aussi, il ne demande qu'une seule chose en retour : qu'on l'amène à Jeremiah Jones. Qui est Christopher ? Pourquoi est-il poursuivi ? Face aux révélations et au don qu'il possède, les trois adolescents se lancent à la recherche de Jeremiah Jones, l'une des personnes les plus recherchées par le FBI.

Avec Black Out, Andreas Eschbach poursuit le thème de l'influence de la technologie sur l'être humain. Aperçu avec le dernier de son espèce, magnifié avec Panne sèche, l'auteur s'interroge sur la dépendance à la technologie. Construit sous forme de thriller, ce roman d'anticipation présente deux catégories de personnages. Jeremiah Jones n'est pas contre la technologie, mais contre sa dépendance ( la toxicomanie du téléphone portable). Vénéré par les uns, décrié par les autres, il n'hésite pas à recourir aux dérives du "tout technologique" (tout est accessible) pour arriver à ses fins. Les adversaires de Jeremiah font partie de la Cohérence. Elle est constituée d'individus qui ont été volontairement ou involontairement connectés entre eux via une interface. Ainsi, la personne n'est plus seule. Elle est connectée aux autres, peut tout échanger. Elle est upgradée. L'individu est fondu dans la masse. "La stratégie de la cohérence est d'intégrer d'abord l'entourage d'un personnalité, puis l'intéressé lui-même".
Si les deux camps mis en présence sont intéressants, le lecteur qui s'attendra à "un thriller angoissant" sera déçu. L'histoire se déroule en flash-back pour expliquer les personnages et la situation. Bien construite, les parties technologiques sont suffisamment vulgarisées pour que lecteur non-spécialiste s'y retrouve. Par son ambiance roman noir (poursuite, complot) d'un côté, anticipation (tout technologique, implant) de l'autre, on pense au cyberpunk. le roman en est à mi-chemin. Black Out, par ses personnages et ses intrigues est un roman pour adolescents. Andreas Eschbach s'y était déjà essayé avec Copie parfaite et Un don presque mortel. Ici, le côté adolescent/aventure prend le pas sur le "thriller angoissant" attendu. Ce roman, première partie d'une série se lit agréablement. On pourra reprocher une enquête releguée très vite au second plan, a moins qu'elle ne revienne dans les prochains tomes. Quant à Christopher Kidd, le héros, il m'a fait penser aux personnages de D.A.R.Y.L, ou Vidéokid.

Premier tome d'une série, Black Out est bien mené. Entre roman noir et cyberpunk, l'auteur interroge le lecteur sur la technologie et ses dérives.
Lien : https://tempsdelivresdotcom...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DocBird
  08 novembre 2013
Résumé : Christopher, un jeune adolescent surdoué en informatique et en réseau internet, fuit les gens de la Cohérence, groupe puissant qui lui a implanté, ainsi qu'à ses parents, une puce qui met le cerveau des gens en réseau, les contrôle et les assujettit au projet de la Cohérence : dominer le monde. Il rencontre Serenity et son frère Kyle, car leur père, accusé de terrorisme, a un ami médecin qui pourrait enlever la puce de Christopher. Commence alors un road movie qui va le mener jusqu'au camp du père. Là, il décide de porter un coup fatal à la Cohérence en attaquant le l'usine de fabrication des puces, espérant freiner son extension.

Mon avis : un roman qui tient en haleine et où on découvre progressivement la toile tissée par la Cohérence. L'idée de pouvoir être en communication constante avec tout le monde, jusqu'à en perdre son identité est glaçante. Il faut attendre le tome suivant pour voir si Christopher et ses amis vont vraiment pouvoir vaincre la Cohérence.
Lien : http://docbird.over-blog.com..
Commenter  J’apprécie          20
freewillow
  04 novembre 2013
A mon âge vénérable j'ai depuis longtemps décidé d'arrêter au bout de +/- 50 pages si cela ne m'emballait pas. La vie est trop courte et l'offre bien trop abondante.
Quel micmac. Trop de personnages, trop de lieux différents, en bref bien trop de confusion pour créer l'intérêt du lecteur. Pourtant je trouve l'idée très valable par son originalité. Mais quand c'est mal construit....................cela n'en vaut pas la peine.
Commenter  J’apprécie          11


CatherineP17
  27 mars 2012
Christopher, jeune de dix-sept ans, rejoint Jeremiah Jones qui se cache du FBI pour attentats terroristes. Christopher est lui-même poursuivi par la "Cohérence", ennemis qui a le bras long. Et pour cause, chaque individu de ce groupe a été pourvu d'une puce électronique, implantée dans le cerveau, qui permet à chacun de communiquer entre eux et d'avoir accès à tous le savoir du monde, via les réseaux informatiques, et internet notamment. Christopher a été lui-même implanté, mais la puce disfonctionne, ce qui lui permet de continuer à pouvoir penser par lui-même et de ne pas être dilué dans le groupe... La menace de la Cohérence est immense: implanter tous les être humains. Christopher, Jeremiah Jones et son groupe vont tenter l'impossible, afin que l'humanité puisse continuer à vivre telle que nous la connaissons! Excellent ce roman dont j'attends la suite avec impatience. L'idée de la puce implantée sur l'homme, le reliant à tout réseau informatique, est-ce quelque chose d'irréalisable ? Aujourd'hui peut-être mais demain ? Allez savoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cmeert
  15 février 2020
Assez décevant
Commenter  J’apprécie          00
Les_Lectures_du_Maki
  20 février 2015
Un attentat a lieu en Caroline du Nord, selon les autorités il est l'oeuvre de Jeremiah Jones qui lutte contre la dérive des technologies modernes et qui se terre on ne sait où aux Etats-Unis.
Christopher dit Computer Kid, un adolescent hacker de 17 ans est lui aussi recherché. Il retrouve les enfants de Jeremiah et leur demande leur aide pour rejoindre leur père. Christopher cache en lui, un lourd secret.

Black Out est un roman orienté jeunesse, un thriller d'anticipation centré sur les nouvelles technologies et ses dérives. On est loin de l'écriture habituelle d'Andréas Eschbach, beaucoup de redites, de redondances et de raccourcis simplistes.

Roman à conseiller à un jeune public, les habitués de l'auteur peuvent passer leur chemin
Lien : http://les-lectures-du-maki...
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  18 mars 2013
Un thriller d'anticipation pour (très) jeune public, fatalement décevant si on le lit comme un Eschbach "normal"...

Publié en 2010 en Allemagne (et traduit en France en 2011), "Black Out" est en fait la première partie d'un diptyque ("Hide Out" sa suite est paru en 2011 en Allemagne) d'Andreas Eschbach, dont j'apprécie autant le travail dans le space opera à dimension économique ("Des milliards de tapis de cheveux") que dans l'anticipation socio-technique, là encore à forte dimension économique ("En pane sèche").

Pourtant, ce thriller d'anticipation mêlant interfaces cerveau-machine et cerveau-cerveau, jeune hacker d'exception et écologistes radicaux survivalistes et technophobes, quoique bien mené et solide, surprend et déçoit par son style tout en explications répétées, redondances pour lecteurs peu attentifs, et effets de manches un rien simplets... Ce à quoi Eschbach ne m'avait pas habitué.

Une bonne part de l'explication de cette déception tient à une nette indélicatesse de la part de l'éditeur français (L'Atalante) : clairement présenté par l'éditeur allemand comme un roman pour la jeunesse (dont Eschbach est un auteur réputé en Allemagne), "Black Out" a été présenté en France comme un roman habituel de l'auteur allemand, entraînant donc une confusion très regrettable, et une fatale déception.

À réserver donc, de préférence, à un (très) jeune public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lve
  20 octobre 2011
J'ai bien aimé lire "Black Out" même s'il n'atteint pas la qualité de "En panne sèche".
On reste toujours dans l'anticipation mais cette fois on parle nouvelle technologie avec en thématique principale la relation et la dépendance que l'on peut avoir avec elle.
L'être humain arrive à créer une interface homme / internet. Plus d'ordinateur, plus de fils, plus aucun lien physique pour se connecter sur la toile. Et la possibilité d'être connecté à tout le monde mais le risque est de perdre sa personnalité.
Le sujet de fond est vraiment intéressant et bien traité, tout en restant très accessible. Il est vraiment très bon dans la vulgarisation.
Mais par contre, là où je n'accroche pas trop, c'est la forme littéraire, le thriller. On reste dans du très classique dans le déroulement de l'histoire.
On verra bien la suite car ce roman est le premier d'une série.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2381 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre