AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782881083044
65 pages
Éditeur : Editions de l'Aire (05/07/1999)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Quelle grandeur dans ce drame dont les personnages sont des dieux ou des héros ! Quelle scène saisissante que la rencontre de Prométhée et de Io, ces deux martyrs, sur la plus haute cime de la terre ! Et tous les caractères, comme ils sont nettement dessinés ! Ce sont, d'abord, le hideux Kratos, l'aveugle instrument de la puissance divine ; Héphaïstos cœur compatissant qui cloue Prométhée sur un rocher en maudissant le travail qu'on lui impose. Puis, voici les Océa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BazaR
  27 septembre 2014
Une pièce agréable à lire dont le principal mérite est de conter quelques pans importants de la mythologie grecque.
Condamné par Zeus, Prométhée le Titan est enchainé au sommet d'une montagne du Caucase pour avoir osé voler le feu aux Dieux et l'avoir offert aux hommes. Son destin est de subir éternellement les affres de la fournaise du jour et du froid glacé de la nuit. Les Océanides, filles d'Océan, forment le Choeur qui vient plaindre le malheureux et l'auditoire auquel Prométhée conte son histoire. Il est amer de son sort, mais fier de son action. Il renvoie vertement Océan venu lui proposer son intercession. Connaisseur de l'avenir, il va conter celui de sa visiteuse, la nymphe Io, fille du fleuve Inachos poursuivie par la colère vengeresse d'Héra pour avoir eu le malheur de plaire à Zeus. Fier, dis-je, et sûr de sa victoire finale car il détient un secret ; il sait comment et par qui interviendra la chute de Zeus. Hermès descend des cieux pour le convaincre de le dévoiler, en vain.
On le voit beaucoup de choses sont racontées. A l'échelle de la pièce cela fait un peu trop. L'histoire d'Io, par exemple, prend beaucoup de place et n'apporte aucune solution au sort de Prométhée ; sort qui n'est d'ailleurs pas réglé à la fin. Mais quand on voit la pièce comme la première d'une trilogie cela s'explique. Eschyle avait bien plus de marge pour s'étaler et pouvait se permettre des interludes et une fin en suspense. Les deux autres pièces ont malheureusement disparu, mais l'on sait que la deuxième – « Prométhée délivré » - contait la libération du Titan par Héraclès.
Pourquoi Prométhée a-t-il provoqué le courroux de Zeus alors qu'il l'avait aidé à enfermer ses frères les Titans ? Cela n'est pas clairement dit. En fait Prométhée était, selon d'autres sources, le créateur des hommes que Zeus souhaitait éliminer de la surface de la Terre. En apportant le feu aux hommes il apporte l'élément décisif au progrès, à la domination de la nature, et finalement à l'oubli des Dieux désormais inutiles. C'est une vision très humaniste du rôle de Prométhée que portait là Eschyle. La portait-il vraiment ou a-t-on ici affaire à une interprétation moderne ? Je ne sais.
De manière empathique on a tendance à être ému du sort infâme réservé au Titan, qui sera encore alourdi après la visite d'Hermès avec un aigle qui viendra quotidiennement manger son foie. On apprécie aussi son côté implacable, l'affirmation de sa fierté. En fait en lisant les analyses du mythe on comprend que Prométhée n'est pas si démuni qu'il le paraît. C'est un immortel, et même Zeus – présenté dans la pièce comme un potentat ne gouvernant que par la violence - ne peut le tuer. La douleur ? Il peut la supporter. Et il tient son adversaire à sa merci. Il sait comment ce dernier tombera de son trône, et personne ne saurait lui arracher l'information. C'est le statu quo. le noeud ne se desserre que dans « Prométhée délivré » (on le suppose) où un compromis est trouvé : Zeus accepte de délivrer le Titan moyennant une mise en scène épique et l'intervention d'Héraclès. En retour Prométhée dévoile qui menace son trône ce qui permettra au maître des Dieux de désamorcer préventivement la grenade. Zeus acceptant un compromis abandonne l'usage seul de la Force pour le gouvernement. Une forme de Justice peut naître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
NMTB
  31 octobre 2017
Lu dans la traduction de Leconte de Lisle.
Ce qu'il y a de curieux avec le mythe de Prométhée, ce sont les lointaines correspondances avec le christianisme. On peut voir Prométhée à la fois comme une figure satanique et christique. Dès les premières lignes, Eschyle raconte l'enchaînement de Prométhée par Héphaïstos sur les ordres de Zeus. Les Carpates (il semble que ce soit le lieu où Eschyle situait le supplice de Prométhée) c'est le Golgotha, Héphaïstos lui cloue un bras, puis l'autre, puis il lui enfonce un coin d'acier dans la poitrine. La crucifixion, en quelque sorte, d'un Dieu qui a trop aimé les hommes, « un sauveur d'hommes » qui leur a donné le feu. Prométhée c'est donc aussi le serpent qui a révélé la science aux hommes, le porteur de lumière, Lucifer, la divinité rebelle chassée du ciel par Zeus. Zeus est le roi des dieux dans cette pièce, un tyran ; « Nul n'est libre, si ce n'est Zeus » dit Kratos à Héphaïstos, on n'est pas si loin du monothéisme.
Les correspondances s'arrêtent là, il est certainement davantage question, dans l'esprit d'Eschyle, de la tyrannie humaine, il songeait peut-être même à des évènements politiques précis. le feu de Prométhée n'est pas la connaissance du Bien et du Mal, pas plus que la charité chrétienne. La problématique d'Eschyle est tout autre, elle est grecque, c'est l'essence de la tragédie, la réflexion devenue si subtile au fil du temps, sur la liberté et la nécessité. Avec cette pièce on se trouve juste au début de cette réflexion, c'est une négation brutale de la liberté sur terre, tout n'est que fatalité.
Et c'est justement dans cette fatalité que réside l'espoir de l'immortel Prométhée. Pour tout le monde sa situation est désespérée, il est condamné à souffrir éternellement, mais lui s'obstine dans sa révolte car l'avenir lui a été révélé. Il sait donc que Zeus n'est pas si puissant qu'il y parait et que sa libération viendra en son temps. « Qui donc gouverne la nécessité ? » lui demande les Okéanides, il répond : « Les trois Moires et les Erinnyes qui n'oublient rien », Zeus n'est donc pas le démiurge, il n'est pas tout-puissant, juste un roi très-puissant, et il « ne peut échapper à ce qui est fatal ». Même si Eschyle situe son action dans un monde entièrement mythique, il ne sépare pas radicalement le royaume des cieux et le royaume terrestre, et il n'y a pas de liberté possible, tout est absolument fatal, les chaînes de Prométhée sont les chaînes du destin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   24 septembre 2014
[Le chœur interpelle Prométhée sur l'intérêt d'avoir donné le feu aux hommes, appelés ici les créatures d'un jour]

Car enfin, dis-nous, ami:
quel bien t'a fait ce bienfait?
Où donc est l'aide - et laquelle?
dont peuvent te conforter
les créatures d'un jour?
N'as-tu pas les yeux frappés
de la chétive impuissance
qui retient dans des entraves,
paralysée comme en rêve,
l'humanité tâtonnante?
Non, jamais on ne verra
les entreprises conçues
par des mortels réussir
à transgresser l'harmonie
à laquelle Zeus préside!

C'est la leçon, Prométhée
que nous donne le spectacle
de ton tourment de damné...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
BazaRBazaR   22 septembre 2014
PROMÉTHÉE: Dès que Zeus eut pris place sur le trône de son père, il répartit aussitôt les prérogatives entre les divers dieux, et fixa la hiérarchie des places dans son empire, mais sans tenir nul compte des malheureux humains. Au contraire, son idée était d'effacer entièrement leur race, et d'en implanter une toute autre nouvelle. Pour s'y opposer, personne - sauf moi. J'ai osé, moi; j'ai sauvé l'humanité d'être broyée et de tomber aux abîmes infernaux. Voilà pourquoi je ploie sous le joug de pareils tourments...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Nastasia-BNastasia-B   04 octobre 2013
IO : Qui es-tu ? [...]
PROMÉTHÉE : Tu vois celui qui a donné le feu aux mortels, Prométhée.
IO : Ô toi qui t'es montré si secourable à la communauté des mortels, malheureux Prométhée, pour quelle faute subis-tu un pareil châtiment ? [...] Apprends-moi qui t'a enchaîné à ce roc escarpé.
PROMÉTHÉE : C'est l'arrêt de Zeus et la main d'Héphaïstos.
IO : Mais de quelles fautes payes-tu la peine ?
PROMÉTHÉE : Ce que j'ai dit suffit pour t'éclairer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
NMTBNMTB   31 octobre 2017
Elle te hantera à jamais, l'horrible angoisse de ta misère présente, et voici qu'il n'est pas encore né, celui qui te délivrera ! C'est le fruit de ton amour pour les hommes. Étant un dieu, tu n'as pas craint la colère des dieux. Tu as fait aux vivants des dons trop grands. Pour cela, sur cette roche lugubre, debout, sans fléchir le genou, sans dormir, tu te consumeras en lamentations infinies, en gémissements inutiles. L'esprit de Zeus est implacable. Il est dur celui qui possède une tyrannie récente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
enkidu_enkidu_   15 août 2014
...par les immuables étreintes des chaînes d'acier, cloue ce Sauveur d'hommes à ces hautes roches escarpées. Il t'a volé la splendeur du Feu qui crée tout, ta Fleur, et il l'a donnée aux mortels. Châtie-le d'avoir outragé les Dieux. Qu'il apprenne à révérer la tyrannie de Zeus, et qu'il se garde d'être bienveillant aux hommes (...) c'est le fruit de ton amour pour les hommes. Étant un Dieu, tu n'as pas craint la colère des Dieux. Tu as fait aux Vivants des dons trop grands. Pour cela, sur cette roche lugubre, debout, sans fléchir le genou, sans dormir, tu te consumeras en lamentations infinies, en gémissements inutiles (...) l'esprit du Fils de Kronos est impénétrable ; son cœur ne peut être touché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Eschyle (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Eschyle
En 2005 a paru Dictionnaire égoïste de la littérature française , immense succès immédiat critique et public. Chroniqué par tous les médias en France et beaucoup même à l'étranger, ce livre qui n?avait pas d?équivalent a reçu cinq prix littéraires. Il est aujourd?hui devenu un classique.  Le Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale est consacré aux littératures des autres pays du monde. Et non pas « étrangers ». Un article l?explique, l?auteur ne croit pas à la notion d?étranger, surtout en matière de littérature. Nous ne sommes pas seuls au monde, et aucun lecteur français n?a été constitué par l?unique lecture de livres français. de même, aucun lecteur n?est constitué par l?unique lecture des livres de son temps. Un lecteur est de tous les temps et de tous les pays. Et c?est ainsi que ce livre comprend aussi bien Eschyle (le plus ancien) que Gabriel García Márquez (le plus récent). Pour « égoïste », cela signifie que l?auteur ne parle que de choses qui, en bien ou en mal, l?intéressent, le passionnent, l?éveillent, et non à partir d?on ne sait quels canons de la littérature.  Le « DELM » comprend, comme son frère aîné, quatre types d?articles : sur des auteurs (Karen Blixen, Jorge Luis Borges, F.S. Fitzgerald, Yukio Mishima, Elsa Morante, Platon, Gertrude Stein?), des ?uvres ( Amant de Lady Chatterley (L?) , Guépard (Le) , Petit Livre rouge (Le)? ), des personnages (Ali-Baba, Lady Bracknell, Mademoiselle Else, le prince André, Arturo Ui?), des notions (« Bonheur », « Enterrements d?écrivains célèbres », « Imagination », « Verbes réfléchis »?). Il a, en plus, des « express » (« Esthétique Express », « Machiavel Express »?). On y retrouvera tous les grands noms célèbres, et on y découvrira des méconnus délicieux. On y trouvera un esthétique, et des anecdotes qui sont peut-être un peu plus que des anecdotes, comme Joyce en train de dicter Finnegans Wake à Beckett qui répond « entrez » à un visiteur, Beckett écrivant le mot par mégarde et Joyce lui disant : « Laissez. » Allègre, partial, drôle, sérieux, brillant, inattendu. Un livre qui donne envie d?en parler avec l?auteur. Venez converser avec Charles Dantzig...
En savoir plus sur le "Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale" : https://www.hachette.fr/livre/dictionnaire-egoiste-de-la-litterature-mondiale-9782246820741
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
589 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre