AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842712196
Éditeur : La Musardine (18/02/2003)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur :

Esparbec, l'auteur de La Pharmacienne, refuse avec horreur d'être considéré comme un écrivain érotique. Il se définit avec fierté comme " pornographe à part entière ", et à ce titre il a publié une centaine de volumes qu'il range lui-même dans la catégorie des " bouquins de cul ".
Mais qu'on ne s'y trompe pas : cette écriture, apparemment simple et directe, mais d'une redoutable efficacité érotique, est en fait l'abo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Aelynah
  01 décembre 2015
Vous le savez j'aime beaucoup les écrits érotiques des éditions La Musardine. Ils ont généralement affriolants et soft, du moins ceux que j'ai lu jusque là et donnent une idée agréable et juste d'un érotisme poétique et suave.
Pour ne pas rester cantonnée à mes goûts simples et gentillets, j'ai décidé cette fois de tenter autre chose.
C'est l'avantage des récits, ils vous permettent des fantasmes livresques que vous ne seriez pas prêts à réaliser dans la réalité. Et on peut dire que sur ce titre, l'auteur et La Musardine n'ont pas menti.
Esparbec se définit lui-même comme un « pornographe à part entière », cela donne déjà une idée plus que réaliste du contexte de lecture dans lequel je vais me lancer.
« La pharmacienne » considéré comme un des romans classiques de l'érotisme contemporain n'a du nom de classique que son appellation, ou alors nous n'avons pas la même définition de ce terme. En cela le résumé est plus adapté et son appellation de roman pornographique « pur et dur » est tout à fait réaliste. Ma curiosité était donc titillée.
Ici pas de poésie ni d'enrobage dans le lyrisme, la plume est incisive et brute. La crudité des propos va tout à fait avec l'ambiance et les scènes de sexe, loin d'être naïves et suaves sont décrites avec détails. Les descriptions sont minutieuses et chaque geste est détaillé de façon à ne nous faire rater aucune action, aucunes caresses, aucun frémissement des personnages.
Les dialogues sont lubriques à souhait et chauffent le lecteur en même temps que les images qui défilent dans sa tête et sous ses yeux. Car dans cette nouvelle version éditée par La Musardine nous avons la chance de bénéficier, outre la plume effrontée et turgescente de l'auteur, des illustrations lascives et sensuelles d'Alex Varenne. En noir et blanc et placées à divers endroits du livre, elles rajoutent un côté presque voyeur à la lecture. Personnellement je les ai trouvées magnifiques et presque trop soft pour le roman. Mais elles y rajoutent une petite touche de douceur dans ce monde de turpitude et de décadence qui n'est pas sans éveiller le lecteur à un émoi plus sensible et profond.
De son côté, le scénario est même parfois carrément facétieux digne d'un vaudeville érotique.
Entre l'amant sous le lit ou sur le rebord de fenêtre, les chassés-croisés dans la nuit, ou simplement les occasions font le larron, on ne s'ennuie jamais… et les personnages non plus.
Petit à petit la chaleur monte et les sourires parfois cachent aussi des troubles et émois.
Lecteurs imaginatifs et chaud bouillants, voici une lecture pour vous. Pas de voile, ni de flouté dans cet érotisme nature et sans complexe.
Pudibonds ou prudes, abstenez-vous car tout y passe.
Adeptes de la fessée, de la sodomie ou de la fellation, vous serez gâtés, et par la nature assez généreuse de certains de ces messieurs mais aussi par la gourmandise sans équivoque de ces dames.
Ici le sexe est élevé au rang de vocation, les personnages aiment ça, sans complexe, sans tabous. Et même si certaines pratiques ne sont pas les vôtres, Esparbec vous entraînera tout de même avec lui et cette petite famille dans les méandres de la lubricité familiale et à tous âges.
C'est donc une fascinante découverte que cette pharmacienne et un délicieux moment coquin de lecture, à cependant ne pas mettre entre toutes les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Bouvy
  14 juin 2017
Mme Desjardins est pharmacien (la Pharmacienne étant l'épouse du pharmacien et dans ce cas, l'époux est plutôt gigolo). Bourgeoise le jour, elle se délecte de la domination et du caractère salace de son mari qu'elle surnomme Beau. Beau, quant à lui, profite des revenus de sa femme. Il cultive l'oisiveté et attend le soir pour s'occuper des orifices de Madame qui ne demande que ça. le grand risque, c'est que sa fille la surprenne quand elle s'adonne à des jeux coquins. Un jouir, Beau surprend Bébé, sa belle fille (La fille de Mme Desjardins) en train de donner du plaisir à un jeune homme dans la cuisine. Ce jour là, Beau rentrait avec Ernest, son cousin, qui sortait de prison. Il fait chanter Bébé en espérant pouvoir abuser d'elle. Ce qu'il fait sans scrupule quand sa femme le surprend…
Quand Esparbec, auteur pornographique et Igor & Boccère s'associe pour créer une bande dessinée, vous devinez aisément le thème de cette dernière. Comme toujours avec Igor & Boccère, le trait n'est pas toujours constant, surtout dans les visages. Il semble plus à l''aise avec les détails anatomiques, surtout en gros plan, qu'avec les expression des faciès. Les couleurs sont plutôt criardes, peu nuancées, à l'instar du scénario d'Esparbec. J'avoue, je ne suis pas un grand admirateur de cet auteur, que je trouve rarement subtil, parfois à la limite de la pédophilie. J'ai du lire un ou deux de ces ouvrages, au début du numérique, quand peu de livres étaient sur cette nouvelle niche du marché littéraire. le livre, que je n'ai pas lu, qui est à l'origine de cette bande dessinée, semble connu de bon nombres de lecteurs sur ce site. Visiblement, Esparbec a ses aficionados. du peu que j'en ai lu, il semble que toutes ses histoires sont construites sur le même schéma. Un milieu bourgeois, une fille salace qui paraît sage mais qui, initiée au plaisir de la chair par des vieux et vicieux messieurs, ne se contrôle plus quand elle est titillée. Une mère qui semble notable mais qui, même si elle croit donner une éducation stricte à sa fille, est plutôt chaudasse, voir nymphomane. Des hommes mûrs montés comme des ânes et hop, sa tire à répétition dans tous les sens, quand tout le monde pense que les autres ignorent leur comportement de débauche. Donc, ne cherchons pas de moralité, elle est aux abonnés absents ni de véritable histoire car le scénario est étouffé Par la joyeuse gaudriole. Annoncée par les Éditions Tabou comme la bande dessinée érotique de l'année, personnellement, je trouve que le résultat est moyen. Un album à réserver aux inconditionnels d'Esparbec.
C'est énervant, il semble que Babelio confond et fusionne la bande dessinée avec le roman. J'ai pourtant tenté de séparer les deux mais rien n'y fait !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Claire066
  27 février 2014
C'est assez particulier et très immoral. Tout le monde n'appréciera pas le frère qui sodomise sa soeur de quinze ans tous les soirs en guise de bonne nuit par exemple.
Bref, on adore ou on déteste, mais moi, si un jour un génie avec une troupe assez perverse produirait cette histoire sous forme de pièce théâtrale pornographique en hard cor, j'irais voir et je suis sure de prendre mon pied.
C'est pervers, je sais.
Commenter  J’apprécie          222
bountyfrei
  27 novembre 2015
Bébé couche avec n'importe qui. Son frère, son cousin, les amis de son frère... Bref, Bébé s'éclate sexuellement. Mais un jour, Beau P', le nouveau mari de sa mère, est rentré beaucoup trop tôt et l'a surprise avec son cousin. Pour acheter son silence, Bébé accepte de s'offrir à lui. Mais c'était sans compter aussi sur la venue d'Ernest, le cousin de Beau P', un ex-détenu aux moeurs légères... La Pharmacienne, qui n'est autre que sa mère, va bien avoir du soucis à se faire avec sa petite famille !
Ce qui est bien, quand on commence un roman de Esparbec, c'est que l'on sait qu'on aura très peu de chance d'être déçu. Et c'est le cas avec cette nouvelle édition de la Pharmacienne, un roman oh combien émoustillant. Comme je m'y attendais, j'ai retrouvé ici le style très descriptif et immersif de son auteur. Il prend son temps pour décrire chaque chose, chaque parcelle des corps, qu'on arrive sans mal à s'imaginer les différentes scènes qui se déroulent dans cette maison. Esparbec n'hésite jamais à détailler une vulve, ou appeler une chatte, une chatte. C'est plaisant de s'éloigner, avec cette lecture, des romans "érotiques" des éditeurs généralistes qui sont la plupart du temps totalement aseptisés ! C'est cru, c'est du porno, mais tout en n'étant ni insultant, ni irrespectueux. Chaque chapitre amène à découvrir plusieurs pratiques : homosexualité, voyeurisme, triolisme, inceste, ect... On voyage, avec Esparbec, qui n'est pas avare en mise en scènes plus ou moins originales !
Tout comme La femme de papier de Françoise Rey, cette édition est agrémentée d'illustrations en noir et blanc de Alex Varenne, une postface de l'auteur, ainsi qu'une interview et une réécriture d'un chapitre qui est paru la première fois en 1994, dans "Darling".
En bref, lire un roman de Esparbec, c'est accepter de s'ouvrir à mille et une possibilité, aller de découverte en découverte, dans un style toujours plus immersif et descriptif. Cette édition est à avoir dans toutes les bibliothèques des lecteurs fans du genre, qui ne peuvent décemment pas passer à côté de ce roman culte !
Lien : http://onceuponatime.ek.la/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
laetitia350
  13 avril 2016
Loin des romans dit érotiques, ce roman est un pur porno. Ici Esparbec alias Georges Pailler ne triche pas avec la transparence des mots et du style. Il écrit avec des mots crus, limites du dégueulasse mais qui agissent sur notre système cérébral d'une manière troublante pour sans nul doute possible nous exciter.
Le fantasme nous accroche; le fantasme nous bouscule, le fantasme nous raidit, nous échauffe entre choc et envie. On se croit scandalisé mais on se détend, on se laisse aller, à la découverte de notre corps, de nos pulsions, dans le secret de l'intimité, on ouvre les vannes du plaisir et on se noie dedans avec un goût amer et salé, un goût de sexe entre les murs, ce qui est fort vu qu'ici on est en pleine séance de lecture !!
Fini les Barbara Cartland a l'eau trop rose où l'homme fort part au secours de la jeune femme fragile et l'embrasse fougueusement puis plus rien. Place aux fantasmes réalisés par les mots de Esparbec qu'il ne mâche pas c'est évident. On appelle une queue une queue, une moule une moule, on parle de trous à enfiler comme on parlerait de tricoter facilement. le cru est normal ici et on se trouble d'une situation vaudevillesque invraisemblable, incestueuse et tordue à souhait alors que dans le réel cela ferait scandale.... Mais ce n'est qu'un livre.... Quoi que !!
Esparbec non seulement maîtrise le genre pornographique mais sait habiller de vrai ses personnages. Ne réussit-il pas à nous présenter une Bébé (alias Bertrande) pleine de dualité entre l'innocence enfantine et la perversion d'une fille comme déjà adulte ; ne nous montre-t-il pas la pudeur de son jumeau puis sa jouissance honteuse? Pour ne citer que quelques exemples...
Plus de 50 000 exemplaires vendus à ce jour? Rien d'étonnant quand on réussit à titiller les sens du lecteur jusqu'au plus profond... vulgairement parlant, de ses trous.
Le roman est enrichi d'illustrations de Alex Varenne, un plus pour la réédition mais les mots en disent déjà bien longs et forment à eux seuls des images comme si on se matait on beau film pornographique. le supplément illustré cependant nous permet de souffler dans nos audaces entre les lignes...
Pour finir, un entretien avec l'auteur signé Christophe Bier nous permet de cerner un peu plus Esparbec et de plonger dans le monde de l'érotisme et du pornographique littéraire, désormais loin des romans de gares et moins refoulant qu'on ne penserait en tant que lecteur si on ne lit pas ce genre.
Lien : http://leslecturesdelaeti.ek..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Les critiques presse (2)
ActuaBD   12 juin 2017
Un vaudeville amoral à l'érotisme torride.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   09 juin 2017
Graphiquement, c'est du bon boulot, très largement à la hauteur de l'histoire et parfaitement bien orchestré. C'est vivant, frais et plein de charme, avec notamment deux héroïnes qui ne laissent pas indifférents ! [...] [L'album] nous propose une intrigue assez prenante qui remplit très bien son objectif ! Pour public averti !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
ChrichrilectureChrichrilecture   21 mai 2016
Qu’est-ce qu’elle a ? C’est pourtant pas la date de ses règles !
Commenter  J’apprécie          60
BouvyBouvy   14 juin 2017
- C’est rigolo, tous les garçons ont ça…
- Qu… quoi donc ?
- Cet air stupide quand vous allez jouir…
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Esparbec (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Esparbec
RMC - J'ai testé pour vous: Le roman pornographique d'Esparbec: "Les biscuitières" - 04/06
autres livres classés : pornographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
. .