AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330024460
Éditeur : Actes Sud (02/10/2013)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 10 notes)
Résumé :
A la mort de son ex-femme, Tomas Espedal revient sur l'île d'Askoy pour s'occuper de sa fille. Il prend racine dans la vieille maison pour écrire et veiller sur l'adolescente avec la ténacité d'un amour devenu presque maternel. Environné par le silence et sensible au subtil passage des saisons, il laisse remonter à la surface les bribes éparses de la mémoire familiale, tente de donner forme aux différentes voix qui l'habitent. A mesure que s'élabore cette généalogie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
jeranjou
  10 octobre 2013
De l'aléatoire informatique à l'écriture poétique débarquant de Norvège
Reçu dans le cadre de Masse critique, le hasard de la vie a voulu que je découvre un ouvrage norvégien « Contre l'art » dont la couverture est superbe comme toujours avec les éditions Actes Sud. le hasard effectivement.
Pour ceux qui ne connaissent pas Masse critique, cette opération de Babélio, relative aux romans pour cette occasion, permet de sélectionner des ouvrages dans une liste en les cochant dans le but de recevoir un livre et d'en faire la critique.
Après avoir sélectionner quelques romans noirs américains, j'ai eu la surprise de remporter un ouvrage que je n'avais pas retenu dans ma liste (1).
Manifestement, le sort informatique a voulu que je découvre « Contre l'art », un roman dont je n'avais jamais entendu parler. Ni de son auteur non plus, le norvégien Tomas Espedal. Les polars américains attendront encore un peu...
Le livre en main, dépourvu de tout préjugé, je me plonge dans cette oeuvre dans laquelle l'auteur distille dans un ordre non chronlogique de nombreux éléments autobiographiques.
Après avoir perdu son ex-femme, Tomas Espedal Olsen doit s'occuper de sa fille âgée de 15 ans sur l'ile d'Askøy. D'une part, Tomas doit désormais s'atteler aux tâches ménagères quotidiennes qui étaient anciennement dévolues à la mère de sa fille. D'autre part, l'auteur poursuit l'écriture de ses romans qui lui permettent de vivre et d'étancher sa soif d'écriture depuis très jeune.
Tout au long du roman, Espedal va alors explorer les souvenirs d'enfance, les anecdotes sur son grand-père, grand-mère et autres personnages de sa famille. Espedal reviendra notamment sur les différents traumatismes de sa vie : les blessures infligées par ses camarades qui le rackettaient, les nombreux déménagements qu'il subissait, la perte brutale de sa mère, …
De tous les évènements qu'il décrit, les pages qui évoquent la maladie et le décès de sa mère sont pour moi les belles et les abouties. Durant cet épisode douloureux, Tomas Espedal emploie à merveille une écriture poétique, relative aux saisons et aux mois, à la floraison et à l'extinction des fleurs. Des vagues de métaphores qui subliment le récit.
Après cette perte maternelle, on comprend mieux pourquoi l'auteur tente de nouer avec sa fille une relation d'un amour devenu presque maternel.
Cependant, bien que de nombreux passages du livre soient écrits avec maestria, la construction globale du livre m'a très fortement gêné. En effet, l'auteur saute très fréquemment dans le livre du présent au passé puis dans un autre lieu à une autre époque pour revenir ensuite dans le présent. Et ainsi de suite…
Dans la première moitié du roman, je me suis perdu en chemin ne reconnaissant plus les personnages aux noms norvégiens difficiles à retenir, les lieux norvégiens ou danois ou encore les relations de parenté ou d'amitié pas vraiment évidentes à discerner.
Pour plonger le lecteur un peu plus dans le brouillard, l'auteur emploie le « je », le « il », le « nous » pour parler de lui, en changeant de sujet d'un paragraphe à l'autre, sans que l'on comprenne très bien dans quel but.
Pour conclure, je sors de cette lecture avec un sentiment très partagé. Autant la structure globale du roman m'a profondément déplu et agacé, autant l'évocation des souvenirs sur sa mère, de la relation avec sa fille ou encore ses sentiments profonds sur son métier d'écrivain sont une pure merveille.
Je laisse donc à chacun la liberté de découvrir ce court roman norvégien, autobiographique et poétique, long de 170 pages, à la fois irritant dans sa première partie dans un dédale de personnages et de lieux et touchant dans la seconde partie grâce à une écriture plus personnelle.
Du bestemmer ! (Á vous de décider !)
På tur ! (Á vous de jouer !)

(1) Lors de la dernière Masse critique de septembre, j'ai remarqué que lorsque vous cliquez sur un livre pour connaitre sa fiche signalétique, le retour sur la liste de sélection peut engendrer la sélection totalement au hasard d'un ou plusieurs livres dans la liste (certaines cases sont alors cochées sans les avoir sélectionnées).
La vérification d'erreurs éventuelles est alors très difficile à réaliser étant donné la quantité importante d'ouvrages disponibles dans la liste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Satyasaibaba
  21 octobre 2013
Contre l'art est un livre qui nous promène dans les souvenirs de son auteur – l'écrivain norvégien Tomas Espedal – et dans les arcanes du processus d'écriture. Mais s'agit-il vraiment de souvenirs ? S'il s'apparente à un récit autobiographie, Contre l'art n'en est pas moins catalogué de roman. Alors ? Vrai ou faux ? Récit de vie ou récit imaginaire ? La frontière est ténue, diaphane, presque inexistante. D'autant qu'à tout moment, le travail de l'écrivain se rappelle à nous. Il y a bien processus de création et dès lors tout est possible…
Il n'y a pas que la nature même de l'écrit qui nous fait hésiter : l'écriture entretient, elle aussi, un doute. Ici, c'est la frontière entre prose et poésie qui se dérobe. le rythme dansant des phrases, les mots qui se projettent et se répètent d'une phrase à l'autre, comme une ritournelle, la construction de certaines pages donnent naissance à un style éminemment poétique dans un récit qui prend pourtant le parti de la prose. Normal : à la page 157, le narrateur (l'auteur ?) écrit : “J'ai lu tous les livres de Poul Borum, les livres d'Inger Christensen, plusieurs livres de Klaus Hoeck; j'ai lu les livres de Soren Ulrik Thomsen et de Michael Strunge, les livres de F.P. Jac, le livre de Pia Tafdrup, j'ai lu les livres de Terje Dragseth, et ces recueils de poèmes ont transformé ma langue; je voulais écrire des romans comme si c'était de la poésie.”
Hésitation encore pour le lecteur qui, confronté à un récit refusant toute linéarité, a parfois du mal à retrouver dans la généalogie retracée les fils de la fameuse tapisserie familiale que la grand-mère du narrateur (auteur ?) tissait devant lui en lui racontant ses histoires. Hésitation parce que les allers et retours incessants entre passé et présent participent eux aussi à la déconstruction du récit.
Contre l'art est donc l'histoire d'un garçon qui grandit en voulant devenir écrivain et qui, en évoquant ses souvenirs, cherche des filiations aux sentiments, besoins ou gestes qu'ils posent, des explications aux choix de vie qu'il a fait. C'est aussi l'histoire d'un homme à l'âge adulte qui, déstabilisé, cherche à s'enraciner – comme on s'accroche à une bouée de sauvetage – dans les lieux qu'il occupe avec sa fille. Autour de lui, les êtres qui furent ses guides et ses repères, ont progressivement disparu. On le sent fragile, inquiet, touchant de vulnérabilité. Alors il écrit – parce qu'il faut bien gagner sa vie, mais aussi pour entamer un lent processus de deuil et se préparer au départ – futur mais inévitable – de cette fille dont il a désormais la charge. C'est enfin l'histoire d'un homme qui écrit, l'histoire d'un processus d'écriture avec ses rituels (la création du décor : le bureau devant la fenêtre, le vase sur le bureau…), ses doutes et ses besoins impérieux (“J'étais assis derrière mon bureau. Je ne parvenais pas à mettre fin à mon travail, l'écriture refusait de prendre fin, malgré moi elle continuait à me travailler bien après mon coucher : les mots et les phrases me trottaient dans la tête, comme si l'intérieur de mes paupières était une feuille retournée sur laquelle on écrivait, une sombre feuille prise d'assaut par les mots; ils luisaient. La charge des mots, des phrases me tenait éveillé. Ils luisaient, comme lorsqu'on allume et éteint une lampe, ils m'assaillaient et luisaient, lourds de sens, d'un sens profond, ils contenaient tout un livre. Je devais les écrire”).
Étonnant qu'un homme qui fut autrefois boxeur écrive un livre si doux, si lent, si calme. C'est l'un des nombreux paradoxes de ce livre qui, finalement ne fait que cela : nous prendre à contrepied.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
saphoo
  09 juin 2017
Déception pour ce livre dont je pensais me délecter, encore une grave erreur de la quatrième couverture. Alors, oui c'est poétique, disons plus ou moins, mais sans plus.
J'ai ressenti ce livre comme un pêle-mêle, comme si l'auteur nous racontait l'histoire de sa famille, un coup ici, un coup là, en final on finit par si perdre, d'autant que les noms aux consonances norvégiennes, on finit de m'égarer.
Je dois avouer que je n'ai pas tout capté à 100 %. Hormis qu'il a perdu sa mère d'une maladie alors quand à s on tour, sa fille perd sa mère donc sa compagne, fait tout pour pas qu'elle vive comme lui le manque d'une maman. Il se fait "père au foyer" tout en écrivant.
C'est étrange comme lecture, par moments on ressent bien ce malaise, cette douleur, et à la fois, de la joie par ces instants poétiques.
Dommage, je pensais me régaler à la lecture de ces petits carnets, en fermant le livre je cherche encore si je n'ai pas loupé une porte quelque part.
Commenter  J’apprécie          60
christinebeausson
  17 octobre 2014
Drôle de livre !
Première partie Avril, je crois qu'il n'y a qu'une seule façon de s'en sortir :
Ne pas essayer de mettre un nom derrière le où les narrateurs....
Ne pas essayer de s'y retrouver dans la chronologie.....
Qui parle, de quelle histoire parle t on ?
On va dire qu'on s'en fout, c'est une histoire de famille, le poids de l'héritage, le poids de l'histoire d'une famille, le poids des personnalités qui ont marqué le passé et qui laissent encore des traces sur le présent !
Chaque individu se construit avec ses origines, avec ce qu'on a bien voulu lui raconter sur ces ancêtres, sur l'image qu'il en a gardée, et chaque individu doit vivre avec ça et le transmettre comme il le souhaite ou le peut aux générations futures !
Deuxième partie Septembre, je crois qu'il faut accepter et que ce n'est pas très important de ne pas tout comprendre !
Le plus difficile ces listes de mots, cette écriture mystérieuse :
"Comme les fleurs se fanent et les roses se penchent en avant et se brisent
L'automne n'est il pas une chute
Tombent Rouge
La fleur la plus élancée Blanche et morte
De nuit de nuit la rose perd sa lumière
La fleur s'éteint Et devient noire
...."
Je n'ai pas réussi à décoder, à lire au travers des lettres, des mots.
Le plus réussi, les déclarations d'amour à la mère, au père ....
De très beaux textes, de très beaux moments.
Une lecture dérangeante, peut être pas indispensable mais c'est le prix de la découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella
  18 juillet 2016
Ce livre appartient à un courant autobiographique, c'est-à-dire l'auteur est centré sur lui, sur ce qu'il vit, le quotidien, la ballade à la supérette, l'attente de sa fille partie à l'école, la lessive du jour…Avouons le, ce ne serait guerre passionnant, si l'auteur n'y joignait, en filigrane et en désordre, l'histoire familiale, surtout celles de ses grands parents et parents. D'une façon impressionniste, des petits bouts, qui finissent par faire une trame, lâche mais très prenante. Il aime frustrer son lecteur, le laisser un peu sur sa faim, interrompre, faire des digressions, nous donner juste un petit morceau, et nous faire saliver sur la suite qui n'arrivera peut être pas.
Ces personnages du passé sont terriblement bien campés, avec netteté, disséqués et analysés. Des vies ramassées en quelques pages, d'une grande densité. Par opposition, l'auteur-narrateur semble flou et peu marquant, comme s'il s'effaçait, ou s'il manquait du recul nécessaire pour se voir et se représenter lui-même. Ou que peut être des possibles différents existent encore, et qu'il est impossible de figer ce qui vit et bouge.
Du coup, je me demande si ce type de livre peut être reproduit, parce que le sujet essentiel, l'auteur lui-même, ne donne pas la sensation de pouvoir fournir de la matière pour d'autres opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   12 décembre 2014
J'étais assis derrière à mon bureau. je ne parvenais pas à mettre fin à mon travail, l'écriture refusait de prendre fin, malgré moi elle continuait à me travailler bien après mon coucher: les mots et les phrases me trottaient dans la tête, comme si l'intérieur de mes paupières étaient une feuille retournée sur laquelle on écrivait, une sombre feuille prise d'assaut par les mots; ils luisaient. La charge des mots, des phrases me tenait éveillé. Ils luisaient, comme lorsqu'on allume et éteint une lampe, ils m'assaillaient et luisaient, lourds de sens, d'un sens plus profond, ils contenaient tout un livre. je devais les écrire...(p.43)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
jeranjoujeranjou   10 octobre 2013
Quand elle franchit la porte pour aller à l’école, j’attends déjà son retour. J’attends son retour ; un jour elle téléphonera pour dire qu’elle dort chez une copine, un jour elle téléphonera pour dire qu’elle dort chez un copain, un jour elle téléphonera pour dire qu’elle va vivre dans une autre ville ; je m’y attends.


(L’auteur parlant de sa fille âgée de 15 ans avec une infinie tendresse)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24fanfanouche24   12 décembre 2014
Nous avons en commun, ma fille et moi, d'avoir perdu notre mère. J'ai perdu ma mère en avril, elle a perdu la sienne en septembre. Je n'ai pas su quoi dire, que faire pour la consoler, les seuls mots que j'ai trouvés, les premiers mots que j'ai prononcés, les voici-comme si j'étais un enfant, comme si aucune différence d'âge nous séparait, comme si je voulais qu'elle me console et que nous puissions nous étreindre dans un deuil partagé, deux semblables, du même âge, comme si, en l'espace de quelques minutes silencieuses, j'avais fait d'elle une adulte, ma future compagne, mon espérance; en les entendant elle s'est détournée, furieuse et effrayée, ce n'était pas une consolation- les premiers mots que j'ai prononcés, les voici: nous n'avons plus de mère.
Ma fille a quinze ans et elle ne connaît pas son père. On pourrait dire qu'il y a un homme qui écrit des livres, et un homme entièrement différent qui est son père. (...)

elle avait besoin d'un père et elle s'est retrouvée avec un homme brisé par le chagrin, il a cru qu'il allait perdre la raison, devenir fou, il a cru qu'il allait mourir, tomber malade, il a cru qu'il allait tout perdre, la maison, l'enfant...(p.16-17)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SatyasaibabaSatyasaibaba   21 octobre 2013
J'étais assis seul dans ma chambre, remplissant page après page mon journal intime. Journal après journal; je remplissais les pages de pensées et de rêves, de notes et de petits récits. Je remplissais le journaux de copains et de copines, de filles et d'amours, de voyages et de villes, de lieux et de gens; à mesure que j'écrivais, les lieus et les gens prenaient vie, une une vie qui leur est propre; je ne dirais pas qu'ils sont devenus vivants, ni réels, mais il m'est arrivé de les rêver comme s'ils existaient, et en un sens, ils existaient vraiment : sous l'apparence de spectres ou de marionnettes, d'êtres qui auraient pu vivre, ou qui avaient vécu, comme les personnages d'un roman. Mes journaux ressemblaient de plus en plus à des romans; j'apprenais à manier la langue, ma langue prenait forme; comme lorsqu'on modèle l'argile ou la terre, il en naissait des mains et des pieds, des corps et des visages, des phrases et des mots, et tout cela me paraissait crédible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
christinebeaussonchristinebeausson   16 octobre 2014
En ce premier Noël à Oyjordsveien nous voulions cependant, mon père et moi, qu'ils s'en aillent tous, toute la famille, qu'ils nous laissent seuls ; nous voulions en être débarrassés, et aujourd'hui, alors qu'ils sont tous partis, nous voudrions qu'ils soient là ; que jamais ils ne nous aient laissés seuls.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Tomas Espedal (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tomas Espedal
Lecture en anglais de Tomas Espédal, à partir de son texte "Marcher"
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre