AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782847618020
45 pages
Éditeur : Al Dante (11/01/2013)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Le fait est qu'un beau jour, un type, au fond des âges, "quand le temps n'avait pas encore de barbe" (Lichtenberg), un type donc se met à courir. Et à courir pour rien. Point de message urgent à remettre en main propre, aucune bestiole furibarde à mâchoire-cisaille lancée à ses trousses. Il n'a pas même l'air d'être en retard vu que, de toute façon, en ces temps reculés, personne ne paraît très pressé d'inventer le rendez-vous. Non, un type un jour se met à courir, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Under_the_Moon
  06 mars 2019
Très court recueil de poésie en vers sur le thème du sport. Un thème original à traiter en poésie c'est sûr. le poète y fait preuve d'humour et de pertinence très artistique, usant aussi d'onomatopées et différentes typographies.
Si on pourrait se lasser, la fin, où le poète aborde des utilisations plus tragiques qu'olympiques de certains stades au cours de l'Histoire casse la monotonie.
Une petite curiosité qui ne me laissera pas un souvenir impérissable, mais pas désagréable.
Commenter  J’apprécie          240
2ndesVoltaire
  18 mai 2017
"L"invention de la course à pied"
Il s'agit d'un livre humoristique racontant comment la course à pied serait apparue.
Dès les premières pages, il s'agit d'un livre surprenant, cela paraît assez réaliste, il est question du corps, donc quelque chose de commun. Mais très vite, on s'en éloigne, en invoquant d'autres raisons, d'autres concepts qui n'ont aucun rapport avec le début. Il s'agit d'une belle succession d'évènements qui amènent finalement à ce qu'on attend avec le titre : la course à pied. J'ai bien aimé ce livre dans l'ensemble, il n'y a pas vraiment de point négatif. Il se lit très vite est il est facile à comprendre. J'ai bien aimé comment l'auteur présente quelque chose à première vue banal et le transforme un un concept extra. C'est un très bon livre.
Commenter  J’apprécie          00
valeriepasdeloup
  01 décembre 2015
Est-ce que je continuerais à pratiquer la course à pied après avoir lu ce livre ? Après un léger doute, l'humour de l'auteur amène à rire de nous-mêmes. Moment court mais intense.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2
  15 juillet 2020
Le mystère de l'agitation musculaire gratuite enfin expliqué et mis en perspective. Incisif, drôle et poétique.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2020/07/15/note-de-lecture-linvention-de-la-course-a-pied-jean-michel-espitallier/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 février 2019
Consécutive à l'invention de la course à pied, voici l'invention de l'hygiène de vie en personne et de la mise en condition physique, lesquelles s'agrippent de toutes leurs adipeuses ventouses à l'impressionnante batterie d'abstinences et de parcimonie. Vie d'ascète pour accéder au nirvana. Du coup, on finit par s'y perdre quant aux choses qui font réellement plaisir. Conflits d'intérêts, pulsions enchevêtrées, envies contraires, collisions de besoin sans le savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Charybde2Charybde2   15 juillet 2020
L’homme est ainsi fait qu’il passe son temps à inventer des choses qui ne lui servent strictement à rien. Disons plutôt qu’il ne se contente pas de se conformer à l’axiome un peu plan-plan reproduction + survie, autrement dit besogner maman et se bâfrer comme un goinfre. Ce serait à la longue un peu limité. L’homme n’est pas un animal. Raie de côté, collection de sous-bocks, travers de porc braisé au romarin et sa fricassée de petits légumes, césure à l’hémistiche, balles dum-dum, stradivarius et bain moussant, l’homme passe son temps à inventer des choses qui ne lui servent strictement à rien. Voilà pourquoi, entre autres, l’homme, qui n’est pas un animal, n’est pas un animal.
Mais l’homme, qui n’est pas un animal, est pourtant capable – c’est trop bête ! – de se laisser mourir d’ennui dans un bureau huit heures par jour, cinq jours par semaine pendant quarante-deux ans aux seules fins de se payer une Mégane qui le conduira au bureau. Comme on le voit, pas toujours très malin. Mais c’est ainsi. Corriger le tir ou se donner du courage, amuser la galerie et se laver à l’eau chaude. L’homme n’est pas un animal. À la longue, pourtant, l’inutile finit par lui devenir indispensable. C’est le début de la résistance. En même temps que de l’aliénation.
Dans le catalogue des actions étrangères à l’axiome reproduction + survie, figure l’art de s’agiter tout seul dans son coin ou en bande organisée, pour pas grand-chose, et disons même pour trois fois rien. Par exemple, aller nulle part et en revenir, mais en se dépêchant, ou, pour le dire autrement, transpirer en faisant du surplace. Courir, en somme. Comme Zatopek.
Le fait est qu’un beau jour, un type, au fond des âges, « quand le temps n’avait pas encore de barbe » (Lichtenberg), un type donc se met à courir. Et à courir pour rien. Point de message urgent à remettre en main propre, aucune bestiole furibarde à mâchoire-cisaille lancée à ses trousses. Il n’a pas même l’air d’être en retard vu que, de toute façon, en ces temps reculés, personne ne paraît très pressé d’inventer le rendez-vous. Non, un type un jour se met à courir pour rien, tout seul comme un grand, et il trouve ça absolument extraordinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 février 2019
Mais l'homme, qui n'est pas un animal est pourtant capable - c'est trop bête ! - de se laisser mourir d'ennui dans un bureau huit heures par jour, cinq jours par semaine pendant quarante-deux ans aux seules fins de se payer une Mégane qui le conduira au bureau. [...] L'homme n'est pas un animal. À la longue, pourtant, l'inutile finit par lui devenir indispensable. C'est le début de la résistance. En même temps que de l'aliénation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   15 juillet 2020
À terme, on imagine la foire. Rues transformées en champs de course et labours hérissés de javelots. La démocratie, certes, ne s’en voit nullement menacée, au contraire, mais tout de même, ces phénomènes agitatoires sans raison finissent par faire un peu désordre. Et puis, un homme qui court dans la cité, voilà qui n’est jamais très clair. Ce peut même paraître franchement suspect. Ne cherche-t-il pas à se soustraire à la force publique ? N’aurait-il pas quelque chose à se reprocher ? Comment savoir ? Du coup, police des polis sur les dents. La remarque vaut pour toutes les époques. Quiconque, aujourd’hui, se mettrait à courir en pleine ville, qui n’aurait pas enfilé le déguisement de coureur à pied courant pour rien, serait immédiatement repéré par la police. Lui prendrait-il l’envie de démarrer en trombe devant une patrouille et ce serait, pour les plus chanceux, tournée générale de flash balls. Ces gens-là sont toujours un peu sur les nerfs. La vitesse est devenue répréhensible depuis qu’elle a été confisquée par DHL et la SNCF.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 février 2019
Alors, la voix de la raison susurre : On ne peut pas tout avoir. Certes, mais bon, ça fait suer.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jean-Michel Espitallier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Espitallier
Mardi 6 août 2019, dans le cadre du banquet d'été "Transformer, transfigurer" qui s'est déroulé à Lagrasse du 2 au 9 août 2019, Jean-Michel Espitallier et Laurie Laufer se sont prêtés au jeu de la double voix, sous le thème : "Le temps et les fantômes"
L?événement de la mort est un toujours-présent: ça ne cesse pas de ne pas cesser. Ni le temps ni le corps ne permettent de coaguler cette hémorragie. Incorporel, infinitif, impersonnel serait le mode d?être de celui qui est traversé par la mort. La question est de savoir quelle forme peut prendre ce qui remettra du temps dans ce toujours-présent, du corps dans cet incorporel.
+ Lire la suite
autres livres classés : course à piedVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre